Mon AlloCiné
High Flying Bird : les clés pour comprendre le business de la NBA (et le film de Soderbergh)
Par Mégane Choquet — 11 févr. 2019 à 19:30
facebook Tweet

En ligne depuis ce 8 février sur Netflix, High Flying Bird nous plonge dans les mécaniques de la NBA. Sous l’œil de Soderbergh, c’est un autre message qui transparaît dans ce film dont le scénario est signé Tarell Alvin McCraney. Explications.

Tourné entièrement à l’iPhone 8 par Steven Soderbergh (Traffic, la trilogie Ocean’s, Magic Mike), High Flying Bird est écrit par Tarell Alvin McCraney révélé pour son scénario de Moonlight, primé aux Oscars 2017. Dès le début du film le ton est donné alors qu’on suit une conversation dans un restaurant chic entre Ray Burke (Andre Holland) et son jeune prodige du basket Erick Scott (Melvin Gregg). Alors que la musique « High Flying Bird » chantée par Richie Havens retentit, on comprend que le parti pris du film est de parler de basket sans montrer de dunks ou de tirs à trois points : ce sont les coulisses qui intéressent et non ce qu’il se passe sur le terrain.

Le basketteur, en passe de signer avec la NBA, et son agent sont dans une impasse à cause d’un lock-out, une grève patronale, qui paralyse toute la ligue. Mais Ray Burke compte bien donner un coup de pied dans cette immense fourmilière pour relancer le business dans son sens. À travers cette bataille économique et juridique c’est aussi le parcours professionnel de jeunes rookies (des débutants dans la ligue sportive), repérés lors de la draft (évènement annuel à New-York où les équipes choisissent des débutants universitaires ou étrangers pour intégrer la ligue, ndlr) qui est mis en scène. Les amateurs de basket y verront des similitudes avec les scénarios proposés dans la célèbre franchise de jeux vidéo NBA 2K, dont celui de 2016 était signé Spike Lee.

Netflix

UN SPORT SURVEILLÉ ET ENCADRÉ

High Flying Bird s’attaque au sport le plus lucratif et le mieux encadré. La NBA, érigée en exemple à suivre en termes de business model, fait en sorte de protéger ses joueurs, qui sont les mieux payés au monde (selon Forbes, en 2018, sur les 100 sportifs les mieux rémunérés au monde, 40 d’entre eux étaient des basketteurs). Dès leur entrée dans ce milieu, ils sont entourés, suivis psychologiquement, éduqués, cultivés, syndiqués, encouragés à donner aux œuvres de charité et surtout conseillés sur leur avenir post-carrière. Connus du grand public, Kobe Bryant et Michael Jordan en sont les parfaits exemples alors que Lebron James commence à préparer sa reconversion.

Et pourtant, malgré des qualités indéniables de management au niveau moral et juridique en comparaison à d’autres sports qui brassent des milliards, High Flying Bird critique un aspect plus profond de la NBA : l’appropriation par les blancs d'un sport pratiqué majoritairement par des afro-américains. Tous les présidents et commissaires de la NBA depuis 1946 sont des américains caucasiens, comme ceux qui tirent les ficelles de ce business ultra lucratif et c’est Kyle MacLachlan et Zachary Quinto qui incarnent cette problématique dans le film. Surtout, la surreprésentation et la surprotection de ces hommes posent la question des libertés individuelles et des formatages des joueurs.

UNE REPRISE DE POUVOIR DE LA COMMUNAUTÉ AFRO-AMÉRICAINE

Steven Soderbergh et Tarell Alvin McCraney font alors le choix de donner la parole à 3 joueurs de NBA qui racontent leur expérience face caméra : Donovan Mitchell, arrière aux Jazz de l’Utah qui raconte la pression qui pèse sur les épaules des joueurs quant aux performances, aux récompenses et à leur statut, Reggie Jackson, meneur des Pistons de Detroit touché par le lock-out de 2011 lors de sa sélection lors de la draft, et Karl-Anthony Towns, pivot des Timberwolves du Minnesota qui a reçu le prix du rookie de l’année en 2015. L’agent incarné par Andre Holland tente de redonner plus de pouvoir aux joueurs dans ce business avec l’aide de femmes indépendantes : son assistante Sam (Zazie Beetz) et la représentante du syndicat Myra (Sonja Sohn).

Netflix

Pour l’instant, les joueurs les plus populaires s’imposent grâce aux collaborations avec les marques (sneakers et maillots entre autres) et influencent le milieu de la musique, notamment le rap et le hip-hop. Mais la question que pose High Flying Bird est de savoir comment redonner une place à la communauté afro-américaine dans ce business et surtout accès aux postes à haute responsabilité, par soucis d’équité mais aussi de représentation. Pour rappel, Donald Sterling, ancien propriétaire des Clippers de Los Angeles, avait été exclu en 2014 pour ses propos racistes. Preuve qu’une restructuration et une redistribution des cartes devraient constituer un enjeu pour la NBA.

LA FORCE DES RÉSEAUX SOCIAUX

Inspiré du dernier lock-out de 2011, quatrième arrêt de travail de l’histoire de la NBA, motivé par la question de la redistribution des revenus entre propriétaires et joueurs et qui a duré 6 mois, High Flying Bird y ajoute la notion des réseaux sociaux. Dans le film, l’agent Ray Burke compte sur ces instruments médiatiques pour prouver aux dirigeants que des évènements sportifs de cette envergure peuvent se passer de la ligue grâce aux réseaux et autres plateformes (avec une belle référence meta à Netflix). Surtout que la NBA 2.0 a de beaux jours devant elle puisque la ligue était en 2016 la première à dépasser le milliard d’abonnés tous réseaux confondus.

Netflix

Sur le papier, le scénario de High Flying Bird est donc possible surtout que les dernières négociations de 2016 ont accordé plus de pouvoir aux joueurs sur leurs droits à l’image. À travers le personnage du coach Spence (Bill Duke), c’est un discours de fierté et de reprise en main de son destin qui prévaut. Il n’hésite pas à réprimander les autres lorsqu’ils évoquent l’esclavagisme et la domination blanche avec cette phrase clé : « J’aime le Seigneur et tout son peuple noir. » Des revendications qui ne sont pas sans rappeler le mouvement #BlackLivesMatter et la révolte des sportifs contre les violences policières menée par le quaterback Colin Kaepernick, qui avait pris de l’ampleur grâce… aux réseaux sociaux.

High Flying Bird s’inscrit donc dans une lignée de films sortis ces dernières années qui redonnent la parole et le pouvoir à la communauté afro-américaine, tels que Black PantherBlacKkKlansman ou The Hate U Give, et offre un élément de réflexion important en note finale : le livre « La Révolte de l’athlète noir » du sociologue Harry Edwards. Alors que Tommie Smith et John Carlos ont pâti de leur engagement par le « Black Power salute » aux Jeux olympiques de Mexico City de 1968, les sportifs d’aujourd’hui ont conscience de leur pouvoir médiatique et politique et n’hésitent plus à prendre position.

facebook Tweet
Dans cet article
High Flying Bird
High Flying Bird
Film ( 2019 )
Voir sur Netflix
Sur le même sujet
  • Soderbergh, Gondry, Snyder... Ils ont tourné avec un iPhone !
  • Une bande-annonce pour High Flying Bird, le premier film de Soderbergh pour Netflix
Commentaires
Voir les commentaires
Toute l'actu Netflix
Une série animée Transformers pour 2020 sur Netflix
NEWS - Tournages
lundi 18 février 2019
Umbrella Academy : les personnages de la série VS les comics
NEWS - Séries à la TV
dimanche 17 février 2019
Umbrella Academy : les personnages de la série VS les comics
Umbrella Academy : Ellen Page, Robert Sheehan… dans quoi avez-vous déjà vu les acteurs ?
NEWS - Stars
samedi 16 février 2019
Umbrella Academy : Ellen Page, Robert Sheehan… dans quoi avez-vous déjà vu les acteurs ?
Actus Netflix
Back to Top