Mon AlloCiné
    Beaune 2019 : rencontre avec Fatih Akin, invité d'honneur venu présenter son film choc Golden Glove
    Par Léa Bodin, propos recueillis à Beaune le 6 avril 2019 — 6 avr. 2019 à 17:30
    facebook Tweet

    Hier, Fatih Akin recevait un prix d'honneur au festival de Beaune. Il présentait également son dernier film, le poisseux "Golden Glove" qui raconte le quotidien du serial killer Fritz Honka qui sévissait à Hambourg dans les années 1970. Rencontre.

    CVS / Bestimage

    AlloCiné : Pourquoi avez-vous voulu adapter l'histoire folle de Fritz Honka ?

    Fatih Akin : Parce que c'est fou et que je suis fou ! Non, Golden Glove est basé sur le roman de Heinz Strunk, qui vient lui aussi de Hambourg. J'ai été très ému par le livre, qui m'a beaucoup fait pensé à Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo. C'était remarquablement écrit et je me sentais défié, en le lisant. Je me disais : "Quelqu'un devrait faire un film adapté de ce roman, j'adorerais voir ça, mais je voudrais que ça respecte la manière dont c'est écrit. Qui pourrait le faire ? Est-ce que je pourrais ?" C'était ce qui me plaisait dans ce film, le challenge ! C'était une super expérience, très importante pour moi. 

    Et ça se passe à Hambourg, chez vous. 

    Je me suis dit : "Ca se passe à Hambourg alors que je viens de Hambourg et que je vis à Hambourg, ça se passe dans mon quartier - car ce serial killer vivait dans mon quartier -, alors je pourrai être plus précis en faisant ce film que n'importe qui d'autre en Allemagne."

    Il y avait une sorte de mythologie autour de Fritz Honka quand vous étiez petit ? 

    Oui, c'était le Boogeyman de notre quartier ! Du coup, dans un sens, il s'agissait pour moi de faire un film sur le croque-mitaine, de m'y confronter ! C'était une vraie raison pour moi de le faire, d'affronter mes propres peurs. 

    Le film est aussi un instantané de l'Allemagne des années 1970, vingt-cinq ans après la guerre. 

    Oui, je voulais décrire cette génération post-Seconde Guerre mondiale, les gens qui avaient survécu à cette guerre tout en étant traumatisés. Dans le monde, les gens ont le sentiment que les Allemands ont affronté leur propre histoire, qu'ils ont opéré une véritable réflexion sur la guerre et le génocide perpétré par les nazis, mais ce n'est pas vrai. Les médias l'ont fait, une partie des élites intellectuelles aussi, mais les classes ouvrières, les gens plus simples d'esprit ou ceux qui vivaient dans les rues, eux ne l'ont pas fait. Ils étaient traumatisés et ce film est un moyen de montrer cette frange de la société qui n'a pas réfléchi et qui a fait comme si rien ne s'était passé en y étant totalement encouragée par le gouvernement : "Tais-toi et bois. Tiens, de l'alcool, ce n'est pas si cher, saoûle-toi et si tu souffres encore, bois un peu plus." 

    Warner Bros. GmbH
    Golden Glove

    A la fin du film, on se rend compte que les lieux sont quasiment identiques à ceux du film et que les personnages ressemblent beaucoup aux vrais protagonistes. Vous avez fait beaucoup de recherches ? 

    Un peu, mais pas tant que cela, car c'est un monde que je connaissais. Je connaissais ce bar, j'y traînais quand j'étais jeune, je connaissais les caractères, les types de gens que j'y voyais. J'avais juste à les transposer et à les imaginer avant internet, juste après la guerre. Bien sûr, c'est différent aujourd'hui, en raison de la mondialisation, du fait qu'on vit à l'âge de l'information, ce qui n'était pas le cas à l'époque, mais il reste tout de même des choses qui sont très similaires. 

    Vous jouez beaucoup avec les codes du genre, les jump scares, par exemple, qui sont presque des moments de respiration dans votre film. 

    Bien sûr, je voulais déjouer les codes. J'aime beaucoup les films d'horreur. Aujourd'hui, on a les services de streaming qui niquent le cinéma (sic), même si je n'en suis pas encore tout à fait sûr, c'est quelque chose que j'analyse encore. Le seul cinéma qui ne perd pas d'audience malgré les plateformes, c'est le cinéma d'horreur. Même des films plus auteurisants, comme Get OutHérédité ou Mister Babadook. C'est intéressant de se dire que ce genre fonctionne encore au cinéma. Et moi, j'ai envie de continuer à faire du cinéma, je n'ai pas envie de me tourner vers les plateformes, même si un jour ça arrivera certainement. 

    C'est pour ça que vous vous tournez vers le genre ?

    C'est pour ça que j'expérimente avec le genre. Quand je vais au cinéma et que je vais voir ce genre de films, c'est toujours une expérience physique, ce qui n'est pas vraiment possible avec les plateformes. J'avais vraiment envie de faire quelque chose de vraiment proche de ça, quelque chose de très plastique et physique. Et c'est une forme de cinéma vraiment divertissante. Souvent, je regarde des films et c'est du travail, il y a un travail intellectuel. Si je vais voir un film de Nuri Bilge Ceylan, par exemple, je vais réfléchir devant le film. Quand je vois un film de genre, c'est différents, j'essaie quand même de l'analyser, mais c'est une expérience simple. En littérature, je dois lire L'Odyssée, car ça fait partie de notre héritage et du patrimoine mondiale, mais c'est du travail, alors que si je lis Stephen King, c'est juste facile. 

    Quel est votre premier souvenir de spectateurs ? 

    Mon père nous avait emmené voir un film de Disney, Le Livre de la jungle. C'est un beau souvenir, c'était impressionnant et très fort. 

    Qui sont vos maîtres ?

    Ils changent constamment, chaque jour. Je dirais qu'aujourd'hui, mon maître, c'est ma psy !

    La bande-annonce de Golden Glove :

    Golden Glove Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le Mans 66 Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Un été à Changsha Bande-annonce VO
    Tommaso Bande-annonce VO
    Joyeuse retraite ! Bande-annonce VF
    Le Lac aux oies sauvages Bande-annonce VO
    Jumanji: next level Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    César 2020 : découvrez la liste des Révélations
    NEWS - Festivals
    mardi 12 novembre 2019
    César 2020 : découvrez la liste des Révélations
    Bande-annonce Le Mans 66 : Christian Bale et Matt Damon affrontent le mythique Enzo Ferrari
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 3 juin 2019
    Bande-annonce Le Mans 66 : Christian Bale et Matt Damon affrontent le mythique Enzo Ferrari
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Hors Normes
    Hors Normes
    4,5
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Joker
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    Donne-moi des ailes
    4,4
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Fahim
    4,3
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Le Traître
    4,2
    De Marco Bellocchio
    Avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top