Mon AlloCiné
    Cannes 2019 : Almodovar, Loach... mais pas (encore) Tarantino en Compétition officielle
    Par La Rédaction — 18 avr. 2019 à 12:10
    facebook Tweet

    Ce jeudi 18 avril, le délégué général Thierry Frémaux a annoncé la Sélection officielle du 72ème Festival de Cannes. Des habitués (Desplechin, les Dardenne, Loach... ), de nouveaux visages (Ladj Ly) et un absent remarqué (Quentin Tarantino).

    Pathé

    Au cours de la traditionnelle conférence de presse, le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux et le président du Festival Pierre Lescure ont dévoilé la Sélection officielle de la 72ème édition, une sélection "romantique et politique" laissant une large place au cinéma de genre. Frémaux promet de beaux portraits de femmes au cours de la quinzaine cannoise.

    Frémaux s'est exprimé sur l'absence de Once Upon a Time in Hollywood : "Le film de Tarantino n'est pas prêt, mais j'espère qu'il le sera". Autre absent de marque : James Gray, dont le Ad Astra n'est lui non plus pas prêt. MISE A JOUR : Le jeudi 2 mai 2019, Thierry Frémaux annonce que le film de Tarantino est finalement en Compétition, de même que Mektoub My Love: Intermezzo de Kechiche.

    Autre événement cannois, les 25 ans de La Cité de la peur devraient être célébrés comme il se doit, mais aucune information n'a encore été dévoilée sur les détails de cette célébration.

    Compétition

    Cannes sous le signe des zombies, par le passé, ça a notamment donné L'Armée des morts (Séance de Minuit en 2004) ou Dernier Train pour Busan (Séance de Minuit en 2016). Les morts-vivants ont cette année les honneurs de l'ouverture du Festival de Cannes, et une présence en compétition, avec cette comédie signée Jim Jarmusch qui confronte la petite ville de Centerville et un casting DINGUE (Bill Murray, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloë Sevigny, Steve Buscemi, Danny Glover, Iggy Pop, RZA, Selena Gomez ou Tom Waits !) à une invasion de cadavres ambulants. C'est la neuvième sélection en compétition pour le cinéaste, déjà récompensé par le passé par la Caméra d'Or (Stranger Than Paradise, 1984), la Palme d’Or du court métrage (Coffee and Cigarettes, 1993) et le Grand Prix (Broken Flowers, 2005). Celui qui avait mis en scène des vampires dans Only Lovers Left Alive promet avec The Dead Don't Die un film "à réveiller les morts", idéal pour lancer cette quinzaine 2019. Et bonne nouvelle pour les non-festivaliers, le film sort dès le 14 mai dans les salles !

    Universal Pictures International France

    Pedro Almodovar de retour sur la Croisette ! Il s'agit de la 6ème entrée en compétition officielle pour le cinéaste espagnol, après Tout sur ma mère (1999), Volver (2006), Etreintes brisées (2009), La Piel que habito (2011) et Julieta (2016). Réalisateur très apprécié de Cannes, mais à qui la récompense suprême échappe encore, il revient ici avec un film, dit-on, très personnel, peut être le plus introspectif à ce jour, venant clore une trilogie entamée avec La Loi du désir et poursuivie avec La Mauvaise éducation (présenté en ouverture, hors compétition à Cannes en 2004). Le film promet une montée des marches très glamour, avec Antonio Banderas et Penelope Cruz. Rappelons que Pedro Almodovar a par ailleurs participé au jury à deux reprises, dont en tant que Président en 2017. Douleur et gloire, déjà sorti en Espagne, sera visible simultanément à sa projection cannoise dans les salles françaises.

    Pathé

    En 2016, il faisait l'ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs. Mais il faut remonter dix années en arrière pour retrouver la dernière participation de Marco Bellocchio à la Compétition : c'était avec Vincere, reparti bredouille de la Croisette en 2009. Pour son grand retour, le cinéaste italien va de nouveau se pencher sur le passé de son pays à travers ce biopic aux allures de film policier centré sur un gangster membre de Cosa Nostra, qui décide de trahir les siens au coeur de la décennie 80. Thierry Frémaux annonce un renouveau des codes esthétiques du film noir pour décrire cet Il Traditore qu'il rapproche du cinéma de Fritz Lang. Si le résultat est à la hauteur de son modèle dans le genre, il y a de fortes chances pour que l'on retrouve un traître au palmarès. Et pourquoi pas l'acteur Pierfrancesco Favino, révélé au grand public par Romanzo Criminale ?

    01 Distribution

    Si le réalisateur chinois Diao Yi'nan a tout juste 50 ans, il n'est pas le cinéaste de l'empire du Milieu le plus prolifique. Oeuvrant pendant un temps en tant que co-scénariste, ce n'est qu'en 2003 qu'il a signé son premier long, Uniforme, qui a remporté des prix aux festivals du film de Vancouver et de Rotterdam. En 2007, Train de nuit, son deuxième, est présenté au festival de Cannes dans la section Un certain regard. Il mettra sept ans avant de réaliser son 3e film, Black Coal, qui triomphera à la Berlinale en 2014 en remportant l'Ours d'or. Présenté par Thierry Frémaux comme un film de genre contribuant lui aussi à renouveler les codes du polar, Le Lac aux oies sauvages relate l'histoire d'un chef de gang en quête de rédemption et d'une prostituée prête à tout pour recouvrer sa liberté, qui se retrouvent au cœur d’une chasse à l’homme. En compétition, le film aura la lourde tâche de représenter la Chine dans cette sélection officielle cannoise qui comporte finalement peu de films asiatiques cette année.

    Memento Films

    Lorsque Thierry Frémaux annonce que le film de Kechiche sera en lice pour la Palme d'Or (sa 2ème après La Vie d'Adèle ?), le réalisateur est encore en post-production, comme le précise le Délégué général ("J’ai vu le film jeudi dernier, toujours en montage, et même en plein montage !"). Pour des questions techniques ("pour que le DCP puisse être livré dans les temps"), le film le plus long de la compétition (durée annoncée : 4h00) sera présenté en fin de festival. Les inconditionnels du cinéaste y retrouveront son style et ses thèmes fétiches à travers "une histoire fleuve et un portrait extraordinaire de la jeunesse des années 90 dont il a raconté les prémices dans son Canto Uno et dont on retrouvera les acteurs avec plaisir", résume Frémaux.

    Arrivé tardivement dans la compétition, Once Upon a Time... in Hollywood marque le retour de QT sur la Croisette, 10 ans après Inglourious Basterds. Ce 9ème film de Tarantino réunit, entre autres, Brad Pitt, DiCaprio, Margot RobbieAl Pacino pour évoquer le Hollywood des années 70. Il y est question d'une star (DiCaprio), de sa doublure (Pitt), mais aussi de Charles Manson, Sharon Tate et Roman Polanski. La bande-annnonce a donné des pistes sur le style et le sujet du film, mais n'a pas élucidé tous les mystères qui entoure cette fresque de quelque 2h45.

    Once Upon a Time… in Hollywood Bande-annonce (3) VO

     

    Après avoir créé le débat sur la légitimité des films Netflix en sélection à Cannes avec Okja en 2017, le talentueux réalisateur coréen Bong Joon-Ho revient sur la Croisette en compétition cette année où il présentera Parasite, un drame dans lequel deux familles issues de milieux différents se retrouvent mêlées à une étrange histoire... Figure emblématique du cinéma coréen au festival, le réalisateur avait auparavant présenté The Host en 2006 à la Quinzaine des Réalisateurs et Mother à la Semaine de la critique en 2009.

    The Jokers / Le Pacte

    Grands habitués du Festival de Cannes, les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne, lauréats de la Palme d'Or pour Rosetta et L'Enfant, reviennent sur la Croisette avec un film au sujet brûlant. Le Jeune Ahmed raconte l'histoire, dans la Belgique d'aujourd’hui, d'un garçon de 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

    Christine Plenus

    Grand habitué de la Croisette, qu'il a déjà arpentée à de très nombreuses reprises en tant que cinéaste ou membre du jury, Arnaud Desplechin revient pour la sixième fois en compétition. Après La Sentinelle, Comment je me suis disputé, Esther Kahn, Un conte de Noël et Jimmy P., il signe cette année Roubaix, une lumière. De retour dans sa ville natale, qu'il sait filmer mieux que personne, Desplechin y suivra un groupe de policiers mené par un Roschdy Zem "impérial", un soir de Noël. Léa Seydoux et Sara Forestier figureront également au casting de ce thriller dramatique.

    Le Pacte

    Mati Diop foulera pour la première fois les marches du Festival de Cannes en présentant son troisième film : Atlantique : l'histoire d'ouvriers d'un chantier de la banlieu de Dakar qui décident de quitter leur pays pour chercher un avenir meilleur. Parmi eux figure l'amant d'Ada, pourtant promise à un autre et dont la fête de mariage est dévasté par un incendie. Elle ne s'est pas qu'il est revenu. Ce long métrage sénégalais fut très tôt remarqué par l'équipe de sélection, choisi au départ pour la catégorie Un Certain Regard, en sachant qu'il ferait parti de la compétition. Mais pour garder le secret autour de leur choix, le comité a préféré conserver soigneusement l'information. La sélection fut qualifiée par Thierry Frémaux de « romantique et politique », le film semble parfaitement s'inscrire dans cette démarche.

    Les films du bal

    Sur huit films, six auront été présentés à Cannes dont trois en compétition : l'histoire d'amour entre Xavier Dolan et Cannes continue ! Absent l'année dernière - Ma vie avec John F. Donovan ayant privilégié une présentation au Festival de Toronto-, le cinéaste fait son retour sur La Croisette avec Matthias et Maxime, drame centré sur la relation sentimentale de deux meilleurs amis. Promettant d'aborder des thèmes qui lui sont chers (l'amitié, l'homosexualité, la jeune vie d'adulte), ce huitième opus mettra en scène sa mère fétiche Anne Dorval (J'ai tué ma mère et Mommy), sa pépite Antoine-Olivier Pilon (révélé par Mommy) ainsi que d'autres acteurs canadiens moins connus chez nous tels que Gabriel D’Almeida Freitas, Pier-Luc Funk et Samuel Gauthier. Un retour au Québéc après sa parenthèse anglophone, et surtout un retour devant la caméra pour le réalisateur, qui jouera le rôle principal d'un film qu'il décrit comme un "mélange de Tom à la ferme pour son côté esthétique et de l'esprit et l'énergie de Mommy". Une très belle promesse en perspective...

    Shayne Laverdiere

    Habituée des sections parallèles de la Croisette, la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner signe sa première entrée en Compétition avec Little Joe, un récit d'anticipation sur fond de manipulation génétique qui voit plusieurs personnages changer de personnalité après être entré en contact avec une mystérieuse plante. Ben Whishaw et Kerry Fox campent les deux rôles principaux de ce cinquième long métrage, le premier tourné en anglais par la cinéaste.

    Film Institut

    Cumulant treize sélections cannoises et sept récompenses, dont le récent Moi, Daniel Blake en 2016 pour lequel il a reçu la 69e Palme d'Or, sa seconde après Le Vent se Lève (2006), Ken Loach fait partie des recordmans du festival. Fervent représentant du cinéma social britannique, le cinéaste engagé revient cette année en compétition avec un nouveau film "au style kenloachien", promet Thierry Frémaux : Sorry We Missed You, toujours en compagnie de son fidèle scénariste Paul Laverty, dans lequel une famille de Newcastle se bat contre la précarité.

    Joss Barratt
    Les Misérables est le premier long métrage de fiction du réalisateur français Ladj Ly, membre du collectif Kourtrajmé depuis 1996. Adaptation de son court éponyme nommé aux César, le film raconte l'histoire d'un homme (Damien Bonnard) intégrant la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il fait la rencontre de ses nouveaux coéquipiers et découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…
    Le Pacte

    Lauréat de la Palme d'or en 2011 avec Tree of Life, qu'il n'était d'ailleurs même pas venu chercher sur la scène du palais des Festivals, contribuant encore un peu plus à entretenir la légende d'un cinéaste ultra secret, Terrence Malick revient en compétition sur la Croisette huit ans après, avec un film très attendu : Une vie cachée. "Film sur la guerre et non pas de guerre" selon les propos de Thierry Frémaux, l'oeuvre de Malick raconte l'histoire de Franz Jägerstätter (August Diehl), fervent opposant au régime hitlérien, qui fut exécuté à l'âge de 36 ans par les Nazis en 1943 puis reconnu martyr en 2007 par Benoit XVI, et béatifié par l’Eglise Catholique. Loin, très loin de l'esprit Rock'n Roll de son précédent film, Song to Song, Une vie cachée plongera donc les spectateurs dans les tourments d'une terrible période historique, qu'il avait déjà exploré dans un "vrai" film de guerre ce coup-ci, avec son chef-d'oeuvre absolu La Ligne rouge. On peut déjà prédire que ca va beaucoup jouer des coudes pour assister à la projection du film de Malick, qui pourrait, pourquoi pas, repartir avec une seconde Palme d'or ?

    iris productions

    Trois ans après Aquarius, en compétition au Festival de Cannes 2016, le cinéaste brésilien Kleber Mendonça Filho revient avec Bacurau coréalisé avec Juliano Dornelles. Le film se présente comme un western dans le Nordeste issu d'une tradition de films de cangaceiros. Le casting est notamment composé de Sônia Braga (héroïne de Aquarius), Udo Kier, Karine Teles entre autres. L'histoire suit un cinéaste se rendant dans un village de l'intérieur du Brésil pour faire un documentaire. Au fil des jours, il commence à découvrir que les habitants ne sont pas exactement ce qu'ils semblent et cachent des secrets dangereux...

    SBS Distribution

    La Cinéfondation. Puis la Quinzaine des Réalisateurs. Puis Un Certain Regard, à deux reprises : en 2009 puis 2015, année au cours de laquelle il est reparti avec le Prix Un Certain Talent grâce au Trésor. Corneliu Porumboiu va donc continuer son ascension au Festival de Cannes en passant par les traditionnelles marches réservées, entre autres, à la Compétition. Une sélection à laquelle le cinéaste roumain participe pour la première fois de sa carrière, avec une comédie policière sur fond de choc des cultures dans laquelle un inspecteur se rend sur les Canaries afin d'apprendre la langue des autochtones et de recueillir des informations permettant d'oeuvrer pour la libération d'un homme d'affaires. Un périple que l'on imagine prétexte à une évocation de notre société, et pourrait apporter une touche d'humour au palmarès, où la légéreté n'est que trop rarement la bienvenue.

    42 KM Film

    Familier du Festival de Deauville, le cinéaste américain Ira Sachs fait cette année ses premiers pas à Cannes, en Compétition. Pour l'occasion, il pose sa caméra dans la ville historique de Sintra au Portugal, lors d'une journée de vacances où trois générations de personnages se retrouvent confrontées à un événement bouleversant. Le casting quatre étoiles de ce drame proche du cinéma de Manoel de Oliveira rassemble Isabelle Huppert, Marisa Tomei, Brendan Gleeson, Jérémie Renier et Greg Kinnear.

    SBS Distribution

    Trois réalisatrices françaises figurent en compétition officielle cette année, parmi lesquelles Céline Sciamma et son 4ème long métrage, Portrait de la jeune fille en feu. Il s'agit de sa première sélection en compétition officielle, même si la cinéaste a déjà une longue histoire avec le Festival (son premier long métrage, Naissance des pieuvres, avait été présenté à Un Certain Regard en 2007, Bande de filles avait fait l'ouverture de la Quinzaine des réalisateurs en 2014, sans oublier le film d'animation Ma Vie de courgette de Claude Barras dont elle a cosigné le scénario). Pour ce film d'époque, tourné en Bretagne à l'automne 2018, la cinéaste retrouve la comédienne Adèle Haenel. Elle sera entourée de Noémie Merlant, Luàna Bajrami et Valeria Golino. L'histoire, présentée comme une "fresque des sentiments et du désir", s'intéresse à une peintre mandatée pour faire le portrait de mariage d’une jeune femme, sur une île isolée en Bretagne, à la fin du XVIIIème siècle.

    Pyramide Distribution

    It Must Be Heaven marque la troisième entrée en Compétition pour le cinéaste palestinien Elia Suleiman, après Intervention Divine (Prix du jury en 2002) et Le Temps qu'il reste (2009). Dans ce récit autobiographique, le réalisateur - dans son propre rôle - retrace son propre exil de la Palestine aux quatre coins du monde (Paris, New York, Inde...) sur le ton tragi-comique déjà présent dans ses précédentes oeuvres.

    Le Pacte

    Justine Triet avait fait une belle première apparition à Cannes en faisant l'ouverture de La Semaine de la Critique de l'édition 2016 du festival avec Victoria. Elle fait partie des 13 réalisatrices cette année qui accèdent à la compétition cette année avec Sibyl où elle retrouve Virginie Efira dans l'histoire d'un ancienne romancière reconvertie dans la psychanalyse qui souhaite retrouver sa précédente profession. Ses plans sont alors perturbés par l'arrivée d'une actrice en situation très délicate. Egalement à l'affiche, figure Adèle Exarchopoulos qui, rappelait Thierry Frémaux, était avec Léa Seydoux (également présente dans cette édition du festival), l'unique lauréate d'une palme d'or alors qu'elle n'est pas réalisatrice. C'était pour La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche, le jury était alors président par Steven Spielberg. Diffusé en fin de festival, il sortira simultanément dans les salles françaises.

    Le Pacte

    Hors-compétition

    "Il a tout fait à Cannes Claude Lelouch, il a été présent partout, il connaît le festival comme sa poche", a rappelé avec émotion Thierry Frémaux, avant de confirmer le retour très attendu sur la Croisette du réalisateur d'Un Homme et une femme, célèbre Palme d'or ex aequo de 1966. Suite et fin de sa trilogie (après Un homme et une femme 20 ans déjà), Les Plus années d'une vie feront se retrouver les mythiques Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant aux côtés de Marianne Denicourt et Monica Bellucci, mais surtout d'Antoine Sire et Souad Amidou, les deux enfants devenus grands, que l'on voyaient courir sur la plage de Deauville il y a plus de 50 ans. Inspiré de la phrase de Victor Hugo chère au cinéaste ( "Les plus belles années d’une vie sont celles qu’on n’a pas encore vécues"), le titre de ce tout dernier opus nous promet une réflexion sur le temps qui passe, comme seul Lelouch sait en proposer.

    Metropolitan FilmExport
    Ambiance rock'n'roll sur la Croisette avec la présentation, en première mondiale, de Rocketman, biopic consacré au chanteur Elton John. Le légendaire interprète de Your Song et I'm Still Standing sera présent sur les marches en compagnie du jeune comédien Taron Egerton (Kingsman), qui l'incarne sur grand écran.
    Paramount Pictures France

    Too Old Too Die Young n'est pas un film mais la série de Nicolas Winding Refn pour Amazon Prime Video. Le réalisateur de Drive est un habitué du festival comme l'ont été Jane Campion venue présentée Top of the Lake ou encore David Lynch qui a proposé les deux premiers épisodes de la troisième saison de Twin Peaks. La série étant du « Refn dans le texte » selon Thierry Frémaux, cette distinction lui permet de présenter deux épisodes dans la section hors compétition. Petite particularité, ce ne sont pas les deux premiers mais les quatrième et cinquième. Le réalisateur danois participera également à une masterclass au cours du festival où il expliquera les différences qui existent dans la création de films pour le cinéma et de séries pour une plateforme.

    Scott Garfield/Amazon Studios

    Après Ayrton Senna et Amy Winehouse, le documentariste britannique Asif Kapadia s'intéresse à une nouvelle figure tragique - cette fois-ci encore en vie - avec Maradona, un film consacré aux années napolitaines du footballeur argentin, rendu célèbre tant pour ses exploits sur le terrain que pour ses fraques extra-sportives.

    Comme en 2018 avec Le Grand Bain de Gilles Lellouche, la section Hors compétition accueillera un film français, qui, sur le papier, semble d'approche plus accessible, et avec un casting composé d'acteurs appréciés et connus du grand public (de Guillaume Canet à Daniel Auteuil, en passant par Doria Tillier, Fanny Ardant, Pierre Arditi et Denis Podalydès). La Belle Epoque de Nicolas Bedos alliera "un humour féroce, un sens du romanesque, avec une attention formelle très intense. Il est de ce point de vue inspiré par le cinéma américain, tout en étant très français dans sa verve, son humour, son sens du dialogue", comme son producteur avait présenté le film dans les colonnes du Film Français au moment du tournage. Le film suit un couple en crise. "Lui, désabusé, va voir sa vie bouleversée le jour où Guillaume Canet, brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : un mélange d’artifices théâtraux et de reconstitutions historiques permettant de replonger dans l’époque de son choix. L’homme décide alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour…"

    Pathé

    Le Festival de Cannes 2019 tirera sa révérence sur une touche de comédie, avec Vincent Cassel et Reda Kateb. Le nouveau film des réalisateurs d'Intouchable, Hors Normes d’Olivier Nakache et Eric Toledano, a été choisi. "Depuis l’an dernier, le Festival de Cannes se termine le samedi et non plus le dimanche, et comme la dernière nuit a retrouvé les couleurs de la fête et de la célébration, le dernier film projeté terminera en beauté une Sélection officielle qui aura été lancée onze jours plus tôt, indique le Festival. En renommant « Dernière séance » le film de clôture, le Festival de Cannes souhaite renouer avec sa tradition d’ultime grande projection, à l’image des soirées mémorables où ont été montrés E.T., l’extraterrestre de Steven Spielberg (dans l’ancien Palais, en 1982), Thelma et Louise de Ridley Scott (dans le nouveau, en 1991) ou encore le Don Quichotte de Terry Gilliam l’an dernier. Cette année, événement de taille, le 72e Festival de Cannes se terminera par l’avant-première du nouveau film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, Hors Normes, avec Vincent Cassel et Reda Kateb."

    Gaumont

    Séance de Minuit

    C'est une vérité désormais bien connue et surtout admise : la Corée du Sud produit, depuis de nombreuses années, des Thrillers de très très haut niveau, comme Memories of Murder, ou encore le terrifiant et traumatisant J'ai rencontré le Diable, en 2010, pour ne citer que ces deux -brillants- exemples. Ex producteur du film de Im Kwon Taek, Ivre de femmes et de peinture, qui fut d'ailleurs présenté en compétition officielle à Cannes 2002, le sud coréen Lee Tae-Won présentera en séance de minuit The Gangster, The Cop and The Devil. Soit l'histoire de Jang Dong-Soo, un chef de gang de la ville de Cheonan, qui devient la cible d'un tueur en série du nom de Kang Kyung-Ho. Jang Dong-Soo survit par miracle, devenant même la première victime du tueur à survivre à une de ses attaques. Dans le même temps, l'inspecteur de Police Jung Tae-Seok, qui déteste cordialement les membres du crime organisé, se décide malgré tout à faire équipe avec Jang Dong-Soo pour traquer le tueur en série. Un jeu du chat et de la souris qui s'annonce explosif et surtout mortel, qui devrait livrer une séance de minuit sans doute mémorable.

    Ci-dessous, la bande-annonce du film...

     

    Présenté par Frémaux comme "un essai sur le cinéma, sur la cinéphilie et sur l’hystérie des plateaux", Lux Æternan est un moyen métrage (50 min) "énergique et brillant", qui marque le retour en Sélection officielle de Gaspar Noé, 10 ans Enter The Void. Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg sont les héroïnes du film.

    Séances spéciales

    Premier long métrage de la cinéaste américaine Pippa Bianco (lauréate de la Cinéfondation pour le court métrage du même nom en 2015), ce drame suit l'enquête d'une étudiante cherchant à comprendre ce qui lui est arrivé lors d'une soirée dont elle ne se rappelle rien.

    D.R.

    Présenté en Séance spéciale, le documentaire Pour Sama promet d'être "l'un des chocs de cette sélection" selon Thierry Frémaux. Réalisé par Waad Al-Kateab, étudiante à Alep au début du conflit armé en 2012, et Edward Watts, cette plongée intime à travers le regard de la réalisatrice syrienne retrace l'année la plus noire et meurtrière du pays. Sorti en mars 2019 aux Etats-Unis, le film a remporté le Prix du public du Meilleur Documentaire au festival SXSW.

    D.R.

    "Werner travaille tout le temps, mais tous ses films n'arrivent pas jusqu'à nous" : grâce à Cannes 2019, Family Romance, LLC ne fera pas partie de cette catégorie. Lauréat d'un Prix de la Mise en Scène grâce à Fitzcarraldo en 1982, le cinéaste n'a pas connu les honneurs de la Compétition depuis 35 ans, ni même présenté un projet qu'il a mis en scène depuis Ten Minutes Older, projet collectif passé par Un Certain Regard en 2002, et dont il avait signé l'un des sketches. Son grand retour au Festival sera donc l'un des événements de cette 72ème édition, et il nous emmènera au Japon, où il filmé ce documentaire que Thierry Frémaux annonce très beau.

    "Abel nous a envoyé ce film depuis Rome, où il vit désormais", a précisé Thierry Frémaux. Et il faut croire que sa nouvelle ville de résidence l'a inspiré, puisque Tommaso, à défaut d'être un documentaire, sera un long métrage "réaliste" sur les années romaines du cinéaste. Un projet sur lequel nous ne savons pas grand-chose, si ce n'est qu'il l'a tourné de façon très indépendante avec son complice Willem Dafoe, qu'il avait notamment dirigé dans Pasolini, et que le résultat "lui ressemble vraiment". Il faut donc s'attendre à une Séance Spéciale qui porte bien son nom, de la part du réalisateur, habitué de cette section où il a notamment présenté Chelsea Hotel en 2008, et dont l'une des dernières venues sur la Croisette s'était faite en marge du Festival, avec le sulfureux Welcome to New York en 2014. En 2017, le cinéaste était venu présenter le documentaire musical Alive in France à la Quinzaine des Réalisateurs.

    Huit ans après Pater en lice pour la Palme en 2011, Alain Cavalier remontera les marches, cette fois en hors compétition. Habitué de la Croisette, à qui il a offert cinq autres de ses films, le réalisateur y revient avec Etre vivant et le savoir"l'histoire d'un film qui ne s'est pas fait et qu'il aurait dû faire" avec son amie de trente ans et regrettée Emmanuèle Bernheim. Désireux d'adapter le roman autobiographique de cette dernière "Tout s'est bien passé", Cavalier lui avait proposé de tenir son propre rôle et de jouer lui-même son père. Ce documentaire-témoignage, que l'on devine très émouvant, s'inscrit en outre selon Thierry Frémaux, dans la "continuation de son travail de vidéaste, de poète, d'artiste, de conteur".

    Révélé grâce à son court métrage L'Homme sans tête (Prix du Jury courts métrages en 2003), le cinéaste argentin était ensuite passé par la Croisette en 2005 avec Nordeste, présenté dans la section Un Certain Regard. Juan Solanas a cette année les honneurs d'une sélection en séance spéciale avec ce documentaire centré sur le combat des femmes pour la légalisation de l'avortement en Argentine.

    Un Certain Regard

    En 2002, le réalisateur brésilien Karim Aïnouz présentait l'encensé Madame Sata à Un Certain Regard. Le voici 17 ans plus tard de retour dans cette section avec Vida Invisivel, un "beau mélodrame romantique sur deux soeurs" comme l'a qualifié Thierry Frémaux dans son discours de présentation de la Sélection officielle. Egalement à l'actif de ce grand esthète, La Falaise argentée, jamais sorti en salles mais figurant à la Quinzaine des Réalisateurs en 2011.

    Les Hirondelles de Kaboul est un film d'animation co-réalisé par Zabou Breitman et Eléa Gobbe-Mevellec (animatrice sur Le Chat du Rabbin, César du meilleur film d'animation en 2012). Adapté du roman écrit par le cinématographique auteur algérien Yasmina Khadra (Ce que le jour doit à la nuit), l'intrigue se situe durant l'été 1998, dans un Kaboul en ruines occupé par les talibans. Les jeunes Mohsen et Zunaira s’aiment profondément en dépit du contexte violent dans lequel ils vivent. Mais un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies...

    Memento Films Distribution
    Memento Films Distribution
    D.R.

    Le fantasque Bruno Dumont est de retour en compétition avec Jeanne, la suite de sa comédie musicale délirante Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc présentée en 2017 à la Quinzaine des Réalisateurs. Le cinéaste a déjà obtenu deux Grand Prix, en 1999 pour L’Humanité et en 2006 avec Flandres, ainsi qu'une mention spéciale à la Caméra d'or pour La Vie de Jésus et le prix de la meilleure musique synchronisée pour Ma Loute.

    Les Films du Losange

    La nouvelle génération du cinéma espagnol est présente à Un Certain Regard grâce à O Que Arde, réalisé par le Galicien Oliver Laxe. Ce jeune metteur en scène a été remarqué à Cannes pour avoir remporté deux récompenses : le prix FIPRESCI de la Quinzaine des réalisateurs pour le documentaire Vous êtes tous des capitaines en 2010 et le grand prix Nespresso de la Semaine de la Critique pour Mimosas : La Voie de l'Atlas en 2016. Cette année, il nous revient avec un film sur la thématique du feu, l'histoire de deux destins liés, ceux d'un pyromane notoire et d'un pompier téméraire.

    Pyramide Distribution

    Christophe Honoré, déjà présent en Compétition officielle l'an dernier avec le mélodrame Plaire, aimer et courir vite, est de retour cette année avec Chambre 212, sélectionné dans la catégorie Un Certain Regard. Pour son douzième long-métrage, le cinéaste explore à nouveau un thème qui lui est cher, le chassé-croisé amoureux. Il nous conte ainsi l'histoire de Richard et Catherine, un couple dont l'union se délite peu à peu lorsque cette dernière décide de prendre un amant. Selon Thierry Frémaux, le film lorgne du côté d'un certain Sacha Guitry. C'est la 6ème fois que le metteur en scène présente une oeuvre sur la Croisette. Il avait projeté Les Chansons d'amour (2007) et Plaire, aimer et courir vite (2018) en Compétition, 17 fois Cécile Cassard à Un Certain Regard (2002) et Dans Paris à la Quinzaine des réalisateurs (2006). À noter que Christophe Honoré avait également présenté Les Bien-aimés en clôture de la sélection officielle (Hors-Compétition) en 2011.

    Jean Louis Fernandez

    Port Authority est le premier long métrage réalisé par l'auteure américaine Danielle Lessovitz, qui possède un lien avec Cannes puisque Mobile Homes, sur lequel elle a collaboré, a été présenté en 2017 à la Quinzaine des réalisateurs. Ce nouveau drame emmené par Fionn Whitehead (Dunkerque) et produit par Martin Scorsese se déroule à Port Authority, la gare routière de New York. Son intrigue se centre sur un jeune homme qui découvre que la personne qu'il aime est transsexuelle.

    Madeleine Films

    Jour2fête
    D.R.

    Pour son premier passage au Festival de Cannes, le réalisateur taïwanais Midi Z (Adieu Mandalay) présente Zhuo ren mi mi, un thriller psychologique clairement inspiré par l'affaire Weinstein. L'histoire de Nina Wu, une actrice en devenir qui tente tant bien que mal de faire sa place dans l'impitoyable milieu du cinéma. Plus largement, "le film reflète les situations difficiles auxquelles sont confrontées les femmes dans leur environnement de travail" d'après le metteur en scène.

    En 2014, Annie Silverstein a été récompensée par le premier prix de la Cinéfondation à Cannes pour son court métrage Skunk. Scénarisé avec Johnny McAllister, Bull est son premier long métrage de fiction et suit la relation mouvementée entre une adolescente paumée et un torero ayant autrefois connu ses heures de gloire dans l'arène...

    Pathé

    La bande-annonce de Douleur et Gloire et Pedro Almodovar :

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Guillaume182
      Ouhhh belle selection Joon-ho, Dardenne et surtout je suis impatient de voir le nouveau Malick. Une nouvelle air Malickienne?
    • Thomas D.
      Tous les mêmes, tous les mêmes et y'en a marre.
    • RomainDu
      Je suis d'accord. C'est vrai que j'ai tendance à pester quand je vois toujours les mêmes noms revenir... mais c'est aussi ce qui fait la renommée du festival. Il manquera toutefois des gros films américains oscarisables... ils préfèrent désormais se tourner vers Venise, dommage !
    • RomainDu
      Une fois de plus, les sélectionneurs ont réussi un savant mélange entre les habitués historiques et les jeunes talents. J'aimerais tellement que Almodovar décroche enfin une palme d'or, si bien sûr son film le mérite. J'attends aussi avec impatience les films de Dolan, Desplechin, Loach, Joon-Ho et Honoré. Vivement la compétition officielle, et toutes les stars qui vont avec ! http://moncahieramoi.over-b...
    • Hunnam29
      C'est peut être souvent les mêmes pour certains d'entre eux, n'empêche que ça fait juste hyper envie. Ce sont, pour certains, des réalisateurs d'exception, c'est impossible de ne pas les inviter. Mais il reste pleins de places pour d'autres réalisateurs je trouve. Sans compter le fait qu'à Un Certains Regard et La Quinzaine des Réalisateurs, il n'y aura QUE des réalisateurs méconnus, où en tout cas qui se lancent. Tarantino je l'aurais plus vu en Hors Compétition, ou en séance de minuit pour le coup.
    • ghyom
      Yep. J'aurais beaucoup aimé Ad Astra. On croise encore les doigts pour le QT.
    • ghyom
      Comme je l'ai dit, il faut qu'il y ait des noms. Sinon tu n'as pas la lumière sur ton festival et donc les jeunes réalisateurs ne se font pas connaître. Ce n'est pas qu'ils sont obligés de prendre quelques nouveaux, c'est qu'ils sont obligés de prendre des habitués et des nouveaux. L'un sans l'autre ça ne marche pas. Enfin quand tu vois les noms des habitués en question il est assez rare que leurs films soient mauvais. Ce n'est peut être pas des chefs-d’œuvre à chaque fois, mais ce sont rarement de mauvais films. Après on peut ou non aimer tel ou tel réalisateur mais ça c'est au goût de chacun. Personnellement Almodovar sur ces 20-30 dernières années il m'a très rarement déçu, Bong Joon-ho et Jarmusch je suis particulièrement fan. Bref ils sélectionnent des habitués parce que c'est nécessaire à l'exposition médiatique mais ils ne seraient pas là non plus si leurs films n'étaient pas jugé un minimum intéressants.
    • clement B.
      Donc pas de Tarantino (pour le moment) mais surtout Ad Astra qui ne sera pas terminé pour être présenté à Cannes vraiment dommage pour le prestige du festival, j'aurais bien aimé revoir Tommy Lee Jones sur la croisette.
    • golgot13
      Il y a ceux qui ont la carte et peu importe la qualité de leur film, ils sont sélectionnés. Ceux là sont sélectionnés car il y a souvent des superstars dans leurs films et pour la monter des marches... Après ils sont bien obligés de prendre quelques nouveaux, sinon ça se verrait un peu trop vite.
    • ghyom
      8 sur 19 soit presque la moitié sont pour la première fois en sélection officielle. 4 vivent même leur premier Cannes, tout court. Si on prend l'ensemble de la sélection tu vas même avoir la moitié des noms que tu ne connais pas. Peut être même plus si tu n'es pas particulièrement cinéphile.Tu voudrais quoi ? Que Cannes t'annonce une sélection où le grand public ne connais pas un nom ? On ne va prendre que des petits nouveaux à chaque fois même si les habitués ont plus de talent et font de meilleurs films ? J'ai vraiment du mal avec cette logique.Oui il y a des habitués de Cannes. Oui il y a des têtes d'affiche. Et heureusement ! Sinon on ne parlerait pas de Cannes. Tout le monde se contreficherait d'un festival où 90% des films sont fait par des inconnus. C'est la présence de ces têtes d'affiche qui font que les regards se tournent vers Cannes et c'est cette présence qui fait qu'on peut découvrir de nouveaux réalisateurs de talent. Et ce sont ces mêmes nouveaux réalisateurs de talents dont certains vont devenir des habitués de la croisette qui vont servir à mettre en lumière d'autres nouveaux talent.
    • ghyom
      Très jolie sélection. Ravi de retrouver Jim Jarmusch, Pedro Almodovar, Bong Joon-ho, les frères Dardenne, Arnaud Desplechin et Ken Loach notamment.
    • kingbee49
      Re toujours les mêmes, finalement avec ça et là des petits nouveaux. Cela marche presque par cycle....
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Les Vétos Bande-annonce VF
    Un été à Changsha Bande-annonce VO
    Cartouche Bande-annonce VF
    Star Wars: L'Ascension de Skywalker Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Coppola : il descend les films Marvel et répond à "l’étudiant" Alain Chabat au Festival Lumière
    NEWS - Festivals
    lundi 21 octobre 2019
    Coppola : il descend les films Marvel et répond à "l’étudiant" Alain Chabat au Festival Lumière
    Stephen King's Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 9 septembre 2019
    Stephen King's Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Hors Normes
    Hors Normes
    4,4
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Fahim
    Fahim
    4,4
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,3
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Pour Sama
    Pour Sama
    4,1
    De Waad al-Kateab, Edward Watts
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top