Notez des films
Mon AlloCiné
    Tremblements : "Certains acteurs préféraient un rôle de figurant à un rôle d'homosexuel"
    Par Yoann Sardet, propos recueillis à Paris le 30 avril 2019 — 30 avr. 2019 à 22:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Avec "Tremblements", le cinéaste Jayro Bustamante montre la manière dont le Guatemala aborde la question de l'homosexualité, entre honte, menaces et thérapies de conversion. Rencontre.

    Memento Films Distribution

    AlloCiné : Comment est née l'idée autour de Tremblements, qui dénonce les thérapies de conversion et le regard porté sur la communauté homosexuelle au Guatemala ?

    Jayro Bustamante (réalisateur) : Quand je me suis lancé dans mon premier long métrage, j'ai eu pour ambition de proposer un triptyque sur les trois insultes les plus graves dans mon pays, le Guatemala. Trois insultes qui figent la société et qui empêchent de faire un pas en avant vers le progrès social. Le premier de ces mots, que j'ai traité dans mon premier long métrage Ixcanul en 2015, c'était "Indien", soit le reflet d'une société qui discrimine. Et la deuxième, c'est "Homosexuel". Au Guatemala, l'homosexualité, et surtout l'homosexualité masculine, a plus à voir avec le machisme qu'avec l'homophobie. Pour un Guatémaltèque, un homosexuel se rabaisse parce qu'il va vers la féminité. L'insulte la plus utilisée pour parler des homosexuels est d'ailleurs "hueco", c'est à dire "trou".

    Quelle recherches avez-vous mené pour préparer le film ?

    Je voulais traiter ce sujet, mais de façon sociétale. C'est là que j'ai rencontré un premier "Pablo". J'en ai rencontré vingt-deux autres par la suite, mais ce premier "Pablo" avait une particularité, qui est d'être homosexuel et homophobe. La plupart de ces hommes vivent dans le mensonge : ils étaient mariés, ils n'avaient pas dit à leur femme qui ils étaient vraiment, ils avaient construit une vie complète jusqu'à ce qu'ils soient découverts... Ce qui est intéressant, c'est qu'ils avaient fait ça poussés par leur famille et leur Eglise. J'ai découvert que dans les églises évangéliques ou catholiques, au Guatemala, quand quelqu'un fait son coming out, on lui dit de prendre une femme et de se marier. A partir de ce moment-là, le film devenait assez complexe et sociétal pour pouvoir lui dédier du temps et y travailler.

    TuVasVoir - François Silvestre de Sacy

    Le film montre justement le poids de la société et de la religion. Dès lors, le projet a t-il été difficile à monter ?

    Au Guatemala, il aurait presque été impossible à monter. Heureusement, nous avons eu deux facteurs positifs. D'un côté, mes partenaires français et luxembourgeois qui ont réussi à réunir l'essentiel du budget. Et d'un autre, le succès de mon premier film au Guatemala a fait que les gens n'ont pas posé de questions sur le sujet de ce second long métrage.

    Qu'en est-il des comédiens ? Comment ont-ils accepté d'engager leur image, et notamment leur image macho, dans un tel projet ?

    Il n'y a pas vraiment d'industrie cinématographique au Guatemala, donc de fait pas vraiment de comédiens. Sur Tremblements, seuls deux comédiens sont professionnels. Les autres le sont devenus parce que nous les avons formés durant un an. Quand j'ai fait le casting, plus de 80% des comédiens, professionnels ou non, ont refusé quand ils ont réalisé que les rôles proposés étaient des personnages d'homosexuels. Ils voulaient apparaître dans un film, et préféraient un rôle de figurant à un rôle d'homosexuel.

    TuVasVoir - François Silvestre de Sacy

    La construction du film est surprenante, car vous ne dévoilez la "faute" de votre personnage qu'au bout de 45 minutes, à travers un plan très simple de deux hommes nus endormis l'un contre l'autre. Pourquoi ce choix narratif de ne pas révéler cette homosexualité alors que le héros est rejeté par sa famille dès la scène d'ouverture ?

    La plume du scénario est une plume un peu... sarcastique. Il y a tellement de ridicule dans ce sujet, à prêter tellement d'importance à une identité sexuelle dans un monde comme le nôtre... Je voulais faire comprendre ça. Je voulais dire : "Regardez tout ce drame... pour ça". Ca a été le point de départ de l'écriture du premier acte.

    Comment le film a t-il été accueilli au Guatemala ?

    Il n'est pas encore sorti, il sortira en août prochain. Mais on sait que cela va poser des problèmes, plusieurs personnes nous ont averti... Après mon premier film, nous avons créé une fondation pour utiliser le cinéma comme vecteur de changement social. Nous essayons de faire des liens avec des églises et de les convaincre d'utiliser des films pour créer des discussions. Avec un espoir d'inclusion. Dix églises ont dit oui pour Tremblements. Je ne sais pas combien il y a d'églises au Guatemala mais sûrement un million.

    Quand vous évoquiez le point de départ du film, vous parliez de trois insultes. Vous n'en avez cité que deux. Quelle est la troisième ? Est-ce que ce sera le sujet de votre prochain film ?

    Oui, j'y travaille. La troisième insulte est "Communiste". Cela n'a rien à voir avec une idéologie politique : quand quelqu'un s'inquiète pour les droits des autres, on est taxé de communisme. Il y a une peur, après tout ce que nous avons vécu comme guerres civiles et dictatures, de devenir Cuba ou le Venezuela si on s'inquiète pour quelqu'un d'autre. On est vraiment dans une société qui vit cinquante ans en arrière.

    Tremblements Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Olivier E
      La réponse standard de MissMalker était malheureusement prévisible. Je vous rassure vous n'êtes pas seul à en avoir marre de toute cette victimisation de toutes ces minorités agissantes qui se constituent pour pratiquer l'intolérance dont ils se plaignent. Je ne suis pas homosexuel, je considère l'homosexualité comme anormale pris dans son sens littéraire c'est à dire hors norme (note aux excités je n'ai pas dit que les homosexuels n'étaient pas normaux, pas bien ou je ne sais quoi, je parle de l'homosexualité), je n'ai aucune honte à dire que je serais peiné que mes enfants soient homos, j'assume sans la moindre hypocrisie et pourtant je n'irai non plus jamais les insulter, jamais les jeter en haut des immeubles comme il se fait ailleurs. Je pense que chacun fait ce qu'il veut sous sa couette. Cela n’empêchera pas que je sois comme vous traité de toutes les tares, certainement traité d'ordure, insulté car oui homophobe est une insulte, par des gens intolérants qui prétendent imposer leur norme à eux. Et cela n'est pas spécifique aux homosexuels, on a des lobbies dans tous les sens maintenant, des homos aux trans aux LGBT aux végans aux amateurs de choux de Bruxelles bientôt ! Tout est bon pour monter des associations, gratter au passage quelques subventions, et passer son temps à râler sur l'intolérance des autres qui ont l'audace de ne pas penser comme eux. La victimisation fait vendre dans un pays ou l'Audimat règne en maître, la pensée, ou du moins ce qu'il en reste, est formatée, lissée, contrôlée pour ne pas heurter des populations qui devraient moins s'occuper de ce que pensent les autres mais plutôt de leur susceptibilité maladive et intolérante.
    • Samir B
      Bah ci il aurait dit la même chose ça je te l'assure car voire un couplé hetero ce galoche en pleine c'est de placer tout comme un couplé gays après moi je m'en fou mais je comprends les gens qui sont contre ou pour après se quels sont à blâmer ce sont ceux qui vont jusqu'à les frappes pas ceux qu'ils aiment pas mais qu'ils sente foutent
    • MissMalker
      J'ai rien contre les homosexuels...Mais ==> déjà, ça part mal.On ne peut pas aimer tout le monde mais être contre les homosexuels, c'est être homophobe. Tout comme être contre les Noirs, c'est être raciste.On peut ne pas aimer quelqu'un en raison de son caractère, de sa personnalité... pas en raison de sa couleur de peau ou de son orientation sexuelle.Désolée de vous contredire mais le type qui a dit ça à ce couple est homophobe. Je doute beaucoup qu'il aurait été les voir si ça avait été un couple hétéro.Tout comme une fille que j'ai connu qui a dit beurk en voyant une photo de 2 femmes ensemble n'aurait jamais fait cette réflexion si ça avait été un homme et une femme.
    • Samir B
      J'ai rien contre les homosexuels car chacun aime qui il veut on es dans un pays libre . Mais la ou je supporte pas c'est quand quelqu'un dit qu'il est contre les homosexuels il se fait lyncher homophobe d'avoir un esprit ferme etc alors que le type donne sont avis on peut pas aimé tout le monde . Un jour un type est allée voire un couplé gays se galoche en plein rue il est allé juste leur dire de pas faire ça en pleine rue il c'est fait traité de homophobe alors que se ça aurait était un couplé d'hétero il aurait dit la même chose . Le jour que la société le peuple ne ferait plu c'est amalgame des con leur dit un truc c'est la que je pense qu'ils y aura moin de homophobe car ils seront vraiment rentrer dans la société
    • Luc Bessson
      Et c'est reparti, ouin ouin ouin ouin ouin.....
    • Cuderoy
      A suivre de près.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Hogar Bande-annonce VO
    Dans un jardin qu'on dirait éternel Bande-annonce VO
    Les Nouvelles Aventures De Rita Et Machin Bande-annonce VF
    Sous les étoiles de Paris Bande-annonce VF
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Arizona Junior Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Vivarium : rencontre avec Lorcan Finnegan, le réalisateur de ce huis clos cauchemardesque et engagé
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 mars 2020
    Vivarium : rencontre avec Lorcan Finnegan, le réalisateur de ce huis clos cauchemardesque et engagé
    Une Sirène à Paris : Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima évoquent l'univers "fantastico-réaliste" de Mathias Malzieu
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 mars 2020
    Une Sirène à Paris : Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima évoquent l'univers "fantastico-réaliste" de Mathias Malzieu
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 1 avr. 2020
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top