Mon AlloCiné
    Wild Wild West : une étonnante connexion avec le Superman de Tim Burton
    Par Clément Cusseau (@ClayMancuso) — 4 août 2019 à 09:00
    facebook Tweet

    "Wild Wild West" fête aujourd’hui ses 20 ans ! Pour l’occasion, pleins feux sur le western avec Will Smith, dont les coulisses avait été racontées dans un sketch hilarant de Kevin Smith.

    D.R.

    A priori, Wild Wild West et le Superman de Tim Burton n’ont rien en commun, ce dernier n’ayant jamais été tourné (lire notre article dédié), à l’inverse du western avec Will Smith (ce que regrettent encore les fans de la série Les Mystères de l’ouest). Pourtant, il existe bien un lien entre les deux longs métrages, comme l’avait révélé Kevin Smith dans un sketch devenu culte que nous vous proposons de (re)découvrir à l’occasion du vingtième anniversaire de la sortie en France de Wild Wild West.

    Le sketch de Kevin Smith (partie 1 sur 2) :

     

    Pour ceux qui ne parlent pas l’anglais, voici un résumé de l’histoire. Dans les années 90, grâce aux succès de ses films Clerks et Les Glandeurs sur le circuit indépendant, Kevin Smith devient aux yeux d’Hollywood un talent recherché, d’autant que sa connaissance encyclopédique de l’univers des super-héros s’accorde parfaitement avec les nombreux projets d’adaptations qui sommeillent alors au sein des majors. C’est notamment le cas du studio Warner Bros. alors en pleine préparation de Superman Lives, une nouvelle adaptation de l'Homme d'acier qui prendrait ses distances avec celle de Christopher Reeves.

    Kevin Smith vit un rêve éveillé lorsqu’il est contacté pour écrire le scénario du long métrage, un rêve qui ne va toutefois pas tarder à se transformer en cauchemar. Reçu dans le bureau du producteur Jon Peters, le cinéaste déchante alors qu’il se voit imposer trois règles non-négociables : premièrement, Superman ne devra pas porter de costume (sic), secundo, il ne devra pas voler (sic bis) et enfin, il devra se battre contre… une araignée géante ! (triple sic)

    Dans son sketch, Kevin Smith explique alors que Jon Peters n’était pas un fan de comics (vous l’auriez deviné) mais qu’il avait en revanche une fascination pour les documentaires animaliers. Et plus particulièrement pour un reportage sur les araignées qui l’avait profondément marqué au point de décider d’en faire le principal antagoniste du nouveau Superman. Finalement, après divers rebondissements, et notamment la décision de Tim Burton - choisi pour réaliser le film - de se débarrasser du script de Kevin Smith pour en écrire un autre, le projet était abandonné malgré les millions de dollars dépensés pour son développement, et alors même alors que des essais costumés de Nicolas Cage avait été effectués.

    Quelques mois après l'abandon du projet, le cinéaste était confronté à une vision totalement inattendue. Alors qu’il était allé voir Wild Wild West au cinéma, ce dernier découvrait que le méchant du film – le Dr. Loveless incarné par Kenneth Brannagh – possède une machine géante prenant la forme… d’une araignée ! Sans surprise, Smith remarquait alors dans le générique de fin que le film était produit par… Jon Peters !

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Castor P.
      Bah oui, mais aujourd'hui ces cas la sont de plus en plus des cas particuliers et loin d'être la norme, heureusement.Après pour JL si tout le monde avait pas craché sur BvS comme des boeufs pour rien sur les internet Warner n'aurait peut-être pas pris peur et aurait laisser Snyder bosser aussi...
    • Hunnam29
      Ouais je crois qu'il aimait un peu trop la coke à cette époque haha. Pour vouloir un truc aussi farfelu.
    • Twiss-ty
      N'empêche, il a été producteur de Superman Returns et producteur executif de Man of Steel. On peut au moins se rassurer que personne lui a laissé faire ce qu'il voulait. ^^
    • Quackerjack
      Ah bah moi aussi, tu vois ! En plus, j'avais découvert la série dans le même laps de temps ^^
    • The Last Action Zero
      Dans un sketch devenu culte, que nous vous proposons de (re)découvrir, à l’occasion du vingtième anniversaire de la sortie en France de Wild Wild West ... Et non... Le lien youtube est mort... Merci pour rien...
    • seiyar
      Josstice League c'est à cause de Warner et de Jojosse le tâcheron. Warner ce n'est pas la première fois qu'ils font ce genre de sabotage, Richard Donner et Tim Burton peuvent en témoigner.
    • seiyar
      Zanuck contrôlait tout mais lui il connaissait bien son métier, je peux citer Joel Silver lui il était du côté des réalisateurs et ces derniers étaient de son côté. Marvel qui laisse les réalisateurs s'exprimer, on repassera. lol
    • Le commandant Sean Ramius
      Si ca se trouve Tu à lu ?Tu part trop loin dans ta réflexion en voyant le monde en noir et blanc. Un gars se dit que c'est dommage qu'on n'ait pas plus d'info sur ce qui a été ajouté/retiré des films sur demande de la prod et toi tu part déjà dans le délire il critique les gentil prod lol te prend pas la tête aussi fort ;-)
    • Le commandant Sean Ramius
      On voit le résultat quand les studio mettent leur grain de sel avec certains film comme justice league etc... ^^
    • Castor P.
      Super caricatural comme raisonnementles gentils créatifs tout beaux qui n'ont que des bonnes idées VS les grands méchants producteurs qui n'imposent que des mauvaises idées, même que toutes les mauvaises idées de tout les films c'est des trucs imposés par les grands méchant producteurs, hé ouais.Chaud quand même la réflexion...
    • Castor P.
      C'est du fantasme ça.Il suffit de se pencher un peu sur l'histoire d'Hollywood pour voir qu'au fil du temps les producteur son en réalité perdu de plus en plus de pouvoirs créatifs a Hollywood. Ou plutôt a céder de plus en plus ces pouvoirs et en exercent de moins en moins.Alors, parce que je vous vois venir :Ils ne s'agit pas de dire qu'ils n'en n'ont plusEt évidemment, il existe toujours des projets vampirisés par des producteurs a l'égo démesuré.M'enfin rappelons nous qu'à l'âge d'or d'Hollywood, des mecs comme Zanuck et autres golden boy des studios contrôlaient véritablement tout de A a Z dans absolument toutes les productions...Aujourd'hui les studios cadrent des trucs un minimum tout le temps évidemment (soyons pas idiots, quand tu fout 150 a 200 millions dans un truc tu pose 2/3 contraintes).Mais de plus en plus de réal arrivent a obtenir de véritables carte blanche, et même dans les prod les plus calibrés les réal arrivent a avoir de la manœuvre.Même Marvel impose quelques jalons précis nécessaires a leur récit global mais laissent globalement leurs créatifs libres de construire les films comme ils le souhaitent tant qu'ils casent les éléments en question.Ce qui laisse toujours plus de marge de manœuvre qu'à la grande époque des producteurs mégalos. (Qui ont malgré tout donné naissance a certains des films reconnus comme les plus grands de l'histoire du cinéma...)
    • max270893
      ça dépend ils étaient peut-être plusieurs 😇(OK je sors...)
    • Hunnam29
      Ah ben dans le monde du blockbuster, ça existe. Ils ont parfois peur que ce soit trop spécial, que ça ne plaise pas alors ils imposent des trucs beaucoup plus conventionnels, quitte à ce que ce soit cliché. Mais ça a toujours été comme ça, et je pense que les réalisateurs à qui on donne 150M$ pour faire 100% ce qu'ils veulent sont rares (je dirais Nolan en tête, Inarritu aussi depuis ses succès & oscars...).Après quand un film est mauvais, c'est quand même pas toujours la faute aux vilains producteurs non plus. Ils aident pas, c'est sûr, mais souvent les scénaristes/réalisateurs se plantent bien quand même.Faut réussir à se faire une place et un nom avant qu'on t'enlèves les barrières... En même temps, faut se dire que filer 150M$ à Pierre Paul Jack les yeux fermés, c'est risqué aussi. Ca peut donner des énormes flops qui font un gros trou dans la caisse.Après là le producteur était particulièrement à côté de la plaque à cette époque-là. Un projet aussi catastrophique sur papier se serait forcément planté. Il devait prendre un peu trop de poudre blanche :)
    • L'Indien .
      Kevin Smith est devenu la concierge d'Holywood ces derniers temps.C'est triste.
    • AquaDog
      J'aime bien ce film et j'aime bien la série comme quoi c'est possible :)
    • Abdul Alhazred
      C'est Christopher Reeve, pas Reeves...
    • Le commandant Sean Ramius
      Je sais pas trop... Dommage que ne connaissent pas les scènes, personnages et idées imposées par les producteurs dans les films de manière plus générales.Si ca se trouve le fait que Luthor soit le méchant caricatural qui fait des monologue est une idée imposé par l'un des producteurs...
    • Hunnam29
      Nicolas Cage + Superman sans costume + qui ne vole pas + araignée géante... On aurait quand même eu un des meilleurs nanard du siècle là, c'est presque dommage haha.
    • Hunnam29
      Du coup ça va, dans Superman Returns on a le costume, le gars qui vole, le méchant qui est Lex Luthor et puis le gros style façon anciens Superman avec Reeves. J'dis pas qu'il est bon, mais quand on voit les goût de Jon Peters, on se dit qu'on a échappé au pire quand même !
    • Le commandant Sean Ramius
      Reçu dans le bureau du producteur Jon Peters, le cinéaste déchante alors qu’il se voit imposer trois règles non-négociables : premièrement, Superman ne devra pas porter de costume, secundo, il ne devra pas voler et enfin, il devra se battre contre… une araignée géante !A nouveau on voit l'influence, non que dis-je, les ordres débiles, des producteurs...Combien de films ont du être salopé par les désidérata des producteurs et quels sont leurs influences aujourd'hui ? Encore plus grande qu'il y a 20 ans, sans le moindre doute.Le réal doit recevoir un carnet de charge bien fourni... Ca expliquerait beaucoup de film...PS: devinez qui était producteur pour Superman Returns de 2006 ? :-)
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Domino - La Guerre silencieuse Bande-annonce VO
    Ad Astra Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Portrait de la jeune fille en feu Bande-annonce VF
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    El Otro Cristobal Bande-annonce VO
    Trois jours et une vie Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    20 ans Eyes Wide Shut : ces deux stars ont été coupées au montage
    NEWS - Culture ciné
    dimanche 15 septembre 2019
    Batman de Tim Burton a 30 ans : retour sur une production houleuse
    NEWS - Culture ciné
    vendredi 13 septembre 2019
    Bande-annonce Ad Astra : Brad Pitt s'envole dans l'espace pour James Gray
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 15 juillet 2019
    Sponsorisé
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top