Mon AlloCiné
    Once Upon a Time... : pourquoi ce serait le dernier film parfait pour Quentin Tarantino
    Par Léa Bodin — 17 août 2019 à 18:00
    facebook Tweet

    "Once Upon a Time... in Hollywood", mélancolique et crépusculaire, ne pourrait il pas être le dernier film de Quentin Tarantino ?

    Sony Pictures

    Depuis longtemps, Quentin Tarantino répète qu'il fera dix films. Et puis s'en va. Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Jackie Brown, Kill Bill, Boulevard de la mort, Inglourious Basterds, Django Unchained, Les Huit salopards, Once Upon a Time... in Hollywood. Et de neuf. On pourrait arguer que Kill Bill est un diptyque, mais l'intéressé l'a suffisamment répété, il compte pour un film et un seul. D'ailleurs, la bande-annonce de Once Upon a Time l'annonçait, il s'agit du "9e film de Quentin Tarantino". Le réalisateur n'en aurait donc pas encore fini. Pourtant, lorsque la salle se rallume après le générique, on a la vive impression que Once Upon a Time... in Hollywood pourrait être le dernier film de l'enfant terrible du cinéma américain, le plus naturellement du monde, tant il s'agit d'une œuvre crépusculaire.

    On peut voir Once Upon a Time comme le troisième volet de la trilogie historique de Tarantino, après Inglourious Basterds et Django Unchained, et c'est aussi un film qui s'inscrit tout à fait dans la continuité des Huit salopards, dans lequel le réalisateur, souvent dans l'autocitation, portait un regard désabusé sur l'Amérique tout en questionnant son propre cinéma. Si Once Upon a Time est indiscutablement tarantisnesque, il est toutefois un objet inhabituel dans sa filmographie, dépouillé notamment d'un élément fondateur son oeuvre : les joutes verbales, devenues une marque de fabrique, du diner de Reservoir Dogs à la diligence des Huit salopards. En se débarrassant du langage et en le reléguant au second plan, le cinéaste se met à nu et laisse aux sentiments la place de se déployer dans les silences. Comme si chaque dialogue de chaque film menait au silence contemplatif et mélancolique du dernier plan de celui-ci.

    2019 Sony Pictures Entertainment Deutschland GmbH
    Margot Robbie incarne une Sharon Tate insouciante et touchante

    Les dernières minutes de Once Upon a Time synthétisent à la perfection ce qui fait le cinéma de Tarantino : la tension entre violence et comédie, qui produit le rythme singulier de ses films, provoque ici une émotion nouvelle et toute particulière, qui tient à l'authenticité. Once Upon a Time est l'œuvre d'un homme qui éprouve les limites de son fantasme et par-là même livre son film le plus personnel : Tarantino donne vie à son jardin d'Eden, en ayant une conscience aiguë du fait qu'il ne s'agit que d'une version fantasmée d'un âge d'or sur le point de s'achever. "Tout est vrai", disait Han Solo à Chewbacca dans Le Réveil de la ForceÀ l'inverse, Once Upon a Time est un cri du cœur qui hurle que "tout est faux". Dans Once Upon a Time, Tarantino commente. Tout est faux, c'est pour cela que tout est permis.

    Lui qui n'a de cesse, jusqu'à l'agacement, d'expliquer en interview qu'il ne cautionne pas la violence, mais que dans la fiction elle est - entre autres - cathartique, oppose plus fort que jamais la violence de la vie à la violence cinématographique dans Once Upon a Time, film testamentaire d'une densité remarquable qui expliquerait, une bonne fois pour toutes, que le cinéma, ce n'est pas la vie. Ce qui reste, ce qui bouleverse, c'est le dernier plan de Once Upon a Time, pas seulement pour ce qu'il raconte, mais aussi car c'est la première fois que le cinéaste manifeste une telle lucidité et une telle conscience de soi. La caméra est fixe, le temps est suspendu. Que dit Tarantino ici ? Avec mélancolie, que s'il était démiurge et qu'il écrivait l'histoire, il l'écrirait ainsi, mais qu'à la fin, le cinéma n'est que du cinéma et que sa magie est éphémère.

    Dans l'univers alternatif de Quentin Tarantino, Sharon Tate n'est pas morte ; mais après la séance, la vie reprend son cours. Le Hollywood de 1969 est mort, Sharon Tate est morte, mais le temps d'un film, ils étaient là. La nostalgie a toujours été une composante essentielle du cinéma de Tarantino et c'est précisément sa dimension mélancolique qui confère ici au film sa profondeur si saisissante. Tout est là, dans ce plan, dans ce final, dans ce film : le cinéaste, sans filtre, mais sans esprit de sérieux, presque endeuillé, déclare son amour au cinéma, à la télévision et au divertissement, à ses souvenirs et à ce petit monde qu'il a créé, les balayant d'un regard tendre. Peut-être y aura-t-il d'autres films, d'autres histoires à raconter, et Quentin Tarantino n'est certainement ni mort, ni enterré, mais dans Once Upon a Time... in Hollywood, l'enfant terrible atteint des sommets et touche à une forme de petite mort en nous emmenant au bout du conte. 

    La bande-annonce de Once Upon a Time... in Hollywood :

    Once Upon a Time… in Hollywood Bande-annonce (2) VO

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hunnam29
      Mais arrêtez avec ce truc du dernier film, c'est ridicule. Du coup les journalistes sont toujours tournés vers le futur de Tarantino quand un de ses film sort, et les conférences de presse / interviews sont polluées par cette question inutile à chaque fois.
    • Nico_lvl
      Il veut surtout arrêter de tourner des films pour le cinéma après le prochain. Il veut se lancer dans des mini séries surtout
    • Ringo
      Tarantino a dit que Once Upon A Time... In Hollywood était son climax dans ses histoires interconnectés via ses films , et que son dixième film serai une forme d'epilogue j'ai bien hâte de voir ce que va être son dixième et dernier ( ? ) projet.. En tout cas OUATIH est une formidable expérience cinématographique , merci Tarantino.
    • Cobrax
      Ouais, j'ai des doutes aussi. Peut être une coupure de 10-15 ans, mais un passionné comme lui reviendra tôt ou tard, je pense aussi.Après s'il arrête vraiment à 10, c'est tout à son honneur.
    • Capugino
      On va faire un effet Besson avec Tarantino maintenant ??!!
    • seke
      Disons que dans le Monde Artistique (Ciné, Musique Littérature), il y a 2 écoles :_ Ceux qui ne veulent pas faire Le Combat de Trop : comme ici Tarantino (ou Goldman) car les exemples ne manquent pas de ceux passés un certain âge qui ont fait de mauvais films ou Musique._ Ceux qui vivent de ça et ne s'imaginent pas faire autre chose : genre Daniel Auteuil, Samuel L. Jackson, Clint Eastwood, etc...
    • Might Guy
      Disons que c'est le premier Tarantino qui m'intéresse depuis bien longtemps (kb2, pour être précis). Son dernier ou pas, ce sujet m'est un peu égal.
    • andiran23
      Je crois pas une seconde qu'il s'arrêtera vraiment à dix. Un passionné comme lui qui prendrait sa retraite à 56 ans ? Il reviendra à chaque fois qu'un projet l'intéressera vraiment, à mon avis cette histoire de stop à 10 c'est surtout parce qu'il a pas envie de faire des projets à la chaîne, mécaniquement, qui le passionnent pas. Vu le joli box-office de la plupart de ses ses films, il peut se permettre de prendre son temps, autant le faire. Myazaki et Soderbergh aussi avaient dit qu'ils arrêteraient, finalement ils avaient sûrement plutôt besoin de se ressourcer, de retrouver l'inspiration
    • Thibaultchu
      Tarantino a déjà confirmer qu'il ferais un autre film (Kill Bill Vol 3, Star Trek, film original ?) il a même annoncé qu'il travaillez sur une série tv en lien avec celle de Once Upon A Time in Hollywood (celle dans lequel joue Rick Dalton au début du long métrage)
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Domino - La Guerre silencieuse Bande-annonce VO
    Ad Astra Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Portrait de la jeune fille en feu Bande-annonce VF
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    El Otro Cristobal Bande-annonce VO
    Trois jours et une vie Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Bande-annonce Ad Astra : Brad Pitt s'envole dans l'espace pour James Gray
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 15 juillet 2019
    Sponsorisé
    Ça : découvrez le vrai Pennywise dans le documentaire Wrinkles The Clown
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 16 septembre 2019
    Ça : découvrez le vrai Pennywise dans le documentaire Wrinkles The Clown
    Passengers sur TF1 : avez-vous remarqué le clin d'oeil à Shining ?
    NEWS - Films à la TV
    lundi 16 septembre 2019
    Passengers sur TF1 : avez-vous remarqué le clin d'oeil à Shining ?
    Dernières news cinéma
    Films de la semaine
    du 11 sept. 2019
    Ça : Chapitre 2
    Ça : Chapitre 2
    De Andy Muschietti
    Avec Bill Skarsgård, James McAvoy, Jessica Chastain
    Bande-annonce
    Deux moi
    Deux moi
    De Cédric Klapisch
    Avec François Civil, Ana Girardot, Eye Haïdara
    Bande-annonce
    Music of my life
    Music of my life
    De Gurinder Chadha
    Avec Viveik Kalra, Kulvinder Ghir, Meera Ganatra
    Bande-annonce
    Un petit air de famille
    Un petit air de famille
    Bande-annonce
    Tu mérites un amour
    Tu mérites un amour
    De Hafsia Herzi
    Avec Hafsia Herzi, Djanis Bouzyani, Jérémie Laheurte
    Bande-annonce
    Jeanne
    Jeanne
    De Bruno Dumont
    Avec Lise Leplat Prudhomme, Fabrice Luchini, Annick Lavieville
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top