Notez des films
Mon AlloCiné
    Mort de Guy Bedos, comique cinglant et acteur pour Yves Robert
    Par La rédaction — 28 mai 2020 à 18:15
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le comique et acteur Guy Bedos est mort ce jeudi 28 mai, à l'âge de 85 ans. Révélé par ses spectacles humoristiques, il était connu pour ses rôles dans les films d'Yves Robert comme "Nous irons tous au paradis" et "Un éléphant ça trompe énormément".

    COADIC GUIREC / BESTIMAGE

    Guy Bedos est décédé à l'âge de 85 ans, vient d'annoncer son fils, Nicolas Bedos sur Instagram.

    Voir cette publication sur Instagram

    Une publication partagée par Nicolas Bedos (@nicolasbedosofficiel) le

    Après un passage par les cours de comédie de la Rue Blanche, Guy Bedos débute simultanément sur scène et sur grand écran au milieu des années 50. Au théâtre, il s'illustre dans des pièces du répertoire classique comme Monsieur Chasse de Georges Feydeau ou encore Bon week-end Monsieur Benett, le popularisant auprès du grand public. Au cinéma, il débute dans Futures Vedettes de Marc Allégret, puis multiplie les seconds rôles, de Ce soir ou jamais (1961) au Caporal épinglé (1962). Dans la foulée, il s'affiche également au cabaret, qui lui apportera du succès tout au long de sa carrière, et qui imposera son ton caustique.

    Repéré par Yves Robert

    Le parcours cinématographique de Guy Bedos est intimement lié à celui d'Yves Robert. En 1964, le cinéaste lui offre son premier rôle d'importance dans Les Copains, aux côtés de Philippe Noiret et Pierre Mondy. Il lui apporte la consécration une dizaine d'années plus tard, avec le rôle de Simon, la "grande gueule" d'Un Éléphant, ça trompe énormément (1976) et de Nous irons tous au paradis (1977). Entre-temps, Bedos se trouve notamment à l'affiche de Dragées au poivre, du Pistonné ou encore de L'Oeuf.

    Alors qu'il multiplie les triomphes sur scène avec son humour cinglant, burlesque et parfois provocateur, Guy Bedos se fait de plus en plus discret à l'écran. Cet observateur malicieux du quotidien, épinglant volontiers les politiciens, apparaît ainsi au générique de Réveillon chez Bob (1984), puis retrouve Yves Robert pour Le Bal des casse-pieds (1992). Dès lors, mis à part quelques rares apparitions dans de petites productions, le comique délaisse le cinéma pour la scène.

    Retour au cinéma

    Absent pendant 15 ans du grand écran, Bedos décide de reprendre du service en 2007 sous l’œil affuté des caméras de Véra Belmont pour Survivre avec les loups, ainsi que celles de Stéphane Kazandjian pour Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde (2010) et de Stéphane Robelin pour Et si on vivait tous ensemble ? (2011). Dans ce dernier, il s'affiche aux côtés d'un groupe de retraités dynamiques, interprétés par Geraldine Chaplin, Jane Fonda, Claude Rich et Pierre Richard. Entretemps, il est apparu à la télévision dans un court métrage (L'habit ne fait pas le moine) et dans la série Kaamelott, le temps d'un épisode de la saison 5.

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • demencia
      C'est très discutable !!!! mais nous ne sommes pas dans un débat politique , continuons à parler de cinéma .
    • demencia
      Certainement ! en fait , il faut d'abord bien sélectionner son vocabulaire ,, ensuite savoir si on va dire du bien ou du mal , et là, le site fera le reste ( il tiendra sûrement aussi compte de la personnalité dont on parle )
    • jeanus
      j'ai dit gaucho c'est pour ca je pense
    • demencia
      Merci à toi , mais c'est quand même bien lamentable de chercher ses mots pour éviter d'être censuré ! Elle est là , l'expression , en France !!...Enfin , tout dépend de qui on parle aussi !!!!!!
    • Lou Bloom
      Ce qui sous entend clairement ta volonté d'en discuter de vives voix. Ou alors, je mets simplement cela sur le compte d'une énième provocation pour mieux feindre une réponse de fond ?Merci, de même.
    • Lou Bloom
      Oh tiens, une personnalité qui se révèle. Voilà ce qui se cache derrière les belles tirades et les supposées grandes valeurs, un peu à l'image du mentor Bedos remarque. Non, tu vas me le payer, c'est toi qui réclames un échange de vives voix, pas l'inverse.Oui j'en ai et encore davantage pour les personnes qui en sont dignes.A quoi bon vouloir le réhabiliter, je suis sûr qu'à l'heure de son décès, il assumerait plus que jamais son passif.
    • Lou Bloom
      Si tu prends en charge tous les frais liés au transport, je viendrais te l'expliquer de vives voix.Je ne ressens aucun complexe vis à vis d'un homme qui n'a jamais exprimé la moindre compassion envers certaines personnes de son vivant. Je préfère m'identifier à des personnes autrement plus nobles et valeureuses. Sa mort ne le réhabilitera pas.
    • Lou Bloom
      Les brevets de maturité délivrés par la pensée de gauche, on s'en passe aisément.Je n'ai pas haussé le ton et je pourrais, sans le moindre problème, tenir ce même discours en face de toi. Ceux qui caricaturent leurs interlocuteurs pour mieux les faire taire n'ont jamais été en mesure de m'intimider.
    • jeanus
      bien dit et bien construit merci
    • demencia
      c'est celui qu'à choisi ce site , souvent sans aucune raison valable !
    • The world is yours
      Rien de pire que la censure,il y’a quand même d’autres moyens pour montrer son désaccord.
    • The world is yours
      Vachement mature comme façon de penser,on voit un peu le genre de personne qui se cache derrière ce pseudo.Généralement le genre de personne à déverser sa haine anonymement,mais réellement ça baisse d’un ton comme un rien ^^Ça s’appelle de la décence,le jour de ton 10 ème anniversaire tu comprendras !
    • Lou Bloom
      De l'empathie lors de sa mort, alors qu'il n'en a jamais fait preuve envers certaines personnes de son vivant ? mdr...
    • The world is yours
      Je ne comprendrai jamais les personnes qui bavent sur cette page de recueil pour Guy Bedos.Lors d’un décès qu’on aime ou pas l’artiste où l’homme on peut néanmoins faire preuve d’empathie et de respect et cela même pour son pire ennemi.L’heure n’est pas à la critique surtout pour un décès...
    • demencia
      Comment dire ??? ( pour ne pas être 'évaporé ') cet humoriste , pas tout-à-fait de notre mère patrie , cinglait régulièrement le ventre qui l'a nourri ! et ne tarissait guère de témoignages reconnaissants au près de gens adeptes de ses alégories !
    • The world is yours
      Oui chacun sa sensibilité !Je ne suis pas un fan de Guy Bedos mais je le considère néanmoins comme une personnalité Française importante et intéressante.
    • demencia
      Perso , il ne me laissera aucun souvenir . Mais , à chacun ses appréciations ! je ne critique pas !
    • demencia
      Non Non !!! Surtout pas de remplaçant !!!!!!!!
    • Lou Bloom
      idem
    • David M
      Oh le relou de service, salut ! :-)
    Voir les commentaires
    Back to Top