Mon AlloCiné
    #MeToo : pour Geena Davis, "il est aujourd'hui possible de parler des inégalités"
    Par Maximilien Pierrette - Propos recueillis le 10 septembre 2019 à Deauville — 10 sept. 2019 à 18:15
    facebook Tweet

    Venue recevoir un Deauville Talent Award pour l'ensemble de sa carrière, Geena Davis présente également le documentaire "Tout peut changer", sur les inégalités à Hollywood, et évoque l'impact de #MeToo et Time's Up sur cette lutte.

    Denis Guignebourg / Bestimage

    Après Pierce Brosnan, place au second Deauville Talent Award de 2019 : Geena Davis. L'actrice de Thelma & Louise, vue récemment dans la saison 3 de G.L.O.W. sur Netflix, est venue avec Tout peut changer, documentaire sur les inégalités entre hommes et femmes à Hollywood dont elle est la productrice déléguée. L'occasion de faire un état des lieux avec elle, et de voir si les mouvements nés dans le sillage de l'affaire Weinstein ont fait avancer le combat. "Une chose a changé : aujourd'hui, il est possible de parler de ces inégalités", nous répond-elle. "C'est davantage dans l'esprit des gens depuis #MeToo, Time's Up ou Trump. Ça, c'est un changement important qui peut en créer d'autres en faisant en sorte que les gens parlent entre eux de sujets comme l'égalité des salaires par exemple."

    "Avant que cela se produise, vous n'auriez pas pu vous plaindre de votre salaire car il y a forcément quelqu'un de moins bien payé (rires) Jamais de la vie. Mais maintenant, il y a Gillian Anderson qui découvre qu'elle perçoit la moitié de ce que David Duchovny touche, qui élève la voix, et qui obtient la même chose. C'est un énorme changement. On le voit aussi dans d'autres secteurs de la société, dans la football féminin notamment : nous sommes à une époque où l'on prête plus d'attention à ces choses. Donc nous allons voir d'autres changements. La libération de la femme remonte aux années 70, il est temps pour une autre."

    C'est trop demander que penser que les opprimés vont aussi devoir porter le fardeau de la résolution de leur problème

    L'élan provoquée par #MeToo et Time's Up a-t-il aussi bénéficié au documentaire présenté à Deauville, en permettant au film de s'offrir plus d'interlocuteurs que prévu ? "Oui, c'est ce que le réalisateur m'a dit : il tournait depuis quelques années avant que tout cela ne se produise, et c'est alors devenu un million de fois plus facile pour lui d'avoir des personnes devant la caméra. Tout à coup, tous les gros noms qu'il avait tenté de réunir en vain disaient "oui". Et je sais que les effets de #MeToo et Time's Up ont joué, surtout que beaucoup des femmes que l'on voit dans le film sont des membres de Time's Up. Ça a fait la différence."

    On notera toute l'ironie qui réside dans le fait que ce documentaire sur les inégalités entre homme et femmes à Hollywood a été mis en scène par… un réalisateur, Tom Donahue en l'occurrence : "Lorsqu'il a été annoncé aux États-Unis que j'allais être productrice déléguée du film, il y a eu plein de commentaires se demandant comment je pouvais embaucher un homme pour faire ce documentaire alors qu'il y avait tant de femmes douées. Sauf que c'était son projet ! Il m'a fait participer mais c'était son idée. Et nous avons de la chance que ça l'ait été, car c'est notamment parce qu'il est un homme qu'il a voulu le faire, et qu'il sentait que l'on ne pouvait pas espérer que les plus mal desservis puissent résoudre leur propre problème. C'est trop demander que penser que les opprimés vont aussi devoir porter le fardeau de la résolution de leur problème. Il fallait que des hommes nous aident, avec le pouvoir, l'argent et le statut qu'ils peuvent avoir. Il pensait que c'était important de procéder ainsi."

    Présenté ce mardi 10 septembre à Deauville, "Tout peut changer" sortira sur nos écrans le 8 janvier 2020 :

    Tout peut changer, Et si les femmes comptaient à Hollywood ? Bande-annonce VO
    facebook Tweet
    Commentaires
    • ScaarAlexanderTrox
      Ah mais loin de moi l'idée de présenter Jackson comme une superstar, hein. :D Ceci dit, le fait est que c'était un nom plus connu (Dawson ne s'était arrêté que cinq ans plus tôt), ou moins méconnu si tu préfères, que celui d'Anna Torv... et affirmer que ça n'a pas pu jouer dans la négociation des salaires serait de mauvaise foi.Pourquoi Noble aurait-il pu demander un plus gros salaire ? Ce n'était pas une grosse pointure non plus...Après, peut-être as-tu raison, peut-être y a-t-il eu discrimination. Mais on entend tellement ce mot à tort et à travers, dans notre société über-conflictuelle, que je suis sceptique par défaut.
    • MickDenfer
      Je trouve que les femmes n'attaquent pas assez les hommes avec ironie ou humour.
    • Stringer B
      Jackson était un acteur de séries b et de films de genre étudiants médiocres... En termes de bankabilité excuse-moi mais ça ne vaut pas mieux qu'une actrice de théâtre australienne. C'est comme si Joseph Fiennes avait été payé le double de Cate Blanchett en 1998 pour Elizabeth. Le seul du cast de Fringe qui aurait pu réclamer un gros salaire c'est John Noble et c'est tout. Et oui Jackson était payé plus.
    • ScaarAlexanderTrox
      Jamais prétendu que l'inégalité salariale n'existait pas dans le monde. Mais l'inégalité telle que je l'ai posée au début de mon commentaire, j'attends toujours de voir un exemple probant. Généralement, les gens confondent vraiment, par ignorance ou par cynisme, salaire et revenu.Concernant les actrices étant moins bien payées que les acteurs, même commentaire qu'à Hunnam : ça peut tout à fait être une question de compétences en négo. Pas dans tous les cas, hein, mais souvent. Tu parles d'Anna Torv et Joshua Jackson ? Jackson touchait plus ? Bon, ce n'est pas comme s'ils étaient parfaitement égaux en termes de bankabilité : elle sortait de nulle part, ou plus précisément, de la télé australienne.Et... quel secret de tournage de quoi ? Du film de Scott ?
    • ScaarAlexanderTrox
      L'inégalité salariale, grossièrement, c'est un homme et une femme touchant un salaire différent pour le même travail et le même nombre d'heures dans la même entreprise. Soit quelque chose d'interdit par la loi dans des pays comme le nôtre depuis un moment.Dans le cas des acteurs, c'est une toute autre histoire, comme tu le reconnais toi-même à demi-mots à la fin. Tu parles du fait que la rousse touchait moins que Duchovny sur The X-Files : d'abord, les acteurs négocient leurs salaires, ce qui fait que chacun est un peu responsable de ce qu'il touche. Une raison pour laquelle les actrices touchent moins que les hommes dans ce milieu, c'est la moindre propension des femmes à la compétitivité agressive que celle du sexe opposé (tu sais, la toxicité masculine, tout ça). Du coup, oui, la situation de la rousse est injuste car cette dernière est aussi importante que Duchovny dans la série, et pas bien moins connue, mais pour des raisons à nuancer.Par exemple, là où tu fais vraiment fausse route, et cela appuie mon propos, c'est en prenant le film de Ridley Scott pour exemple. Oui, Wahlberg a été payé mille fois plus que Williams. Pourquoi ? Bah, parce qu'il est mille fois plus bankable. Et que ça a joué un chouïa dans la négo de son contrat. Zéro vilaine discrimination, ici. C'est comme cette histoire de footballeuses qui ne touchent pas autant que les footballeurs : faut faire autant d'audience, les cocottes.Donc, tout n'est pas rose, as usual, mais le cri à la discrimination est, comme assez souvent, infondé.
    • Stringer B
      L'inégalité salariale n'est pas du tout un argument qui a été neutralisé. Il y a des cas de notoriété bien précis où l'inégalité est justifiée, que ce soit dans un sens ou dans un autre, masculin ou féminin, en revanche, il y a plein où c'est l'héritage d'une histoire d'inégalités. Comme par exemple sur certaines séries, comme X-Files ou Fringe, ou l'acteur principal qui n'est même pas une star touche plus que sa co-star alors qu'ils ont le même temps de présence et la même importance dans les storylines, comme avec le reboot de Hawaii Police d'Etat, où deux membres du cast historique sont partis parce qu'ils étaient payés presque moitié moins que les deux acteurs dits principaux). L'inégalité salariale existe. C'est juste qu'elle ne recouvre pas tous les cas de figure à Hollywood.
    • Hunnam29
      Oui et non. Non : ok, pour le cas de Geena, elle n'a plus forcément la côte d'avant et pas beaucoup de projets dans les tuyaux. Mais cette inégalité salariale est vraiment présente et donne des choses extrêmement inégales. L'exemple de X-Files avec Gillian Anderson est flagrant. Deux acteurs en tête d'affiche d'une série, et l'un qui gagne seulement la moitié de ce que gagne l'autre. Alors après ouais, dans un film, même entre mecs il y a des différences salariales en fonction de si telle ou telle personne est connue ou pas. Mais genre pour une série comme X-Files, où les deux acteurs sont autant personnages principaux l'un que l'autre, et qu'on en est à la 11ème saison depuis 1993, bon... Gillian Anderson n'a en plus pu ouvrir sa bouche que maintenant pour se plaindre, alors que cette inégalité est flagrante depuis 25 ans. Ou d'autres projets comme Tout l'argent du monde de Ridley Scott, où Mark Wahlberg était payé 1500 fois plus (!) que Michel Williams pour les reshoot. Enfin je veux dire, que tu le veuilles ou non, et indépendamment de Geena Davis, cette inégalité (et discrimination) là existe bel et bien.Oui : parce qu'après je suis d'accord que question salaire, c'est un gros bordel de toute façon. Il n'y a pas une personne qui est payée exactement pareille que son voisin et qui signe les mêmes clauses de contrat. Même en entreprise à petite échelle (nous quoi...) c'est le bordel, que ce soit entre hommes, entre hommes & femmes, entre femmes.
    • ScaarAlexanderTrox
      Parlé des inégalités : dans une certaine mesure, totalement d'accord, pas comme si tout était rose. En revanche, sortir l'increvable et pourtant bien des fois neutralisé argument de l'inégalité salariale (en réalité une inégalité de revenus qui n'a rien à voir avec de la discrimination de la part d'un quelconque système patriarcal), ça ne rend pas super crédible. Enfin, pas comme si Geena avait mieux à faire ces temps-ci. Et qui sait, peut-être le docu dira-t-il des choses intéressantes sur les raisons pour lesquelles si peu de femmes réalisent, par exemple. Tant que son explication n'est pas la discrimination à toutes les sauces.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Port Authority Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Ceux qui travaillent Bande-annonce VF
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    À couteaux tirés Bande-annonce VO
    Rambo: Last Blood Teaser VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Comic-Con Paris 2019 : Karen Gillan (Nebula) et Zombieland 2 au programme
    NEWS - Festivals
    mardi 17 septembre 2019
    Comic-Con Paris 2019 : Karen Gillan (Nebula) et Zombieland 2 au programme
    Bande-annonce Abominable : après Dragons 3, le nouveau film d’animation Dreamworks
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 23 mai 2019
    Bande-annonce Abominable : après Dragons 3, le nouveau film d’animation Dreamworks
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Parasite
    Parasite
    4,5
    De Bong Joon-ho
    Avec Kang-Ho Song, Woo-sik Choi, So-Dam Park
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Les Hirondelles de Kaboul
    Les Hirondelles de Kaboul
    4,1
    De Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec
    Bande-annonce
    Le Roi Lion
    4,1
    De Jon Favreau
    Bande-annonce
    Portrait de la jeune fille en feu
    4,1
    De Céline Sciamma
    Avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami
    Bande-annonce
    Yuli
    4,0
    De Icíar Bollaín
    Avec Carlos Acosta, Santiago Alfonso, Kevyin Martínez
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top