Notez des films
Mon AlloCiné
    Terminator Dark Fate : en quoi le titre est-il un clin d’oeil aux deux premiers films ?
    Par Vincent Formica — 26 oct. 2019 à 17:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le nouveau long-métrage de la franchise est sorti au cinéma le 23 octobre, l'occasion de faire un petit focus sur la signification du titre, qui met en avant la notion de destin.

    À la fin de Terminator 2, Sarah Connor, son fils John, et le T-800, empêchent le "Jugement Dernier" du titre. L'héroïne mettait ainsi à exécution sa célèbre devise : "no fate but what we make" ou "pas de destin mais ce que nous faisons."

    Selon Sarah, notre destin n'est pas figé, le futur n'est jamais écrit, et nous avons le pouvoir de changer les choses. Cette notion de destinée est au coeur de la saga SF, notamment à travers les voyages dans le temps inhérents aux récits des différents opus.

    Cette phrase ("pas de destin mais ce que nous faisons") est prononcée pour la première par Sarah Connor dans une scène coupée de Terminator. Cette dernière, visible sur YouTube, montre Sarah et Kyle Reese se disputer avant d'entamer une discussion au sujet de ce concept de destinée.

    On peut entendre Sarah dire "There is no fate but what we make for ourselves" vers 4 minutes dans la vidéo ci-dessous.

     

    C'est dans le second volet que Sarah Connor grave (littéralement) cette expression dans les esprits. Sur une table en bois, elle écrit "NO FATE" en grosses lettres avec un couteau. Cette phrase reviendra dans les autres opus de la saga et deviendra culte, tout comme le fameux "Je reviendrai" ou "Viens avec moi si tu veux vivre". Par exemple, dans Le Soulèvement des machines, No Fate But What We Make est l'épigraphe de Sarah Connor, plaqué sur la tombe de cette dernière.

    Twentieth Century Fox

    Toutefois, ce dernier Terminator ne tient pas compte des événements des épisodes sortis après Le Jugement Dernier. Sarah Connor est bien vivante et continue de lutter contre ce "Sombre Destin", traduction littérale du titre anglais "Dark Fate". Cette fois, après avoir matraqué le fait que nous sommes aux commandes de nos vies et que le futur n'était pas écrit, James Cameron et le réalisateur Tim Miller ont décidé de dévoyer un peu le concept.

    En effet, si nous pouvons influer sur notre futur, s'il n'y a pas de destin mais ce que nous faisons, nous ne pouvons toute de même pas échapper à notre sombre destinée, mais seulement la retarder. En cela, ce Dark Fate envoie un message un peu plus noir que les précédents opus de la franchise. Cela est illustré dans une parole d'Arnold Schwarzenegger dans la bande-annonce : "Do you believe in fate, Sarah ?" Ce qui signifie : "Crois-tu au destin, Sarah ?"

    Et vous, y croyez-vous ?

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Jean-Michel Nguyen
      En bas de l'affiche américaine de 'Halloween' (David Gordon Green, 2018), qui était vu comme une suite directe à 'Halloween' (John Carpenter, 1978) et qui voyait Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) revenir en chair et en os après son décès dans 'Halloween 4 : Le Retour de Michael Myers' (Dwight H. Little, 1988) et 'Halloween Résurrection' (Rick Rosenthal, 2002) (désolé pour les spoilers), il est écrit Face your fate .Saloperie de destinée.Ce sera quoi plus tard ? Fate is a bitch sur l'affiche d'un futur 'Alien', qui serait une suite à 'Aliens' (James Cameron, 1986), voire carrément à 'Alien' (Ridley Scott, 1979) ?
    • Rastan
      There is no fate but what we make for ourselves.L'héroïne mettait ainsi à exécution sa célèbre devise Cette phrase reviendra dans les autres opus de la saga et deviendra culteOuah !A peu près aussi culte que les dés de Han solo.C'est pour dire....
    • Urb 7
      une bouse ce film
    Voir les commentaires
    Back to Top