Notez des films
Mon AlloCiné
    Little Joe : rencontre avec Emily Beecham et Jessica Hausner
    Par Propos recueillis par Laëtitia Forhan au Festival de Cannes, le 18 mai 2019 — 13 nov. 2019 à 05:30
    facebook Tweet

    Little Joe sort ce mercredi dans nos salles. Présenté en Compétition lors du dernier Festival de Cannes, le film de Jessica Hausner est emmené par Emily Beecham. La comédienne a reçu le Prix d’interprétation féminine pour son rôle de scientifique.

    AlloCiné : Au-delà de la question de base «le bonheur peut-il s’acheter», Little Joe traite de nombreux sujets notamment de la maternité. Pouvez-vous nous en dire plus ?

    Jessica Hausner : La question de la maternité m’intéresse beaucoup. Quand j’ai commencé à travailler avec ma scénariste Géraldine Bajard, nous nous sommes mises d’accord sur le fait que les protagonistes devaient faire penser à des zombies, et que notre personnage central devait être mère.

    On a cette idée que le pire pour une mère est de perdre son enfant, mais parfois, peut-être que la mère a envie de perdre son enfant. L’ambiguïté des sentiments d’une mère envers son enfant est le point central de notre histoire. Dans notre société c’est encore un tabou pour les femmes de dire qu’elles en ont assez d’être mères et qu’elles préfèrent faire carrière (comme c’est le cas d’Alice dans le film). Je voulais donc faire un film d’anticipation où la société ne jugerait pas une mère qui choisit de laisser le père s’occuper des enfants. Peu importe ce que font les parents, ils sont toujours jugés.

    Emily Beecham : Les femmes qui sont mères et veulent continuer à travailler vivent un vrai conflit intérieur. Alice, mon personnage en vit un. Elle se sent coupable et ça se ressent dans ses relations avec son fils. Elle est totalement dévouée à son travail, c'est une brillante scientifique mais elle est frigide émotionnellement. Elle n'a pas de vie privée et n'en veut pas. Elle place le plaisir au second plan. C’est peut-être pour cela qu’elle parle constamment de son invention, la plante qui rend heureux Little Joe. Elle voudrait que son fils s’y intéresse également afin de l'inclure à son travail et d'avoir moins l'impression de le laisser en dehors. Et tout cela malgré le fait qu'elle soit consciente que la plante affecte le cerveau des gens qui respirent son odeur.

    Bac Films

    Il n’y a que deux femmes dans le film et elles sont jugées « folles » par leurs paires. Est-ce justement une critique du regard que la société porte sur les femmes ?

    Jessica Hausner : Au cinéma il y a presque un genre a part entière consacré aux femmes folles, mais il s’agit très souvent d’une vision masculine. Je voulais donner une vision féminine et montrer que ces femmes n’étaient pas aussi folles que souhaitent le penser les protagonistes masculins du film. Ce qui m’intéresse est de savoir ce qu’est la folie, que signifie « être folle » ? Est-ce que parler de nos sentiments chez un psychanalyste fait de nous quelqu’un de fou ? Ce n’est pas le cas selon moi. Une femme à le droit de vouloir être libre où être différente sans être jugée.

    La place des femmes dans l'industrie du cinéma est en train d'évoluer

    Vous parliez d’une vision masculine du cinéma . Il y a de plus en plus de femmes qui passent à la réalisation et nous offre leur version de la vie. Pensez-vous que les choses sont enfin en train d’évoluer ?

    Jessica Hausner : J’ai l’impression que ça n’a pas évolué pendant très longtemps, il serait donc temps. Quand j’avais 16 ans, je me demandais si je pourrais un jour devenir réalisatrice car il n’y avait que des hommes. Ça a pris du temps pour que les choses évoluent, et je pense que le mouvement Me Too a vraiment ouvert les yeux du grand public là-dessus. Pas simplement au sujet du harcèlement sexuel, mais d’une manière plus global ça a permis d’ouvrir les yeux sur la question de la parité. J’ai l’impression que depuis ce mouvement il y a une certaine pression du public qui pousse les producteurs et les gens qui font les films à plus inclure les femmes.

    Emily Beecham : Au début de ma carrière je passais des auditions et c'était toujours pour des rôles secondaires, des petites amies, des femmes douces et gentilles... Je ne me sentais pas toujours à l'aise avec ces rôles. J’étais d’ailleurs souvent en conflit avec moi-même, me demandant si je devais accepter tel ou tel rôle, si ils me voulaient pour mon physique ou pour mon talent... Ça m'a beaucoup déprimé à un moment donné de ma vie. Et puis j'ai commencé à recevoir des propositions de personnages plus complexes, aujourd'hui les choses sont en train de changer. Il y a de plus en plus de femmes réalisatrices, elles apportent un point de vue différent sur le monde et proposent des personnages féminins forts. Les temps sont en train de changer et ça envoie un beau message aux jeunes femmes.  

    Little Joe fait penser à un tableau, l’esthétisme est très travaillé, les couleurs, les costumes… Pouvez-vous expliciter ces choix ?

    Jessica Hausner : Depuis mes débuts je travaille avec le même directeur de la photo, Martin Gschlacht. Et de films en films nous développons notre style. Avec Little Joe nous avons été encore plus loin. Le film semble artificiel, les couleurs sont éclatantes, tout est propre, bien ordonné. C’était également le cas dans mes précédents longs métrages, mais ici nous avons tenté de créer un monde surréaliste. Parce que l’histoire de ce film ne doit pas être comprise seulement pour ce qu’elle est, à un moment précis et dans le contexte. Je veux raconter des histoires existentielles qui nous intéresseront toujours dans 10 ans. Et c’est pour cette raison que nous avons créer un monde qui peu parfois sembler abstrait.

    Bac Films

    Parlons de la musique, qui est très stridente et il faut l’avouer un peu stressante, mais qui confère au film quelque chose une ambiance particulière. C’est une musique japonaise ?

    Jessica Hausner : C’est une musique japonaise de Teiji Ito. Il a composé la musique des films expérimentaux de Maya Deren dans les années 1940 et ses films ont été une grande source d’inspiration pour moi. C’est une musique qui suscite des émotions, tout en étant abstraite. Elle vous attire et vous agace en même temps. Je me suis dit que ça irait parfaitement pour Little Joe. Cette musique confère une ambiance particulière à mon film, ça amène quelque chose de particulier.

    facebook Tweet
    Commentaires
    • andiran23
      79 salles en France :-(
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Une vie cachée Bande-annonce VO
    1917 Bande-annonce VO
    Black Christmas Bande-annonce VO
    Un homme nommé cheval Bande-annonce VO
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Jumanji : "Je veux que Dwayne Johnson joue Jim Carrey dans le prochain film"
    NEWS - Interviews
    mercredi 4 décembre 2019
    Jumanji : "Je veux que Dwayne Johnson joue Jim Carrey dans le prochain film"
    Parasite : "En Corée, certains spectateurs ont eu honte d’aimer le film" explique Bong Joon-ho
    NEWS - Interviews
    mercredi 4 décembre 2019
    Parasite : "En Corée, certains spectateurs ont eu honte d’aimer le film" explique Bong Joon-ho
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 4 déc. 2019
    Le Meilleur reste à venir
    Le Meilleur reste à venir
    De Matthieu Delaporte, Alexandre De La Patellière
    Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki
    Bande-annonce
    Jumanji: next level
    Jumanji: next level
    De Jake Kasdan
    Avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart
    Bande-annonce
    La Famille Addams
    La Famille Addams
    De Conrad Vernon, Greg Tiernan
    Bande-annonce
    Brooklyn Affairs
    Brooklyn Affairs
    De Edward Norton
    Avec Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin
    Bande-annonce
    Seules Les Bêtes
    Seules Les Bêtes
    De Dominik Moll
    Avec Denis Ménochet, Laure Calamy, Damien Bonnard
    Bande-annonce
    It Must Be Heaven
    It Must Be Heaven
    De Elia Suleiman
    Avec Elia Suleiman, Gael García Bernal, Tarik Kopty
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • 1917
      1917

      de Sam Mendes

      avec George MacKay, Dean-Charles Chapman

      Film - Guerre

      Bande-annonce
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker
    • Mourir peut attendre
    • Les Filles du Docteur March
    • Black Widow
    • Bad Boys For Life
    • Le Lion
    • Notre dame
    • Vic le Viking
    • La Vie invisible d'Euridice Gusmão
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top