Notez des films
Mon AlloCiné
    Un divan à Tunis : "La comédie permet d’universaliser certaines choses"
    Par Brigitte Baronnet (@bbaronnet) — 12 févr. 2020 à 08:15
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Golshifteh Farahani est à l'affiche ce mercredi d'"Un divan à Tunis", premier long métrage de Manele Labidi. Rencontre avec la cinéaste.

    Diaphana Distribution

    L'histoire : Selma Derwish, 35 ans qui, après avoir exercé en France, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Les débuts sont épiques, entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séance tarifée avec "prestations tarifées". Mais au lendemain de la Révolution, la demande s'avère importante dans ce pays schizophrène. Alors que Selma commence à trouver ses marques, elle découvre qu'il lui manque une autorisation de pratique indispensable pour continuer d'exercer… 

    AlloCiné : Avez-vous écrit Un Divan à Tunis pour Golshifteh Farahani ?

    Manele Labidi, scénariste et réalisatrice : Je n’ai pas écrit pour elle directement. Quand j’écris, j’évite de penser à des comédiens, car j’ai toujours peur d’être déçue, surtout quand on pense à une comédienne de ce type. Il ne faut surtout pas se projeter car on ne sait jamais.

    Mais dès que j’ai fini, j’ai commencé vraiment à réfléchir et ça s’est imposé très vite, déjà par son histoire personnelle. Elle vient beaucoup nourrir la problématique intérieure du personnage. Il y a ce qu’elle dégage d’un point de vue purement cinématographique. Ce charisme, cette intensité du regard, cette écoute, cette présence, qui est hyper importante pour ce personnage, qui n’est pas du tout dans une logorrhée comme le sont les autres personnages, dans une espèce d’hystérie, d’énergie méditerranéenne typique, qui est en plus exacerbée par le climat révolutionnaire.

    Pour moi, il y avait une évidence, et d’ailleurs, je ne lui ai envoyé le scénario qu’à elle. Elle a répondu très vite et est rentrée dans le projet super vite. J’avais vraiment envie de la voir dans un rôle beaucoup plus âpre, moins glamour, plus masculin, où elle soit beaucoup plus brute en fait. C’est une expérience incroyable de travailler avec elle.

    Diaphana Distribution

    Comment définiriez vous justement cette femme ? Elle est difficile à définir, à cerner...

    Je ne voulais pas avoir une femme forte qui se caractérise par un discours, un militantisme affiché. Je voulais que sa force émane de ce qu’elle fait, de ses choix, de son action. Elle est forte parce qu’elle ne s’excuse jamais, ne se justifie pas. On lui demande 10 000 fois si elle est mariée dans le film, elle dit non. Ca ne va pas plus loin. Elle décide d’habiter seule, elle décide de monter ce cabinet. Elle fume dans la rue. Fumer une clope dans la rue en Tunisie, c’est hyper politique. Fumer une cigarette ici, c’est banal. De s’habiller comme ça, laisser ses cheveux au naturel, de ne pas mettre une once de maquillage… Dans les canons de beauté tunisiens, dans la manière on voit la féminité en Tunisie, c’est aussi quelque chose d’assez transgressif.

    Il y a une féminité qui est certes très appréciable, qu’on voit chez certains personnages du film, qui mettent l’accent sur le maquillage, les vêtements, quelque chose de très très féminin, de manière beaucoup plus archétypale on va dire. Sa force vient de sa non-adhésion aux injonctions. Elle se fait aussi sans lutte. Il n’y a pas de justification. C’est comme ça. Et de même que je joue volontairement avec l’intrigue amoureuse, en mettant en place les codes de la comédie romantique, tout de suite je les détricote parce que j’avais envie aussi que cette femme, elle ait comme objectif de trouver son chemin intérieur, de venir s’installer ici, l’autorisation.

    Mais je n’ai pas envie que son objectif, ce soit de trouver l’amour ou de se marier. L’enjeu n’est pas l’amour, l’enjeu est beaucoup plus intime, plus personnel. C’est comme ça que j’avais envie de créer ce personnage.

    Il y a un personnage féminin que j’adore dans le cinéma, qui est celui de Wanda de Barbara Loden. Elle est complètement apathique ; elle abandonne ses enfants, elle suit une espèce de voyou, qui est complètement aux antipodes du modèle féminin de l’époque. C’est très intéressant d’aller explorer d’autres types de féminité. Ca ne veut pas dire que les autres femmes ne sont pas fortes, au contraire. Elles ont toute une force.

    Brigitte Baronnet
    La réalisatrice Manèle Labidi, avec Patrick Fabre, délégué général du Festival de Saint Jean de Luz

    Aviez-vous envie d’une comédie dès le départ ?

    Oui. J’adore la comédie. C’est un genre qui permet de raconter tellement. Ca permet de mettre à distance les choses. En tant que spectatrice, quand je regarde une comédie, j’ai l’impression d’avoir mon cœur qui s’ouvre parce qu’on fait baisser ma garde. Quand on me projette une émotion ou une réflexion, j’ai l’impression d’être beaucoup plus ouverte à l’accueillir.

    Dans le drame, quand c’est trop frontal, j’ai l’impression de mettre à distance le problème. Ca créé comme une distance entre le sujet et moi. La comédie permet d’universaliser certaines choses. Il y a pas mal de gens qui m’ont dit qu’ils arrivaient à s’identifier par exemple lorsque nous avons présenté le film au Festival de Toronto. Au final, ce genre permet d’universaliser certains problèmes. Il y a quelque chose dans la création de la situation dans le rire qui permet d’accueillir la réflexion de manière beaucoup plus tranquille. Ca permet au problème d’infuser, je trouve.

    Il y a aussi pour moi un manque que je ressentais. Le monde arabe, dans la fiction, est souvent traité sur un mode mélodramatique. Souvent c’est le drame qui l’emporte. On est vu comme un gros bloc monolithique. Je voulais twister ces imaginaires-là. Compléter la panoplie des genres du cinéma dans un monde qui souvent est abordé sous un prisme de drame et de politique. L’idée était d’humaniser des personnages, de leur donner des problématiques hyper banales au fond. Décaler les perspectives, décaler les regards. Jouer avec les archétypes, jouer avec les clichés. Est-ce que pour autant, ça enlève de la réflexion, de la gravité ? Je ne crois pas.

    Diaphana Distribution

    Un petit mot sur votre parcours. Il s’agit de votre premier long métrage. Aviez-vous fait des courts auparavant ?

    Oui, j’ai fait un court très différent même si on reste dans un registre de comédie, qui s’appelait Une chambre à moi, que j’ai tourné il y a un peu plus d’un an et demi. Je suis passée par l’écriture. J’ai fait des fictions. Je travaille pour le théâtre aussi. Je suis passée par la Fémis pour développer ce scénario.

    Avant j’ai fait des études qui n’avaient rien à voir, des études de sciences politiques, d’économie. J’ai travaillé dans une banque, et un jour, à 30 ans, j’ai tout plaqué et j’ai recommencé à zéro. J’ai 37 ans maintenant. Je n’avais aucune certitude de réussir, de parvenir à faire un premier film. En tout cas, je ne voulais pas avoir de regrets. Je me suis mise à fond là-dedans. Je ne connaissais personne. J’ai commencé à faire des fictions pour France Culture. Puis, j’ai atterri au théâtre, j’ai travaillé pour des projets télé. Et puis j’avais ce projet de film que j’écrivais depuis un moment et j’ai eu la chance d’intégrer la Fémis, et là les choses se sont un peu accélérées. J’ai rencontré un producteur à l’issue de cette formation. J’ai fait mon court, puis le long. Les choses se sont enchainées comme ça. J’ai eu beaucoup de chance.

    Quels sont les réalisateurs, réalisatrices qui vous inspirent?

    J’ai une cinéphilie assez éclectique. La comédie est un genre que j’affectionne énormément. Ca commence par le cinéma de Woody Allen, la première partie. Le cinéma d’Almodovar, pour la dimension comédie noire. Il y a un film culte pour moi qui est Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça ? C’est un de ses premiers films avec Carmen Maura. J’adore les films de la comédie italienne des années 60-70 qui là encore arrive à manier superbement la satire politique et sociale avec un humour hyper assumé, outrancier. J’aime beaucoup le cinéma de Salvadori, Justine Triet, Quentin Dupieux… Je suis très attentive à ce qui se fait en France en terme de comédie sophistiquée. C’est très encourageant.  

    La bande-annonce d'Un divan à Tunis :

    Un divan à Tunis Bande-annonce VF

    Propos recueillis au Festival du film international de Saint-Jean-de-Luz 2019

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Dmitrram
      Même pas particulièrement... mais seuls les curieux pourront en juger pour le coup.
    • Blasi B
      surement beaucoup moins photogénique ...
    • Dmitrram
      Message à la rédaction : très respectueux d'illustrer une interview de réalisatrice avec uniquement des photos de l'actrice principale...
    • L'indien zarbi a moitié a poil
      Vu en avant première.De bon moments, et une sacrée actrice.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Lara Jenkins Bande-annonce VO
    Les Trolls 2 Bande-annonce VF
    Yiddish Bande-annonce VO
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Mes jours de gloire Bande-annonce VF
    Mine de rien Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Tout peut changer : le documentaire sur les inégalités hommes-femmes à Hollywood vu par sa productrice Geena Davis
    NEWS - Interviews
    mercredi 19 février 2020
    Tout peut changer : le documentaire sur les inégalités hommes-femmes à Hollywood vu par sa productrice Geena Davis
    Lettre à Franco : comment Alejandro Amenábar parle des années noires de l'Espagne [Interview]
    NEWS - Interviews
    mercredi 19 février 2020
    Lettre à Franco : comment Alejandro Amenábar parle des années noires de l'Espagne [Interview]
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 19 févr. 2020
    10 jours sans maman
    10 jours sans maman
    De Ludovic Bernard
    Avec Franck Dubosc, Aure Atika, Alice David
    Bande-annonce
    L'Appel de la forêt
    L'Appel de la forêt
    De Chris Sanders
    Avec Harrison Ford, Omar Sy, Dan Stevens
    Bande-annonce
    Le Cas Richard Jewell
    Le Cas Richard Jewell
    De Clint Eastwood
    Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates
    Bande-annonce
    Lettre à Franco
    Lettre à Franco
    De Alejandro Amenábar
    Avec Karra Elejalde, Eduard Fernández, Santi Prego
    Bande-annonce
    Parasite - Version noir et blanc
    Parasite - Version noir et blanc
    De Bong Joon Ho
    Avec Song Kang-Ho, Woo-sik Choi, Park So-Dam
    Le Lac des cygnes (Bolchoï)
    Le Lac des cygnes (Bolchoï)
    De Youri Grigorovitch
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • The Boy : la malédiction de Brahms
      The Boy : la malédiction de Brahms

      de William Brent Bell

      avec Katie Holmes, Christopher Convery

      Film - Epouvante-horreur

      Bande-annonce
    • Invisible Man
    • Mes jours de gloire
    • Mourir peut attendre
    • Mine de rien
    • De Gaulle
    • Lucky
    • Dark Waters
    • Le Jardin secret
    • Judy
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top