Notez des films
Mon AlloCiné
    Noura rêve : l'émancipation d'une femme tunisienne dans une société patriarcale
    Par Emilie Schneider — 13 nov. 2019 à 05:30
    facebook Tweet

    "Noura rêve", en salles ce mercredi, dresse le portrait d'une femme tunisienne qui cherche à se séparer de son mari pour vivre avec son amant. Rencontre avec la réalisatrice Hinde Boujemaa et l'actrice Hend Sabri.

    Paname Distribution

    "Noura rêve" est votre premier long métrage de fiction. Vous aviez déjà eu l’occasion d’ausculter les rapports homme-femme dans vos précédents travaux. Pourquoi l’aborder désormais par le biais de la fiction ?

    Hinde Boujemaa : La fiction me permet de broder, de recréer des personnages, d'y mettre le temps d'un film plus de nuance, plus de complexité, elle me permet en un temps plus restreint, sans attente, de fouiller les méandres des relations humaines. Chose qui demande énormément de temps dans le documentaire où l'attente est primordiale pour découvrir le personnage et ses complexités. Dans la fiction, nous créons les complexités d'un personnage ou d'une relation, dans le documentaire nous l'observons sans être créateur.

    Comment votre expérience dans le documentaire a-t-elle nourri votre travail sur Noura rêve ?

    Hinde Boujemaa : Le fait d'avoir été très proche des personnages du documentaire, d'être en relation viscérale avec eux, de proposer les êtres dans l'instant d'une réalité, a installé en moi l'exigence d'être de la même manière avec mes personnages fictifs. Cela a une conséquence directe sur la manière de travailler avec les acteurs pour les amener au plus juste des personnages qu'ils incarnent.

    Paname Distribution

    Hend Sabri, vous tenez le rôle principal de "Noura rêve". Vous vivez en Égypte mais êtes d'origine tunisienne. Comment avez-vous vécu le retour dans votre pays natal pour le tournage ?

    Hend Sabri : Je n’ai jamais vraiment quitté le cinéma tunisien, j’ai continué à faire des films en Tunisie assez régulièrement. Mais c’est vrai qu’après la révolution de 2011, la Tunisie a socialement beaucoup changé et "Noura Rêve" m’a permis d’exprimer ce changement à travers une femme d’une catégorie sociale que l’on ne voyait pas beaucoup au cinéma avant 2011.

    Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce rôle ? 

    Hend Sabri : D'abord la modernité du personnage, le côté cash, cru, prolétaire. Une Tunisie grise, sans le soleil des pubs touristiques. Les dialogues sont crus. C’est une femme tunisienne prise en otage entre des lois plutôt progressistes pour la région, et une société patriarcale qui n’avance pas aussi rapidement que les lois.

    Il s’agit à la fois d’un portrait de femme, d’une histoire d'amour contrariée et d’un constat sur la société tunisienne. Comment décririez-vous votre film et comment avez-vous mêlé ces différents récits ?

    Hinde Boujemaa : Je ne me suis jamais dis en écrivant que j'allais vers un portrait de femme. Pour moi, c'était une histoire entre trois personnages, leurs différentes manières de gérer un amour, chacun de son point de vue. Ce qui m'intéressait, c'était aussi de montrer comment une société, ses lois, peuvent intervenir dans les relations amoureuses, ce qui à prime abord ne devrait pas être le cas. Il m'est difficile de décrire "Noura rêve", sans doute parce ce que je n'ai pas assez de recul. J'ai proposé une histoire qui m'indignait sur certains aspects qui, pour moi, ne devaient pas être tus.

    C’est une femme tunisienne prise en otage entre des lois plutôt progressistes pour la région, et une société patriarcale qui n’avance pas aussi rapidement que les lois.

    Vous avez une image très glamour. Dans "Noura rêve", vous apparaissez sans maquillage. Était-ce une volonté de casser votre image ? Comment avez-vous appréhendé ce rôle ?

    Hend Sabri : Ce n’est pas la première fois que je casse volontairement cette image glamour. J’ai joué à plusieurs reprises des femmes qui n’ont pas le luxe de la vanité. En 2011, j’ai joué dans Asmaa de Amr Salama une égyptienne séropositive qui se bat pour ne pas mourir. Cela m’amuse de casser l’image de star glamour, et je pense que ça amuse mon public aussi. Je suis avant tout une actrice, pas une image.

    Quelle a été la scène la plus difficile à tourner ?

    Hend Sabri : Sans hésitation la séquence où mon mari demande à nos enfants si je ramenais mon amant à la maison. Cette séquence m’a profondément touchée dès la lecture du scénario. Cette violence qui ne passe pas forcément par les coups et les bleus, une violence sourde. C’était très dur pour moi en tant que femme d’exprimer toutes ces émotions, de mentir au mari tout en restant sincère avec le personnage.

    Paname Distribution

    Considérez-vous avoir fait un film politique ?

    Hinde Boujemaa : Mes personnages évoluent dans un contexte précis, un contexte difficile que j'expose dans le film. En soit c'est un moyen de constater et certainement de m'opposer.

    Où le film a-t-il été tourné et comment s'est déroulé le tournage ? Avez-vous rencontré des problèmes d’autorisation ?

    Hinde Boujemaa : Le film a été tourné en Tunisie. Mon producteur Imed Marzouk n'a rencontré aucun problème d'autorisation. Depuis la révolution nous pouvons nous targuer de vivre dans un pays où la liberté d'expression est respectée. C'est un acquis extrêmement précieux et unique dans cette région du monde.

    D’où vient ce titre, "Noura rêve" ?

    Hinde Boujemaa : Il vient du fait que Noura rêve de la vie dont nous ne rêvons plus parce qu'elle nous lasse. Un quotidien simple, répétitif, mais rassurant.

    Noura rêve Bande-annonce VO

    Merci à Sophie Bataille

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Plaza13
      Si ils sont obligé d'en faire un film pour en parler, c'est qu'ils ont vraiment un problème avec les femmes ces gens.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Une vie cachée Bande-annonce VO
    1917 Bande-annonce VO
    Black Christmas Bande-annonce VO
    Un homme nommé cheval Bande-annonce VO
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Jumanji : "Je veux que Dwayne Johnson joue Jim Carrey dans le prochain film"
    NEWS - Interviews
    mercredi 4 décembre 2019
    Jumanji : "Je veux que Dwayne Johnson joue Jim Carrey dans le prochain film"
    Parasite : "En Corée, certains spectateurs ont eu honte d’aimer le film" explique Bong Joon-ho
    NEWS - Interviews
    mercredi 4 décembre 2019
    Parasite : "En Corée, certains spectateurs ont eu honte d’aimer le film" explique Bong Joon-ho
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 4 déc. 2019
    Le Meilleur reste à venir
    Le Meilleur reste à venir
    De Matthieu Delaporte, Alexandre De La Patellière
    Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki
    Bande-annonce
    Jumanji: next level
    Jumanji: next level
    De Jake Kasdan
    Avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart
    Bande-annonce
    La Famille Addams
    La Famille Addams
    De Conrad Vernon, Greg Tiernan
    Bande-annonce
    Brooklyn Affairs
    Brooklyn Affairs
    De Edward Norton
    Avec Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin
    Bande-annonce
    Seules Les Bêtes
    Seules Les Bêtes
    De Dominik Moll
    Avec Denis Ménochet, Laure Calamy, Damien Bonnard
    Bande-annonce
    It Must Be Heaven
    It Must Be Heaven
    De Elia Suleiman
    Avec Elia Suleiman, Gael García Bernal, Tarik Kopty
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • 1917
      1917

      de Sam Mendes

      avec George MacKay, Dean-Charles Chapman

      Film - Guerre

      Bande-annonce
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker
    • Mourir peut attendre
    • Les Filles du Docteur March
    • Black Widow
    • Bad Boys For Life
    • Le Lion
    • Notre dame
    • Vic le Viking
    • La Vie invisible d'Euridice Gusmão
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top