Notez des films
Mon AlloCiné
    Star Wars : comment la culture japonaise a inspiré la franchise
    Par Clément Cusseau — 11 nov. 2019 à 18:00
    facebook Tweet

    D'emprunts au cinéma de Kurosawa aux inspirations du théâtre kabuki, la saga Star Wars n'a cessé de se nourrir de la culture japonaise, une tradition instaurée par George Lucas et respectée par ses successeurs, J.J. Abrams et Rian Johnson.

    Lucasfilm Ltd.

    Il y a quelques jours, nous apprenions que la saga Star Wars serait officiellement adaptée en kabuki (via le site Kotaku), ce théâtre traditionnel japonais resté très populaire dans l'Archipel. Plus qu’un simple "remake" scénique, il s’agira pour l’occasion d’un véritable retour aux sources pour la franchise, véritable patchwork d’emprunts, aussi bien aux romans de science-fiction pulp des années 40, aux contes des Mille et une nuit qu'à la culture japonaise, véritable source d’inspiration assumée du créateur de Star Wars, George Lucas.

    Dès la sortie du premier opus Un Nouvel espoir en 1977, plusieurs critiques américains pointent les similitudes entre l’intrigue du film et celle d’un film japonais alors peu connu du grand public, La Forteresse cachée d’Akira Kurosawa (1958) ; les deux longs métrages retracent en effet la quête d’un héros au coeur pur, d’une princesse au caractère bien trempée et de deux compagnons de route picaresques, de simples paysans chez Kurosawa, et les droïdes R2-D2 et C-3PO chez Lucas. Une référence parfaitement assumée par le cinéaste californien, qui avouera avoir été grandement influencé par l'oeuvre de son confrère japonais, dont il financera quelques années plus tard le long métrage Kagemusha.

    On sait également qu'à l'origine, George Lucas souhaitait confier le rôle d'Obi-Wan Kenobi à Toshirô Mifune, l'acteur fétiche de Kurosawa; face à son refus, le réalisateur avait même tenté de le convaincre en lui proposant d'incarner Dark Vador mais - peu convaincu par le contenu du scénario - la star japonaise lui avait exprimé en retour un "non" ferme et définitif. En 2013, Mika Mifune, la fille du comédien, révélait dans une émission que s'il avait accepté le rôle, Mifune serait apparu à visage découvert, laissant ainsi présager un Dark Vador complètement différent de celui que nous connaissons aujourd'hui.

    Comparatif des films Star Wars et La Forteresse cachée :

     

    Il ne s’agit d’ailleurs pas du seul emprunt fait au cinéma japonais par ce premier opus de Star Wars ; l’armure de Dark Vador est en effet grandement inspirée des tuniques des guerriers samouraïs, tandis que le terme Jedi – qui désigne les chevaliers du côté lumineux de la Force – est dérivé du jidai-geki, genre cinématographique japonais désignant les productions historiques chevaleresques (sorte d’équivalent de nos films de capes et d’épées). Les tenues des Jedi sont d’ailleurs grandement inspirées des kimonos japonais arborés aux 17ème et 18ème siècles.

    La culture japonaise a semble-t-il continuellement inspiré l’imaginaire de George Lucas, qui n’a pas hésité à s'en imprégner pour l’écriture des six opus qu’il a supervisés ; parmi les exemples les plus frappants, le personnage de Yoda, dont le nom a été inspiré au cinéaste par celui de l’emblématique scénariste Yoshikata Yoda, auteur de nombreux classiques japonais et rendu notamment célèbre pour sa collaboration avec le légendaire Kenji Mizoguchi, retracée dans l’ouvrage "Souvenirs de Kenji Mizoguchi" (collection Petite Bibliothèque des Cahiers du cinéma).

    Lucasfilm Ltd.
    Les costumes de la reine Amidala influencés par le théâtre kabuki ?

    Dans la prélogie, l'apparence de la reine Amidala dans La Menace fantôme est un renvoi direct aux costumes et maquillages du théâtre kabuki évoqué plus haut. Quant au concept de padawan, les élèves formés par les maîtres jedi, s’il ne renvoie pas directement au vocabulaire japonais (à l'inverse du mot Jedi), impossible toutefois de ne pas y relever l’inspiration des fonctions du senpai et du kōhai, qui marquent le respect exprimé par un jeune élève japonais vis-à-vis d’un aîné.

    Le rachat de la société Lucasfilm Ltd. par Disney a-t-il mis fin à cette tradition ? Pas le moins du monde ! Durant la promotion des Derniers Jedi, le réalisateur Rian Johnson a révélé s’être grandement inspirés de maître japonais, Akira Kurosawa bien entendu, mais également Hideo Gosha dont le film Trois Samourais hors-la-loi a eu une influence directe sur les chorégraphies des combats au sabre-laser.

    Plus récemment, J.J. Abrams justifiait le retour du casque de Kylo Ren dans L’Ascension de Skywalker (le 18 décembre prochain au cinéma) en s’appuyant sur le concept du Kintsugi, une méthode traditionnelle utilisée pour réparer les bols en céramique à l’aide d’une poudre dorée pour rendre à l’objet son aspect esthétique mais aussi symboliser sa vie passée en célébrant sa "renaissance".

    La bande-annonce de Star Wars IX L'Ascension de Skywalker, le 18 décembre au cinéma :

    Star Wars: L'Ascension de Skywalker Bande-annonce VO
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • wolf91069 .
      Heu mouai bof hein. Lucas c'est aussi énormément inspiré de la BD Valérian au point de calquer certaine tenu et pose des personnages.
    • Abe
      Pocahantas et Avatar c'est comme Point Break et Fast&Furious...
    • Abe
      10 ans qu'il méprise ses fans à vendre les suites de terminator comme des réussites pour se rétracter dans la foulée, et les gens trouvent toujours moyen de le vénérer...
    • Muad Dib
      Je t'invite à regarder la Forteresse Cachée car cette affirmation reste tout de même très exagérée. Etant fan de Kurosawa, la ressemblance est trés loin d'ètre frappante tant sur les personnages que sur les enjeux. Là où en revanche Avatar ne dispose pas vraiment d'un scénario original mais plutot d'un poncif du cinéma qui a été vu et revu un certains nombre de fois. Sur le reste Lucas n'a jamais caché s’être inspiré du Japon médiéval mais il l'a ADAPTE à sa sauce à tel point que honnêtement en étant le plus objectif possible: qui en regardant VAdor la première fois (et même la centième fois) se dit, tient on dirait une armure de Samourai?En revanche qui en regardant Avatar la première fois s'est dit le scénario c'est du jamais vu. ?Inspiration vs copie d'un scénario éculé. Je ne critique pas particulièrement Avatar, ce film est pour moi au mieux parfaitement insignifiant. Mais si on peut reprocher énormément de choses à Lucas (sa réalisation, son encadrement des acteurs) on ne peut lui reprocher son inspiration et son coté créateur.Sur Avatar force est de constater que Cameron à une réalisation plus personnelle, une gestion des acteurs plus étoffées. L'univers est original (perso je le trouve fake et n'y croit pas du tout mais ça c'est moi), en revanche le scénario est éculé jusqu’à la moelle et pas mal de personnages (si ce n'est tous) sont des clichés/fonctions assez grossiers. Comme le méchant qui génocide en buvant son café...
    • Stringer B
      À tous mes confrères de la page,La différence entre Avatar et Star Wars (quand je dis Star Wars, je parle de l'épisode IV), c'est le degré d'importance que le film de Cameron essaie de se donner sur le plan thématique, comparé aux ambitions affichées par l'épisode IV. Le syncrétisme culturel de Star Wars, de toutes les oeuvres qui l'ont inspiré (les films de Kurosawa, les Westerns de Leone ou de Corbucci, les serials à la Flash Gordon, le mythe arthurien, Dune, Lawrence d'Arabie, etc) nous est toujours apparu comme bcp plus sympathique parce que le film est un space o qui n'a pas tant d'ambition thématique que ça au delà d'être une sorte de synthèse du mythe du héros (ce qui est déjà très bien). C'est un film de space opera, donc pas armé du programme thématique d'une oeuvre de SF, ni des contraintes très élevées de world-building qui vont avec la création d'univers de fantasy épiques purs et durs.Avatar est un film de SF qui a des prétentions thématiques énormes : ranimer le féminin sacré au cinéma, être le premier vrai gros blockbuster écolo, évoquer crise énergétique, d'exploitation agressive, le postcolonialisme, se réfèrant à du cinéma US de prestige derrière (Apocalypse Now, Danse avec les Loups). Et du coup le syncrétisme qu'il y a également derrière Avatar (parce que tu as presque autant d'influences différentes derrière Avatar que Star Wars, même communes, telles Dune) est bcp plus conditionné par cette importance thématique que le film essaie de se donner. Et du coup, ça nous rend bien plus sévère envers les emprunts parfois grossiers que fait Avatar aux films concernés. SW en fait aussi, mais SW, pour ce qui est du IV, ne le fait que pour soutenir un momentum d'aventures et de rythme propre aux vieux serials que matait Lucas, et à proposer une synthèse fun du mythe du héros, avec en prime une mythologie un peu sympa en guise de worldbuilding. Ce n'est qu'avec le V que les prétentions thématiques sérieuses de Lucas sont apparues. Le V s'appuie sur le IV évidemment, mais va beaucoup plus loin e le V est plus à distance des influences plus évidentes de l'épisode IV et de chercher son rythme. Tu as une influence shakespearienne (et donc par généalogie de Kurosawa) encore très forte, mais le V a moins de similitudes d'intrigue évidentes avec des oeuvres de son temps. Mais si le IV avait du potentiel d'un pdv dramatique, il restait globalement inexploité (logique, vu que Lucas devait à l'époque faire un film autonome et compréhensible pour la Fox)Derrière Avatar, il y a une prétention je veux être un grand film qui est nettement plus évidente. Le IV n'avait pas ces prétentions, malgré l'amour du cinéma qui en déborde.Après si on juge les deux films séparément, Avatar n'est pas beaucoup plus dans l'inspiration grossière que l'épisode IV, et en termes de mise en scène, même le Cameron d'ajrd est un réal d'un autre calibre que Lucas. Le IV, à l'exception du 1er acte où la séquence sur le Tantive et celle sur Tatooine ont un peu d'ambition filmique, n'est pas aussi bien mis en scène qu'Avatar. Ce qui place SW au-dessus d'Avatar, c'est ce qui est venu après le IV, ce que ce film a engendré, pas le IV lui-même.
    • L'Otaku Sensei
      Je ne vois pas en quoi le scénario d'Avatar est convenu plus que celui de Star Wars. Tu sais aussi que le gentil vont gagner et que les méchants vont perdre. Et puis bon, même pour l'époque, Star Wars c'est le summum du manichéisme avec la Lumière et le Côté Obscure. Plus classique tu meurs. Ça n'enlève rien à la qualité de l'oeuvre de Lucas mais même en 1977 c'était cliché. M'enfin bon, les gens sont incapables d'esprit critique lorsqu'on parle de Star Wars, tous prisonniers de leur affectivité. Vous critiquez Avatar juste parce que vous l'avez vu adulte.
    • L'Otaku Sensei
      Ben non puisque les persos sont exactement les mêmes, il n'y a que le cadre qui change. On passe du Japon féodal à la galaxie.Donc c'est pareil, Avatar fait un film de SF, le film ne ressemble en rien à un Western si ce n'est par les codes.Avatar ne recopie pas plus que Star Wars, l'article ci-dessus prouve bien que Star Wars a piqué allègrement à la culture cinématographique nippone.
    • cyril b.
      l'épisode IV s'inspire surtout de la légende du roi Arthur pour le coup
    • Rastan
      Ah ben non...Ca change rien ça.Tout les auteurs s'inspirent les uns des autres.Là ou ça devient problématique ,c'est quand la structure du scénario est usé jusqu'à la corde a en devenir convenu.
    • -Nomade-
      Dans le cas de Avatar Vs Danse avec les Loups, ce n'est pas un plagiat, c'est juste qu'il reprend le même canevas, finalement assez classique, du héros brisé qui prend fait et cause pour une culture qu'il était destiné à combattre. Cette culture étant fatalement écolo/new-age/on est les gentils.C'est bateau, mais comme on dit : les plans bateaux, ça a le mérite de flotter...Pour convenus qu'ils soient au niveau du scénario, ce sont de chouettes films, ça n'empêche pas.
    • Muad Dib
      Il y'a une légère différence entre s'inspirer de quelque chose et recopier une histoire. Avatar ne brille certainement pas par son scénario. Après on pourrait dire que Star Wars épisode IV est très très inspiré de la forteresse cachée mais ça reste trés tenu.
    • L'Otaku Sensei
      Alors maintenant, qu'on arrête de me dire qu'Avatar a plagié Pocahontas et Danse avec les Loups hein ^^
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Notre dame Bande-annonce VF
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Vic le Viking Bande-annonce VF
    The Lighthouse Bande-annonce VO
    Rendez-vous Chez Les Malawas Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top