Notez des films
Mon AlloCiné
    Rencontre avec Océan sur son changement de genre : ne l'appelez plus Océanerosemarie !
    Par Octavie Delaunay, propos recueillis à Paris le 22 octobre 2019 — 13 nov. 2019 à 05:30
    facebook Tweet

    A l'occasion de la sortie en salles du documentaire Océan, AlloCiné est allé poser quelques questions au réalisateur. Il revient pour nous sur la question de sa transidentité.

    En mai dernier, Slash, la chaîne web de France Télévisions, diffusait une série documentaire sur le changement d'identité de l'humoriste, Océanerosemarie. Les épisodes ont été remontés pour donner un long métrage intimiste où le spectateur suit pendant un an les étapes et changements vécus par Océan. AlloCiné est allé à la rencontre de l'artiste, apaisé.

    AlloCiné : En mai dernier sur la plateforme Slash, la série documentaire en 10 épisodes, Océan, a été mise en ligne. Pourquoi avoir choisi de sortir une version long métrage à destination des salles de cinéma ?

    Océan : Parce qu’en visionnant le film sur grand écran d’une traite on s’est rendu compte que le film était bien équilibré, que les épisodes devenus des chapitres rythmaient le film et évitaient la sensation de longueur. Le sortir en salle permet, d’une part, de toucher un autre public moins jeune qui n’est pas forcément habitué à aller sur Youtube, et surtout à aller à la rencontre de mon public à travers la France ! Je serai en tournée un peu partout de novembre à janvier pour faire des rencontres avec le public. C’est une décision que j’ai prise en tant que militant et aussi comme comédien, habitué que je suis à rencontrer mon public après le spectacle pour échanger. C’est important à mon avis de pouvoir discuter avec les gens, en particulier hors de Paris où la visibilité des trans est encore plus fragile.

    Pourquoi avoir opté pour la forme du journal intime filmé ? Comment avez-vous appréhendé la mise en scène de votre corps et de ses transformations? Est-ce que vous vous êtes posé des limites ?

    J’ai pensé que cette forme cinématographique du journal intime était la plus juste pour ce projet, que j’ai décidé de faire en voyant la plupart des documentaires télé qui avaient été fait sur les trans : toujours des films faits par des personnes cisgenres qui nous présentaient comme " autres ", différents, voire " avec un problème ". Il me semble urgent et nécessaire que nous ayons la possibilité de nous réapproprier nos propres narratifs, en décidant ce qui doit être montré ou pas. Pour ma part, j’ai juste suivi les événements de ma vie sociale, intime et professionnelle, et filmer les changements de mon corps s’est fait au fil du tournage, non pas pour filmer mon corps à tout prix mais plutôt pour filmer ma vie quotidienne et mes préoccupations, contrairement à toute la culture de vidéos trans sur Youtube où les personnes font des timelines avec leurs voix, poils, changements physiques en accéléré. Je n’ai pas eu besoin de me mettre de limite, j’ai filmé tout ce qui me plaisait puisque j’avais en permanence un Iphone de tournage sur moi quand mon équipe était absente, et au montage j’ai choisi les séquences les plus fortes, même si elles impliquaient de montrer mes fesses que, honnêtement, j’aurais préféré éviter de mettre à l’écran !

    Depuis 50 ans, la communauté LGBTQ+ s'est emparée de la caméra pour filmer ses combats. Dans les années 1970, c'était pour la reconnaissance de l'amour homosexuel. Dans les années 1980-90, c'était la lutte contre le sida et la tolérance envers les malades. Est-ce que vous considérez que votre film s'inscrit dans la continuité de cette bataille pour la visibilité des minorités ? Aujourd'hui, diriez-vous que c'est au tour de la communauté trans ?

    En effet je pense que nous arrivons au moment où les chaines, distributeurs et producteurs sont un peu plus prêts à nous faire confiance pour raconter nos propres histoires, et je m’inscris absolument dans ce combat. Néanmoins les personnes trans vivent majoritairement une très forte discrimination et précarité, très tôt, y compris au sein de leur famille, qui fait que certain.e.s arrêtent leurs études plus tôt que prévu car ils doivent survivre. L’accès aux écoles de cinéma et aux moyens de productions leurs sont donc moins accessibles qu’aux autres. Mais j’ai le sentiment que ça bouge aussi et que de plus en plus de jeunes trans peuvent étudier, et j’espère bien que la nouvelle génération va s’emparer des caméras et accéder aux financements nécessaires ! Si mon film, qui connait un très bon accueil, permet de faciliter l’accès à ces ressources pour d’autres trans ce sera une victoire.

    Arizona Films
    Océan à droite.

    Il y a une scène très marquante dans votre film. Autour d'un repas, vous et vos invités relataient les discriminations vécues. Un ami à vous évoque sa mère qui l'a transformé pour ses voisins en " frère " de sa fille. Elle a fabriqué un autel à cette dernière qui serait " décédée ". Cette idée de la " mort " de l'ancien corps revient souvent dans votre film même dans la bouche de votre mère. Comment on se (re)fabrique après des propos morbides sachant que la volonté première d'un changement d'identité, c'est d'aller enfin vers l'acceptation de soi ?

    Ce vocabulaire autour du deuil est en effet particulièrement présent chez les familles des personnes trans, c’est pour ça que j’ai tenu à monter cette séquence comme ça, pour montrer que même si ma mère est plus " cool " que d’autres mères, elle utilise pourtant ce vocabulaire qui est très violent pour nous. Ce que j’essaye toujours de faire comprendre, c’est que les personnes de notre entourage, si elles décident de parler de " deuil ", doivent alors comprendre que le seul deuil qu’elles ont à faire est celui de leur propre projection sur nous et notre genre. Nous, nous ne disparaissons pas, nous ne mourrons pas ; au contraire nous nous rapprochons de nous, de ce qui est juste pour nous, et transitionner est un geste de vie, de survie parfois, qui nous permet d’être plus vivant que jamais. Donc si notre entourage à un deuil à faire, ce n’est que le sien, et il doit le faire dans son coin, sans venir nous déverser ce vocabulaire en effet morbide, car c’est son problème et pas le nôtre !

    Vous mentionnez à plusieurs reprises la notion de cisgenre (être en accord avec son sexe de naissance). Aujourd'hui, votre transidentité est indétectable. A l'heure actuelle, quel regard portez-vous sur Océanerosemarie ?

    J’ai beaucoup de tendresse pour mon ancien personnage public, je suis beaucoup plus en paix avec elle aujourd’hui qu’avant ma transition, où je luttais avec cette féminité assignée dont je ne savais trop que faire et qui m’encombrait. Je comprends complètement que certaines personnes trans aient un besoin fort de couper avec leur vie d’avant, parce qu’elle était trop douloureuse. Dans mon cas c’est plutôt une réconciliation qui s’est opérée, un apaisement.

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Madrox2000
      Ne faîtes pas le dégoûté, vous avez cliqué sur l'article
    • andiran23
      Certaines personnes ont tellement de temps libre qu'ils ont absolument besoin de faire ch... les autres, de les empêcher de vivre tranquillement. C'est assez fascinant, je trouve, de vouloir vivre pour pourrir la vie des autres et vivre dans la haine et la colère
    • Hunnam29
      C'est le plus triste ça, quand ceux qui ne sont même pas concernés se permettent d'aller manifester partout, ou d'être totalement contre. Je pense qu'il faut sacrément s'ennuyer quand même pour aller jusque se battre pour des choses qui ne les concerne même pas. Défendre cœur et âme quelque chose qui nous touche de près je comprends, mais jamais compris le cas inverse.
    • xianghua
      Triste mentalité...
    • Seb
      Ce qui est bien c'est que ça ne change absolument rien à votre existence mais que vous la ramenez quand même ^^
    • brendanrogel
      Oui, triste époque, il va falloir encore du temps pour que les gens comprennent et acceptent pleinement la transidentité. Bravo et courage à lui !
    • Didier H
      Dans ces moments là j'ai toujours une pensée émue pour Zita, derniere imperatrice d'Autriche, qui est devenue imperatrice et femme à 22 ans puis deja veuve à 29 ans, la conduisant à porter pendant 57 ans, jusqu'à sa mort, le deuil de Charles et le poids d'une dynastie en lambeau. Une Peneloppe de chair et d'os. Une representante de ce qu'à pu etre, avec toute sa rigueur et son labeur, la societé d'avant les droits individuels. Ce jeune homme, puisque tel est son desir et qu'il doit forcement etre assouvi, parait venir d'une autre espece, etre fait d'un tout autre fer.
    • Chantegril C
      Triste époque...
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Notre dame Bande-annonce VF
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Vic le Viking Bande-annonce VF
    The Lighthouse Bande-annonce VO
    Rendez-vous Chez Les Malawas Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Une vie cachée : les acteurs de Terrence Malick dévoilent sa méthode de travail
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 décembre 2019
    Une vie cachée : les acteurs de Terrence Malick dévoilent sa méthode de travail
    Lola vers la mer : "Un père face à la transidentité de son enfant"
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 décembre 2019
    Lola vers la mer : "Un père face à la transidentité de son enfant"
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 11 déc. 2019
    Docteur ?
    Docteur ?
    De Tristan Séguéla
    Avec Michel Blanc, Hakim Jemili, Solène Rigot
    Bande-annonce
    Le Cristal magique
    Le Cristal magique
    De Nina Wels, Regina Welker
    Bande-annonce
    Black Christmas
    Black Christmas
    De Sophia Takal
    Avec Imogen Poots, Aleyse Shannon, Lily Donoghue
    Bande-annonce
    Une vie cachée
    Une vie cachée
    De Terrence Malick
    Avec August Diehl, Valerie Pachner, Maria Simon
    Bande-annonce
    Les Envoûtés
    Les Envoûtés
    De Pascal Bonitzer
    Avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury
    Bande-annonce
    Anne Roumanoff dans tout va bien
    Anne Roumanoff dans tout va bien
    Avec Anne Roumanoff
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top