Notez des films
Mon AlloCiné
    Joker : un milliard de dollars et une suite ?
    Par Maximilien Pierrette (@maxp26) — 16 nov. 2019 à 19:00
    facebook Tweet

    Adaptation de comic book la plus rentable de l'Histoire, "Joker" est devenu le 44ème long métrage à franchir le cap du milliard de dollars de recettes dans le monde. De quoi donner à Todd Phillips l'envie d'une suite ?

    Warner Bros. Pictures

    Qui aurait cru qu'un long métrage centré sur le personnage du Joker atteindrait de telles sphères ? Déjà auréolé d'un prestigieux Lion d'Or à Venise, le film de Todd Phillips vient de rejoindre The Dark KnightThe Dark Knight Rises et Aquaman dans le club des milliardaires du box-office mondial, dont il est le 44ème membre, le 7ème sur la seule année 2019 et le 4ème à l'échelle des production DC Comics. Déjà sacré "adaptation de comic books la plus rentable de l'Histoire" il y a quelques semaines, avec un budget s'élevant à 62 millions de dollars, l'opus porté par Joaquin Phoenix ne compte donc pas s'arrêter là. Et son réalisateur non plus.

    Alors qu'il a toujours envisagé son Joker de manière indépendante, Todd Phillips semble aujourd'hui avoir de la suite dans les idées et ne serait pas contre se pencher, de nouveau, sur le meilleur ennemi de Batman. Mais à certaines conditions : "Ça ne pourrait pas juste être un film fou autour du Prince Clown du Crime", précise le metteur en scène au Los Angeles Times. "Il lui faudrait avoir des résonnances thématiques de la même manière que celui-ci. Car je pense que c'est pour cette raison que le film a fini par plaire, grâce à ce qu'il sous-tend. Il y a beaucoup de films centrés sur l'étincelle, mais celui-ci se focalise sur la poudre. S'il est possible de saisir à nouveau cela de façon réaliste, cela pourrait être intéressant."

    Si la porte est ouverte, nous sommes encore loin de la concrétisation de cette suite qui pourrait ne jamais voir le jour. Car il faudrait, aussi, convaincre Joaquin Phoenix de rempiler dans le rôle d'Arthur Fleck. Un Oscar du Meilleur Acteur en février prochain pourrait-il faire pencher la balance, dans un sens comme dans l'autre ?

    Comment Joaquin Phoenix a trouvé son rire de Joker :

    Fanzone N°828 - Joker : Joaquin Phoenix et son rire malade
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Joker : 5 questions restées sans réponse dans le film avec Joaquin Phoenix
    • Box-office France : La Belle époque en tête, Joker passe les 5 millions
    • Joker : "Origin Story" est de retour pour un décryptage du plus célèbre méchant de l'univers DC
    Commentaires
    • Ner0d3
      c'est un film pour ado. Je n'arrive pas à changer de photo...
    • Anthony L
      Vous êtes fatiguant les pseudos cinéphile à faire des débats Chef d'oeuvre ou pas ?! suite ou pas? profiter de ce film point barre, respecter l'avis des personnes qui le qualifie de chef d'oeuvre.. Chaque personnes à des goûts différents.. Moi le dernier film qui m'avais mis une claque au ciné c'était interstellar, si ils veulent faire une suite pourquoi pas, si il reste dans la même ambiance, la même équipes alors ouais... Si c'est juste pour faire du fric non. Mais c'est une bonne nouvelle qu'un film à petit budget dépasse le milliard, contrairement aux blockbuster.T'façon à chaque fois qu'un film sort du lot, et qui marche.. Les gens trouve le moyen de critiquer, si Joaquin à l'oscar vous aller dire Le film est bien, mais il ne le mérite pas..
    • Anthony L
      C'est un chef d'oeuvre.. Change de photo de profil ;)
    • Plaza13
      Bien analysé !La dictature des réseaux sociaux et son cortège de panurgistes.De toutes façon, faut attendre en moyenne une dizaine d'année pour savoir ce qu'il en reste réellement d'une œuvre ciné...Tout le reste, c'est du drama artificiel de prépubères boutonneux en manque de reconnaissance dans leurs vraie vie.
    • Stringer B
      1) Pour ce qui concerne le talk-show, l'inspiration vient de King of Comedy, de Scorsese (la valse des pantins, en français), pas du tout de TDKR. Je te le dis sans agressivité, c'est juste un fait, regarde le film si tu ne l'as pas vu, il est incroyable, mais je t'informe, ça ne vient pas de TDKR du tout.2) Le Joker, ça fait bien longtemps qu'il a une aura propre en tant que grand personnage de la fiction moderne. Qu'il doive cette aura à des récits centrés sur Batman, c'est un fait, c'est à la base un méchant de Batman, mais ça n'en est pas moins un personnage sur lequel tu peux vendre des films ou des oeuvres (y à qu'à voir le succès commercial qu'a eu un film comme Suicide Squad qui misait à mort sur le Joker dans le marketing et les bandes-annonces) donc je ne vois pas en quoi le lien avec Batman a été utilisé pour faire vendre.3) Le lien avec Batman est non seulement très peu évoqué dans les bandes-annonces mais par contraste, il est très important dans l'intrigue du film lui-même. Donc on est précisément dans un cas où un élément n'a pas été employé pour attirer du monde en salle mais a par contre été vraiment traité en profondeur dans le film. Tout l'inverse de Suicide Squad par exemple où le marketing en fait des tonnes et le film rien du tout.4) Oui, le film te montre un Joker qui prééxiste à Batman chronologiquement, sauf que le film : a) articule l'origin story du Joker à celle de Bruce, donc en réalité c'est plus compliqué que ça. b) avec toute la sous-intrigue autour de Thomas Wayne, sous-entend juste symboliquement que Batman n'est pas juste un orphelin traumatisé par la mort de ses parents mais aussi, ironiquement, celui qui tentera de réparer le crime et la corruption que le dénuement et la pauvreté entretenus par des politiciens hautains comme son père ont provoqué.En gros le film te dit que les riches, le capitalisme, la société de l'individualisme sont tout aussi responsables de la création du Joker que de celle de Batman. Après, si tu n'acceptes pas cette idée, ok. Mais dire que ça a plus de sens que le Joker soit là si Batman est déjà là... Ben non, ça n'a pas forcément plus de sens. Pas dans un récit réaliste ou post-réaliste. Il peut très bien y avoir un Joker là pas longtemps avant Batman. Ça n'empêche pas qu'ils sont liés parce qu'ils représentent des idées et des postulats qui sont symétriquement opposés.C'est toute la différence avec Gotham. Ce que Gotham te dit, c'est qu'avant Batman, il y a eu un policier incorruptible et brave qui l'a inspiré et qui a initié le combat contre les méchants et contribué à leur création. En gros, il s'agit de faire de Gordon un proto-Batman. L'idée derrière Joker est complètement différente. Il s'agit juste de rappeler que le Joker et Batman sont les deux faces d'une même pièce et sont co-dépendants mais qu'il n'y en a pas un des deux qui doive être forcément le premier t
    • Ner0d3
      Les commentaires font plaisir à voir et les gens ont enfin pris un peu de recul sur ce film pour stopper de crier au chef-d'oeuvre. Film sympa au regard de ce que propose l'industrie en adaptation de super héros, assurément. Grand film ? Loin de là.
    • Abe
      Pour moi ce n'est pas vraiment le même ton que TDK, Je vois vraiment un film sans aucun rapport mais qui fait dans la facilité pour se vendre en masse, le lien avec batman ne sert finalement à rien d'autre que vendre le film.Ce joker évolue dans un univers qui n'a rien de comics, face à lui j'ai du mal à imaginer un mec déguisé en chauve souris autrement que ridicule.Le film te montre la création du perso avant même l'existence du DK, sauf que le mec qui sort dans gotham déguisé en clown ça à beaucoup plus de sens quand il le fait car il y a déjà un mec déguisé en chauve souris dans le coin, ici c'est l'inverse..Pour l'injustice il y a déjà Batman, Dent et pas mal d'autres perso au lourd passif, pourquoi faire du joker exactement la même chose?Pareil le mec est parti pomper sur tdkr en animé pour son idée de talk show, tout du long c'est des scènes vues ailleurs qu'il remanie à sa façon..
    • Stringer B
      Je pense que tu sous-estimes à quel point le film a été écrit avec beaucoup d'attention dans la façon dont Batman est inclus dans l'intrigue. Le film reprend en gros le ton réaliste à la Nolan et le mêle à une sorte de récit ironique sur le cycle de la violence, d'une façon poétique que Burton n'aurait presque pas renié.En gros tu as Arthur qui croît qu'il est le fils de Thomas Wayne, parce que sa mère a travaillé pour lui, donc tu as d'emblée cette frontière entre les riches, et ceux qui vivent dans la ville basse, puis Arthur qui tente de briser cette frontière d'abord personnellement avec Wayne puis en utilisant la télévision, et ensuite crée un engrenage de violence qui finit par donner naissance à Batman.À aucun moment le film ne te dit que le Joker existe sans Batman. Le film sous-entend simplement que dire que c'est le Joker qui est venu s'opposer à Batman, ce qui est le cas très souvent dans les comics, films, jeux vidéo, etc, est quelque chose qui mérite d'être nuancé, parce que lui et le Joker sont nés certes dans deux mondes différents, mais qui sont marqués par l'injustice que la société autour du Joker subit et que celle autour de Batman perpètre.
    • Stringer B
      Sur ce que tu dis sur le film, je suis entièrement d'accord avec toi. Le film ne sait pas digérer ses influences, et est dans la pose trop souvent quand il tente de singer la Valse des Pantins ou Taxi Driver.Sur ta comparaison avec Gotham, je trouve que c'est très injuste. Dans Gotham, un méchant sur deux est raté et n'est qu'une exploitation sans imagination de ce qui a marché dans les versions récentes de Batman. Joker n'est pas parfait mais n'atteint jamais les strates de mauvais goût de Gotham.Ensuite, rien ne 'justifie' son pétage de plombs. Le film se place de son point de vue c'est tout. Le truc c'est que si tu fais une origin story du Joker, y a pas mille directions à prendre. Tu en aurais fait un psychopathe banal qui juste trouve un masque de clown et devient en gros Jared Leto dans Suicide Squad, une sorte de criminel de prestige ? Le Joker est plus qu'un gangster psychopathe.Comme tu le dis, c'est le négatif de Batman. Le film n'essaie rien d'autre que rendre justice à ça. Le film essaie de t'expliquer en quelle mesure on peut établir des parallèles entre les deux, simplement en te racontant l'histoire du point de vue du Joker. Faire une origin story, ça veut dire montrer en quoi il est devenu le Joker. Soit tu fais une histoire clownesque et gothique à la Burton et là effectivement tu peux te retrouver avec un personnage de gangster qui tue des gens à la fin en les forçant à utiliser ses produits de beauté, sois tu fais une lecture post-réaliste et là, ben, tu es obligé d'y aller mollo, parce que personne ne se lève le matin en disant 'je vais tuer cinquante personnes', il faut du temps et des années de solitude et souvent d'abus pour que même des enfants déclarés 'sociopathes' par des spécialistes passent à l'acte. Et vu qu'en plus, le Joker n'est pas franchement un sociopathe, comment voulais tu faire une origin story qui ne parte pas de quelque chose qui soit d'abord personnel ? Le film parle de la création du Joker. En fait j'ai l'impression vu ce que tu me dis que tu aurais voulu que le Joker soit d'ores et déjà une idée meurtrière. Sauf qu'une idée meurtrière ça n'a aucun intérêt en soi, en tout cas pas dans un film qui y est exclusivement dédié. Si tu ne cherches pas à faire du Joker un être humain, que ce soit par la voie réaliste d'un Nolan ou par la voie romantique d'un Burton (plus avec le Pingouin qu'avec le Joker sans doute mais tu vois ce que je veux dire), ça ne sert à rien de faire un film centré sur lui.Et d'ailleurs je ne vois pas trop l'intérêt d'une suite à Joker, parce que franchement, il n'y a plus rien d'intéressant dans son personnage à explorer à moins de vraiment approfondir le mouvement qu'il a provoqué et donc de sortir de juste sa personne. À moins évidemment d'inclure Batman ou un autre personnage fort dans l'intrigue, un personnage dont le point de vue pourrait être exploré simultanément.
    • Abe
      regarde son killcount animés/films sur youtube, après chacun à sa vision favorite du perso aussi, mais dans la majorité des versions il massacre bel et bien des tas de gens juste pour rire... Du coup quand on le voit même le faire dans les animés ça fout un peu les boules qu'il soit si soft dans un film R- rated, mais je capte qu'il puisse plaire.Moi j'ai besoin d'un méchant vraiment méchant et sans excuses pour justifier ses actes ou sa folie.Après dans ma vision du perso c'est vraiment une sorte de négatif de batman, dont l'existence n'a de sens qu'avec celle de batou.. Ici on me vend l'inverse en plus d'un Joker qui ne me parle pas.C'est un peu comme Gotham qui t'introduit tous les méchants iconiques de la licence alors que Bruce à 14 ans, sauf qu'ici il en a 8.. C'est risqué comme approche, ça prend avec certains, moins avec d'autres. Après je trouve le film assez facile, comme d'autres l'ont dit c'est un peu too much ce qu'il se prend dans la tronche dès le départ.. son cheminement jusqu'à sa pseudo folie est vraiment classique et je vois des scènes calquées sur pas mal de classiques, en plus de ceux cités souvent je vois du sleepers du les nerfs à vif et du chute libre du coup niveau scénario c'est un peu level Gad Elmaleh en terme d'originalité, le mec se repose beaucoup trop sur le jeu de Phoenix avec un scénario relativement plat et déjà vu par bribes dans des classiques.Après il a de bonnes réf, et il à réussi à en faire un mix potable, mais bien brouillon comparé à ce dont il s'inspire.
    • max270893
      Oui et du coup ma réponse était une vraie réponse ^^ mais il faut être honnête, si je me contente de te répondre en te disant les films que j'ai aimé, ça ne voudrait rien dire ^^ Il vaut mieux regardé l'avis général pour expliquer le raisonnement qui me fait dire que dernièrement ce sont les films les moins attendus qui ont le mieux marché.
    • Stringer B
      Ce que tu dis sur la scène avec Murray Franklin d'ailleurs est assez représentatif... Tu estimes qu'il aurait vider son pistolet sur le public, mais le Joker, dans beaucoup des itérations, préfèrera souvent choquer les gens et se mettre en scène, se donner en spectacle, plutôt que de donner dans un jeu de massacre complètement gratuit. Il essaie toujours de dire qqch, de faire passer un message parce qu'il n'est pas complètement dans la folie. C'est pour ça que les parallèles faits par la critique entre son personnage et des tueurs de masse modernes ne me semble pas pertinente, même si je comprends l'origine de ces parallèles. Même si beaucoup disent vouloir un public, une audience, comme le Joker, le Joker n'ira jamais mitrailler une foule par plaisir, ou alors c'est très rare dans les itérations connues. Qu'il vide son chargeur sur le public aurait été banaliser la violence qu'il y a derrière ses actes. Ce n'est pas une violence insensée. Que ce soit le Joker embryonnaire de ce film ou le Joker de la plupart des autres versions, il y a toujours du sens dans ses actes de violence.
    • Hunnam29
      Elle paressait un peu violente ma question, mais c'était une vraie question :) pour savoir lesquels tu visais.Aquaman j'ai détesté, genre vraiment tout. En tout cas avant le Joker je trouve qu'ils n'ont rien réussi à mettre vraiment en place, ni à proposer quelque chose d'agréable à regarder. Joker c'est un peu le premier vrai bon film qui fait enfin complètement différemment de tout le reste, et surtout de MARVEL.
    • max270893
      Alors si tu parles de qualité, forcément c'est subjectif... Chaque personne te donnera une définition différente de ce qui est bien ou mauvais à son goût.Donc, je vais te répondre en me basant sur les films qui ont le plus réussis à trouver leur public.Et étonnement, des films comme Joker, Wonder Woman et Aquaman ont plus réussi leur coup que des films comme Batman V Superman et Justice League alors que ces deux derniers étaient beaucoup plus attendus...
    • Stringer B
      Quand je dis que ce n'est pas son grand truc de tuer, c'est que ce n'est un simple meurtrier de masse, comme certains méchants qui incarnent l'autorité ou qui incarnent un authentique plaisir de tuer. Ça ne le gène pas de tuer, et parfois il le fera parce que ça l'amuse en la circonstance, mais c'est très rare les histoires où 'le plan du Joker' est de tuer des milliers de personne, à part peut-être dans le Batman de Burton. Dans les BDs d'origine de Bob Kane, il tue pas mal mais Batman tue aussi et à ce moment là ce n'est pas vraiment un enjeu thématique. Depuis les années 70, 80s à savoir la naissance des formes plus modernes du personnage, pour avoir lu je ne sais combien de comics, regardé je ne sais combien de dessins animés et vu tous les films en existence et joué à tous les jeux vidéo en existence, oui il tue, évidemment mais c'est rarement sa première préoccupation. Quant aux meilleures histoires jouent plutôt sur son obsession pour Batman, et le fait de faire du mal à Batman, et à ce moment là, tuer devient secondaire ou accessoire.Et surtout, je ne comprends pas quand tu dis que ça bloque ? Qu'est-ce qui bloque ? Le fait d'avoir le Joker en personnage principal et précédant Batman ? c'est juste une façon de suggérer d'une part qu'ils sont les deux faces d'une même pièce (qu'on croit ou non à la parenté avec Thomas Wayne, ça n'empêche que c'est un symbole du fait que le Joker et Batman sont les deux faces d'une même pièce), et surtout d'émettre l'hypothèse que Batman n'est pas juste ce justicier au sens du sacrifice et à la morale sublime, mais aussi une réponse des puissants à des moments de révolte et d'agitation sociale. Ça s'appelle s'approprier un mythe, c'est tout. En quoi ça gâche quoi que ce soit que les deux personnages aient un passé torturé ? Que tu dises que tu aurais préféré ne pas savoir le passé du Joker, mais faire de son ascension un parallèle avec celle de Batman ultérieurement est une mauvaise idée ?J'ai l'impression que tu sors beaucoup d'arguments qui sont issues d'une vision un peu informe du Joker et de Batman. Ce sont devenus des mythes, donc ce sont des idées et des concepts qui deviennent des personnages le temps d'une ou de quelques oeuvres. C'est comme dire après 2300 ans qu'il y a un Oedipe ou un Ulysse ou un Agamnenon. Ce sont des concepts généraux. Le Joker, c'est l'agent du chaos et l'ennemi diamétralement opposé à Batman, si tu prends l'ensemble des itérations, c'est le truc qui revient le plus souvent et il n'y a pas grand-chose à part peut être son look. À partir de là, qu'est- ce que tu veux redire au film sur son traitement du personnage au global ? Dire que le film est trop réaliste pour que Batman émerge ensuite dans une suite ? Je suis désolé, mais ce n'est pas un argument ça, c'est au mieux de la spéculation. En plus, après les Batman de Nolan, on pourrait très bien avoir une itération encore plus réaliste du personnage, ça reste à être imaginé voilà tout.Quant à ce que tu dis sur l'originalité... Ben oui, c'est un film qui parle d'un pétage de plomb, et qui sans jamais épouser les vues de son protagoniste, tente de se placer de son point de vue et donner une part de responsabilité à son environnement... Mais en quoi c'est un pb ?Parle moi du scénar, parle-moi du film, de la mise en scène... De ce en quoi le film ne digère pas bien ses influences... Pas d'un Joker abstrait qui est une sorte d'addition d'histoires très différentes ou de la possibilité d'une suite avec Batman...
    • Stringer B
      Ben dans le même temps, les kills du Joker sont toujours très ciblés. Ce n'est pas un tueur de masse. L'idée de tuer plein de gens ne le gène absolument pas, mais l'idée de tuer en général n'est pas ce qui le motive en premier lieu. Il veut faire mal, et la plupart du temps il veut faire mal à Batman. Mais il ne veut pas spécifiquement tuer comme certains psychopathes dans Batman, et ce n'est pas non plus le bad guy classique dont le plan implique parfois de tuer beaucoup de gens. Le Joker n'est ni comme Szasz ni comme des méchants comme Poison Ivy ou Freeze. Il ne cherche ni le meurtre pour le meurtre ni le meurtre dans le cadre de grands plans. Même dans The Dark Knight avec le ferry c'est un test qui l'amuse et en soi ça ne l'aurait pas troublé plus que ça, mais on réalise après coup que son plan réel était de corrompre Dent pour faire échouer Batman.Donc je ne vois pas vraiment où l'horizon d'attente en ce qui concerne le Joker pour ce film ou pour une origin story aurait pu être qu'il 'bute' beaucoup de monde. Dans la plupart des itérations connues, ce n'est pas son grand truc de tuer. Là encore, n'inventons pas un Joker qui n'a jamais franchement existé.Si tu considères que ce qui est dit dans Killing Joke sur le Joker à savoir que c'est un méchant qui est fondamentalement opposé à Batman plutôt que dans une vendetta contre l'univers, et je pense que Killing Joke n'invente rien sur le Joker, mais ne fait qu'expliciter ce qui était déjà apparent dans le personnage avant, ce que tu vois dans le film Joker n'est que l'exploration logique de l'idéologie du Joker, à savoir qu'il était au départ un des citoyens qui a eu une mauvaise journée et qui a pété un plomb dont il parle régulièrement. Le fait que tu trouves ce Joker trop stupide est aussi un reflet de la contradiction qu'il y au coeur du personnage, à savoir que c'est un fou qui a une conscience trop élevée de sa propre folie pour être un psychopathe classique. Le film insiste pour faire d'Arthur un type un peu naïf au début pour rendre justice au fait que le Joker est presque autant une idée, un concept, qu'un personnage classique. Et je trouve que c'est la bonne approche, au-delà des critiques que j'ai à adresser au film qui sont d'un autre ordre.
    • Nico_lvl
      Millions d’entrées en France, mais milliardaires dans le monde.
    • Seb
      De toute façon les affrontements Batman/Joker ont très rarement été sur le plan physique , ou juste une bonne patate à la fin histoire de clôturer ^^
    • Hunnam29
      Ils ont fait quoi de bien à part cet inespéré Joker ?
    • Morcar
      Aujourd'hui, dans le monde binaire sans plus aucune subtilité dans lequel on vit, les œuvres sont devenues soit des m... soit des chef d’œuvre aux yeux des gens. Ce n'est pas spécifiquement pour Joker, mais pour tous les films.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    1917 Bande-annonce VO
    The Boat Bande-annonce VO
    Le Lion Teaser VF
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Stop Making Sense Teaser VO
    Black Widow Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Box Office
    Box-office France : déjà 3,5 millions pour La Reine des neiges 2
    NEWS - Box Office
    mercredi 4 décembre 2019
    Box-office France : déjà 3,5 millions pour La Reine des neiges 2
    Sorties Cinéma : Le Meilleur reste à venir en tête des premières séances
    NEWS - Box Office
    mercredi 4 décembre 2019
    Sorties Cinéma : Le Meilleur reste à venir en tête des premières séances
    The Irishman : Martin Scorsese déconseille de regarder le film sur un téléphone
    NEWS - Box Office
    lundi 2 décembre 2019
    The Irishman : Martin Scorsese déconseille de regarder le film sur un téléphone
    Box-office US : La Reine des Neiges 2 encore au top avec un nouveau record
    NEWS - Box Office
    lundi 2 décembre 2019
    Box-office US : La Reine des Neiges 2 encore au top avec un nouveau record
    Dernières actus ciné Box Office
    Films de la semaine
    du 4 déc. 2019
    Le Meilleur reste à venir
    Le Meilleur reste à venir
    De Matthieu Delaporte, Alexandre De La Patellière
    Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki
    Bande-annonce
    Jumanji: next level
    Jumanji: next level
    De Jake Kasdan
    Avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart
    Bande-annonce
    La Famille Addams
    La Famille Addams
    De Conrad Vernon, Greg Tiernan
    Bande-annonce
    Brooklyn Affairs
    Brooklyn Affairs
    De Edward Norton
    Avec Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin
    Bande-annonce
    Seules Les Bêtes
    Seules Les Bêtes
    De Dominik Moll
    Avec Denis Ménochet, Laure Calamy, Damien Bonnard
    Bande-annonce
    It Must Be Heaven
    It Must Be Heaven
    De Elia Suleiman
    Avec Elia Suleiman, Gael García Bernal, Tarik Kopty
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top