Notez des films
Mon AlloCiné
    Call of Duty : Modern Warfare, le renouveau d'une increvable saga ?
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 17 nov. 2019 à 20:35
    facebook Tweet

    Sorti le 25 octobre dernier, "Call of Duty : Modern Warfare" a été voulu et pensé comme un renouveau de la licence en or massif d'Activision, avec une campagne solo absente du précédent volet sorti l'an dernier. Pour quel résultat ?

    Activision / Infinity Ward

    Call of Duty, la franchise vidéoludique annuelle et véritable martingale d'Activision, est un peu, voire beaucoup, devenue au fil des ans son propre genre : blockbuster, dans son acceptation la plus hollywoodienne du terme. Ces dernières années, l'éditeur s'est surtout borné à conjuguer la guerre au futur plus ou moins lointain, entre les Call of Duty : Advanced Warfare, Infinite Warfare, Black Ops III, et même les opus précédents. Infinite Warfare d'ailleurs atteignait une sorte d'acmé puisqu'on partait plus que jamais dans une dérive SF tendance Battlestar Galactica, avec un grand méchant totalement anecdotique dans la campagne solo, incarné par Kit Harington. Bref, sans doute -et clairement- l'épisode de trop qui n'en finissait plus de creuser un filon qui commençait sérieusement à s'émousser.

    Après un excellent retour aux racines historiques de la licence avec Call of Duty : WWII en 2017, et un COD : Black Ops 4 privé de campagne solo, l'éditeur s'offre un rétropédalage en règle avec le millésime 2019 de la licence, baptisé COD : Modern Warfare, sorti le 25 octobre dernier. Comme un air de déjà vu dans le nom ? Tout juste. C'est que le service marketing d'Activision est facétieux, en plus d'être un champion du brouillage des pistes. Ce nom résonne presque comme le fameux opus Call of Duty 4 : Modern Warfare sorti en 2007, et probablement l'opus le plus apprécié de la licence; et Call of Duty : Modern Warfare Remastered, sorti en 2016, qui était une version reliftée du jeu de 2007. Vous suivez ?

    Quid de cette cuvée 2019 au titre similaire donc ? Il s'agit en fait d'une "réinterprétation" du jeu de 2007, aux dires de son studio de développement, Infinity Ward, qui était déjà à l'oeuvre sur le volet original, et par ailleurs studio fondateur de la licence Call of Duty. "Il s'agit d'un tout nouveau Modern Warfare repensé à tous les niveaux" affirmait Dave Stohl, l'une des têtes pensantes du studio. "Nous créons une expérience chargée d’émotion qui s’inspire de l’actualité dans le monde, où les contours des champs de batailles et les règles qui s’y appliquent sont flous. Les joueurs rejoindront différentes unités de forces spéciales internationales et de combattants de la liberté dans des missions captivantes qui les conduiront au cœur de villes emblématiques d’Europe et jusqu’aux confins du Moyen-Orient".

    Activision / Infinity Ward

    Voilà pour la promesse de foi du studio. Et dans la pratique, que donne cette campagne solo ? Soyons franc : elle est excellente, et constitue même une des meilleures campagnes de la licence, régulièrement doublée d'un réalisme des situations qui fait plus d'une fois froid dans le dos. Si la franchise COD n'a jamais été un modèle d'écriture, force est de constater que Modern Warfare place le curseur dans une zone de gris intéressante -et polémique : quelle(s) limite(s) peut-on franchir lorsque l'adversaire n'en a quant à lui plus aucune ?

    La campagne, qui dure environ 5-6h, tente d'apporter des éléments de réponses, dans une décalque pure et simple de la géopolitique actuelle. Si le studio de développement s'est bien gardé de reprendre les vrais noms de certains belligérants et des théâtres d'opérations actuels, le ton est rapidement donné. Dans l'intrigue du jeu, deux entités s'affrontent : des terroristes regroupés sous le nom d'Al-Qatala, et une faction de rebels russes séditieux (et désavoués par Moscou) emmenés par un général despote et sanguinaire, du nom de Roman Barkov. Et, évidemment au milieu, la population civile, ainsi que les membres des forces spéciales.

    Activision / Infinity Ward

    De Londres victime d'une vague d'attaques kamikazes en plein Piccadilly Circus à l'Urzikstan, qui est le pendant vidéoludique de la Syrie et son conflit actuel, le joueur sillonne le monde aux commandes de différents membres de forces spéciales, britanniques ou américaines. Mais incarne aussi l'âme de la révolte de l'Urzisktan, en l'occurence une femme, Farah. Multipliant les séquences en flashback faisant revivre son passé tragique dans des séquences parfois absolument glaçantes, torture comprise, la campagne ne perd pourtant jamais le fil de son récit. Un récit qui a, marque de fabrique oblige, régulièrement des allures de montagnes russes dans son rythme, mais qui sait aussi se poser, loin des rythmes absolument frénétiques (et épuisants) qu'on a pu connaître dans certains opus précédent.

    Sous perfusion d'influences évidentes que sont les films Zero Dark Thirty (jusque dans le rôle féminin de chef d'opération incarné par Jessica Chastain dans le film); The KingdomDémineurs et ses kamikazes ceinturés d'explosifs, sans oublier 13 Hours de Michael Bay, dont on sent clairement qu'il a inspiré la mission "Ambassade" dans le jeu, ce COD  : Modern Warfare s'offre aussi -et enfin !!!- un vrai lifting visuel, notamment grâce au renfort de la photogrammétrie; technique consistant à prendre des objets ou des environnements en photo, puis de les transformer en images 3D. Entre la qualité de certaines textures, les jeux de lumière, de jour comme de nuit, un souci du détail auquel la franchise ne nous avait pas habitué, c'est peu dire qu'on goûte enfin à un rendu visuel flatteur; en tout cas bien au-dessus de ce à quoi nous étions habitué. Les joueurs sur PC seront quant à eux encore plus gâtés sur ce point, pour peu qu'ils disposent d'une machine ad hoc. Si le moteur graphique Frostbite de l'écurie d'en face, celle de Battlefield, a quand même quelques longueurs d'avance, il faut saluer comme il se doit ce changement par le haut.

    Bien rythmée, nerveuse, toujours mise en scène comme un blockbuster mais sensiblement plus nuancée qu'auparavant, cette expérience solo de Call of Duty : Modern Warfare est très recommandable. Mais avec un avertissement de taille, au-delà de la cible adulte du jeu : la violence de certaines situations rencontrées pourra, parfois, presque confiner jusqu'au malaise. Vous voilà prévenus.

    Ci-dessous, la bande-annonce de la campagne du jeu...

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Call of Duty : Modern Warfare : la campagne du jeu dévoilée dans une bande-annonce
    • Call of Duty Modern Warfare dévoilé en images par Activision
    Commentaires
    • Hunnam29
      Ah ben ça... C'est sûr.
    • Splendiiiiide
      Le problème que cela soulève c'est quand un média impose, par l'étendu de sa diffusion, une nouvelle référence historique à des millions de gens. Dans quelques années, de nombreuses personnes ayant joué à ce jeu auront comme référence le récit, modifié de Call Of Duty.
    • Hunnam29
      Ah bah de toute façon CoD fait bien souvent l'apologie des USA et de l'armée. Jamais accroché à ces jeux, sauf pour les opus sur la deuxième guerre mondiale. La reconstitution peut valoir le coup, et encore c'est un peu concon bien souvent.
    • Seb
      Quitte à ce que les jeux rendent violent , autant qu'ils rendent un peu patriote aussi ^^
    • Splendiiiiide
      Un épisode qui réécrit les conflits pour avantager les USA. Cette saga c'est l'occasion d'un bon petit lavage de cerveau de l'humain moyen.
    • Matthieu Dewaere
      Effectivement CoD Modern Warfare est le renouveau de la franchise. Celui de 2007 hein. Du coup c'était le renouveau de la franchise.C'était il y a 12 ans.Depuis c'est du mâché recraché mâché recraché, avec un merveilleux sursaut de professionnalisme complaisance de la part des médias qui ne peuvent s'empêcher d'encenser la même tambouille année après année.On devrait la renommer Call of Money (très original n'est-il pas).
    • okinawa02
      Faire un article sur ce jeu c'esty bien, mais ne parler QUE du solo pour ce type de jeu c'est absurde... Laissez la parole à votre autre site JVC webedia plz... inutile ici...
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Institut Benjamenta Bande-annonce VO
    1917 Bande-annonce VO
    Mourir peut attendre Bande-annonce (2) VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VF
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Millennium Actress Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    News jeux vidéo
    Dernières news jeux vidéo
    Films Prochainement au Cinéma
    • 1917
      1917

      de Sam Mendes

      avec George MacKay, Dean-Charles Chapman

      Film - Guerre

      Bande-annonce
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker
    • Mourir peut attendre
    • Black Widow
    • Le Lion
    • Les Filles du Docteur March
    • Bad Boys For Life
    • Lola vers la mer
    • Notre dame
    • Vic le Viking
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top