Notez des films
Mon AlloCiné
    J'accuse de Roman Polanski : des projections annulées à Rennes et Saint-Nazaire
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 18 nov. 2019 à 16:02
    facebook Tweet

    Après les incidents qui ont émaillé une avant-première parisienne du film "J'accuse" de Roman Polanski le 12 novembre dernier, au point qu'elle fut annulée, des militantes féministes ont empêché des projections du film à Rennes samedi soir dernier...

    COADIC GUIREC / BESTIMAGE

    Dans le sillage de l'avant-première du film J'accuse du 12 novembre dernier qui s'était tenue à Paris dans le quartier Latin, chahutée au point d'être annulée suite à une manifestation de militantes féministes, des projections du film ont été annulées samedi soir à Rennes, au Théâtre National de Bretagne (TNB). Les salles ont également été évacuées. Après une longue discussion avec les militantes, la direction a décidé de déprogrammer les trois séances prévues dimanche, mais a maintenu les suivantes.

    Les militantes ont partagé sur un compte Twitter les images de leur action, appellant à "déprogrammer le film, pour de bon". Le choix de venir perturber les séances en ce lieu est évidemment tout à fait symbolique. Historiquement, le TNB fut notamment une ancienne prison militaire, où fut emprisonné Alfred Dreyfus lors de son second procès en 1899...

    Anne Cuisset, la directrice générale du TNB, a indiqué à l'AFP avoir constaté que "les militants [avaient] envahi le TNB assez brutalement et déclenché l’alarme qui a interrompu toute l’activité du théâtre, dont deux spectacles, en plein festival. Plus de 1 200 spectateurs ont dû être évacués. Les spectacles ont repris après 30 minutes d’interruption".

    Quelques jours plus tôt, Arthur Nauzyciel, directeur du TNB, s'était fendu d'une longue lettre publiée sur le site du TNB, intitulée "Pourquoi nous maintenons la programmation de "J'accuse" et ouvrons le débat". "J’accuse [...] traite d’un sujet brûlant et d’une page d’histoire honteuse de notre pays, et dont le scandale se perpétue encore aujourd’hui, suffisamment en tout cas pour que cette histoire soit encore racontée, documentée, éclairée. Son sujet justifie de son intérêt" précisait-il en guise d'introduction. Avant de poursuivre un peu plus loin : "Doit-on ramener le sujet historique du film aux soupçons, enquêtes, plaintes qui pèsent sur son auteur ? Peut-on dissocier l’œuvre de l’homme ?"

    "Ne désirant pas penser seul cette expérience inédite, je prends le risque de maintenir les séances du film pour que cela ouvre une brèche dans la compréhension de ce que nous traversons. [...] Déprogrammer le film serait évacuer le débat, sa complexité, et nous ferait rater une chance de conscientiser ce que nous traversons en apprenant de nos erreurs, si ce choix, car c’en est un, s’avère en être une".

    A 130 Km au sud de Rennes, à Saint Nazaire cette fois-ci, d'autres séances du film J'accuse ont été annulée, ce dimanche, comme en témoigne ce post sur le compte Twitter d'une militante :

    Un extrait de l'interview d'Adèle Haenel à Médiapart en avant-programme de "J'accuse" au cinéma "Les Lobis" à Blois

    Invitée dans le cadre du Festival International du film de La Roche-sur-Yon en octobre dernier, Adèle Haenel avait fait part de sa surprise de la programmation du film de Polanski. "Je pense que dans le contexte actuel, ce ne serait pas mal d’encadrer ce film d'un débat sur 'qu’est-ce que la différence entre l'homme et l'artiste' ainsi que sur la violence faite aux femmes" avait lâché la comédienne, en faisant évidemment référence au réalisateur qui a été accusé à plusieurs reprises d'agressions sexuelles sur mineures. C'était peu de temps avant les révélations fracassantes de la comédienne à Médiapart, accusant de harcèlement et d'agression sexuelle le réalisateur de son premier film, Christophe Ruggia.

    Dans un billet publié sur sa page Facebook, le cinéma "Les Lobis", situé à Blois, s'exprime sur le film J'accuse, précisant diffuser en avant-programme un extrait de l'interview de la comédienne à Médiapart. Voici un extrait du billet, lisible en intégralité ici.

    "Depuis le mercredi 13 novembre 2019, Le Cinema les Lobis diffuse le film « J'Accuse » de Roman Polanski. Et à la vue du succès des premiers jours d'exploitation du film, il sera sur nos écrans pendant encore de nombreuses semaines. Il s'agit d'un film aux qualités cinématographiques indéniables, interprété notamment par des acteurs qui livrent une performance de premier ordre [...]".

    Cependant, l'actualité récente ainsi que les révélations d'agressions sexuelles et de viols qui mitent le milieu du cinéma depuis quelques mois, quelques années (voir depuis toujours, souvent dans une indifférence médiatique générale) ne nous laissent pas insensibles aux Lobis [...] Nous ouvrons plusieurs fois par semaine nos salles à des associations, des intervenants, des réalisateurs, qui viennent prolonger la vision d'un film, l'éclairer, ouvrir une fenêtre d’interprétation à destination des spectateurs, pour faire le lien avec le monde réel, le monde tangible, le monde dans lequel nous faisons cité, tous ensemble. Le féminisme est régulièrement le sujet et le centre de soirées spéciales.

    Il était pour nous inconcevable de vous priver de « J'Accuse », qui comme on l'a dit en préambule, est un GRAND film de cinéma. Il nous semblait également compliqué de ne pas accompagner la sortie de « J'Accuse » par un moment de réflexion collectif, un moment partagé, sur ce que l'Affaire Polanski [...] raconte sur nous et notamment sur les rapports femmes/hommes. Ne pouvant / voulant pas accompagner chaque début de séance d'une discussion, ni chaque après-séance, le programmateur des Lobis a opté pour la diffusion d'un extrait de 3 minutes tiré d'une interview donnée par l'actrice Adèle Haenel à Mediapart le 4/11/19, dans lequel elle explique très clairement ce que l'affaire Polanski dit de notre société et comment s'améliorer tous ensemble pour que des cas monstrueux, comme celui là, n'existent plus [...]. Cette vidéo évite l’écueil du débat, selon nous stérile, visant à se demander si il faut distinguer l'artiste de l'humain ou pas, si l'oeuvre excuse l'homme etc..."

    L'initiative a semble-t-il suscité des réactions plutôt vives, positives comme négatives. "Il n'y a évidemment aucune volonté de notre part d'imposer une seule vision, mais bien d'ouvrir le dialogue sur une réalité vécue par bien trop de femmes" se défend le cinéma, rappelant qu' "un film est une fenêtre sur le monde, mais il en fait également partie".

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • BiggerThanLife
      Si vous le dites.
    • Seb
      Bonne pirouette rhétorique le un peu de sérieux mais bon ... on peut pas se mettre dans la tête d'une victime . Quand sur le moment tu sais que ça ne servira à rien tu le mets de côté , et puis une fois le moment propice et que tu sens que la parole se libère tu veux rajouter ton poids dans la balance , même si c'est trop tard pour toi ça peut éviter à d'autre de passer par la même chose !
    • BiggerThanLife
      44 ans d'attente ? Allons, un peu de sérieux...............
    • Seb
      Et pour garder le même exemple si le mec avoue avoir tabassé la vieille , volé son sac, et avoir passé la frontière pour être tranquille ? Tu ne te fais pas une opinion sur lui ?On parle de quelqu'un a qui a dit face caméra aimer coucher avec des mineures tout en sachant que c'est illégal , tu peux au moins être d'accord que c'est un déviant sexuel ayant besoin d'être soigné psychologiquement non ? Donc au mieux sa place est dans un hôpital , mais pas devant les projecteurs .
    • cyril b.
      ya une dif entre être témoins direct d'un acte crimininel et décidé d'un dossier d'accusation sans avoir connaissance du dossier
    • Seb
      Il y a juger et juger ... non je vais pas pouvoir le mettre en prison moi tout seul , mais chaque être humain a la faculté de penser et d'avoir des opinions . Toi tu vois quelqu'un piquer le sac d'une grand mère après l'avoir tabassée et s'enfuir tu vas te dire c'est peut-être un gars cool j'ai pas le droit de le juger ? ...
    • cyril b.
      non tes pas en droit de juger quelqu'un même si il refuse d'être jugé ^^ non mais lol quoi tu vit sur quelle planète pour sortir ça^^ Tu ne représente en rien la justice ^^
    • Seb
      On est en droit de juger quelqu'un qui refuse d'être jugé par ceux dont c'est le rôle justement . Sinon c'est trop facile . Non je veux pas être jugé par la justice et j'ai fuit le pays , donc je suis intouchable puisque c'est pas votre rôle
    • cyril b.
      il a aussi assumé ces tort et payer ça dette sur CETTE affaire , c'est pas rien non plus. pour le reste le public n'a pas toute les infos et n'est SURTOUT pas en droit de juger qui que ce soit. Car ce n'est pas nôtre rôles, choses que beaucoup trop de personnes semblent oublier
    • Seb
      J'ai pas parlé de l'affaire dans son ensemble , mais parmi les faits qui sont sûrs et vérifiables c'est que le mec est en fuite ,et qu'il a avoué avoir drogué et couché avec une fille de 13 ans , et aimer coucher avec des mineures en général , c'est pas rien ^^
    • cyril b.
      ya bien des gens qui croie à la Terre plate alors^^.....
    • cyril b.
      Sauf que quand tu vas voir un film tu cries jamais tes louages aux techniciens son ou aux figurants b si justement peut être pas toi mais ça arrive plus que tu ne peux le croire
    • cyril b.
      quant c'est tu?? seul les juges est avocat savent tout de l'affaire et même si polan a fait des témoignage, tu ne connais rien de l'affaire hormis la pointe de l'iceberg.
    • cyril b.
      car le médecin travaille seul (pour la plus part )et le réal taf avec des centaines de personnes ( donc GROSSE dif) pourquoi on devrait punir des centaines de personnes pour les actes d'une seul ,ça ce n'ai pas de la justice justement
    • Seb
      Bah quand on voit que le fait d'avoir avoué un précédent fait ne l'inquiète pas plus que ça et lui permet d'être encore sous les projecteurs on peut comprendre que les victimes hésitent à s'afficher et attendent une période plus propice ^^'
    • BiggerThanLife
      Je parle de cette accusation récente dont les faits remonterai à..... 1975, autant dire une blague. Attendre tout ce temps pour accuser quelqu'un ? Allons...............
    • Splendiiiiide
      Il y a des professions qui ne produisent rien d'extérieur, de matériel. La qualité remarquable du travail n'a rien à voir.Maintenant j'avoue ne pas avoir suivit l'affaire depuis le départ dans les détails.
    • -Nomade-
      Pourquoi le travail d'un artiste devrait-il être séparé de l'homme, alors que ce n'est pas le cas pour des personnes qui produisent un travail qui peut, à bien des égards, être tout à fait remarquable. C'est ce que je voulais dire.C'est un peu facile de faire un tel cloisonnement, au seul nom de la postérité d'une oeuvre, alors que, en plus, ces notions de postérité et d'oeuvre sont elles-mêmes assez subjectives, et dépendent de facteurs culturels.
    • Seb
      Le mec a fuit la justice et a avoué avoir fait ce qui lui est reproché ...
    • Seb
      Bah justement les ententes sont toujours là et les mecs comme ça sont toujours au top , donc le seul moyen à notre niveau de faire quelque chose est de toucher au portefeuille sur le nombre d'entrées ^^
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Une vie cachée Bande-annonce VO
    1917 Bande-annonce VO
    Black Christmas Bande-annonce VO
    Un homme nommé cheval Bande-annonce VO
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Tournages
    Grégory Lemarchal : l'acteur choisi pour interpréter le chanteur dévoilé
    NEWS - Tournages
    jeudi 5 décembre 2019
    Grégory Lemarchal : l'acteur choisi pour interpréter le chanteur dévoilé
    Metal Gear Solid : Jordan Vogt-Roberts tease quelques infos sur l'adaptation
    NEWS - Tournages
    jeudi 5 décembre 2019
    Metal Gear Solid : Jordan Vogt-Roberts tease quelques infos sur l'adaptation
    Dernières actus ciné Tournages
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top