Notez des films
Mon AlloCiné
    Réchauffement climatique : Glace à l'eau, le court métrage poignant sur la fonte des glaces
    Par Thomas Imbert — 8 déc. 2019 à 05:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A l'occasion de la Journée Mondiale du Climat, découvrez "Glace à l'eau", court métrage réalisé dans la tradition des studios Pixar par 3 étudiants de l'ECV Animation de Bordeaux, évoquant la fonte des glaces et la disparition de certaines espèces.

    ECV Animation

     

    AlloCiné : Quel a été le point de départ de votre projet ?

    Mathieu Barbe, Damien Desvignes et Victor Hayé, réalisateurs de Glace à l'eau : Avoir un propos dans notre film de fin d’études était essentiel pour nous, et nombreux étaient les sujets ! La protection de notre environnement a été une des thématiques qui faisait l’unanimité dans notre groupe, et l’accélération de la fonte des glaces nous a particulièrement touchés. Derrière la question "comment donner vie à un iceberg ?" se cachait un grand défi technique, car il nous a fallu humaniser un immense bloc de glace. Le développement de l’histoire est venu se greffer sur la personnalité naissante de notre personnage principal, et son parcours a beaucoup évolué !

    À quel moment avez-vous choisi ce titre pour votre film et comment ?

    Le titre ne nous est pas venu comme une évidence. Nous avions simplement comme objectif qu’il puisse, après le visionnage du film, faire écho dans l’esprit des spectateurs. Aborder l'idée du changement physique de la glace vers l’eau correspond également au changement d'état d’esprit de notre personnage tout au long de son aventure. Nous voulions tout de même garder un aspect ludique et illustratif pour parler aux plus jeunes. En cela, "Glace à l’eau" correspondait parfaitement.

    Le résultat est impressionnant, notamment du point de vue visuel. Combien de temps avez-vous passé à réaliser ce film, et dans quel cadre ?

    Merci beaucoup, l’objectif de ce court métrage était avant tout de nous faire plaisir, tout en montrant notre savoir-faire ! Il nous a fallu 1 an pour réaliser le film dans sa totalité, et la production en elle-même a duré plus ou moins 7 mois. La préproduction comprend notamment l’écriture du scénario, le montage de l’animatique, mais aussi les croquis préparatoires, les recherches de styles, les concepts d’ambiances, etc. C’est un projet réalisé dans le cadre de nos études pour valider notre mastère, nous apprendre à travailler en groupe et appréhender les contraintes que nous rencontrerons dans le domaine professionnel.

    ECV Animation


    Pouvez-vous nous présenter votre école en quelques mots ?

    Nous sommes diplômés de l’ECV Bordeaux. Nous avons suivi un cursus qui nous a fait découvrir la totalité du processus de création et de réalisation d’un film d’animation. On a pu se spécialiser sur les dernières années, mais une approche généraliste est vraiment importante dans l'industrie pour connaître le fonctionnement et les contraintes des différents métiers avec lesquels on va travailler. L’ambiance de travail était super, avec une promo et une équipe pédagogique géniale !

    La fin du film oscille entre message d'espoir et sonnette d'alarme. Qualifieriez-vous votre film d'optimiste ou de pessimiste ? Parlez-nous de la cause que vous souhaitez défendre.

    La note négative n’est autre qu’une observation de notre environnement, mais cependant nous avons de l’espoir ! Le monde change vite, et notre vitesse de réaction face aux multiples problèmes contemporains n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Le réchauffement climatique est particulièrement critique, et - à l’image de la forêt amazonienne brûlée délibérément par des inconscients - on possède à peine le moyen d’imaginer l’étendue colossale de ses conséquences. L’information est un outil puissant, et c’est pourquoi on aime le média du cinéma pour exprimer ce qui nous soucie, tout en pouvant le livrer sous forme de divertissement. En revanche, nous avons confiance dans le fait que l’émotion rythme toujours nos vies, et c’est ce qui vaut le coup d’être vécu !

    ECV Animation


    Le décalage entre l'aspect cartoon de votre personnage principal et le réalisme de l'univers dans lequel il évolue rappelle de prestigieux courts métrages Pixar tels que "Piper" ou "Lava". Ces films ont-ils fait partie de vos influences ?

    Ces deux courts métrages ont définitivement eu un gros impact ! En ce qui concerne Lava, on a longtemps cherché des références d’iceberg personnifié en vain. C’était donc ce qu’on avait de plus proche d’une masse d’échelle gigantesque avec seulement un visage pour communiquer. Cependant, on voulait éviter certains choix sur le character design du volcan de Pixar qu’on jugeait moins judicieux pour nous, ce qui explique la disparition de la bouche par exemple. En revanche, quand Piper est sorti, on était tous les 3 en admiration ! On a adoré la réalisation, la narration, la prouesse technique. Le court métrage est exceptionnel !

    L'animation qui raconte une histoire sans parler est probablement la plus noble de toutes, mais peut-être aussi la plus compliquée à mettre en œuvre. Est-ce un parti pris stimulant pour un artiste, ou bien une contrainte ?

    Les deux ! Les contraintes nous ont forcés à faire des choix mais c’est là qu’elles sont stimulantes. Trouver des solutions aux problèmes : c’est là que les idées fusent ! Cette histoire sans parole nous a obligés à nous concentrer sur la narration par l’image plutôt que la rédaction des dialogues, ce qui nous a permis d’entrer plus en profondeur sur l’aspect cinématographique. Cela s’est traduit, entre autres, par l’utilisation de deux façons de communiquer différentes pour les personnages principaux : là où l’iceberg partage ses émotions par les yeux, il était plus naturel d’animer l’orque de façon à ce que son corps parle pour elle. D’ailleurs, même le bateau a eu le droit de s’exprimer à travers la froideur mécanique du harpon !

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Splendiiiiide
      Planter des centaines de milliers d'arbres ne suffirait pas à réguler le climat. Déjà car il faudrait des décennies avant que les arbres plantés ai un rendement suffisant.Tout dans la nature a plus d'impact que l'humanité... Mais sur quoi ? De quoi tu parles ? Si tu penses que l'activité humaine n'a pas plus de conséquences que des phénomènes naturels sur le climat alors je t'invite à te renseigner un peu.
    • Alfred N.
      Si on pouvait réguler le climat, on planterait des centaines de milliers d'arbres et ce serait réglé.Mon propos est juste le suivant : tout dans la nature a plus d'impact que l'humanité. Que ce soient les bactéries, le plancton ou les plaques tectoniques.
    • Splendiiiiide
      Le fameux (fumeux) volcan. J'ai des collègues au bureau qui me font la même reflexion. Je trouve ça tellement idiot. Quelle bonne idée de compter sur les volcans pour réguler le climat...
    • Clémentine C.
      Mais c'est bien pour ça que je mets des guillemets xD C'est pas quelque chose que tu peux nier, je dis juste que même si on se met du côté des négationistes, c'est bien plus intelligent de faire gaffe que l'inverse. Ne me faites pas dire ce que je n'ai ni dit, ni pensé ^^'
    • Alfred N.
      J'espère que tu ne te bases pas sur les travaux du climatologue Michael Mann. Ça a été débunker un 2003.D'ailleurs, il refuse depuis de montrer ses sources.
    • Nathan Duclos
      C'est très bien d’être sceptique sur les informations que l'on reçoit, de remettre en question, mas attention a ne pas s'enfoncer dans des informations eronnées ou dans l’interprétation et la minimisation des observations ! Le réchauffement est réel, en effet il est naturel d'une part, mais les études (sur divers supports) aquiesquent d'une augmentation trop importante sur les dernières année, liées au mode de vie humain.Que nous soyons responsable, coupables, peu importe. Que tu ne te sente pas ciblé, que tu n'ai pas envie d'agir, tanpis, je suis personne pour te juger directement. Mais ne partage pas de fausse informations... et surtout ne t'en sert pas pour critiquer une créations (qui est de plus trés bien travaillée !)
    • Splendiiiiide
      Oui le climat évolue. De manière naturel. Par contre l'homme a un impact énorme sur cet évolution. J'espère que tu ne remets pas en cause cet état de fait.
    • Alfred N.
      Non, c'est naturel que le climat évolue. Ça l'a toujours été. Il suffit d'une éruption volcanique importante pour refroidir les témpératures pendant plusieurs années. Idem concernant l'activité solaire.De même, il suffit de bien choisir les périodes statistiques pour montrer tout et son contraire :https://www.youtube.com/wat...Tu peux voir que la glace arctique diminue entre 1979 et 2017.Et si tu prends la période 1975 à 1979, la quantité de glace a très fortement augmenté. Et elle augmente aussi de 2015 à 2017. C'est tout. Pendant une période l'arctique s'étend, pendant une autre, c'est l'antartique.
    • Splendiiiiide
      Et ? Que cherche tu as dire ? Tu ne remets pas en cause le réchauffement actuel et observé.
    • Alfred N.
      En 2017, la glace arctique a retrouvé son niveau de 2004. À cause d'El Niño. Ce qui montre qu'un courat marin a infiniment plus de poids que tout le CO² de l'atmosphère.Article qui se moque de la fonte des glaces dans le Telegraph du 6 may 2017 (2016 a été une année chaude au pôle nord et 2017, une année froide).T'as aussi les vidéos de la NASA (compte youtube). C'est marrant de regarder les vidéos du pôle nord et du pôle sud : quand le 1er fond, le 2ème grossit.
    • Alfred N.
      La Terre vit. Parfois elle se refroidie, parfois elle se réchauffe.Il y a quelques siècles, du blé poussait au Groenland. D'où son nom qui signifie Terre Verte.
    • Splendiiiiide
      au cas où la Terre se réchaufferait ?Les mecs les mecs... Vous vivez dans quelle grotte ?
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Cuban Network Bande-annonce VO
    Jojo Rabbit Bande-annonce VO
    Histoire d'un regard Bande-annonce VF
    Revenir Bande-annonce VF
    La Bataille géante de boules de neige 2, l'incroyable course de luge Bande-annonce VF
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Bande-annonce Jojo Rabbit, le film aux 6 nominations aux Oscars
    NEWS - Vu sur le web
    mardi 3 septembre 2019
    K Contraire : un premier film intense sur la dépendance et l'enfermement
    NEWS - Interviews
    mercredi 22 janvier 2020
    K Contraire : un premier film intense sur la dépendance et l'enfermement
    Je voudrais que quelqu'un... : interview cinéma, émotion et philo avec Jean-Paul Rouve et Alice Taglioni
    NEWS - Interviews
    mercredi 22 janvier 2020
    Je voudrais que quelqu'un... : interview cinéma, émotion et philo avec Jean-Paul Rouve et Alice Taglioni
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 22 janv. 2020
    Bad Boys For Life
    Bad Boys For Life
    De Adil El Arbi, Bilall Fallah
    Avec Will Smith, Martin Lawrence, Vanessa Hudgens
    Bande-annonce
    Scandale
    Scandale
    De Jay Roach
    Avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie
    Bande-annonce
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    De Arnaud Viard
    Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe
    Bande-annonce
    Le Photographe
    Le Photographe
    De Ritesh Batra
    Avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra, Farrukh Jaffar
    Bande-annonce
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Giselle (Bolchoï)
    Giselle (Bolchoï)
    De Alexeï Ratmansky
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top