Notez des films
Mon AlloCiné
    The Irishman sur Netflix : que signifie la fin ?
    Par CTC — 3 déc. 2019 à 10:00
    facebook Tweet

    Le film de Martin Scorsese, "The Irishman", se termine sur un plan particulier, qui n’a rien d’anodin. Qu’a voulu nous dire le réalisateur ? Voilà nos différentes théories !

    Attention, cet article contient des spoilers. Il est nécessaire d’avoir vu le film avant de le lire.

    Pendant près de 3h30, Martin Scorsese nous relate l’histoire derrière le meurtre du syndicaliste Jimmy Hoffa à travers le regard de son probable assassin, Frank Sheeran. Celui qu’on appelait à l’époque l’Irlandais (The Irishman) confesse à l’écran pourquoi et comment il s’y est pris. A la fin du film, nous retrouvons un Frank Sheeran vieillissant, délaissé dans une maison de retraite, où il attend patiemment que la Faucheuse vienne l’accueillir. Mais non sans avoir rencontré avant un prêtre pour expier ses peines. Dans l'un des derniers plans du film, il lui demande de laisser la porte entrouverte : la caméra effectue alors un plan fixe, tandis que De Niro lance un dernier regard à la caméra. Mais pour nous dire quoi ?

    Capture d'écran
    Théorie n. 1 : Scorsese, De Niro et les autres n’en ont pas fini avec nous

    The Irishman est un projet de longue date. En 2010, des rumeurs annonçaient déjà les retrouvailles entre De Niro, Scorsese et Pesci, ainsi que la participation d’Al Pacino au projet. Il faut dire que les deux derniers n’étaient plus aussi actifs qu’avant dans le milieu. Du haut de ses 76 ans, Joe Pesci n’avait plus tourné depuis 2010 (Love Ranch) et n’a accepté de sortir de sa retraite que pour retrouver ses vieux amis. Quant à Al Pacino, il ne jouait que dans des films indé qui n’ont pas fait grand bruit. Que dire aussi de De Niro qui n’a pas tourné dans un grand film depuis bien longtemps ? Et pourtant, cette porte ouverte et ce regard caméra pourraient nous dire une chose : "vous n’en avez pas fini avec nous". Avec The Irishman, ce trio d’acteurs nous prouve qu’ils n’ont rien perdu de leur grandeur et qu’ils en ont encore sous le coude, pour nous faire vibrer !

    Est-ce aussi une manière de dire qu’ils laissent la porte ouverte à une nouvelle collaboration ? Seul le temps nous le dira.

    Théorie n. 2 : Le mystère Jimmy Hoffa n’a pas été résolu 

    Cette porte ouverte peut aussi signifier autre chose : que le voile sur le meurtre de Jimmy Hoffa n’a pas encore été levé. Scorsese adapte en effet dans The Irishman le livre "J'ai tué Jimmy Hoffa" écrit par Charles Brandt. C’est ce dernier qui a recueilli le témoignage de l’ancien homme de main avant sa mort et qui l’a synthétisé en un livre choc. Pourtant, cette version de l’histoire a été remise en doute depuis : rien ne prouve, si ce n’est ce témoignage, que Frank Sheeran a effectivement tué Jimmy Hoffa. Surtout qu’avant de rencontrer Charles Brandt, il avait dit à la police qu’un certain Sal Briguglio était le coupable ! Le FBI, qui a mené l’enquête, n’a trouvé aucun fait concluant.

    Netflix
    Théorie n. 3 : Un regard nostalgique sur une époque

    Avec The Irishman, Scorsese revient à l’un de ses amours de jeunesse : le film de mafia. Il offre au passage à ses fans un magnifique cadeau en réunissant les stars des AffranchisMean Streets et de Casino. En se projetant dans la peau de ce vieil homme, le réalisateur porte un regard nostalgique sur son cinéma. A l’heure où les films de super-héros caracolent en tête du box-office, lui décide de revenir à un cinéma pur, dialogués et d’une certaine longueur. Il se pose comme l’un des derniers représentants de son époque. Un choix qui se fait avec un sacrifice : pour pouvoir produire et diffuser son nouveau film comme il le souhaite (et qu’il soit vu par le plus grand nombre). Scorsese doit passer par Netflix, un médium moderne.

    Théorie n. 4 : Un constat amer sur la mafia

    La religion est l’un des autres thèmes récurrents dans la filmographie de Scorsese (La Dernière tentation du Christ, Silence…). Un sujet qui est abordé à la toute fin de The Irishman, lorsque Sheeran accepte de se confesser. Ce même homme qui, malgré tous les crimes qu’il a commis, demande à ce qu’on laisse la porte de sa chambre ouverte la nuit, comme un enfant. Car pour Scorsese le constat est simple : le criminel est au même niveau que les autres quand il s’agit de Dieu. La mort vient vous chercher et il faut y faire face. Comme dans Les Affranchis en somme.

    Une autre interprétation est par ailleurs possible : The Irishman pourrait être une réponse aux Italo-Americains qui critiquaient Scorsese parce qu’il glamourise les mafieux. Le réalisateur prend le contre-pied en nous montrant un homme seul et délaissé. Un constat bien amer donc.

    La leçon de cinéma de Martin Scorsese

     

    facebook Tweet
    Dans cet article
    The Irishman
    The Irishman
    Film ( 2019 )
    Voir sur Netflix
    Sur le même sujet
    • The Irishman : gangsters, Diable et nanars, le comparatif Pacino / De Niro
    • The Irishman sur Netflix : les visages rajeunis de De Niro, Pacino et Pesci
    • Robert De Niro et Al Pacino au micro pour The Irishman
    Commentaires
    • Bryan Cgl
      Pour ma part je pense que c'est tout simplement un clin d'œil à la scène où Hoffa laisse sa porte de chambre entre-ouverte, il veux sûrement dire par la qu'il n'oublie pas son ancien ami et que même les petits détails qu'il a retenu de Hoffa, il les reproduit encore juste pour ne pas l'oublier.
    • Lux ferre
      Pour le meilleur film de l'année cela me semble un peu léger aussi.
    • Sacha Bodiroga
      N'est-ce pas simplement un clin d'oeil à la scène au milieu du film, lorsque Hoffa ne ferme pas la porte de sa chambre lorsqu'ils partagent une chambre d'hôtel, ce qui intrigue Sheiran, il regarde cette ouverture de la même manière. Comme un lien de confiance entre eux. A la fin, c'est une manière pour lui de penser à son ami, de voir qu'ils se ressemblent ou de retrouver ce léger lien entre-eux. Il le laisse entrer dans sa chambre (en supposant qu'il se mette vraiment à croire en Dieu,en la vie après la mort, car comme il le dit C'est moins définitif d'être enterrer dans un caveau...) Il est seul mais il s'accroche à ça, léger espoir d'un vieil homme qui va bientôt s'éteindre.
    • Benjamin B
      Wow très bien vu.
    • FerrisBueller
      Moi j'ai vu la fin comme un clin d'œil ironique au Parrain: la fin du Coppola est l'exact opposé: Al Pacino entouré, et on ferme la porte.
    • Matthieu Dewaere
      Seulement trois articles dédiés à un même film sur 8 ? Tu peux mieux faire Allociné, tu peux mieux faire...
    • Didier H
      C'est une vraie question ? Le dernier segment du film exprime la vanité de l'existence, ni plus, ni moins. Le dernier plan n'echappe pas à la regle avec la sollitude d'un personnage ayant croisé des dizaines d'hommes et de femmes, au sein d'une vie mouvementée qui se termine dans une chambre exigu, et vide.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Toute l'actu Netflix
    The Irishman : plus de 17 millions de visionnages en cinq jours aux Etats-Unis
    NEWS - Box Office
    lundi 9 décembre 2019
    The Irishman : plus de 17 millions de visionnages en cinq jours aux Etats-Unis
    Les Nouvelles aventures de Sabrina : une date pour la saison 3 sur Netflix
    NEWS - Séries à la TV
    lundi 9 décembre 2019
    Les Nouvelles aventures de Sabrina : une date pour la saison 3 sur Netflix
    Actus Netflix
    Back to Top