Notez des films
Mon AlloCiné
    Bilan 2010-2019 : Disney et Marvel superstars, les effets spéciaux en force
    Par Thomas Imbert, Corentin Palanchini et Maximilien Pierrette — 13 déc. 2019 à 17:45
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Alors que la décennie 2010-2019 s'achève, retour sur trois des marqueurs principaux de cette période : le règne de Disney sur Hollywood, le sacre de Marvel et les nouvelles formes de création permises par les effets spéciaux.

    The Walt Disney Company

    En 2010, Disney sort tout juste d’une décennie compliquée. Exceptés l'infatigable moteur Pixar et le vaisseau amiral Pirates des Caraïbes, le succès n’est pas toujours au rendez-vous à partir de 2000, notamment du côté des Walt Disney Studios, dont les artistes peinent à assimiler les nouvelles techniques d'animation par ordinateur (déjà parfaitement maîtrisée par les concurrents de chez Dreamworks). Mais peu à peu, la digestion de ce nouvel outil finit par se faire. L’alchimie entre magie traditionnelle et CGI opère. La plus célèbre souris du monde parvient à dompter celle de l’ordinateur. Et à l’aube des années 2010, Disney a retrouvé son identité égarée.

    La décennie qui suit – et qui s’apprête à s’achever – s’impose donc comme l'inverse de la précédente. La production audiovisuelle de la Walt Disney Company ne cesse d’y battre ses propres records, enregistrant par exemple 7,6 milliards en 2016, 6,8 milliards en 2018, et dépassant même cette semaine (pour la première fois dans l'histoire) le chiffre de 10 milliards de dollars récoltés en un an, alors même que La Reine des neiges 2 est toujours en cours d'exploitation et que Star Wars : L'Ascension de Skywalker n'est pas encore sorti.

    Walt Disney Animation Studios

    Ces triomphes successifs au box-office s'expliquent, tout d'abord, par un nouvel âge d'or du côté de l'animation Disney. Alors que Pixar poursuit sa jolie carrière en sortant notamment les 4 plus grands succès de son histoire (Toy Story 3, Le Monde de DoryLes Indestructibles 2 et Toy Story 4), les Walt Disney Animation Studios reprennent du poil de la bête. Après de longues années à tâtonner, ils posent dès 2010 le premier jalon d’un nouvel âge d’or avec Raiponce. Un retour aux chansons, aux contes de fées et au succès, bientôt suivi par les deux plus grands succès du studio : La Reine des neiges et Zootopie.

    Mais l’animation ne représente finalement qu’une petite partie du règne Disney sur les années 2010. Du côté des films en prises de vues réelles, on peut ainsi noter une nouvelle tendance, qui voit le jour dès le début de la décennie avec Alice au pays des merveilles et qui se prolonge depuis : offrir des remakes en prises de vues réelles aux grands classiques animés du studio. Une idée qui permet à Disney de franchir la barre du milliard de dollars à 4 reprises (à condition de ne pas compter la nouvelle version du Roi Lion et son 1,65 milliard comme un film d’animation).

    Walt Disney Animation Studios

    Mais en-dehors de ses frontières "enchantées", Mickey conquiert également de nouveaux territoires. En rachetant Marvel Studios et Lucasfilm, la Walt Disney Company s’offre ainsi un quasi-monopole sur les films de super-héros, et 5 nouveaux voyages dans la galaxie lointaine, très lointaine de Star Wars. Sans compter la récente acquisition de la 20th Century Fox, et les multitudes de franchises (Avatar en tête) qu’il convient désormais de considérer comme des parcelles du royaume enchanté. 

    Pour résumer tout ça avec un chiffre très simple, rappelons qu’aujourd’hui, sur les 15 plus grands succès de l’histoire du cinéma, 9 ont été produits par Disney dans les années 2010. Désormais reine incontestée d’Hollywood, la firme de Mickey a déjà amorcé sa nouvelle conquête : le marché du streaming, avec le récent lancement de Disney+.

    MARVEL ET SON ORCHESTRE

    Une plateforme sur laquelle la firme offrira une place de choix à son autre poule aux œufs d'or, celle qui lui a permis d'établir le modèle des blockbusters des années 2010, et de s'installer sur le toit du box-office mondial : le Marvel Cinematic Universe. Lancé en 2008 avec Iron Man et L'Incroyable Hulk, il n'est pas encore ce mastodonte inarrêtable (pas plus qu'il n'appartient à Disney) lorsque commence une décennie qu'il entame avec un faux-pas : la suite des aventures de Tony Stark, tournée à la va-vite alors que le scénario n'était pas achevé, grandement réécrite au montage et davantage focalisée sur l'après que sur ce qu'elle est censée raconter. Malgré quelques qualités et une volonté de s'ouvrir à l'heroic fantasy et de renouer avec le film d'aventures à l'ancienne, Thor et Captain America ne sont pas totalement convaincants non plus, et la viabilité du projet chapeauté par Kevin Feige reste floue.

    Mais tout change en 2012 : alors que la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan s'apprête à tirer sa révérence, les rapports de force s'inversent grâce à Avengers. Écrit et réalisé par Joss Whedon, le long métrage doit réunir six super-héros sur un même écran, ce qui suscite autant d'enthousiasme que de craintes que l'ensemble soit déséquilibré. Le papa de Buffy réussit pourtant cette mission que l'on croyait impossible et le public est au rendez-vous : 207,4 millions de dollars pour son premier week-end (meilleur démarrage américain de tous les temps jusqu'à l'arrivée de Jurassic World) et un total mondial s'élevant à 1,519 milliard de billets verts. Soit le plus gros succès de l'année devant Skyfall et… The Dark Knight Rises.

    The Walt Disney Company France
    Avengers : une équipe est née. Un modèle aussi.

    A l'heure où s'achève une trilogie sombre et réaliste, née dans les cendres des attentats du 11-Septembre, Marvel, devenu propriété de Disney, s'impose avec une vision plus légère et colorée des super-héros, qui deviendra le modèle à suivre. Tout comme sa méthode de production. Alors qu'Harry Potter avait lancé la vague des adaptations de romans pour jeunes adultes au cours de la décennie précédente, le MCU donne aux autres studios des envies d'univers interconnectés, où films principaux et spin-offs se succèdent au sein d'un même monde ultra-référencé dont il vaut mieux ne manquer aucun élément sous peine de ne pas saisir toute la globalité de l'intrigue. Inspirée des comic books, où Spider-Man et Captain America peuvent s'illustrer en solo avant de prêter main forte aux Avengers, cette méthode trouve son rythme de croisière pendant la Phase II (2013 - 2015). Non sans quelques heurts.

    Grâce au succès d'Avengers, Marvel a entériné son projet et trouvé sa formule, où humour et action se mêlent autour de références aux films passés et à venir. Et si l'on ne change pas une équipe qui gagne, il en va de même pour ce schéma : l'audace de Shane Black, qui a fait du Mandarin un bouffon dans Iron Man 3, ayant divisé les fans, le studio joue alors la carte de la sécurité, quitte à se brouiller avec Edgar Wright, qui claque la porte après avoir planché pendant huit ans sur Ant-Man. Une péripétie qui ternit son image auprès des cinéphiles mais n'entrave en rien sa marche en avant, appuyée par le succès des Gardiens de la Galaxie, film qui prouve que la marque Marvel, soutenue par un marketing rôdé, est désormais capable d'attirer les spectateurs dans les salles sur son seul nom, comme un Tom Cruise ou un Arnold Schwarzenegger jadis.

    Zuma Press / Bestimage
    Kevin Feige, chef d'orchestre du MCU

    Si Avengers 2 termine sa course au box-office en-deça des espérances, la Phase III (2016 - 2019) ne fait qu'enfoncer le clou, en dépassant régulièrement la barre du milliard de dollars de recettes et en s'ouvrant à davantage de diversité (Black Panther, Captain Marvel), pendant que ses concurrents sont à la peine. Obsédée par les à-priori du public et le fait de rattraper Marvel, la Warner se précipite et échoue à développer une version plus sombre et stylisée, et dotée d'un propos fort sur la place des super-héros dans le monde actuel, avec le catalogue DC, tandis que Sony se voit contraint de partager les droits de Spider-Man avec Disney, faute d'avoir réussi à les exploiter convenablement. Sans parler de la saga Fast & Furious, qui se décline en spin-off depuis 2019, année au cours de laquelle Marvel devient, pour de bon, le roi du monde.

    Conclusion de la Phase III et de l'arc narratif mis en place depuis 2008 (même si Spider-Man Far From Home fera finalement office d'épilogue quelques mois plus tard), Avengers Endgame fait tomber les records les uns après les autres : meilleur démarrage américain de tous les temps, film le plus rapide à franchir la barre du milliard de dollars de recettes, plus gros succès pour un film de super-héros en France et, surtout, nouveau champion du box-office mondial devant Avatar. Alors que son modèle s'apprête à naviguer entre petit et grand écran, ou que des débats sur son aspect cinématographique ont depuis vu le jour, force est de constater que Marvel a redéfini la façon de faire et penser les blockbusters au cours de cette décennie. Quitte à donner naissance aux produits d'un studio plus qu'à l'œuvre d'un auteur, ce qu'illustre finalement bien la façon dont il a pris la mesure sur l'opus de James Cameron, qui avait lui aussi terminé la décennie précédente au sommet, tout en ouvrant sur la suivante avec sa révoluton des effets spéciaux.

    Avengers: Endgame
    Avengers: Endgame
    Sortie le 24 avril 2019 | 3h 01min
    De Joe Russo, Anthony Russo
    Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo, Chris Hemsworth, Scarlett Johansson
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    4,2
    Noter ce film

    UNE DECENNIE AU SERVICE DES EFFETS SPECIAUX

    Car 2009 s'était terminée avec Avatar qui apportait une expérience nouvelle pour toute une génération : le retour de la 3D en salle. Le succès du film de James Cameron lancera une nouvelle mode pour les blockbusters, qui opteront pour la conversion de certains films a posteriori ou -plus rarement- pour de véritables tournages en 3D. Mais les spectateurs se lasseront vite de l'augmentation du prix du ticket, de la qualité relative des lunettes disponibles dans les salles et de l'assombrissement de l'écran qu'elles occasionnent, et la mode retombe dès 2016.

    Cependant, le réalisme atteint par Cameron pour représenter le monde fictif de Pandora ouvre une nouvelle voie aux films en "tout numérique". Les films Marvel et plus tard les "Disney Live" bluffants comme Le Roi Lion opteront pour des mondes entièrement ou en grande partie fait de numériques. L'avancée de la technologie durant la décennie voit aussi les films situés dans l'espace se multiplier, de First Man à Seul sur Mars en passant par GravityPrometheus, InterstellarAd Astra ou le retour de Star Wars.

    Walt Disney Pictures
    Johnny Depp rajeuni dans "Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar" (2017)

    Enfin, après les expérimentations X-Men 3 ou Benjamin Button, les accomplissements permis par le numérique laissent les studios explorer le rajeunissement des acteurs avec parcimonie (Terminator Renaissance, Ant-Man, Blade Runner 2049, Captain America : Civil War) voire pour des films entiers (Samuel L. Jackson dans Captain Marvel, les acteurs de The IrishmanWill Smith dans Gemini Man). La technologie est poussée à la frontière de l'éthique puisqu'on voit des acteurs décédés refaire surface tels Peter Cushing (Rogue One) ou Paul Walker dans Fast & Furious 7. Tout récemment, un studio a annoncé le retour de James Dean !

    Reste à savoir ce que nous réservera la décennie 2020-2030 en matière d'évolution visuelle mais une chose est certaine : la décennie écoulée fut déterminante dans l'évolution des effets numériques et promet encore quelques prouesses inattendues dans les années à venir.

    Découvrez la saga Harry Potter sans la magie des effets spéciaux :

    Voir le diaporama
    Diaporama
    A quoi ressemble la saga Harry Potter sans effets spéciaux ?
    21 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Bacta142.
      Tu m'as sorti deux exceptions qui confirment la règle.. Comme je l'ai dit à part La Planète des singes (qui est un remake un peu spécial d'ailleurs), aucun remake n'est sorti du lot dernièrement.
    • Castor P.
      Les mecs qui crachent sur tout un pan du cinéma JUSTE parce qu'elle comporte l'étiquette Marvel ou Disney, qui passent leur journées a se plaindre des grands méchants Marvel et Disney sur les forums... Ne sont-ils pas finalement eux même la définition exacte de personnes aliénées par une marque ?Parce qu'entre ceux qui aiment les films juste parce que ça leur plait et que ça soit marqué Disney ou pas dessus en fait ils s'en battent les steaks.Et ceux qui sont systématiquement obnubilés par Disney qui tuent le cinéma et leur reprochent tout les maux du monde.J'avoue que les aliénés j'ai pas l'impression que ce soient ceux que tu pense.De plus, cracher systématiquement sur tout ce qui est populaire pour le simple fait que c'est populaire, ce n'est pas avoir un esprit critique.Enfin, un jour vous cesserez aussi de faire comme si les gens qui voient les Marvel ne savent pas apprécié d'autre genre de films... C'est ce qui s'appelle l'ouverture d'esprit et en général, ça va avec l'esprit bien fait justement, mais bon.A bons entendeurs.
    • Castor P.
      Les remakes resteront toujours plus oubliables que leurs films originauxSur que personne ne se rappelle du Ben-Hur de 1959 ou des Dix Commandements de 1956.Enfin, en réalité, personne ne se rappel que c'étaient des remakes en fait...Les remakes c'est pas nouveau, et non, l'original marque pas forcément plus, la preuve en 2 exemples qui ne sont pas les seuls.
    • Seb
      Ton esprit non-aliéné ne peut pas nous offrir de la ponctuation pour rendre son commentaire davantage lisible ?
    • Jared F
      Enfin quelqu'un avec un esprit critique pas aliéné par une marque qui n'a plus rien a offrir a part abuser de l'esprit simplet de nos amis primates comme le MCU
    • Jared F
      Pauvre cinéma ! Le nivellement par le bas et le cinema de yesman pour enfant attardé mental
    • Bacta142.
      Je suis désolé mais je crois pas que les Marvel feront l'objet d'études de cinéma... Pour le reste il s'agit d'animation (un genre à part) et de films d'auteur (Nolan, Tarantino...) quand il ne s'agit pas de films franchisés. Je pensais surtout aux blockbusters en fait. Il n'y a rien eu de nouveau sous le soleil les concernant et peu de films de qualité.
    • Cuderoy
      La décennie précédente se ferme sur Avatar, claque visuelle sans précédent, issu d'années de recherche de la part de Cameron, qui marque notre mémoire pour toujours.Celle-ci se conclut sur Le Roi Lion, qui n'a pour lui que ses visuels en étant l'idée la plus facile du monde et qui s'avère tellement oubliable qu'il n'arrive même pas à réimprimer certains passages du film par dessus nos souvenirs du dessin animé.C'est drôle mais Avatar 2 sort en 2021 et pourrait être une nouvelle claque révolutionnaire, résumant la décennie actuelle à une simple parenthèse d'opportunisme à exploiter ce que le premier a mis en place. Et c'est pareil avec The Dark Knight et les Spider-Man de Raimi qui installent le film de super-héros au sommet du monde pour lancer le MCU. Et c'est pareil avec Harry Potter qui va nous faire bouffer de l'adaptation teenager à vomir pendant 10 ans. Je parle pas du film d'action qui peut dire merci à Matrix et Bourne et au Hobbit qui n'arrive pas à l'ombre de la cheville du Seigneur des Anneaux.Bref, j'ai beau adorer certains blockbusters sortis entre 2010 et 2019, faut bien reconnaitre que d'une manière global dans le domaine du grand spectacle, on peut résumer cette période à une simple exploitation de mode. Dans 20 ans quand on regardera Fury Road, on se demandera vraiment ce que ça avait à faire au milieu de tout ça.
    • Cuderoy
      Toute la question maintenant c'est de voir quand s'arrête l'axiome j'investis plus, ça rapporte plus. Est-ce qu'à un moment l'investissement dans la promo ne va pas atteindre un plafond de rentabilité ?
    • L'Otaku Sensei
      Ben déjà pour les films d'animation (pas que Disney), on retiendra la trilogie Dragons, Toy Story 3 et 4, La Reine des Neiges qui occupe maintenant la place de classique culte des années 2010 comme Le Roi Lion dans les 1990, Les 4 Avengers, qu'on aime ou pas, seront un modèle de Blockbuster qui restera culte (culte ne veut pas dire bon film, pas toujours, il veut dire que le film a d'une certaine manière laisser une trace notable dans le paysage du média).Puis y a les films de Nolan, Inception, TDKR, Interstellar, les Tarantino comme Django, Les 8 *** et Once Upon a time in H.Les Gardiens de la Galaxie aussi, ils resteront culte, la trilogie X-Men (2011-2016), Drive, Mad Max Fury Road, La La Land, Gravity, The Artist....t'as plein de films qui resteront dans les mémoires et qui feront l'objet de nombreuses études pour les futurs cinéma studies.
    • seke
      On a bel et bien eu un pic avec Avengers 4. Donc ça ne pourra que retomber.Après bon je ne crois pas que la chute sera sévère. D'ailleurs pour 2020/2024 t'auras des suites de projets surs genre Les Gardiens 3, Aquaman 2, Spider-Man Home 3, Black Panther 2 + d'autres projets qui marcheront très bien comme The Batman.Plus tard en 2025/2029, faudra voir si il y aura des Gros Projets ou pas.Mais bon d'un côté la marque Marvel est suffisament bien installé (cf Black Panther ou Captain Marvel qui sont milliardaires. Puis les Petits Succès font quand même 700M$ ^^).Et on a vu dernièrement que même les projets casse-gueule marchent bien.La véritable crise de ces films n'arrivera donc que pour la décennie suivante (2030/2039).
    • seke
      Oh la vache, la 3D cette mode qui n'a duré que de 2010 à 2013 ^^Il n'empêche bien que ce ne soit pas être obligatoire, il me faudrait pas enterrer cette technologie. Car certaines expériences valaient le coup d'oeil.Sinon Disney a montré l'importance des rachats et donc de diverfisifier son offre.
    • ScaarAlexanderTrox
      Comment le déclin pourrait-il ne pas se poursuivre ? C'est comme avec les grandes banques derrière la crise des subprimes : tant que ça ne paie pas les pots cassés, ça peut continuer indéfiniment, jusqu'à ce que l'heure des comptes à rendre arrive un jour (si elle arrive). Pour lesdites banques, rendre des comptes impliquerait que les vrais responsables croupissent en taule, au grand minimum ; pour Disney, ça devrait avoir la forme de quelques booons gros foirages au BO, le genre à faire tomber des têtes. Mais pourquoi est-ce que ça se produirait ? Les gens sont devenus des zombies : plus il y a de promo, plus ils y vont, comme si c'était simplement devenu la chose à faire. Perso, j'attends de voir combien de gens ce live action aberrant de La Belle et le Clochard va attirer. Si ça marche, pour moi, tout sera foutu. Du moins jusqu'à ce qu'une bonne vieille guerre ou une zombie apocalypse ne reboote tout ça. Ha, reboote...
    • Bacta142.
      Mais qu'est-ce qu'on retiendra comme grands films de cette décennie franchement? Les remakes resteront toujours plus oubliables que leurs films originaux. À la limite seule la trilogie La Planète des singes sort du lot. Alors oui on retiendra le MCU, mais en tant que saga, pas en tant que films.
    • L'Otaku Sensei
      Peut être pas, peut être que dans 40-50 ans des historiens et des chercheurs trouveront une véritable richesse au cinéma d'aujourd'hui, de toutes façons, les films ne sont jamais le mieux compris au moment de leur sortie, c'est avec le temps qu'ils sont digérés et interprétés.
    • Bacta142.
      Le problème est bien cette disneysation d'Hollywood justement. Et on peut pas comparer des remakes live de films d'animation et des Marvel à la richesse du cinéma hollywoodien d'antan, toutes décennies confondues.
    • singeou7
      Heureusement que je lis ton message à temps ! J'ai failli prendre une place pour Star Wars dans un moment de faiblesse. Vous ne m'aurez pas !
    • L'Otaku Sensei
      Il serait intéressant de voir si les films de Super-héros vont connaître leur période de début de disparition pendant les années 2020. Du moins, si ce n'est pas pour les 2020's, ça sera pour les 2030. Comme le Western, le genre a connu son âge d'or mais économiquement la recette s'épuisera.
    • L'Otaku Sensei
      Y avait largement autre chose à voir pendant cette décennie. Le Cinéma, ce n'est pas QUE sur le plan économique qu'il faut se pencher.
    • L'Otaku Sensei
      Ils ont tirés sur la corde mais tout n'est pas à jeter dans ce qu'ils ont fait. Les films d'animation de Disney sont pour la plupart de vrais pépites qui valent largement les classiques des années 90 (si on met de côté sa nostalgie d'enfant c'est tout à fait vrai), les Remakes lives, hormis les derniers, sont pas si mal, même Marvel, y en a eu des moins bons (surtout les 2 solos de cette année) mais y en a eu des très bons aussi.Mais bon, faut mettre ça dans une perspective historique, dans la décennie 1950-1959, on faisait bien des dizaines de Wetserns à la pelle, des films noirs, des comédies musicales et des péplums aussi donc l'attitude d'Hollywood aujourd'hui a un nouveau visage, il s'appelle Disney, mais elle est exactement la même qu'il y a 40-50 ans. C'est drôle, j'ai toujours l'impression que les gens pensent que le cinéma commercial est une invention des années 2000 alors que l'industrie du cinéma est même né bien avant que celui ci soit le 7ème Art.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le Photographe Bande-annonce VO
    Adoration Bande-annonce VF
    Pygmalionnes Bande-annonce VF
    Un divan à Tunis Bande-annonce VF
    Lettre à Franco Bande-annonce VO
    Qu'un sang impur... Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Box Office
    Fox : Disney va changer le nom du studio !
    NEWS - Box Office
    samedi 18 janvier 2020
    Réforme de l'Audiovisuel : combien d'oeuvres françaises devront produire Netflix et Disney+ ?
    NEWS - Box Office
    jeudi 16 janvier 2020
    Réforme de l'Audiovisuel : combien d'oeuvres françaises devront produire Netflix et Disney+ ?
    Bande-annonce Adoration : l'ado de Jusqu'à la garde dans une romance sanglante de Fabrice du Welz
    NEWS - Vu sur le web
    vendredi 6 septembre 2019
    Bande-annonce Adoration : l'ado de Jusqu'à la garde dans une romance sanglante de Fabrice du Welz
    Box Office France : Star Wars toujours en tête, suivi par Underwater
    NEWS - Box Office
    mercredi 15 janvier 2020
    Box Office France : Star Wars toujours en tête, suivi par Underwater
    Sorties cinéma : 1917 en tête des premières séances
    NEWS - Box Office
    mercredi 15 janvier 2020
    Sorties cinéma : 1917 en tête des premières séances
    Dernières actus ciné Box Office
    Films de la semaine
    du 15 janv. 2020
    1917
    1917
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    Une belle équipe
    Une belle équipe
    De Mohamed Hamidi
    Avec Kad Merad, Alban Ivanov, Céline Sallette
    Bande-annonce
    Selfie
    Selfie
    De Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet
    Avec Manu Payet, Blanche Gardin, Elsa Zylberstein
    The Grudge
    The Grudge
    De Nicolas Pesce
    Avec Andrea Riseborough, Demian Bichir, John Cho
    Bande-annonce
    Marche avec les loups
    Marche avec les loups
    De Jean-Michel Bertrand
    Bande-annonce
    Je ne rêve que de vous
    Je ne rêve que de vous
    De Laurent Heynemann
    Avec Elsa Zylberstein, Hippolyte Girardot, Emilie Dequenne
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top