Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Siffleurs : Cannes, le Silbo, le burlesque... rencontre avec le réalisateur Corneliu Porumboiu
    Par Laëtitia Forhan (@LaetiFo) — 8 janv. 2020 à 07:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Septième long-métrage du réalisateur roumain Corneliu Porumboiu, Les Siffleurs - présenté en Compétition lors du dernier Festival de Cannes - sort ce mercredi dans nos salles. AlloCiné s'est entretenu avec le metteur en scène.

    AlloCiné : C'est votre quatrième sélection au Festival de Cannes mais la première fois en Compétition officielle. Qu'avez-vous ressenti lors de la présentation du film ? 

    Corneliu Porumboiu : J'étais très content d'être en compétition mais également très stressé. On a toujours peur qu'il y ai un problème technique au moment de la projection. Mais tout s'est bien passé et la réaction du public en fin de projection était très bonne.

    AlloCiné : Comment avez-vous pris connaissance du Silbo, cette langue sifflée et qu'est-ce qui vous a donné envie d'en faire un film ?

    J'ai découvert le Silbo il y a 10 ans. J'ai vu un reportage sur La Gomera (ndlr : une des 7 îles des Canaries) où il était question du Silbo. C'est une langue sifflée utilisée depuis des milliers d’années qui reproduit par le sifflement la langue parlée par ses habitants, le castillan. Le sujet m'a beaucoup interessé et j'ai été fasciné car c'est une langue ancienne, poétique et drôle à la fois qui perdure aujourd'hui malgré la technologie. Je me suis documenté sur ce langage et j'ai commencé à écrire un scénario, mais ça ne m'a pas plu. J'ai donc mis cette idée dans un coin de ma tête. Je voulais faire un film où je pouvais utiliser ce langage dans un monde moderne. Dans notre société où tout le monde est hyper connecté ça me plaisait que mon personnage central ne puisse communiquer que par ce biais. Mais c'est surtout utile quand vous avez quelque chose à cacher...

    AlloCiné : Vous avez travaillé avec un spécialiste ? 

    Tout à fait. Le langage sifflé fait partie du patrimoine de l'Unesco. Le Siblo est enseigné aux jeunes de La Gomera, il y a une vraie transmission. J'ai travaillé avec Francisco Correa, qui est professeur de Silbo espagnol. J'ai assisté à ses cours sur l'île et ensuite Francisco est venu en Roumanie afin d'enseigner la langue aux acteurs. J'ai moi-même tenté d'apprendre, mais il y avait beaucoup de travail et j'ai abandonné pour ne pas lui faire perdre de temps (rires).

    Les Siffleurs Bande-annonce VO

     

    AlloCiné : Le personnage principal, Cristi est un flic désabusé, c'est le même personnage que celui de "Policier, adjectif " sauf qu'il était idéaliste à l'époque. Pourquoi avoir décidé de reprendre ce personnage 10 ans après ? Pouvez-vous nous parler de son évolution ? 

    Après Policier, adjectif, j'ai gardé le personnage de Cristi en tête, et je me disais qu'il fallait que je poursuive son histoire parce que cette idéologie qu'il avait ne pouvait pas perdurer. 10 ans après, je me suis dit que c'était le bon moment pour le retrouver. Le monde a complètement changé et Cristi ne trouve plus sa place. Il a perdu sa vocation et commence à travailler avec la mafia. Il est désabusé et ne crois plus en rien. 

    Bien évidemment quand j'ai écrit le rôle j'avais Vlad Ivanov en tête, il fallait que ce soit lui qui reprenne son rôle. On a d'ailleurs discuté ensemble du trajet de son personnage. Mais je ne voulais pas faire trop de références à Policier, adjectif. Les Siffleurs n'est pas une suite, j'ai juste repris le personnage principal. D'ailleurs le style est bien différent, Les siffleurs est un vrai film noir.

    AlloCiné : Il y a beaucoup d'humour dans votre film mais les acteurs sont toujours très sérieux et c'est ce qui donne ce ton particulier. Comment les préparez-vous lors du tournage ?

    Je travaille beaucoup en amont avec mes acteurs. Je leur demande toujours d'être très sérieux même lorsqu'on tourne une scène absurde et qu'ils ont envie de rire. Il faut que les personnages soient sérieux car ils sont obsédés par leur présent, par les événements dramatiques qui se déroulent autour d'eux. C'est un peu ma signature mais c'est parce que c'est ce qui me plaît. Je m'inspire de Buster Keaton. Être très sérieux dans un monde où les situations peuvent faire rire. Et puis ça permet de mettre de la distance par rapport à l'histoire pour le spectateur. Ce côté terriblement sérieux, en toutes circonstances, donne la
    touche absurde à mes films, et c'est ce qui me plaît.

    Vlad Cioplea
    Vlad Ivanov, le réalisateur Corneliu Porumboiu et Rodica Lazar

    AlloCiné : C'est la première fois que vous tourniez en dehors de Roumanie (Les Canaries et Singapour). Comment s'est déroulé le tournage ?

    Tout à fait. Il fallait que le film se déroule sur La Gomera, il a donc fallu délocaliser. J'ai été un peu effrayé au début par l'ampleur du travail mais j'ai bien préparé le tournage en amont. Le budget n'était pas énorme et nous n'avions pas beaucoup de temps il fallait donc être très précis. Mais j'ai tourné avec mon équipe roumaine habituelle et ça m'a rassuré parce qu'on se connaît. Le plus étrange a été le tournage à Singapour parce qu'on devait filmer une séquence difficile dans un lieu où il y avait beaucoup de monde, ça a été un peu compliqué.

    AlloCiné : Pensez-vous qu'il y a un renouveau du cinéma roumain qui s'opère depuis une dizaine d'années ? Une sorte de nouvelle vague roumaine. La présence de nombreux metteurs en scènes dans les prestigieux festivals en est la preuve non ?

    C'est vrai que je fais partie d'une nouvelle génération de cinéastes, mais on a une manière très différente de faire des films. Chacun a un style différent. Mais je constate qu'il y a de plus en plus de jeunes réalisateurs roumains qui émergent. Ils font des films d'animation, des documentaires, des films de genre... On va vers un renouveau du cinéma roumain et c'est bien.

    Propos recueillis à Paris le 18 décembre 2019.

    Les Siffleurs
    Les Siffleurs
    Sortie le 8 janvier 2020 | 1h 38min
    De Corneliu Porumboiu
    Avec Vlad Ivanov, Catrinel Marlon, Rodica Lazar, Sabin Tambrea, Antonio Buíl
    Presse
    3,5
    Spectateurs
    3,4
    Noter ce film

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Bande-annonce VF
    Adoration Bande-annonce VF
    La Llorona Bande-annonce VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Scandale Bande-annonce VO
    Bayala Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    1917 : guerre, plan-séquence, son grand-père... Sam Mendes décrypte son film, favori aux Oscars
    NEWS - Interviews
    mardi 14 janvier 2020
    1917 : guerre, plan-séquence, son grand-père... Sam Mendes décrypte son film, favori aux Oscars
    Swallow : le film choc sur un trouble alimentaire méconnu vu par son réalisateur
    NEWS - Interviews
    mardi 14 janvier 2020
    Swallow : le film choc sur un trouble alimentaire méconnu vu par son réalisateur
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 15 janv. 2020
    1917
    1917
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    Une belle équipe
    Une belle équipe
    De Mohamed Hamidi
    Avec Kad Merad, Alban Ivanov, Céline Sallette
    Bande-annonce
    Selfie
    Selfie
    De Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet
    Avec Manu Payet, Blanche Gardin, Elsa Zylberstein
    The Grudge
    The Grudge
    De Nicolas Pesce
    Avec Andrea Riseborough, Demian Bichir, John Cho
    Bande-annonce
    Marche avec les loups
    Marche avec les loups
    De Jean-Michel Bertrand
    Bande-annonce
    Je ne rêve que de vous
    Je ne rêve que de vous
    De Laurent Heynemann
    Avec Elsa Zylberstein, Hippolyte Girardot, Emilie Dequenne
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top