Notez des films
Mon AlloCiné
    Un vrai bonhomme : notre interview autour d'un film fort sur l'adolescence et l'identité
    Par Clément Cuyer — 8 janv. 2020 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Rencontre avec le réalisateur Benjamin Parent à l'occasion de la sortie d'"Un vrai bonhomme", un film juste sur l'adolescence, qui aborde les thèmes de la masculinité et de l'identité.

    Ad Vitam

    Après avoir signé un court métrage remarqué (Ce n'est pas un film de cow-boys), travaillé pour la série Les Grands et participé au scénario de Mon inconnueBenjamin Parent dévoile en ce début d'année Un vrai bonhomme, plongée dans l'univers adolescent qui aborde notamment le thème de la masculinité et de la quête d'identité. Un premier long métrage fort, juste et attachant, emmené par deux jeunes comédiens talentueux, Benjamin Voisin et Thomas Guy. Rencontre.

    AlloCiné : "Un vrai bonhomme" est votre premier long métrage, sept ans après le remarqué court "Ce n'est pas un film de cow-boys" ? Ces deux films sont-ils liés ?

    Benjamin Parent : Pas directement, mais ils sont liés par des thématiques et des sujets qui m'animent : les injonctions de virilité, la masculinité, la jeunesse, comment on construit son identité... En fait, l'idée d'Un vrai bonhomme est venue en développant la série Les Grands, qui passe sur OCS. A un moment, je ne me retrouvais pas forcément dans les scripts, je ne retrouvais pas des choses liées à ma jeunesse, ce n'était pas assez personnel et j'avais une sorte de frustration. On a donc fait une petite pause et avec deux auteurs, Tristan Schulmann et Victor Rodenbach, on s'est dit : "Et si on reformatait l'ensemble ?"

    En partant du principe que je voulais parler de choses personnelles, Tristan m'a alors dit "Partons de toi ! Comment t'étais, ado ?" Je lui ai répondu que j'étais petit, que j'avais grandi tardivement. Et de là, on a élaboré, en même pas dix minutes, l'histoire d'Un vrai bonhomme, celle d'un gamin et de son grand frère qui l'aide. Il y avait cette idée d'un grand frère qui t'aide, qui te donne l'allonge que tu n'as pas. Et puis quelqu'un a alors eu une idée forte pour le film, et on s'est dit qu'on tenait un truc. Quand je pitchais légèrement l'histoire, les gens étaient bouleversés. On a pas pu intégrer ça dans Les Grands, je suis parti de la série qui a été reprise par Vianney Lebasque, et des productrices ont été séduites.

    Un vrai bonhomme s'est ensuite écrit très vite, car j'ai réutilisé des choses que je voulais dire dans un autre projet de film qui n'avait pas abouti en les intégrant sous forme cinématographique. Le film parle énormément de mon adolescence, mais d'une manière extrêmement cinématographique et distante. Je sais à quoi les scènes font référence, c'est très lié à des choses que j'ai pu connaître ado, mais quand tu vois le film, c'est avant tout une histoire de fiction.

    Ad Vitam
    Benjamin Voisin et Thomas Guy

    Un thème est très présent dans Un vrai bonhomme, c'est la masculinité, et comment un garçon, aujourd'hui, doit essayer de trouver sa voie...

    Quand j'ai fait Ce n'est pas un film de cow-boys, je parlais un peu de ça mais sans l'avoir identifié comme un vrai sujet de société. J'étais plus sur le harcèlement scolaire. En creusant le personnage joué par Finnegan Oldfield, il y avait cette idée qu'on apprend pas aux garçons à parler de leurs émotions. Je me suis rendu compte que c'était ce dont je voulais parler : quand tu as l'impression que tu ne correspond pas aux critères de virilité qui sont dans notre société, dans les films d'action, les statues, les héros de guerre, les peintures...

    On sait que les femmes sont victimes d'injonctions que l'on retrouve dans la mode, sur les affiches, les publicités. Les mecs, c'est un peu pareil. Je pense qu'ado, ça m'a impacté. Dans ma chambre, j'avais un poster de Schwarzenegger, mon frère en avait un de Stallone. Les années 80, c'était les gros films d'action avec des mecs baraqués. Je pense que ça a une influence, ça m'a donné le sentiment, quand j'étais plus jeune, que j'étais anormal, que je n'étais pas vraiment un homme. Ce sujet m'habite. J'ai le sentiment que c'est le mien.

    J'avais envie de faire un film que je puisse montrer au moi de 14/15 ans et à d'autres ados en disant : "Fais ce que tu veux. C'est pas grave si t'es un mec sensible, qui aime bien lire des bouquins, être dans son coin, que t'es pas dans la guerre, la bagarre, que tu joues pas au foot. C'est pas grave !" Parce que ça, on le vit pas forcément toujours bien. La volonté, c'était de parler de la pression qu'ont les garçons et dont il faut qu'ils se détachent impérativement.

    Dans votre parcours, du court métrage au long en passant par "Les Grands", il y a clairement un fil rouge qui est l'adolescence. Qu'est-ce qui vous passionne dans ce sujet ?

    On me disait souvent que mon truc, c'était les adolescents. Mais parfois, je me dis que c'est plutôt parler de MON adolescence, égoïstement. Interroger ce que j'ai traversé, ce que j'ai vécu... En tout cas, ce qui me passionne dans l'adolescence, c'est que c'est une période où l'on se construit, une période où il y a une volonté de se conformer à une norme et en même temps de s'en extraire. Tu veux être comme le groupe et en même temps tu veux être un individu bien à part dans le groupe. C'est pas facile, et c'est ce que je trouve intéressant.

    J'essaie aussi de parler des adolescents de manière sérieuse, de me mettre à leur niveau. Quand tu es ado, ce que tu vis est toujours une tragédie. Et quand tu es adulte, tu es un peu moqueur par rapport à ça. Mais c'est bien de ne pas se moquer car quand tu le vis, tu le vis avec intensité. On m'a dit, et ça m'a fait plaisir, que les ados ne sont pas caricaturaux dans Un vrai bonhomme. Parfois, je pense qu'il y a des archétypes, mais à chaque fois, j'essaie de faire en sorte que quand tu crois avoir complètement cerné le personnage, tu as d'un coup le détail qui fait qu'il paraît plus réel. Les ados ne sont pas justes définis par des fonctions, ils ont leur petit truc qui les fait exister.

    Propos recueillis à Paris le 6 décembre 2019

    La bande-annonce d'"Un vrai bonhomme" :

    Un vrai bonhomme Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Seb
      Et sinon quand des dizaines de films chaque année font l'apologie du virilisme extrême en montrant que les gentils sont ceux avec des gros muscles , qui conduisent des grosses voitures , utilisent des gros flingues et aiment les explosions on dit rien ?
    • TLWB
      On peut nettement distinguer dans l'interview une pensée binaire : d'un côté, les garçons sensibles et intellos représentent le Bien, de l'autre, le mec viril et playboy représente le Mâle absolu qu'il faut impérativement exorciser. Dans son film, Parent va jusqu'à tuer deux fois le frère disparu !! Ce n'est pas si grave, ni radical ?
    • azrae
      D'une nullité sans nom rien qu'a la bande annonce.Le jeune acteur est vraiment mauvais, le petit bonhomme qui lui sert d'épaule est vraiment nul aussi, et le peu qu'on entend des conversations sont stéréotypées.A croire que le réalisateur n'est jamais à l'école.
    • Shawbrothersus
      Je vous invite à écouter ce podcast (http://www.slate.fr/podcast... où il parle justement du film. À mon avis, il y'a pas mal de confusion entre masculinité, virilité, machisme et charisme dans ses propos. Il mélange un peu tout.Quant à l'interview d'Allociné, dommage de penser qu'un mec parce qu'il est baraqué ou qui est bagarreurs ou qui joue au foot (voir les 3 à la fois), serait plus viril qu'un mec qui lit des bouquin. Je ne sais pas d'ou lui sort cette idée mais elle semble bien ancrée chez lui. Il n'a surement pas eu les bon modèles et fait surement un complexe d'infériorité... Par contre, il est presque certain que la féminisation de la société est une perte de repère pour beaucoup d'hommes de nos jours.Il y'a une rencontre avec lui prévu dans mon cinéma dimanche, j'irais surement voir ce que ça donne.
    • ScaarAlexanderTrox
      Ce que je lis dans cette interview, c'est que le réalisateur estime qu'un adolescent pas besoin d'être bagarreur pour être un vrai mec (enfin, un vrai mec en devenir), et peut préférer lire des bouquins dans son coin sans que cela ne remette en cause sa masculinité. Ce n'est pas radical, comme propos. Il n'a pas dit que l'ado peut porter les jupes de sa mère, jouer à la poupée, et pleurer en écoutant du Lady Gaga - ce que je craignais, vu la propagande du gender que tu évoques toi-même. Peut-être n'est-ce pas si grave ? Ou bien y a-t-il un message plus pernicieux qui ne transparaît pas tant dans la BA ? Je ne pense pas aller voir le film pour en avoir le cœur net, ceci dit...
    • Madolic
      Un des films que j'ai très envie de voir cette année !
    • Madolic
      J'ai bien ri !!N'importe quoi ^^
    • TLWB
      Déjà auteur d'un court métrage militant pour la cause LGBT, Parent récidive avec un film qui fait la promotion de l'idéal féministe, apportant sa contribution à l'avènement d'une société gynocentrée destinée à remplacer le patriarcat dans laquelle la Femme est au centre de l'univers tandis que les hommes sont relégués à la périphérie. A travers les productions audiovisuelles et les manuels scolaires, une vaste propagande ambitionne rien moins que la domestication expresse des hommes . Est pointée la virilité, jugée toxique. Ainsi, au cinéma, le grand méchant renard devient un papa-poule, le taureau Ferdinand batifole avec les fleurs, l'agent spécial Lance Sterling (double de Will Smith) est transformé en pigeonne (!) dans Les Incognitos...Des progressistes autoproclamés prennent aujourd'hui pour cible les jeunes générations qu'ils soumettent sans vergogne à un endoctrinement insensé, digne du régime stalinien. Le réveil (tardif) de la gent masculine risque d'être dur...
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Bande-annonce VF
    Adoration Bande-annonce VF
    La Llorona Bande-annonce VO
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Scandale Bande-annonce VO
    Bayala Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    1917 : guerre, plan-séquence, son grand-père... Sam Mendes décrypte son film, favori aux Oscars
    NEWS - Interviews
    mardi 14 janvier 2020
    1917 : guerre, plan-séquence, son grand-père... Sam Mendes décrypte son film, favori aux Oscars
    Swallow : le film choc sur un trouble alimentaire méconnu vu par son réalisateur
    NEWS - Interviews
    mardi 14 janvier 2020
    Swallow : le film choc sur un trouble alimentaire méconnu vu par son réalisateur
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 15 janv. 2020
    1917
    1917
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    Une belle équipe
    Une belle équipe
    De Mohamed Hamidi
    Avec Kad Merad, Alban Ivanov, Céline Sallette
    Bande-annonce
    Selfie
    Selfie
    De Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet
    Avec Manu Payet, Blanche Gardin, Elsa Zylberstein
    The Grudge
    The Grudge
    De Nicolas Pesce
    Avec Andrea Riseborough, Demian Bichir, John Cho
    Bande-annonce
    Marche avec les loups
    Marche avec les loups
    De Jean-Michel Bertrand
    Bande-annonce
    Je ne rêve que de vous
    Je ne rêve que de vous
    De Laurent Heynemann
    Avec Elsa Zylberstein, Hippolyte Girardot, Emilie Dequenne
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Adoration
      Adoration

      de Fabrice Du Welz

      avec Thomas Gioria, Fantine Harduin

      Film - Thriller

      Bande-annonce
    • Scandale
    • Bad Boys For Life
    • Qu'un sang impur...
    • La Bonne épouse
    • Le Prince Oublié
    • Ducobu 3
    • Papi-Sitter
    • Forte
    • Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top