Notez des films
Mon AlloCiné
    1917 : guerre, plan-séquence, son grand-père... Sam Mendes décrypte son film, favori aux Oscars
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 14 janv. 2020 à 19:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Tout juste auréolé de dix nominations aux prochains Oscars dont celui du Meilleur film, le film de guerre "1917" de Sam Mendes sort ce mercredi. L'occasion de nous entretenir avec un réalisateur passionné... Et passionnant.

    Sorti en urgence par Universal fin 2019 aux Etats-Unis, histoire de pouvoir le placer -même tardivement- dans la course aux Oscars millésime 2020, 1917 est le nouveau film de Sam Mendes. Un réalisateur pas si prolifique d'ailleurs : à peine huit films en 20 ans. Couvert de critiques dithyrambiques à l'issue des premières projections, saluant une œuvre tournée en plan séquence d'une rare puissance visuelle, mais où l'émotion n'est jamais absente, il relate un conflit finalement pas si souvent traité au cinéma, contrairement à la Seconde guerre mondiale. D'autant que l'histoire de 1917 a aussi des résonances intimes, familiales, pour le cinéaste. Comme il le rappelle lui-même, "mon film ne relate pas l'histoire de mon grand-père, mais s'attache plutôt à évoquer son esprit – ce que ces hommes ont subi, leurs sacrifices, et leur foi en une cause qui les dépassait".

    Soit l'histoire de deux hommes dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield (George McKay) et Blake (Dean Charles Chapman), deux jeunes soldats britanniques, qui se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies...

    C'est bien en amont de la sortie du film en France, prévue ce mercredi 15 janvier, que nous avons rencontré son réalisateur à Paris. Un réalisateur chaleureux, passionné. Modeste même, devant le compliment que nous lui glissons à l'oreille sur son film. Une oeuvre qui tutoie des sommets, pas très éloignée du maître-étalon du genre sur ce conflit, Les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick, dont l'assaut sur le lieu dit "la Fourmillière", précédé d'un fabuleux travelling avant et arrière dans la tranchée, hante encore notre mémoire cinéphilique. L'oeil de Mendes s'illumine. "Ah ! Kubrick... Le maître ! Votre compliment me touche" dit-il, avant de s'enquérir du temps d'interview dont nous disposons. "Environ 15 min !" lâche l'opérateur qui filme notre rencontre. Eclat de rire de Mendes. "Ah, parfait ! On va pouvoir se reposer un peu et surtout développer les réponses !" nous lance-t-il, facétieux.

    Notre interview se décompose en deux séquences. Une partie vidéo, à découvrir ci-dessous, et complétée par trois questions traitées à l'écrit, non présentes dans le montage.

    1917, la Grande guerre vue par Sam Mendes - Entretien

     

    AlloCiné : Vous avez écrit le script avec Kristy Wilson-Cairns. Comment avez-vous travaillé avec elle ?

    Nous avons fait déjà beaucoup de recherches, que nous avons mises en commun. Nous avons élaboré chacun un traitement scénaristique que nous avons également fusionné, donc j'avais in fine une structure globale au niveau de l'intrigue. En fait, au départ, lorsque je me suis assis pour écrire une version élaborée du script, dès la première scène, je me suis arrêté. Je ne suis pas naturellement un scénariste, ca m'ennuie, et la perspective de devoir écrire une centaine de pages me bloquait. J'ai donc stoppé temporairement le travail d'écriture. Ma productrice, Pipper Harris, m'a alors dit : "il te faut absolument quelqu'un pour t'aider à écrire l'histoire". C'est elle qui m'a orienté vers Kristy, avec qui elle avait d'ailleurs déjà travaillé à deux reprises. Elle est brillante, jeune -pas comme moi !-, c'est une femme...

    Ca peut prêter à sourire que j'insiste sur ce point, mais je pense justement que ca ouvre une perspective et un point de vue intéressant et totalement neuf sur le récit. Dans ma position, le danger vient du fait que c'est comme si je me trouvais dans une chambre d'écho. Travailler avec des gens qui ont le même âge que moi, pensent de la même manière que moi, etc. Donc l'idée de travailler avec quelqu'un n'appartenant pas à ma génération, plus jeune que moi, était importante. Ce que j'ignorai avant de lui confier l'écriture du script, c'est qu'elle était déjà à la base passionnée par la période. Elle est très au faît des guerres mondiales, et des films ayant pour cadre ces périodes. Elle s'est mise très rapidement au travail sur le premier jet du script, que j'ai réécrit après puis que j'ai renvoyé pour qu'elle apporte des modifications à son tour... On a fonctionné comme ça par navettes durant environ six mois, et ca a vraiment été un processus très agréable. J'aime bien avoir cette possibilité de réécrire un script sans avoir à demander la permission. Comme j'ai jusque-là toujours travaillé avec un scénariste [NDR : 1917 est le premier scénario co-écrit par Sam Mendes], ca fait plaisir de demander des modifications sur un script sans culpabiliser, vu mon investissement dessus (rires) !

    Universal Pictures

    Parmi ses nombreuses qualités, le film est visuellement fantastique, et rappelle même par moment dans la composition de l'image, lorsqu'on voit la boue, les cadavres, les squelettes, le sang et l'étendue désolée du No Man's Land, le travail du peintre et graveur expressionniste allemand Otto Dix (1891-1969), avec sa série de gravures Der Krieg ainsi que son fameux triptyque "La guerre". Aviez-vous des références précises à l'esprit ?

    (Il sourit) C'est une référence tout à fait intéressante, mais non. Souvent sur les films que j'ai fait jusqu'à présent, je disais à mon équipe technique "vous devriez regarder ce film, celui-là et celui-là", parce qu'ils me nourrissent, m'influencent aussi, même inconsciemment, donnent des idées de mise en scène, ou sont des références pour la photographie, etc. Mais, pour le coup, la seule référence que j'ai donné à mon équipe pour préparer 1917, c'était une centaine de pages comportant des photos de la Première guerre mondiale. Pour moi, tout est dans ces photos, qui sont d'ailleurs absolument remarquables, non seulement d'un point de vue qualitatif, mais aussi par leur capacité à saisir l'instant et le détail. Certaines de ces photos indiquaient clairement la direction que nous souhaitions prendre pour l'approche visuelle du film. En revanche, je n'ai pas eu en tête de référence particulière en matière de peinture, et très peu de films, car très peu justement obéissaient aux règles et conditions que nous nous sommes fixé. En un sens, de ce point de vue et sans mauvais jeu de mot, nous avons fonctionné à l'aveugle la plupart du temps.

    Il y a bien plus de films sur la Seconde guerre mondiale que sur la Grande guerre. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce dû par exemple à un manque global d'intérêt pour la période ?

    Je ne le crois pas. En fait, je pense que la raison principale est que la Première guerre mondiale est avant tout une guerre de paralysie, très statique, au moins pendant une grande partie du conflit. Elle offre finalement peu de variété dans les paysages, parfois lunaires, et à cause de cela, peut aussi présenter une difficulté pour créer une histoire suffisamment excitante. Ajoutez à cela le fait que ce qui ressort aussi de ce conflit, c'est la couleur marron. Autrement dit la boue. De la boue qui aspirait les hommes, partout. De la boue et encore de la boue.

    Propos recueillis par Olivier Pallaruelo à Paris le 2 décembre 2019.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Madozam
      c'est un film très ambitieux !! en tout cas c'est la première fois que je regarde un film de guerre d'une telle beauté !! il mérite vraiment de gagner aux oscars, c'Est certain !!
    • dontlookback
      Un autre facteur est que la Première Guerre mondiale était une guerre considérée souvent comme inutile, le résultat du nationalisme dans les grandes puissances européennes. À la fin de la guerre, il n'y a pas eu du tout d'intérêt de la part du public sur le fait de retracer ses péripéties, et ce sont les mouvements pacifistes qui ont critiqué les appétits des uns et des autres avant la guerre. Les USA ont été en tout cas extrêmement isolationnistes après Wilson, en refusant par exemple de participer à la Société des Nations.Mais les Américains ont par exemple fait Les Sentiers de la gloire ou plus récemment Cheval de guerre.
    • Hunnam29
      Pour la dernière question, sur pourquoi la seconde guerre mondiale a pleins de films et pas la première guerre mondiale je dirais que c'est plus simple que ça. Hollywood fait la part belle aux USA tout le temps, et dans la seconde guerre mondiale, ils étaient ultra impliqués. Chaque fois, chaque film c'est sur une troupe américaine ou un héros américain. A contrario, les acteurs principaux de la première guerre mondiale sont plutôt européens, et du coup ça ne les intéresse pas de faire des films sur ça. La guerre du Vietnam aussi a eu pleins de films.
    • Blasi B
      le peu que j'en vois me donne terriblement envie... et pourtant je suis pas spécialement fan des films de guerre.
    • Naughty Dog
      un excellent film tout simplement, qui comportent déjà parmi les morceaux de cinéma marquants de ce début de décennie !
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le Lion Bande-annonce VF
    Jojo Rabbit Bande-annonce VO
    Waves Bande-annonce VO
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Trois étés Bande-annonce VO
    Kaamelott - Premier volet Teaser VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Bande-annonce Jojo Rabbit, le film aux 6 nominations aux Oscars
    NEWS - Vu sur le web
    mardi 3 septembre 2019
    Je voudrais que quelqu'un... : interview cinéma, émotion et philo avec Jean-Paul Rouve et Alice Taglioni
    NEWS - Interviews
    mercredi 22 janvier 2020
    Je voudrais que quelqu'un... : interview cinéma, émotion et philo avec Jean-Paul Rouve et Alice Taglioni
    Bad Boys For Life : quand Martin Lawrence rencontre sa voix française !
    NEWS - Interviews
    mercredi 22 janvier 2020
    Bad Boys For Life : quand Martin Lawrence rencontre sa voix française !
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 22 janv. 2020
    Bad Boys For Life
    Bad Boys For Life
    De Adil El Arbi, Bilall Fallah
    Avec Will Smith, Martin Lawrence, Vanessa Hudgens
    Bande-annonce
    Scandale
    Scandale
    De Jay Roach
    Avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie
    Bande-annonce
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    De Arnaud Viard
    Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe
    Bande-annonce
    Le Photographe
    Le Photographe
    De Ritesh Batra
    Avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra, Farrukh Jaffar
    Bande-annonce
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Giselle (Bolchoï)
    Giselle (Bolchoï)
    De Alexeï Ratmansky
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top