Notez des films
Mon AlloCiné
    Cannes 2020 : Spike Lee Président du Jury du 73e Festival
    Par La Rédaction d'AlloCiné — 14 janv. 2020 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Une présidence historique sur la Croisette : le réalisateur américain Spike Lee supervisera le Jury du 73e Festival de Cannes du 12 au 23 mai prochains. Il s'agit de la première personnalité Noire à occuper ce poste.

    JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

    Son parcours de cinéaste est intimement lié à Cannes. Comme Spike Lee le souligne lui-même dans sa déclaration à retrouver en intégralité ci-après, ce ne sont pas moins de sept "Spike joints" qui seront passés par la Croisette, de Nola Darling n’en fait qu’à sa tête en 1986 à BlacKkKlansman et son Grand Prix en 2018. C'est désormais au poste prestigieux de Président du Jury que le réalisateur, scénariste et producteur américain officiera durant la 73e édition du Festival, organisée du 12 au 23 mai 2020. Une joie, une surprise, une fierté pour cet auteur engagé, "première personne de la diaspora africaine (États-Unis) à assurer la présidence du Jury de Cannes et d’un grand festival".

    BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan
    BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan
    Sortie le 22 août 2018 | 2h 16min
    De Spike Lee
    Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace, Laura Harrier, Ryan Eggold
    Presse
    3,7
    Spectateurs
    4,0
    Noter ce film

    Dans un communiqué, le Président du Festival Pierre Lescure et son Délégué Général Thierry Frémaux se réjouissent que le regard "précieux" de Spike Lee puisse nourrir la prochaine quinzaine, dont la sélection et le jury seront annoncés à partir de la mi-avril. "Cannes est une terre d’accueil naturelle et une caisse de résonance mondiale pour ceux qui (r)éveillent les esprits et questionnent chacun dans ses postures et ses convictions. La personnalité flamboyante de Spike Lee promet beaucoup."

    Spike Lee, qui est par ailleurs le parrain des Misérables aux Etats-Unis pour l'exploitation américaine du film de Ladj Ly, succède au réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu, dont le Jury avait décerné la Palme d'Or à Parasite en 2019.

    BORDE-JACOVIDES / BESTIMAGE
    Spike Lee, Grand Prix à Cannes 2018 avec "BlacKkKlansman"
     

    La déclaration de Spike Lee
    Tout au long de ma vie, les événements heureux me sont arrivés de façon inopinée sans que je m’y attende. Quand on m’a appelé pour devenir Président du Jury de Cannes en 2020, je n’en suis pas revenu, j’étais à la fois heureux, surpris et fier.
    À titre personnel, le Festival de Cannes (outre le fait qu’il soit le plus grand festival de cinéma au monde – sans vouloir offenser qui que ce soit) a eu un impact énorme sur ma carrière de cinéaste. On pourrait même aller jusqu’à dire que Cannes a façonné ma trajectoire dans le cinéma mondial.
    Tout a commencé en 1986. Mon premier long métrage She’s Gotta Have It (Nola Darling n’en fait qu’à sa tête) a remporté le Prix de la jeunesse à la Quinzaine des Réalisateurs. Le film suivant, en 1989, Do the Right Thing, était en Sélection officielle, et en Compétition. Et je n’ai ici ni le temps ni la place pour décrire l’explosion cinématographique que cela a engendré et se fait encore sentir trente ans plus tard.
    Puis Jungle Fever en 1991 en Compétition, Girl 6 en 1996 Hors Compétition, Summer of Sam en 1999 à la Quinzaine des Réalisateurs, Ten Minutes Older en 2002 au Certain Regard.
    Et enfin la présence de BlacKkKlansman en 2018 en Compétition, où il a remporté le Grand Prix, est devenue la rampe de lancement de sa sortie en salles dans le monde entier et m’a valu de remporter l’Oscar du meilleur scénario.
    Donc, pour ceux qui tiennent les comptes, cela fait sept "Spike joints" à avoir été sélectionnés.
    Pour couronner le tout, je suis honoré d’être la première personne de la diaspora africaine (États-Unis) à assurer la présidence du Jury de Cannes et d’un grand festival.
    La famille Lee remercie sincèrement le Festival de Cannes, Pierre Lescure et Thierry Frémaux, ainsi que le merveilleux public français qui soutient ma carrière cinématographique depuis quatre décennies.
    Je porterai toujours dans mon cœur cette relation particulière.
    Peace and Love,
    SPIKE LEE

    DA PEOPLE'S REPUBLIC OF BROOKLYN, NEW YORK.

    BlacKkKlansman - Spike Lee parle du véritable Ron Stallworth

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hunnam29
      Pour moi, mais ça n'engage que moi, reprendre un film aussi marquant que Old Boy et réussir à faire tout en moins bien, en perdant absolument tout le tact du film, c'est un beau foirage. En plus choisir de prendre des libertés mais faire du plan par plan sur certaines scènes, c'est un mélange assez indigeste pour moi. Après mon avis est certainement biaisé par le fait que je tiens en haute estime le film coréen, mais même en tant que film j'ai pas trouvé ça top le remake.
    • ScaarAlexanderTrox
      Tant qu'il n'oublie pas qu'on parle avant tout de cinéma, dans un festival de cinéma.
    • Hunnam29
      Ouais il a réussi à transformer une super histoire en une vieille série B dénuée d'intérêt, tout en piquant en plus des plans de Chan-Wook. Je ne dis pas ça souvent d'un film, mais pour le coup là je trouve qu'il n'apporte rien et qu'il a un intérêt proche du néant. Mais bon, chacun ses goûts après.
    • Thomas D.
      Farenheit 911 est un bijou. Juste la fin du monde est le moins bon de Dolan.
    • Naughty Dog
      Old Boy (l'original) c'est un de mes3 films préféréset si je mets ça de côté,le remake US est inutile oui, et forcément moins bonaprès ça en fait pas un mauvais film ^^
    • cocolapinfr
      Non mais chaque année ils nous gonflent avec leur communication pseudo-engagée anti-gouvernement. Et puis ça leur arrive sporadiquement de mettre des palmes d'or à des films sociétaux en dépit de la différence évidente de travail/qualité cinématographique. Farenheit 911 et I, Daniel Blake avaient volé la palme d'or à respectivement Old Boy et Juste la fin du monde, c'est tout de même triste! Avec Spike Lee ça ne m'étonnerai pas qu'ils refassent un coup similaire!
    • Rastan
      Son Old Boy est loin ,très loin d'être mauvais.On peu lui préférer l'original.Mais le film en lui même ne mérite absolument pas ce qualificatif.
    • Thomas D.
      Merci pour les chiffres précis!
    • ZybaX
      1.700.046 entrées (au 31 décembre 2019). Palme d'Or très populaire, qui a également fait l'objet d'une exploitation en VF pour permettre à tous les spectateurs de voir le film.
    • Thomas D.
      Inclusif? Regarde la sélection. C’est un tel mélange de genre, de pays, de génération. Le meilleur festival du monde sans doute.
    • Thomas D.
      Rien à voir. Cannes 2019 était un succès en tout point. Parasite et ses (presque?) 2 millions d’entrée.
    • Thomas D.
      Malcolm est un effet un must see mais plus pour le sujet que pour le film en lui même. Le reste je n’en serais passé volontiers.
    • ZybaX
      C'est un Festival de Cinéma, pas de SVOD. Ou alors, il faut redéfinir les termes...
    • cocolapinfr
      Ras-le-bol de ce côté sociétal populiste du Festival de Cannes... Et pour rappel Spike Lee avait piqué sa crise quand Green Book a gagné l'oscar et pas son film à lui.
    • Johnson J.
      Interressant comme choix, surtout sachant qu'il va sortir un film pour Netflix dans un futur très proche.
    • Lux ferre
      Quelqu'un s'intéresse encore au festival le moins inclusif de la planète ? Pas de film issue de la SVOD, no way.
    • Hunnam29
      Ouais intéressant c'est le mot, il a de très bons films à son actif. Mais par exemple le dernier en date, BlacKkKlansman, j'ai pas du tout réussi à accrocher et sa traversée du désert a été sacrément longue. Sans compter le fait qu'il a osé faire un très mauvais et inutile remake de Old Boy.
    • Naughty Dog
      franchement Malcolm X, Do the Right Thing ou Mo Better Blues c'est du lourd en terme de mise en scèneaprès c'est vrai que depuis quelques années c'est moins ça
    • Naughty Dog
      pour voir vu tous ces films, je trouve qu'il reste un réal vraiment important et intéressant, avec certes une traversée du désert au début des années 2000 (malgré un très bon Inside Man)en espérant la confirmation d'un vrai retour avec Da 5 Bloods
    • Hunnam29
      Pas hyper hyper fan de ce réalisateur qui je trouve a une carrière en dents de scie un peu. Ce sera un prédisent du jury engagé en tout cas :)
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Le Lion Bande-annonce VF
    Jojo Rabbit Bande-annonce VO
    Waves Bande-annonce VO
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Trois étés Bande-annonce VO
    Kaamelott - Premier volet Teaser VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Les Misérables et Les Sauvages salués par la critique française
    NEWS - Festivals
    mardi 21 janvier 2020
    Les Misérables et Les Sauvages salués par la critique française
    Bande-annonce Jojo Rabbit, le film aux 6 nominations aux Oscars
    NEWS - Vu sur le web
    mardi 3 septembre 2019
    Bande-annonce Jojo Rabbit, le film aux 6 nominations aux Oscars
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    1917
    1917
    4,4
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    Les Enfants du temps
    Les Enfants du temps
    4,4
    De Makoto Shinkai
    Bande-annonce
    Le Réseau Shelburn
    Le Réseau Shelburn
    4,3
    De Nicolas Guillou
    Avec Alexandra Robert, Laurent Chandemerle, Brice Ormain
    Bande-annonce
    À couteaux tirés
    4,2
    De Rian Johnson
    Avec Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas
    Bande-annonce
    Les Misérables
    Les Misérables
    4,1
    De Ladj Ly
    Avec Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga
    Bande-annonce
    Play
    4,1
    De Anthony Marciano
    Avec Max Boublil, Alice Isaaz, Malik Zidi
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top