Notez des films
Mon AlloCiné
    César 2020 : le boycott de Roman Polanski réclamé par des associations féministes
    Par Clément Cusseau — 12 févr. 2020 à 09:47
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Plusieurs collectifs féministes appellent au boycott de Roman Polanski dont le dernier film "J’accuse" a été nommé à douze reprises aux César 2020.

    Bruno Bebert / Bestimage

    Dans une lettre ouverte à l’initiative du mouvement Osez le Féminisme !, plusieurs personnalités et associations ont appelé au boycott de Roman Polanski en vue de la prochaine cérémonie des César où son dernier film J’accuse a été nommé à douze reprises, notamment dans les catégories Meilleur film et Meilleur réalisateur. 

    Dans ce courrier publié en exclusivité par nos confrères du Parisien, les signataires appellent également à un rassemblement devant le salle Pleyel le 28 février prochain afin de confronter le réalisateur franco-polonais accusé de viol par douze femmes et toujours sous couvert d’un mandat d'arrêt international depuis sa fuite des États-Unis en 1978.

    Voici dans son intégralité le texte intitulé "lettre ouverte aux professionnel·les du cinéma votant pour les César" :

    "12 nominations aux Césars pour le film J'accuse de Roman Polanski. 12, comme le nombre de femmes qui l'accusent de viols pédocriminels. Les associations et personnalités féministes seront là le 28 février 2020 à la cérémonie des Césars pour appeler à dire NON à la célébration d'un violeur qui silencie les victimes.

    Par ces 12 nominations, le monde du cinéma a apporté un soutien franc et inconditionnel à un violeur en cavale, qui a reconnu avoir drogué et violé une enfant de 13 ans et a fui la justice américaine. Deux ans après #METOO, tandis qu'aux Etats-Unis Harvey Weinstein risque la prison à perpétuité, en France, nous acclamons et célébrons un violeur pédocriminel en fuite.

    Nous ne pouvons pas "séparer l'homme de l'artiste" quand Polanski lui-même, dans le dossier de presse du film, parle "d'accusations mensongères, procédures juridiques pourries". Personne n'est dupe. Polanski utilise sa notoriété, instrumentalise l'affaire Dreyfus pour se réhabiliter et se poser en victime alors qu'il est bourreau.

    À Alain Terzian, président de l'Académie des Césars qui déclare refuser "les positions morales" : vous vous trompez. Il s'agit de justice, pas de morale. Refuser de prendre position, célébrer un agresseur comme Polanski, c'est soutenir le système d'impunité des violences masculines, et museler la parole des victimes.

    Écoutons les victimes, écoutons Valentine Monnier, 12e femme à dénoncer un viol d'une extrême violence par Polanski, lorsqu'elle écrit : "Le délai de réaction ne vaut pas oubli, le viol est une bombe à retardement. […] Est-ce tenable, sous prétexte d'un film, sous couvert de l'Histoire, d'entendre dire J'accuse par celui qui vous a marquée au fer, alors qu'il vous est interdit, à vous, victime, de l'accuser?"

    À vous, les 4 313 professionnel·les du cinéma qui vont voter pour les Césars 2020 :

    En 2018 aux Césars, vous arboriez en nombre le ruban blanc #MaintenantOnAgit contre les violences masculines. En 2019, vous souteniez Adèle Haenel, son courage et sa vérité : dépolitiser le réel, c'est le repolitiser au profit de l'oppresseur. Plus d'hypocrisie. En 2020, vous avez la responsabilité de prendre position et de refuser de décorer un violeur pédocriminel qui se pose en victime. En 2020, ne donnez pas raison à une Académie des Césars sexiste qui invisibilise encore trop les femmes au bénéfice des agresseurs (une seule femme nominée pour le meilleur film et la meilleure réalisation; et 55 % des étudiant.es en cinéma sont des étudiantes quand seulement 6 % de femmes sont récompensées aux Césars).

    Les associations féministes appellent à un rassemblement devant la salle Pleyel, où se tient la cérémonie des César, le 28 février 2020, à 18h, et demandent instamment aux professionnel·les de voter #METOO !"

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Ashen One (The AO)
      Ces questions sot bien plus complexes que cela. Les hommes qui battent leurs femmes commettent un suicide social car ils sont poussés à bout.Prétendre en permanence que les femmes sont systématiquement des victimes innocentes n'arrangera rien.
    • Ashen One (The AO)
      Des poursuites illégales ...
    • Madrox2000
      Ha bon ?Les poursuites sont toujours en cours aux USA... et il n'est pas aux USA.Ça s'appelle comment ?
    • Seb
      Baah quand on voit le nombre de cas où le mec est pas du tout inquiété ... Et même à l'échelle du peuple quand on voit le nombre de plaintes qui ne mènent à rien et où finalement la femme finit à l'hopital ou même meurt quelques jours après , ça donne pas envie de sortir de l'anonymat ...
    • Ashen One (The AO)
      Il ne s'est pas réellement soustrait à la justice, l'affaire est plus complexe, renseignez-vous.
    • Ashen One (The AO)
      Pour le moment il n'y a effectivement qu'une victime avérée et plein de péripatéticiennes qui veulent de la notoriété 40 ans après, en prétextant qu'elles n'ont pas pu parler à cause du mal que cela aurait fait à leurs parents ... vaste blague.
    • c a
      On ne dit pas distinguer l'homme de l'artiste, mais distinguer le violeur de l'artiste. https://www.jai40ansetjetem...
    • GTB
      On est donc bien d'accord, il doit être juger par la Justice.
    • Al F.
      C'est vrai, 40 jours pour un crime sexuel au état unis, c'est du n'importe quoi, c'est pour cela qu'il devait être rejuger. Il a usé de l'avantage d'être réalisateur pour ne par faire autant de jour de prison que n'importe quelle personne lambda. Tu parles de justice, qu'il soit rejuger comme n'importe qui ... C'est ça différentielle l'homme de l'oeuvre ...
    • Al F.
      Non justement, il est pas quitté ... Sinon il serait pas fugitif ...
    • Madrox2000
      Tous les criminels trouvent des choses à redire sur les magistrats qui s'occupent de leur dossier.Ça ne doit pas les empêcher de se soumettre à la justice, sinon tout le monde serait en fuite.
    • ZZelig
      Quand cela vous arrange, on peut séparer l'artiste de l'oeuvre et quand cela ne vous arrange pas, on sépare. Là c'est juste pour le faire chier en fait. Totalement illogique. L'oeuvre peut fort bien n'avoir aucun impact et est une oeuvre esthétique non l'individu. Ce serait pareil pour ma part pour Céline ou un autre de son vivant.Désolé, dans un contexte autre, cela s'explique. Votre morale n'est pas universelle. Dans des îles du Pacifique, les jeunes femmes dès 13 ans peuvent coucher avec qui elles veulent. Geimer avait déjà couché avec deux hommes avant.Se vanter ? Qui se vante ? Et personne ne justifie rien mais quand on tente de comprendre, on l'élague pas les nuances et la complexité. Vous élaguez plusieurs problèmes :1) les propres déclarations de Geimer qui ne vont pas dans votre sens mais dans le mien. Dommage.2) Le contexte de l'époque.3) Le passé du réalisateur.4) Oui il s'agit bien de lobbies (qui veut dire groupe de pression) comme s'il n'y avait qu'elles qui souffraient. En plus de justifier le meurtre de Jacqueline Sauvage contre la justice même rendue en France. Ca vous l'élaguez car gênant pour vous et qui rend leur action délirante et partiale. Votre problème est que vous voulez y croire, croyance abstraite sans aucun fondement que la bonne parole. Ce qui est encore plus troublant est que le viol ou la « violence faite aux femmes » est devenu le crime le plus abominable qui soit. Dans le monde, selon une étude, 95% des crimes sont commis par des hommes. Et 79% sont commis par des hommes sur d’autres hommes. 16% des femmes. On peut relever d’autres chiffres. 95 % des sans-abris sont des hommes. 73,6 % des auteurs de suicides sont des hommes. 91% des accidents mortels de travail en 2015 sont des hommes. 85,2 % des personnes exerçant des métiers à risques (armée, police, pompiers) sont des hommes. Et sans parler des violences des femmes envers d’autres femmes. Alors je veux bien dire que la « violence faite aux femmes » est horrible, mais je ne tire pas la même conclusion. Pourquoi ne parle-t-on que d’elle sans les mettre en regard avec les autres violences ? Le viol n’est qu’une partie de la violence, non la principale. Ce qui est un non-sens, car en faisant cela, on s’interdit de comprendre pourquoi un homme bat sa femme et dans quelles circonstances en vient-il à un tel acte. Alors il serait plus logique de s’en prendre à toutes les violences dans une société plutôt que de se préoccuper que d’une seule. Les féministes semblent peu se soucier de ces violences concernant les hommes mais qui les touchent en retour. Ce qui ne fera qu’aggraver le problème. La violence ne se déclenche pas sans cause. Tout pour le malheur, rien pour comprendre le mal.5) Oui justement, il y a eu des carrières brisées, des hommes qui se sont suicidés mais là cela ne vous gène pas. C'est plutôt ça la doxa actuel. Woody Allen a été innocenté et a été empêché de sortir son film et le studio a coulé ses prochains films. Où est la doxa ? La morale réprimante et commune qui veut interdire la moindre oeuvre critique sans cesse taxer de violences et de x sujets comme des curés de l'ancien temps sous prétexte de dolorisme et de victimisme perpétuels.6) Et en matière de justice, puisque vous vous y référez sans cesse, une accusation n'est pas une preuve, ni un fait. Donc aucune validité et en plus prescrite. Et comme nous sommes en France et non aux US, une telle action est invalide : Polanski peut faire des films et être récompensé pour cela puisqu'il n'est pas poursuivi en France. CQFD.C'est plutôt vous qui avez perdu toute crédibilité vuque vous n'apportez aucun argument comparé aux miens.
    • Seb
      La différence est que l'on peut séparer l'artiste de l'oeuvre à partir du moment où mettre l'oeuvre sur un piédestal n'aura aucun impact sur le niveau de vie actuel de l'artiste , c'est pourtant simple . Une fois encore , coucher avec des gamines ce n'est pas une forme de libération sexuelle , peu importe l'époque. Et une intime conviction , ce n'est pas une certitude. C'est fous la hiérarchisation ...vous mettez sur un pied d'égalité le fait de se vanter de coucher avec des petites filles , sous couvert d'une industrie qui ferme les yeux et qui encense même , et un meurtre . Par contre vous justifiez beaucoup plus le comportement de cet homme qu'il ne le justifie lui-même . il suffit d’accuser un homme d’avoir violé pour être cru sans aucun jugement .. vous en avez beaucoup de'exemples de cas de carrières brisées à tort sans aucune forme de procès ?De toute façon j'ai vu lobbies féministes et votre argumentaire a perdu toute crédibilité.
    • ZZelig
      Vous n'expliquez pas toujours pas qu'une oeuvre est répréhensible parce que son auteur est encore vivant et plus quand il est mort. D'autant que Céline est bien plus coupable.Nous voilà dans un cas particulier où les nuances sont de rigueur. Visiblement, la corruption dans la justice US n’est pas retombée. L’étonnant est ce que Samantha Geimer déclare dans son livre : « Cela semblera peut-être indécent, mais c'est pourtant la vérité : si je devais choisir entre revivre le viol ou le témoignage devant le grand jury, je choisirais le viol. » (p. 116). Cela n'a pas l'air de vous offusquer et tout cela date de 40 ans !Samantha Geimer ne se sent nullement victime et en veut plus à ceux qui prétendent mieux connaître la réalité des événements qu'elle-même. Elle écrit : « Ma mésaventure avec Polanski ne m’a pas traumatisée, ni mentalement, ni physiquement. » (p. 299) ou « Si vous souhaitez sérieusement faire une bonne action, faites les choses dans l’ordre : assurez-vous d’abord de la coopération de ceux que vous voulez aider, ne vous servez pas d’eux. » (p. 295). Elle n’accable pas le cinéaste même si elle l’a trouvé « égoïste et « arrogant ». Si l’on ajoute le contexte de l’époque en 1978, tout se complique encore. Elle écrit : « Même sous ses formes les plus basiques et les moins sensuelles, toute expérience sexuelle était plutôt bien vue à l’époque. L’idée était que les deux personnes concernées, la dominante et la dominée, évoluaient émotionnellement grâce à une sexualité débridée. En 1977, Roman Polanski était imprégné de ce paradigme culturel, ce qui est un point non négligeable. Il a bien entendu commis un acte répréhensible, néanmoins j’ai l’intime conviction qu’il ne m’a pas considérée comme une victime. Même si tout le monde ne le comprendra pas, je n’ai jamais cru qu’il ait cherché à me faire du mal ; il voulait me procurer du plaisir. Il était arrogant et excité, mais je suis convaincue qu’il n’a pas tenté de tirer profit de ma souffrance. » (p. 140-141)Comme il s’agit d’un cinéaste célèbre, on oublie son passé : la Seconde Guerre mondiale, l’assassinat de sa mère dans un camp, sa fuite du ghetto de Varsovie, le stalinisme, sa femme Sharon Tate enceinte de huit mois assassinée de seize coups de couteau (avec quatre amis) par des femmes adeptes de la secte de Charles. Hélas, on n’opère pas de la même façon quand il s’agit d’une femme. C’est le cas dans l’affaire Jacqueline Sauvage, condamnée à deux reprises par deux cours d’assises différentes, sans aucune circonstance atténuante au vu du dossier, pour avoir assassiné son mari dans le dos sous le prétexte qu’il la battait et qu’il avait violé ses enfants. Là, on trouve des excuses et on justifie le meurtre. Elle fut relâchée par un Président de la République en quête de voix, suite aux pressions de lobbies féministes qui, comme par hasard, accusent toujours dans le même sens. Mauvaise foi patente. Encore plus depuis l’affaire Weinstein où il suffit d’accuser un homme d’avoir violé pour être cru sans aucun jugement !
    • Seb
      C'est à quelle époque où c'était normal de dire qu'on aime bien coucher avec des gamines de 14 ans ?Polanski reconnait avoir fuit à cause de Laurence Rittenband et dit qu'il reviendra se faire juger une fois que ce ne sera plus lui en charge ... le juge est mort depuis presque 30 ans et on attend toujours ^^
    • ZZelig
      Cela ne change rien à l'oeuvre. Car alors il faut savoir si l'oeuvre peut être fait par un détraqué et si donc elle mérité d'être étudiée pour sa valeur. Sauf que votre jugement est totalement bancal car vous ne savez rien du vrai ou du faux tout en pensant qu'il est coupable tout en jugeant une époque avec le puritanisme d'aujourd'hui.Normal qu'il soit en fuite. Selon les témoignages recueillis par la réalisatrice Marina Zenovich dans le documentaire Roman Polanski : Wanted and Desired, en plaidant coupable pour un rapport sexuel illégal avec une mineure, Roman Polanski s’expose à une peine de prison dont la durée est laissée à l’appréciation du juge. Dans le même documentaire, l’avocat de Samantha Geimer avoue : « Bien sûr, ce qu'il a fait à Samantha, ma cliente, est mal et indigne, mais il devait être traité avec équité et il ne l'a pas été. » Roger Gunson à qui le Parquet a confié l’affaire, avoue aussi : « Son départ ne m'a pas surpris dans ces circonstances. » Voyant que Laurence Rittenband ne se trouve pas assez sévère avec le cinéaste, il suggère qu’il peut envoyer Roman Polanski sous les barreaux (50 ans à l’époque), cassant l'accord obtenu par les deux parties. Roman Polanski s'enfuit des États-Unis devant la menace d’un tel retournement de situation. Samantha Geimer le comprend. Roman Polanski plaide coupable au chef d’accusation suivant : rapport sexuel illégal avec une mineure. Ce plaidoyer est accepté par le juge, l’avocat de l’accusation et la mère de Samantha Geimer. L’accusation de viol est donc abandonnée ! Laurence Rittenband, juge chargé de l’affaire, est un amateur des causes célèbres, histoire de tremper dans les scandales des stars. Il soumet Roman Polanski à un examen psychiatrique de 90 jours (il fera 42 jours sous le matricule : CALIF PRISON B88742Z R POLANSKI 12 19 77). Le rapport conclut que le réalisateur est quelqu’un de normal, qui n’est ni pédophile, ni psychopathe ! Premier point qui dément toutes les accusations.
    • Seb
      La différence est notable lorsque mettre une oeuvre sur un piedestal ne change rien à la vie de l'auteur ..La justice ? il l'a fuie ..Une preuve ? Voici en vidéo.http://www.ina.fr/contenus-...Maintenant que le fameux juge qui avait soit-disant une dent contre lui n'officie plus il n'y a rien qui l’empercherait de se faire juger , il dit lui même qu'il reviendra , mais pourtant il est toujours en fuite ^^
    • ZZelig
      Céline aussi est mis sur un piédestal, on l'étudie en classe on le vend toujours et faut-il qu'un auteur soit mort pour cela ? Vos propos sont délirants car là on juge un film et un film n'a rien commis de répréhensible. Il restera d'ailleurs outre que personne ne sait qui a fait quoi. En matière de justice, on juge sur des faits et des preuves et non sur des accusations. C'est la loi ! Par votre prise de position qui va tellement dans le bon sens que vous ne pouvez y trouver à redire, vous vous mettez dans un faux bon droit alors que vous n'en savez strictement rien. Et si on savait votre nom, je pourrais envoyer quelqu'une vous accuser de ceci et de cela et là vous clamerez votre innocence, mais cela vos propres préceptes, vous seriez conspué.
    • Seb
      Une seule victime .... sinon le mec a admis devant caméra aimer les petites filles .... mais bon c'est la faute d'un seul juge, juge à la retraite d'ailleurs , du coup il attend quoi pour retourner se faire juger si il a la conscience tranquille ?
    • Seb
      Sauf que lire Celine et Sartre aujourd'hui leur fait une belle jambe , mais Polanski continue d'être mis sur un piedestal et de vivre la belle vie, nuance !
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Une mère incroyable Bande-annonce VO
    Les Trolls 2 Bande-annonce VF
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Mes jours de gloire Bande-annonce VF
    Mine de rien Bande-annonce VF
    Filles de joie Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    César : la direction de l'Académie annonce sa démission
    NEWS - Festivals
    vendredi 14 février 2020
    César : la direction de l'Académie annonce sa démission
    Bande-annonce Les Trolls 2 : une tournée décoiffante pour Branche, Poppy et leurs copains fluos
    NEWS - Vu sur le web
    vendredi 22 novembre 2019
    Bande-annonce Les Trolls 2 : une tournée décoiffante pour Branche, Poppy et leurs copains fluos
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    1917
    1917
    4,4
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    La Voie de la justice
    La Voie de la justice
    4,4
    De Destin Daniel Cretton
    Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson
    Bande-annonce
    Les Enfants du temps
    Les Enfants du temps
    4,3
    De Makoto Shinkai
    Bande-annonce
    Sherlock Junior
    4,2
    De Buster Keaton
    Avec Buster Keaton, Kathryn McGaire, Joe Keaton
    The Gentlemen
    4,2
    De Guy Ritchie
    Avec Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam
    Bande-annonce
    Le Cas Richard Jewell
    4,1
    De Clint Eastwood
    Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top