Notez des films
Mon AlloCiné
    Une mère incroyable, touchant portrait de femme(s) remarqué à Cannes [INTERVIEW]
    Par Yoann Sardet — 18 févr. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Révélé en 2014 par "Gente de Bien", le réalisateur Franco Lolli dévoile cette semaine son second long métrage, "Une mère incroyable", passé par la Semaine de la Critique en mai 2019. Rencontre.

    Ad Vitam

    Pour son ouverture en mai dernier, la 58e Semaine de la Critique (re)mettait en lumière Franco Lolli, cinéaste colombien qu'elle révéla en 2014 avec Gente de bien. Avec Une mère incroyable, le réalisateur nous offre un intense portrait de femme, celui d'une quarantenaire célibataire confrontée au cancer fulgurant de sa mère, à un scandale pour une affaire de corruption, à sa relation naissante avec un nouveau compagnon, au mal-être de son fils, aux tensions familiales... Face à un océan de problèmes, cette héroïne au visage fatigué mais toujours digne se bat et se débat avec force, et garde la tête haute en profitant de chaque bulle de bonheur offerte par la vie (une étreinte, un baiser, une course de karting, un cadeau de sa maman...). Coproduit notamment par Sylvie Pialat, le long métrage, attendu dans nos salles ce 19 février, distingue deux comédiennes : Carolina Sanín et Leticia Gómez, la propre mère du réalisateur.

    Une mère incroyable
    Une mère incroyable
    1h 35min
    De Franco Lolli (II)
    Avec Carolina Sanín, Leticia Gómez, Antonio Martínez, Vladimir Durán, Alejandra Sarria
    Presse
    3,5
    Spectateurs
    3,8
    Noter ce film

    AlloCiné : Quel souvenir gardez-vous de la présentation de "Une mère incroyable" à Cannes ? Était-ce aussi "fort" que pour votre premier long métrage, "Gente de Bien" ?

    Franco Lolli : C’était bien plus fort ! Déjà parce que cette fois on faisait l’ouverture d’une des sections, puis parce que tous les acteurs principaux étaient là pour découvrir le film, que je venais à peine de finir quelques jours plus tôt. Toute la journée j’ai été à fleur de peau, anxieux, car ce film me tient encore plus à cœur que le précédent. Quand finalement est venu le moment de la projection, le film a été très bien accueilli, avec une standing ovation très longue et beaucoup de spectateurs en larmes. Ce soir-là, il y avait une énergie très belle dans la salle, qui m’a rendu heureux. C’est vraiment un souvenir en or.

    Que pensez-vous du titre français du film ? Et que pouvez-vous nous dire du choix de titre original, "Litigante" ?

    Le titre français a été choisi par le distributeur. Et au début il m’a surpris, car il ne s’agit pas du tout de la traduction du titre colombien. Mais très vite, je l’ai aimé, car il met en lumière l’un des sujets centraux du projet : la maternité (et donc aussi la famille et la filiation). En espagnol, nous étions partis sur un titre un peu plus métaphorique, Litigante, qui mettait la lumière sur le côté combattif des héroïnes tout en s’intéressant au milieu légal dans lequel se déroule l’histoire. Litigante peut vouloir dire “celle qui plaide”, l’avocate donc, ou bien “celle qui est à dans un litige”, la cliente. Ça décrit bien le personnage principal du film, Silvia, mais aussi Leticia, sa mère. En ça les deux titres se rejoignent : Une mère incroyable peut aussi désigner l’une ou l’autre. Tout comme Silvia et Leticia, les titres français et colombien sont les deux faces d’une même pièce, d’un même film.

    Ad Vitam

    Vous présentez le film comme l’œuvre qui vous ressemble le plus, alors qu’il s’agit d’un portrait de femme. En quoi ce film est-il votre réalisation la plus personnelle ?

    Ce n’est en rien contradictoire. On peut être un homme et faire son film le plus personnel sur une femme, et vice-versa. Kill Bill, qui est mon film préféré de Tarantino, est aussi son film le plus personnel. Et il y a plein d’autres exemples… En ce qui me concerne, le côté personnel du film est partout. Mes personnages principaux sont inspirés des femmes qui m’ont élevé : ma mère, ma grand-mère, mes tantes. Le rapport à la mère malade vient aussi de ma propre histoire, car je me suis beaucoup occupé de ma mère, qui a eu un cancer il y a quelques années. Et puis, surtout, les sentiments qui traversent Silvia sont ceux avec lesquels je vis au quotidien : la peur de la mort, le besoin d’aimer et de vivre en famille, l’envie de lumière. Sans parler du fait que je fais jouer dans ce rôle ma cousine au deuxième degré et que Leticia, sa mère dans le film, est la mienne dans la vie !

    En parlant du film à Cannes, vous évoquiez un "coming awake d’une femme de 40 ans". Qu’entendez-vous par là ?

    J’ai dit "coming of age" à l’époque, mais peut-être qu’entre mon niveau d’anglais et celui de mon interlocuteur, c’est devenu un "coming awake". C’est un heureux hasard : l’expression est quelque part plus précise par rapport au trajet de Silvia. Au début, elle est enfermée dans des choix qu’elle n’assume pas, semble incapable d’être heureuse, comme aliénée. Mais quand sa mère tombe malade, elle se prend un grand coup, qui la réveille. Pour survivre, elle n’a pas d’autre choix que de faire le bilan, et de changer de vie. En se réveillant, elle se transforme et grandit.

    Ad Vitam

    Silvia est un personnage très touchant, submergée de problèmes mais toujours battante, qui garde constamment la tête haute et qui profite de chaque petit moment de bonheur offert par la vie. Comment avez-vous construit votre héroïne ? 

    J’ai tout simplement regardé autour de moi. Je suis entouré de femmes comme ça depuis toujours. Et j’ai vécu moi-même la maladie d’un être proche. Alors je savais que dans ce genre de situations on a besoin d’être fort, car il existe le risque de ne pas se relever si on se laisse tomber. Mais on a aussi besoin d’être léger pour pouvoir décoller, prendre de l’air tout en haut et recharger l’âme. J’ai donc créé un personnage comme ça, capable de lutter, mais aussi d’évoluer, de s’adapter. C’est sa résilience qui convertit Silvia en véritable héroïne.

    Comment avez-vous choisi et dirigé votre actrice principale, Carolina Sanín, absolument incroyable et de presque tous les plans dans le film ?

    Nous avons vu plus de trois-cent femmes pour ce rôle. Des actrices et des non-actrices. Puis, au bout de sept mois nous avons réduit notre choix à quatre femmes à qui on a fait passer des essais avec ma mère, qui était déjà choisie pour le rôle de Leticia. Et là, l’évidence nous a frappé : Silvia ne pouvait être autre que Carolina Sanín. Elle portait le rôle en elle. Et l’alchimie dans le jeu avec ma mère était totale. Ce qui m’étonne aujourd’hui c’est de ne pas l’avoir compris avant. Après, je l’ai dirigée comme je le fais avec tous les comédiens : en la laissant toujours proposer et me surprendre.

    Vous dirigez votre propre mère, Leticia Gómez, dans un rôle très difficile et avec beaucoup de connexions avec sa propre histoire. Quels souvenirs gardez-vous de cette collaboration ?

    Je garde avant tout une archive merveilleuse à la fois de notre travail ensemble et de notre relation. Le film est un hommage à sa vie. Mais puisque ce qu’on y raconte n’est pas tout à fait de la fiction, pour arriver à le raconter, le tournage fut forcément très chargé. Ce fut aussi plus beau qu’un tournage classique, plus émouvant, car dès qu’on finissait une scène, elle redevenait de suite ma mère. Nous avons été très complices sur le plateau et avons partagé des moments très intenses. C’est une énorme chance que la vie m’a offerte que de pouvoir faire ce film avec elle. Et puis, c’est une immense actrice, alors c’est une chance aussi pour les spectateurs.

    Ad Vitam

    Comment avez-vous construit la relation entre Silvia et Leticia, où se mêlent amour, colère, reproches, regrets… ?

    Encore une fois, je suis obligé de dire : en regardant autour de moi. Tout est dans la vie, il suffit de prêter attention. Après, bien-sûr, il faut poser tout ça sur le papier, ce que j’ai fait de la main de mes de deux superbes co-scénaristes, Virginie Legeay et Marie Amachoukeli. L’essentiel pour nous était de raconter cette relation de la manière la plus juste possible, donc en nuances, ce qui devient rare dans le cinéma de nous jours. Je ne voulais pas juger Silvia et Leticia, être d’un côté ou de l’autre, mais les comprendre toutes les deux. Et pour ça, il faut accepter que parfois l’amour s’exprime de façon maladroite, voire violente.

    Le film est de plus en plus lumineux et aéré au fur et à mesure du récit, malgré l’accumulation de problèmes auxquels est confrontée votre héroïne : que pouvez-vous nous dire de ce choix de lumière et de mise en scène ?

    Le plus je vieillis, le plus je sens que les films doivent être beaux et lumineux. Et puis, le trajet de Silvia est un trajet libérateur. Il fallait donc aller de l’angoisse et la claustrophobie vers la sérénité et l’espace, à la fois dans les cadres et dans la lumière. Sentir cette libération avec elle. Nous avons beaucoup travaillé dans ce sens avec le chef opérateur. On a voulu qu’un soleil doux envahisse petit à petit le film, jusqu’à la scène finale, pour laquelle on avait besoin d’un ciel complètement dégagé. Comme dans le film, ce jour-là il avait plu, mais il ne pleuvait plus lorsque on a tourné. Nous n’aurions pas tourné la scène autrement.

    Diplômé de la Fémis, vous avez tourné tous vos films en Colombie. Avez-vous l’ambition de tourner en France ? Quels sont vos prochains projets ?

    Non seulement j’ai envie de tourner en France, mais je sais que ça va arriver tôt ou tard. C’est un pays que je connais bien, car j’y ai vécu plus de dix ans, et que j’aime énormément (ma femme est française, mon fils aussi). Mais pour le faire et que ça fasse sens, j’aurais besoin de trouver un projet que je ne puisse tourner qu’ici. Et qui réponde à un désir intime suffisamment puissant et précis pour qu’il me permette d’éviter les écueils dans lesquels sont tombés certains réalisateurs étrangers, parfois très bons, qui sont venus tourner en France. De toute façon, je n’ai pas encore commencé à travailler sur un nouveau projet, alors la question ne se pose pas vraiment pour l’instant.

    Propos recueillis le 17 février 2020

    Une mère incroyable Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Nous, les chiens Bande-annonce VF
    Pour l'éternité Bande-annonce VO
    Nuestras Madres Bande-annonce VO
    Sous les étoiles de Paris Bande-annonce VF
    Abou Leila Bande-annonce VO
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Radioactive de Marjane Satrapi : "Marie Curie a toujours été l'exemple à suivre"
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 mars 2020
    Radioactive de Marjane Satrapi : "Marie Curie a toujours été l'exemple à suivre"
    Vivarium : rencontre avec Lorcan Finnegan, le réalisateur de ce huis clos cauchemardesque et engagé
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 mars 2020
    Vivarium : rencontre avec Lorcan Finnegan, le réalisateur de ce huis clos cauchemardesque et engagé
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 8 avr. 2020
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Peninsula
      Peninsula

      de Sang-Ho Yeon

      avec Dong-won Gang, Jung-hyun Lee

      Film - Action

      Bande-annonce
    • Ip Man 4
    • Pour l'éternité
    • Fast & Furious 9
    • Mourir peut attendre
    • Mulan
    • Wonder Woman 1984
    • Tout nous sourit
    • Le Jardin secret
    • Bluebird
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top