Notez des films
Mon AlloCiné
    Elephant Man : 5 choses à savoir sur le classique de David Lynch
    Par Thomas Desroches (@ThomDsrs) — 25 mars 2020 à 18:21
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Alors que "Elephant Man" s'apprête à fêter ses quarante ans, retour sur cinq anecdotes particulières qui pourraient vous donner envie de (re)découvrir le chef-d'œuvre de David Lynch.

    D.R.

    Avant que le confinement, lié au Covid-19, ne force les cinémas à fermer leurs portes, la société Carlotta Films était sur le point de présenter une version restaurée d'Elephant Man en salles. Supervisée par David Lynch lui-même, cette version retravaillée était également l'occasion de fêter l'anniversaire du film, qui célèbre ses quarante ans cette année aux États-Unis et en 2021 dans l'Hexagone (il est sorti le 8 avril 1981 en France, NDLR). Bien que la carrière de David Lynch foisonne d'œuvres riches et reconnues dans le monde entier, Elephant Man reste un classique à part dans sa filmographie. Pour mieux le découvrir - ou le revisiter -, voici cinq choses à savoir sur ce film intemporel.

    Elephant Man
    Elephant Man
    Sortie le 8 avril 1981 | 2h 05min
    De David Lynch
    Avec Anthony Hopkins, John Hurt, Anne Bancroft, John Gielgud, Wendy Hiller
    Presse
    4,8
    Spectateurs
    4,3
    Noter ce film

    Un génie de la comédie derrière le film

    Deux ans après la sortie de son premier long-métrage, Eraserhead, David Lynch se tourne vers le producteur Stuart Cornfeld, qui lui propose le script d'Elephant Man. Malheureusement, le projet n'intéresse personne. Les studios refusent de le financer. "Ils me disaient : 'Personne ne veut voir un film sur un monstre pareil'", se remémore le cinéaste. Signe du destin, le scénario tombe entre les mains de Mel Brooks, réputé pour ses nombreuses comédies cultes.

    L'artiste, sous le charme de l'histoire de Joseph Merrick, décide de voir Eraserhead et de rencontrer David Lynch pour l'accompagner dans la conception du film. Elephant Man est alors financé par Brooksfilms (la société de production de Mel Brooks, NDLR). Pour ne pas nuire à la réputation du long-métrage, qui se veut très dramatique, le réalisateur de Frankenstein Junior tient à ce que son nom n'apparaisse nulle part. Dans une interview accordée au Guardian, il lance : "Comment un gars qui est connu pour les meilleures blagues de pets au cinéma se retrouve à produire Elephant Man ?" Dans la suite de l'entretien, Mel Brooks explique son intérêt pour cette histoire : "Je pense que c'est le côté marginal qui m'a attiré. C'est là que nous nous sommes compris [avec David Lynch]. Mes films, même s'ils sont comiques, racontent ceci : "Acceptez l'étrange. Apprenons à connaître ces créatures, ces Juifs. Elephant Man n'était pas Juif bien sûr, mais, pour moi, on retrouve tous les aspects de l'antisémitisme dans son destin. (...)"

    L'apparition de David Lynch

    Connu avant tout pour son talent derrière la caméra, David Lynch est aussi un excellent acteur. Les fans de Twin Peaks en savent quelque chose puisque le réalisateur incarne un rôle dans la série, celui de l'inspecteur Gordon Cole. Bien que son personnage n'ait aucune réplique à l'écran, David Lynch apparaît également dans Elephant Man, en tant que figurant. Il est possible de l'apercevoir dans l'une des scènes les plus cultes du film, où Joseph Merrick (John Hurt) revient à Londres. Repéré par un enfant, l'homme déformé se fait alors pourchasser par une horde d'étrangers dans les couloirs de la gare. Parmi cette foule, on aperçoit, le temps de quelques secondes, David Lynch avec un chapeau.

    Capture d'écran
    En premier plan, c'est bien David Lynch que l'on aperçoit dans le film.
    Une révolution aux Oscars

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, Elephant Man n'a reçu aucun Oscar en 1981 et ce, malgré ses dix nominations. Avant la cérémonie, une petite polémique avait éclaté autour de l'œuvre de David Lynch : l'absence de prix pour les maquillages du film. Aucune catégorie ne récompensait le travail des artistes à cette époque. Une pétition, destinée à l'Academie des Oscars, avait alors été mise en place. Malheureusement, l'institution avait refusé de créer une nouvelle catégorie pour cette édition. Elle reviendra sur sa décision l'année d'après, en 1982, où le premier Oscar des meilleurs maquillages et coiffures fut décerné à Rick Baker pour son travail sur Le Loup-garou de Londres de John Landis.

    Des heures de maquillage

    À l'origine, c'est David Lynch qui devait se charger du maquillage et des prothèses du rôle-titre. Devant des résultats peu convaincants, il se tourne alors vers Christopher Tucker, qui aura pour mission de recréer Joseph Merrick. Pour se faire, l'artiste se rend à l'hôpital royal de Londres, où le véritable squelette d'Elephant Man est conservé et exposé. Dans une interview, donné à la British Film Institute (BFI, NDLR), Christopher Tucker admet avoir travaillé "jusqu'à quatorze heures en une journée sur le costume". Chaque jour, sur le tournage, l'acteur John Hurt devait endurer huit heures de maquillage pour la pose des prothèses et deux heures supplémentaires pour les retirer. Fumeur depuis de nombreuses années, le comédien profitait même de l'attente interminable pour fumer ses cigarettes à travers sa combinaison.

    BFI
    L'acteur John Hurt fumant sa cigarette durant la pose des prothèses.
    Sur les planches (et ailleurs)

    L'histoire de Joseph Merrick ne vit pas seument qu'à travers le classique de David Lynch. En 1977, trois ans avant la sortie du film au cinéma, une pièce de théâtre, écrite par Bernard Pomerance, fut jouée à l'Hampstead Theatre de Londres. C'est l'acteur Philip Anglim qui incarne le personnage principal, avec la particularité de ne porter aucune prothèse, laissant à l'audience la liberté d'imaginer son physique. Par la suite, le rôle est interprété par David BowieBilly Crudup et Bradley Cooper. En France, c'est JoeyStarr qui s'est glissé dans la peau d'Elephant Man. De retour à l'écran, une version filmée de la pièce de théâtre fut diffusée à la télévision en 1982, toujours avec Philip Anglim. À noter également que le personnage fait aussi une courte apparition dans le film From Hell avec Johnny Depp. En juillet 2018, une mini-série avait été annoncé pour la BBC, avec notamment Charlie Heaton de Stranger Things, mais, à ce jour, le projet n'a connu aucune nouvelle actualité.

    Découvrez la bande-annonce du film "Elephant Man" : 

    Elephant Man Version restaurée 4k 2020 Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Carlo645
      le noir et blanc est censé est plus dramatique
    • Flamme-010
      Ça n'a rien à voir. Spielberg s'est basé sur les documentaires de guerre des années 40 et la couleur rouge est symbolique.
    • Plaza13
      le reflet d'une époque...la notoriété du festival d'Avoriaz qui n'est plus que l'ombre de lui même depuis qu'il est a Gerardmer...
    • Carlo645
      pour la même raison que Steven Spielberg a tourné la liste de Schindler peut-être...
    • meiyo
      C'est clair qu'il est limite reconnaissable.
    • meiyo
      L'un des rares films à m'avoir fait pleurer. L'interprétation de John Hurt est bouleversante. Je pense que tous ceux qui comme moi sont en apparence normale mais ont fait l'objet de harcèlement, se reconnaissent dans ce personnage.
    • meiyo
      Un effet de style sans doute.
    • Flamme-010
      Un film poignant, mais je n'ai jamais compris pourquoi il est sorti en noir et blanc.
    • Hunnam29
      L'un des Lynch les plus abordables, il n'en reste pas moins excellent.
    • Legion666
      Le premier film qui m'a fait pleurer!
    • Housecoat
      Autres anecdotes très intéressante. L'acteur qui incarne Bytes n'est autre que Freddie Jones, le père de Toby Jones (qui a une gueule pour ainsi dire).Et encore plus fort. Le petit assistant de Bytes n'est autre que Dexter Fletcher. Le même qui réalisera Bohemian Rhapsody et Rocketman trois décennies plus tard.
    • DeAdZ
      Le moins intéressant du réalisateur, peu subtile, pas touchant hormis quelque scènes, des transitions hyper mal faite qui me sort limite du film, pour un film considéré comme culte on s'attend à mieux, néanmoins je le trouve sympathique j'ai trouvé la scène de fin juste sublime.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Bluebird Bande-annonce VO
    Dans un jardin qu'on dirait éternel Bande-annonce VO
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Les Tuche 4 TEASER "365 jours"
    Police Bande-annonce VF
    Ip Man 4 Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top