Notez des films
Mon AlloCiné
    Dune sur Netflix : retour sur le film maudit et renié de David Lynch
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 1 mai 2020 à 10:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Disponible ce 1er mai sur la plateforme Netflix, le film "Dune" signé par David Lynch, que l'intéressé rejette violemment, reste une blessure encore à vif pour lui, 36 ans après sa sortie. Retour sur ce film maudit... Mais culte.

    AMLF

    En cette période de confinement collectif dû au Covid-19, le réalisateur David Lynch racontait il y a quelques jours encore sa routine quotidienne auprès du Hollywood Reporter. Evoquant les premières photos dévoilées du nouveau film Dune que prépare Denis Villeneuve, le journaliste du HR, Seth Abramovitch, lui demande ce qu'il en pense. "Ca ne m'intéresse absolument pas !" lâchait le cinéaste. Et d'enfoncer le clou : "parce que ca été une grande douleur. C'était un échec et je n'avais pas le final cut. J'ai déjà raconté ça un milliard de fois ! Ca n'était pas le film que je voulais faire. J'aime beaucoup certaines parties, mais globalement ca été un échec personnel total". 36 ans après la sortie de son film maudit et qu'il a largement renié depuis, la plaie reste visiblement encore à vif...

    Dune, de Jodorowsky à David Lynch 

    Ce devait être sans doute un, sinon LE film de Science-Fiction le plus ambitieux jamais réalisé dans l'Histoire du cinéma. Trop ambitieux très certainement. "Je voulais faire un film qui donnerait aux gens qui prenaient du LSD à cette époque les hallucinations qu'on a avec la drogue, mais sans hallucination. Je ne voulais pas qu'ils prennent du LSD, je voulais fabriquer les effets de la drogue et changer la mentalité du public. Je voulais créer un prophète, pour changer les jeunes esprits dans le monde entier. Pour moi, Dune serait l'arrivée d'un dieu. Un dieu artistique et cinématographique. Il ne s'agissait pas de faire juste un film. Je voulais créer un objet sacré, libre, ouvrant de nouvelles perspectives." explique avec une incroyable et émouvante sincérité le grand Jodorowsky, dans l'extraordinaire documentaire Jodorowsky's Dune, justement consacré à cette entreprise maudite.

    En 1975, le producteur français Michel Seydoux propose ainsi à Alejandro Jodorowsky une adaptation très ambitieuse du roman culte de SF Dune au cinéma. Ce dernier, déjà réalisateur des films cultes El Topo et La Montagne sacrée, accepte. Il dresse alors une liste de talents -qu'il appelle d'ailleurs ses "guerriers"- qui ressemble surtout à un véritable Who's Who de collaborations artistiques à donner le tournis. Jean Giraud (Moebius), Dan O'Bannon, le futur scénariste d'Alien, Hans-Ruedi Giger, le futur créateur d'Alien, et Chris Foss, pour commencer. Des noms qui vont être de toutes les (grandes) aventures cinématographiques de SF des années 70-80 : Star Wars, Alien, Blade Runner... Le casting réunit quant à lui Mick Jagger, Orson Welles, Salvador DaliDavid Carradine ou Amanda Lear, mais également le jeune fils du cinéaste, Brontis JodorowskyPink Floyd et Magma acceptent de signer la musique du film.

    Le producteur et Jodorowsky réunissent alors tous les Artworks, dessins préparatoires, scripts et storyboard dans une colossale Bible du projet, et donnée à toutes les Majors, afin de les convaincre de lâcher les 5 millions de dollars nécessaires pour boucler le budget du film, sur une enveloppe globale de 15 millions. Si les studios louent le caractère incontestablement novateur de ce projet, pas un ne souhaite pourtant mettre la main au porte-monnaie. La raison ? Michel Seydoux la donne lapidairement dans le film : aux yeux des Majors, "tout était génial... Sauf le metteur en scène" qui leur faisait peur, car sans doute incontrôlable.

    La blessure

    Par leur refus, les studios ont finalement tué le projet. Ironiquement, il fut récupéré par Raffaella De Laurentiis, la fille du fameux producteur Dino De Laurentiis. L'adaptation fut ainsi d'abord confiée à Ridley Scott en 1980 mais lorsqu'il a appris le décès de son frère aîné, le réalisateur a demandé à avoir un film à tourner dans l'immédiat afin d'oublier sa tristesse. Scott s'est finalement désisté pour s'engager sur la réalisation de Blade Runner. Laurentiis s'est alors tourné vers David Lynch. Elle avait été d'ailleurs très impressionnée par Elephant Man. Lynch, qui venait de refuser Le Retour du Jedi, s'enthousiasme de la proposition de De Laurentiis qui lui assure la production de son film suivant, Blue Velvet. Le réalisateur, âgé alors de 36 ans, se voit confier un budget de 45 millions de dollars. Une grosse somme. Avec l'aide d'Eric Bergren et Christopher De Vore, il se lance dans l'écriture de Dune mais insatisfait des différentes versions, il décide de finaliser seul le scénario. Il réunit devant la caméra un casting composé de José Ferrer (Lawrence d'Arabie), Jürgen Prochnow (Das Boot), Patrick Stewart, Max von Sydow, Sean Young, le chanteur Sting et Kyle MacLachlan qui fait ses débuts à l'écran. La musique est quant à elle confiée au groupe Toto.

    L'équipe s'installe au Mexique, où le tournage, éprouvant, durera un an. Un millier de personnes est confronté aux maladies, aux authentiques tempêtes de sable, à la chaleur et aux autorités locales corrompues. Pour ne rien arranger, le studio est partagé avec l'équipe de Conan le Destructeur de Richard Fleischer, autre production de De Laurentiis qui se tourne au même moment pour réduire les coûts.

    Le premier montage que livre Lynch fait 4h; mais celle qui obtient ses faveurs dure près de 3h. C'est encore trop pour les producteurs, qui souhaitent raboter le montage pour le ramener à une durée plus conventionnelle; soit environ 2h. De Laurentiis père et fille procèdent donc à de nombreuses coupes, retournent même quelques scènes pour simplifier l'histoire, et ajoutent la voix off de Virginia Madsen, notamment pour ouvrir le film.

    En voici d'ailleurs la bande-annonce...

    Dune Bande-annonce VF

     

    Malgré une importante campagne publicitaire mettant en avant à la fois les noms de Frank Herbert, David Lynch et Sting, Dune est un échec public et critique cuisant à sa sortie aux Etats-Unis en 1984. Si l'accueil est plus chaleureux en Europe et au Japon, le film ne rentre pas dans ses frais et la suite, sur laquelle Lynch planchait déjà, est immédiatement annulée. Il ne rapporta qu'une trentaine de millions de dollars au Box Office mondial. Autant dire une gifle cinglante...

    En 1988, Dune est diffusé à la télévision américaine sous le format d'une mini-série de deux épisodes d'1h30 chacun (une version de 3h et d'une traite a d'ailleurs été disponible en DVD zone 1). Une version que David Lynch a logiquement renié, exigeant que son nom soit retiré du générique et remplacé par les noms d'Alan Smithee au poste de réalisateur et de Judas Booth à celui de scénariste (Judas pour l'apôtre de Jésus et Booth pour l'assassin d'Abraham Lincoln). Nous avions d'ailleurs largement évoqué dans un précédent papier l'histoire de ce fameux pseudonyme.

    "J’aime à dire que mes films sont mes enfants et qu’il est hors de question que je les mette en rang pour choisir celui que je préfère. Je peux vous dire en revanche que l’un d’eux me cause beaucoup de souci : Dune" lâchait le cinéaste aux Inrocks dans une interview en octobre 2011. Un sentiment qui reste inchangé, malgré le poids des années...

    Dune
    Dune
    Sortie le 6 février 1985 | 2h 20min
    De David Lynch
    Avec Kyle MacLachlan, Jürgen Prochnow, Francesca Annis, Everett McGill, Sting
    Spectateurs
    3,2
    Noter ce film

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Le nouveau Dune avec Timothée Chalamet ? David Lynch s'en fiche complètement !
    • Netflix : David Lynch dévoile un court métrage complètement fou
    Commentaires
    • Marco Y.
      malgré le budget conséquent le film n'est pas au niveau des attentes, les effets spéciaux sont pas bons, pour autant le casting est génial, la mise en image des fremens, de caladan des atreides, bene gesserit est au top, j'aurais aimé voir la version de David Lynch de 3 heures qui lui avait été refusée à l'époque, la version écourtée en devient trop simpliste c'est dommage et je pense un vrai gâchis
    • Alscyom
      Dingue que ça en soit à ce point. J'ai lu tous les romans de l'univers, j'en suis fan. Et franchement j'aime ce film. C'est compréhensible qu'on puisse ne pas aimer, c'est perché, il y a certains partis pris, des changements, des manques, mais l'esprit y est carrément.
    • Le commandant Sean Ramius
      Oui, probablement mais le coup des costumes style 19eme début 20 eme siècle ca fait cheap.Pareil pour l'alien dans le bocal géant ou l'armure des méchants et les costumes des soldats Atréides semblables au troops de l'africa korps.Mais en terme d'histoire et de sa narration, de son casting, de son jeu d'acteur et j'en passe c'est foireux... et foireux avec un grand F. Le coup des Arkoniens(tous des roux lol, la famille Castanet ou Weasley de l'espace) super laid avec leur chef qui vole on sait pas trop pourquoi et qui s'envole dans l'espace car la gosse lui a tirer les tetons, ca m'a fait rigoler alors que c'est censé être un grand moment du film.L'ami de Paul, joué par Patrick Stewart (avec des cheveux longs a l'arrière lool, pique mes yeux puissance 1000) qui semble avoir de l'importance dans le début est retrouvé par Paul et ... fini, je veux dire il n'y a plus rien après avec ce personnage, il est en arrière plan non stop.Pareil pour la drogue, l'épice, on nous explique ceci cella mais on ne le montre pas.Show ! Don't tell !!On explique que ca allonge la vie. Oui bien, dans le film est ce qu'on le voit ? Non..Pareil pour le voyage dans l'espace, on t'explique un truc et au final ... rien...Le grand méchant tout en muscle, a l'apposé des Arkoniens gros et laid, qui apparait dans un plan puis arrive enfin a la fin du film pour le combat final ; tu ne peux pas douter que le gentil va le buter, on ne sait rien sur le mec a part qu'il veut tuer Paul. Dans le film il est rajouté là juste pour que Paul ait un combat personnel (contre un mec qu'il ne connait pas) et rallonger un peu le film...C'est un film malade oui clairement, ou mieux : un cadavre qu'on agite au vents sans savoir quoi en faire lolJe cherche vraiment comment il est devenu culte.
    • Naughty Dog
      c'est culte pour sa direction artistique et sa musiquemais c'est un gros film malade avant tout
    • Danny Wilde
      malgré le fait que le film comporte une grosse dose de métaphysique et un aspect peu abordable pour le grand public, ça reste un spectacle à la fois fascinant et déroutant et tout aussi brouillon, faut s'accrocher pour capter l'intrigue, mais le casting homogène, sans stars , avec des acteurs tous au diapason, certaines séquences et l'ambiance étrange sont d'un intérêt certain
    • Chris T.
      Même si le film est loin des attentes du livre, du projet Jorodowski et qu’il est assez kitsch, j’ai malgré tout un petit faible pour ce film , il y a certes l’histoire mais le casting de l’époque était pas mal quand même. Et là j’attends avec impatience la version de Denis Villeneuve tout est réuni pour avoir enfin l’adaptation référence (réal, cast...)! En attendant j’amènerais bien revoir le Dune de Lynch mais même si il est annoncé dispo depuis hier 1 mai , ici en Belgique, toujours rien!!! Quelqu’un sait me dire pourquoi ?
    • negeil
      C'est de ces films qu'on se dit non, celui-là il faut le faire quand la technologie aura évoluée, c'est trop tôt maintenant
    • Laurent D.
      Cela dit, il n'aurait pas supporté que George Lucas soit constamment sur son dos tellement le Maître détestait qu'on fasse des entorses à son oeuvre à son époque.
    • belitre
      Heureusement, ce n’est pas un remake mais une relecture du livre d’Herbert. Mais oui, vivement !
    • Ender75
      Lynch, qui venait de refuser Le Retour du Jedi ? Dommage qu'il ait refusé, avec Lynch, il y aurait eu de grande chance d'échapper aux ewoks :)
    • Fonzie
      vivement la sortie du remake .
    • Vincent B.
      Bien qu'il y aient quelques d'incrustations très crédibles sur certain plans, les effets spéciaux dans l'ensemble étaient pas terrible et rendaient l'immersion assez difficile d'ou l'aspect série B. Quand à côté ils étaient comparés à ceux de Star Wars ils faisaient pâle figure.Pourtant la plupart des costumes et décors avaient une esthétique plutôt recherché, ce n'était pas du déjà vu.(J'ai d'ailleurs assez peur à ce niveau là pour le prochain remake, que les différents designs partent dans une esthétique trop épuré, simpliste et en dessous de ceux proposés par Jodorowsky et Lynch, il y a qu'a les luminaires en suspension version 1985 et 2020, ou les uniformes Atreide qui me rappellent ceux de mon grand père)Le film est surtout devenu culte au fil des années pour les points cités par §Muad Dib dans son post. Difficile aussi de ne pas penser au film quand tu entends la musique d'intro de Toto.
    • Flamme-010
      Reste une superbe bande originale : https://youtu.be/Pm5VP3of-d...
    • Muad Dib
      Acteurs, musiques, univers, costumes, ambiance, mise en scène, le film a certes mal vieilli mais il est culte c'est un fait. TRop complexe pour le néophyte, trop simpliste pour le fan du livre mais malgré tout il y'a une touche une pâte et de l'ambition. Rien que le travail sonore est incroyable
    • Le commandant Sean Ramius
      Je viens de me faire le film et réellement je comprend pas d'où vient le culte.On dirait un mauvais film de série B.
    • Laurent D.
      Avec le recul et les années, le Dune de David Lynch reste quand même un film culte dont on ne se lasse pas de regarder.Par contre la version cinéma reste préférable par rapport à la version télévision dont on comprend que les ajouts grossiers de la part de la production qui surchargent inutilement le film original aient poussé David Lynch à renier son travail.
    Voir les commentaires
    Back to Top