Notez des films
Mon AlloCiné
    Vincent Maraval appelle à une refonte intégrale du milieu du cinéma
    Par Brigitte Baronnet (@bbaronnet) — 30 avr. 2020 à 14:22
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le distributeur et producteur Vincent Maraval appelle à une  reprise en main de la politique culturelle, dans un long entretien que publie Le Monde dans son édition du 1er mai. "On nous demande de nous réinventer, allons-y !"lance-t-il.

    BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

    En 2012, sa tribune sur le salaire des stars avait enflammé la toile. Le producteur et distributeur de Wild Bunch, Vincent Maraval, a de nouveau été sollicité par nos confrères du Monde afin de livrer son point de vue sur l'état du cinéma français à l'heure de la crise du coronavirus. Sans détour, il donne ses préconisations visant à une refonte intégrale du milieu du cinéma et et exhorte à davantage d’audace. En voici quelques morceaux choisis :

    Vincent Maraval appelle à une véritable reprise en main de la politique culturelle 

    "Les moyens sont connus, il ne manque que la volonté politique pour les mettre en place : lutter contre le piratage, limiter l’exploitation sur plusieurs écrans d’un même film pour protéger la diversité, imposer des quotas en salle avec 50 % des séances consacrées aux films européens, imposer des quotas sur les plates-formes de streaming, limiter les obligations d’investissement des chaînes aux tournages et aux cachets payés en France, élargir le crédit d’impôt à d’autres modes de diffusion pour garder les tournages en France, constituer des pôles d’intérêt économique pour les indépendants, promouvoir des activités culturelles par l’achat de billets par l’Etat destinés aux plus jeunes – ce qui évitera que les aides finissent dans les poches des confiseurs plutôt que des créateurs –, interdire aux groupes diffuseurs d’exercer un métier de distributeur et de se nourrir de leurs propres catalogues, etc. Cela s’appelle une reprise en main de sa politique culturelle. 

    Je serais même prêt à aller plus loin en rendant les droits des catalogues achetés par les gros groupes diffuseurs, tels que M6, TF1, Canal+, aux ayants droit, en les faisant racheter par l’Etat dans le cadre de l’aide qu’il leur apporte. On nous demande de nous réinventer, allons-y !"

    Vincent Maraval insiste à plusieurs reprises sur cette piste de "retirer aux diffuseurs le pouvoir de décider du sort des œuvres par la chronologie des médias". 

    Le producteur et distributeur livre son point de vue sur Netflix, dont il loue la réussite 

    "Netflix a réussi là où nous, distributeurs internationaux, avons échoué. Elle donne la parole aux créateurs, les pousse à faire les films qu’ils ne feraient plus pour le cinéma et elle les distribue dans les coins les plus reculés du monde."

    Coronavirus : quelle date pour la réouverture des cinémas français ? Combien de temps va durer la fermeture des salles ?

    Vincent Maraval développe également sa vision de la salle de cinéma...

    "Le risque, aujourd’hui, ce n’est pas que le consommateur choisisse de rester chez lui plutôt que de sortir – il n’en peut plus d’être chez lui –, c’est que le créateur ne se retrouve plus artistiquement dans la sortie en salle. Les créateurs sont désormais décomplexés, ils sont prêts à travailler pour les plates-formes parce qu’ils vivent mal d’être débarqués des salles après une semaine de vie du film. La sortie en salle est devenue une désillusion, une boule au ventre, où l’échec est la règle, et le succès l’exception. (...) 

    Il faut toujours se réjouir quand la cinéphilie progresse, mais il faut réagir. La salle doit réinvestir le cinéma, l’audace, l’innovation. (...) Notre problème, c’est que, en France, le mode de financement des films de cinéma repose sur la télévision, qui vise un public âgé. Les jeunes se sont donc réfugiés sur les plates-formes. La création doit se libérer du joug des diffuseurs. Les solutions existent ailleurs, il suffit de les copier et de faire preuve de volonté politique."

    ... et incite à une fermeture des salles "jusqu’à redéfinition d’une politique culturelle radicalement différente"

    "Pour moi, aujourd’hui, les salles doivent rester fermées, avec l’aide de l’Etat, et ce jusqu’à redéfinition d’une politique culturelle radicalement différente qui repense son environnement, sous peine du coup de grâce. Rouvrir sans réflexion, sans cadre, sans nouvelle politique, ce serait achever la création indépendante au cinéma. Elle partira à jamais.
    Pour ce qui est de Cannes ou de Venise, nous ne pouvons que se féliciter que ces festivals n’abandonnent pas la partie, ce qui serait une facilité. C’est faire preuve de responsabilité que de continuer à se demander comment aider sous quelque forme que ce soit les films que l’on a aimés. Ceux qui trouvent qu’il est urgent de ne pas faire, d’annuler, je ne les comprendrai jamais. Il faut respecter les consignes, mais trouver d’autres moyens, et je remercie le Festival de Cannes de s’acharner. L’obstination et le combat sont des qualités dont, hélas, la politique actuelle est démunie, et qui fait de la culture le grand absent du monde d’après…"

    Découvrez cet entretien complet dans Le Monde daté du samedi 2 mai. Une version longue de l'entretien est disponible en ligne sur LeMonde.fr.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Coronavirus : la culture "oubliée" selon une tribune signée par Omar Sy et Jean Dujardin
    • Coronavirus et salles de cinéma : les premières mesures envisagées pour la réouverture
    • Une tribune sur le salaire des acteurs français enflamme la toile !
    Commentaires
    • Rastan
      Dans ce cas,pourquoi ne pas revenir a la vieille formule.5/6/7 bandes annonces.Et surtout ,en rapport avec le thème du film.Pas de pub ou très peu.Et comme le dit Mathieu,ne concernant que les produit en vente dans le cinéma.Et un court métrage,un dessin animé,un making of,un reportage sur le film a venir,une interview.Enfin bref;un moment pour les cinéphiles.Une séance digne d'un moment de cinéma.Personnellement,avant,je ne ratais jamais une séance.Notamment parce que je voulais voir les bande annonces.Les futures nouveautés.Maintenant,si c'est pour voir des pubs pour le Kfc,AUDI et 3 teasers insupportables sur le prochain Omar Si ou Eric et Ramzy.Ben je préfère encore arriver au dernier moment.Et de toutes façons,15 euros pour voir des nanars comme Star Wars 8 (Par exemple,vraiment au hasard).Des pétards mouillés comme BR2049.Des Star Trek dénaturésOu autres remaks/reboots.Je suis aussi bien chez moi a regarder le dernier Scorcese,Cohen(s),ou Bay.Le Cinéma Hollywoodien et Français,ainsi que sa distribution nationale.On réussi l'exploit a me faire éviter les salles sombres.Je ne me déplace plus que pour des noms Spielberg,Miller,Mann,Tarantino,Eastwood,Allen,Burton et quelques autres.Voila.Alors si Le grand Hollywood pouvait tous les envoyer paitre chez Netflix.Je leur en serait reconnaissant.
    • Didier R.
      quand la part du gateau reviendra plus au talent , qu'aux producteurs et distributeurs qui s'octroient les subventions et produisent des nullards pour gardermain basse sur le cinéma! qu'on arretera de subventionner tout ça, ils n'auront pas d'autres choix que de travailler avec les meilleurs acteurs auteurs!
    • Didier R.
      tout à fait, marre de subventionner ces nullards!! des acteurs des plus nuls qui soient!!
    • Cooper1992
      prix qui monte d'ailleurs car soit-disant que le physique est de plus en plus un objet de collection.
    • CINETIM
      Tout a fait d'accord !!!
    • CINETIM
      ah ah !!! J'adore
    • CINETIM
      Et ajoute les prix des DVDs sur Amazon !!!
    • CINETIM
      Je suis d'accord, c'est vrai qu'il manque une profonde diversité au niveau des genres. Par exemple, en France, il n'y a eu presque aucun réalisateur qui n'est fait de la comédie-musicale depuis Jacques Demy et récemment Christophe Barratier. Dommage car genre encore très prisée qui recommence à avoir du succès aux Etats-Unis comme dans notre pays, même si les spectateurs sont moins réceptifs. Dommage car souvent ce genre peut allier drame, comédie, action. Voilà, un filon a exploiter dans notre beau pays.
    • CINETIM
      C'est très juste et très vrai.
    • Seb
      Sauf que là ce n'est pas la nouvelle génération qui juge en l’occurrence --' Si on veut y aller sur les clichés je peux dire que les anciennes générations ont tendance à juger un films par rapport au prestige apporté par le nom du réalisateur ou des acteurs (à la manière d'un tableau de maître) , davantage que par le film lui-même . Les gens qui aiment l'action et ceux qui regardent le reste il y en a toujours eu, c'était pas mieux avant ^^
    • Seb
      Il n'y a pas que des remakes de notre temps et il n'y avait pas que des bons films à l'époque ...Il ne faut pas oublier qu'un film s'inscrit avant tout dans une époque et ça ne sert à rien de laisser sur un piédestal inamovible les mêmes œuvres . On peut apprendre du passé certes , et s'en inspirer , mais il ne faut pas y rester coincé et regarder de haut ceux qui ne l'ont pas connu ou ceux que ça n'intéresse pas ^^
    • jhudson
      Ce n'est pas une raison pour les oublier, car les réalisateurs actuels les connaissent très bien.Et tout ces remakes sans intérêt de classics oubliés par le grand public.Un crime au Paradis sorti en 2001 est un remake de La Poison de Guitry .Toute la charge de l'original avait été soigneusement édulcoré, comme si le film de 1951 ne pouvait plus se faire de nos jours, car trop cyniqueEt que dire de Manon des sources de Berry, pour le grand public Pagnol se résume a ce remake ou on a bien du mal a trouver l'auteur .
    • roudoudou80
      Pour les voir au cinéma, il faudrait déjà que les multiplex les propose, combien de film annoncé sur allociné ne sont jamais sorti en salle alors que d'autre dans 2, voir 3 merci la 3d aussi d'avoir enfoncé un peu plus le clou ?C'est un peu facile de dire qu'on a que le cinéma qu'on mérite, il y a zéro prise de risque des studios depuis minimum 5 ans, pour voir autre chose, il faudrait déjà en avoir le choix, d'où le succès des plateformes de streaming.
    • Herendil
      Les goûts et couleurs sont différentes selon les personnes. Sauf que les nouvelles générations ont tendance à ne juger un film que sous l'ange des effets spéciaux et de l'action. C'est très limite pour juger un film. C'est-à-dire que je suis ouvert à toutes les critiques de films, faudrait-il encore qu'elles soient constructives.
    • Herendil
      Perso, je ne demande aucun quota. C'est au cinéma français de faire le nécessaire pour donner envie de le regarder.
    • Seb
      Cet élitisme du divertissement est fatigant ... toutes les générations ont leurs talents , il n'y a pas besoin d'aller les chercher au siècle précédent ...
    • DirtyHarry80
      Il me semble qu'avant la fermeture des salles la fréquentation des salles était bonne. Les chiffres de 2019 le montrent malgré le développement des programmes à la demande de toute sorte (Youtube, Netflix et cie)Et arrêtez avec vos quotas d'oeuvres françaises ou européennes. C'est contre productif.
    • FlecheDeFer ..
      C'est vrai, il y a de la grosse daube peuplée d'acteurs médiocres, je le reconnais, mais ceci est un circuit presque parallèle, et ceux qui sont dans ce circuit y restent toute leur vie.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Tu as malheureusement tout dit. Le seul à même de décider de la qualité des films c'est le public. Sur Allociné on est ici entre passionnés de cinéma novateur, ambitieux, mais ce cinéma que nous voyons comme du bon sens ne l'est pas pour une majeure partie de français qui préfère de bonnes vieilles comédies familiales avec un casting connu (Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Franck Dubosc, Elie Semoun, etc..)
    • cyril b.
      et encore ça c'est just ce qui passe la frontière tu imagine pas le nombre de bouze locale qu'ils ont^^...
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    #OnIraTousAuCinema Bande-annonce VF
    La Bonne épouse Bande-annonce VF
    Jumbo Bande-annonce VF
    L'Ombre de Staline Bande-annonce VO
    Filles de joie Bande-annonce VF
    Tout Simplement Noir Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Box Office
    Coronavirus : comment Hollywood se prépare aux tournages à l'ère du Covid
    NEWS - Box Office
    mardi 2 juin 2020
    Coronavirus : comment Hollywood se prépare aux tournages à l'ère du Covid
    L'UGC George V ferme définitivement ses portes sur les Champs-Elysées
    NEWS - Box Office
    mardi 2 juin 2020
    L'UGC George V ferme définitivement ses portes sur les Champs-Elysées
    Coronavirus : des milliers de cinémas pourraient définitivement fermer leurs portes en Chine
    NEWS - Box Office
    mardi 2 juin 2020
    Coronavirus : des milliers de cinémas pourraient définitivement fermer leurs portes en Chine
    Quels cinémas français rouvriront le 22 juin ?
    NEWS - Box Office
    vendredi 29 mai 2020
    Quels cinémas français rouvriront le 22 juin ?
    Dernières actus ciné Box Office
    Films de la semaine
    du 3 juin 2020
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top