Notez des films
Mon AlloCiné
    Culture : Emmanuel Macron confirme la création d'un fond d'indemnisation pour les tournages
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 6 mai 2020 à 16:36
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Dans une prise de parole très attendue concernant un secteur de la Culture laminé par la crise, le président de la République a notamment confirmé la création d'un fond d'indemnisation pour les tournages, "qui reprendront au cas par cas" fin mai.

    Ludovic Marin / Pool / Bestimage

    C'est peu dire que le secteur de la Culture est laminé par la crise liée au covid-19. A ce titre, la prise de parole du président de la République Emmanuel Macron cet après-midi, aux côtés de Frank Riester, le ministre de la Culture, était très attendue. Au terme d'un échange de deux heures par visio-conférence avec douze talents issus de différents secteurs de la Culture (littérature, danse, cinéma, théâtre...), dont Eric ToledanoOlivier Nakache et Sandrine Kiberlain, le président a esquissé les très grandes lignes d'un plan de sauvetage pour le secteur. A charge pour son ministre de détailler ultérieurement les différents dispositifs adoptés.

    Si Emmanuel Macron s'est refusé à employer l'expression "d'année blanche" pour le secteur, il n'en a pas moins adopté le principe. Des propos qui trouvent en tout cas un écho particulier, alors que dans une tribune relayée par Le Monde il y a six jours, des artistes de renom reprochaient notamment au ministère de la Culture l'absence de précision des mesures mises en place pour aider un secteur qui "fait vivre 1,3 million de personnes" et réclamaient une prolongation des droits des intermittents au-delà de cet été.

    La prolongation des droits des intermittents du spectacle a ainsi été décidée, jusqu’en août 2021. "Beaucoup ne pourront pas faire leurs heures. Je veux que l’on s’engage à ce que les artistes et techniciens intermittents soient prolongés d’une année, au-delà des six mois où leur activité aura été impossible ou très dégradée, c’est-à-dire jusqu’à fin août 2021”, a déclaré Emmanuel Macron.

    Fond d'indemnisation pour les tournages

    Alors que les librairies doivent rouvrir lundi, mais pas les cinémas ou les salles de spectacle, Emmanuel Macron s'est dit favorable à un fonds d'indemnisation pour les tournages annulés et dans l'incapacité de reprendre, le secteur n'étant pas assuré contre les pandémies. "On va mettre [les assureurs, les banques] devant leurs responsabilités", a déclaré le chef de l'Etat, visant une reprise des tournages "au cas par cas" après fin mai. C'est à cette période qu'il pourrait décider de la réouverture de nouveaux lieux culturels. Le CNC et Bercy planchent activement sur la mise sur pied de ce fond, qui sera abondé par l'Etat, mais aussi donc par les assureurs, les banques et les régions. Là encore, les détails seront donnés ultérieurement par Franck Riester.

    Le chef de l'état a réaffirmé la nécessité à ce que "les plateformes soient assujetties aux obligations de financement œuvres françaises et européennes dès le 1er janvier 2021"; un dispositif prévu dans le projet de loi sur l'Audiovisuel. Pour tendre vers cet objectif, une "task force de négociation pour agir très rapidement aller très vite et très fort là-dessus" sera mise en place. Pour rappel, l'examen du projet de loi sur l'audiovisuel devait avoir lieu fin mars. L'actualité en a décidé autrement; l'examen étant repoussé "à une date ultérieure" sans autre précision.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Projet de loi sur l'audiovisuel : coup d'envoi des débats sur une réforme qui pourrait tout changer
    Commentaires
    • ScaarAlexanderTrox
      Je sens qu'avec son été apprenant, la culture va aller très loin.
    • EauQuiChante
      C'est vrai, mais je ne suis pas sûr qu'il y ait besoin de changer le monde pour avoir plus de justice dans ce pays (et pas que dans notre pays, il y a pas mal d'autres pays où c'est pareil), il faudrait surtout d'autres pratiques politiques (une assemblée nationale avec plus de pouvoirs? arrêter la législation forcenée actuelle, où on décrète une loi pour tout et n'importe quoi? une responsabilisation des politiques? mettre fin au népotisme?). Je dis ça parce que le terme changer le monde fait un peu peur, surtout quand on voit la multiplication de tribunes appelant y compris par exemple dans le journal Le Monde à diminuer les libertés, à accepter un appauvrissement généralisé, à mettre au pas les opinions discordantes (par exemple sur le réchauffement climatique, que je ne conteste pas mais qui risque d'affecter énormément les pays en voie de développement si on les empêche de se développer, c'est une vraie question). Le fascisme vert est à mon avis un grand péril, à éviter...Moi je préfèrerais plutôt qu'on adapte les pratiques, et qu'on se mette enfin à respecter la constitution, à la fois à la lettre mais aussi dans l'esprit...Enfin bon là on est de plus en plus hors sujet mais c'est intéressant comme discussion^^...
    • Jocelyn R.
      bonjour,j'ai vu que vous avez vu le film de spielberg la chose,comment avez vous fait ? ca serai posssible d'avoir le lien svp !g
    • Seb
      Ah mais non on est d'accords , il suffit de Google pour ne pas avoir à remonter très loin et trouver rapidement des liens entre les entreprises privatisés ces dernières années , les entreprises bénéficiant d'aides ces dernières semaines , et les généreux donateurs ayant participé à la campagne présidentielle de l'occupant actuel de l'Elysée ^^'C'est pour ça que prétendues discussions sur le monde d'après n'iront pas bien loin si ce sont les mêmes à discuter que pour le monde d'avant :)
    • Madrox2000
      En même temps, on est sur un site qui parle de cinéma. Donc le statut de l'emploi en France...
    • EauQuiChante
      Je suis totalement d'accord...Cette ère des Happiness Manager de la Start Up Nation, c'est en raison de l'argent magique créé de toute pièce par la BCE, ou aussi à cause des niches fiscales auxquelles ont droit les start-up (et bien sur pas les indépendants, pas les artisans, pas les entreprises déjà existantes...trop vieux-jeu sans doute), d'où des gros gaspillages de capital (voir par exemple la faillite retentissante de Theranos, ou encore Uber quui brûle 3 milliard de dollars par trimestre). Quand on voit Lemaire dire que l'argent de la privatisation de la FDJ va aller à un fond chargé de distribuer l'argent aux start-up deeptech 'j'ai pas trop compris ce que ça voulait dire^^), il y a de quoi s'énerver...En fait le truc sur lequel j'ai l'impression que je ne suis pas d'accord avec toi, c'est que l'Etat est bien complice de tout ça, on n'est pas dans un vrai système libéral (qui au contraire ne veut pas de l'intervention de l'Etat dans ses affaires) mais dans un bon vieux système de capitalisme de connivence. Et on n'y mettra pas fin en augmentant les impôts, au contraire (ceux qui se débrouilleront pour ne pas payer les impôts sont ceux qui ont leurs entrées dans le monde politique, et les autres paieront double)...
    • Seb
      C'est le même problème que partout : trop de cadres , trop de strates inutiles etc... et ce sont eux qui coûtent le plus cher ... j'ai personnellement connu dans le milieu de l'informatique des gens inutiles payés plus de 7000 brut , des chef de service de .. ou directeurs de surveillance de .. , en clair des planqués souvent court-circuitables qui vont t'expliquer pourquoi le projet n'a pas les moyen de t'augmenter de 2% ^^ Cette crise aura montré que beaucoup de gens sont tout aussi productifs et utiles lorsqu'ils sont au chômage partiel . Mais à l'ère des Happiness Manager de la startup nation on n'a pas fini ^^
    • EauQuiChante
      Je veux dire, nous à notre échelle dans le département, on s'est surtout réunis entre médecins pour s'organiser, et on n'a rien attendu des pouvoirs publics (qui de toute façon ne donnaient pas de signes de vie)...
    • EauQuiChante
      Justement, les hôpitaux publics ne fonctionnent pas correctement car gérés sur fonds publics...L'Etat est un très mauvais planificateur. Seuls la moitié des personnels hospitaliers sont réellement au contact des patients (c'est à dire IDE, aide-soignants, médecins, auxiliaires de vie)...Le reste est toute une bureaucratie qui mériterait d’être limitée: par exemple, à quoi sert réellement un gestionnaire de lits, un référentiel en antibiothérapie. Sans compter toutes les normes et tracasseries administratives dont sont victimes les chefs de service...Et puis il faudrait parler aussi des indicateurs de performance, de l'absence de lien avec la médecine de ville (qui pourtant est beaucoup moins chère que l’hôpital), de l'absence d'utilité réelle des ARS...Mais bon c'est un sujet extrêmement long à aborder...D'ailleurs à mon avis, la crise du coronavirus montre plutôt un trop d'Etat qu'un pas assez...
    • Seb
      C'est vrai que l'utilisation de l'argent public est un autre problème ... mais dans le cas où les caisses étaient plus remplies ça gênerait moins de voir des Alad'2 financés si derrière les hôpitaux arrivent à fonctionner correctement ^^
    • EauQuiChante
      Supprimer l'ISF a permis de limiter le phénomène de fuite fiscale des plus riches (et donc de conserver des contribuables)...Mais pas de faire revenir ceux qui étaient déja partis, et finalement c'est logique car cela prend du temps et surtout ils ont sans doute la crainte que la fiscalité, volatile en France, ne leur réserve quelques suprises à leur retour: par exemple retour de l'ISF dans quelques années. A noter que l'ISF n'a été supprimé que pour les actions, pas pour le domicile, ce que je trouve d'ailleurs aberrhant: il aurait fallu complètement le supprimer...Après, je ne vois pas en quoi augmenter les impôts, même si ça ne touche que les plus riches, améliorera le quotidien des plus pauvres: en effet l’Impôt ira dans les poches de l'Etat, et passera en frais de fonctionnement, en corruption, e népotisme généralisé...Pour revenir au sujet, d'ailleurs, ces aides de l'Etat qui sont prévues pour des tournages de film, qui dit qu'elles ne vont pas aller à des films style Alad'2? Ou encore à un film tourné par un ami de Frank Riester? Cela montre le caractère injuste des aides d'Etat, et même de toutes les aides d'Etat y compris niches fiscales et RSA....
    • Rastan
      C'est ça que je n'arrive pas a comprendre.Tout le monde réclame de l'argent comme si c'était due.Et au delà de ça,personne ne s'inquiète du fossé abyssal que l'on est en train de creuser.Ce n'est pas mon genre de pleurer la dessus habituellement.Loin de là.Mais pour le coup.Les grosse société qui s'engraissent a longueur de temps ne devrait elles pas être instamment priée de mettre la main a la poche ?Ne serait ce pas un cas de figure Mondiale si exceptionnel que des mesures a la hauteur de la crise devraient être prise ?Parce que dans le cas présent,on ne sauve rien du tout.On ménage notre confort a prix fort.On comble ,non pas un déficit,mais un manque a gagner.C'est différent.On satisfait une Bourse qui nous a déjà mis dedans impunément il y a quelques années.A force de distribuer de l'oseille a tord et a travers.Ca va très mal se finir.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Je suis tout à fait d'accord avec ta vision de Twitter pour le coup. Et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai invité l'expéditeur à y aller, son message était une simple insulte sans nuance et n'avait rien à faire sur ce site qui pour la dernière fois est un site d'actualité sur le cinéma. Les débats sur les hôpitaux c'est un peu hors sujet pour le coup :)Pour les décisions politiques, la pluralité d'opinions c'est une chose à préserver. Mais je suis certain que n'importe quel politique de tous bords ne prend pas que des mauvaises décisions. Et c'est ce que certains Gilets Jaunes affirment assez souvent sur Twitter.
    • Helretik
      un peu... je suis gilet jaune. Donc évite de m'associer (et bien d'autres) à des trucs que tu vois sur Twitter. Twitter est un média qui fait ressortir le pire des gens et où tout le monde se prétend militant. Sauf que Twitter, c'est le repère des militants qui ne font rien, qui parlent, qui s'offusquent, qui hurlent mais qui ne pensent. C'est pourquoi 140 caractères leurs suffisent. Que tu sois féministe, nationaliste, libéral, zététitien, gilet jaune, écolo etc... on y trouve le pire dans chacune de ces idéologies sur twitter... Quant aux décisions politiques qui sont prises, il y a des raisons pour lesquelles elles suscitent autant de haine. Ce ne sont pas juste les gens qui sont étroits d'esprits et en besoin de hurler.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Tu te sens visé ? Parce que j'émets aucun jugement de valeur mais c'est objectivement eux qui bombardent Twitter de haine dès qu'une décision politique quelle qu'elle soit est prise c'est un fait.On est sur Allociné entre cinéphiles, c'est important de garder une ambiance agréable et de laisser les considérations politiques de ce genre de côté. Merci bien ;)
    • Seb
      Cet argument ne marche plus , le fait de supprimer l'ISF n'a pas attiré davantage de millionnaires et l'argent n'a pas ruisselé en dessous , ça a juste entraîné moins de dons pour les associations (qui aidaient à réduire les impôts auparavant) . Mais c'est tout le système qui est à revoir , ça ne devrait pas être possible de posséder des millions en fonds propres c'est indécent . On nous entraîne à montrer du doigts et à traiter de fainéants les gens au RSA mais à côté il y a toujours des générations successives de rentiers auxquels ils doivent payer des loyers et des actionnaires qui se gavent de plus en plus chaque années , mais ça impossible d'en parler à l'Assemblée ou au Sénat ^^'
    • EauQuiChante
      L'inflation fait partie du package de la relance keynésienne (relance kéynésienne qui est totalement aberrante mais bon ça c'est une autre histoire). Bon après tu vas me dire augmenter les impôts pour réduire l'inflation ne se justifierait alors pas mais bon Keynes n'en est pas à une contradiction près^^. Pour résumer, Keynes c'est endettement-inflation-impôts-planification étatique...J'oubliais: tout ça entraîne la formation de bulles spéculatives qui finissent par exploser (car l'endettement facile entraîne de gros gaspillages de capital, et ça ne date pas du coronavirus, voir par exemple le cas Uber qui perd 3 milliard par trimestre).La relance keynésienne, c'est triste mais c'est ce qu'on fait depuis 90 ans...
    • EauQuiChante
      Je suis d'accord avec la première partie de ce que tu as dit...Par contre, pour la monnaie mondiale ce n'est pas près de voir le jour (elle ne verra même sans doute jamais le jour...)...Rien que les Etats-Unis n'en voudront jamais, avec leur dollar qui leur permet de s'endetter autant qu'ils veulent (car tout le monde veut du dollar du fait de l'hégémonie des Etats-Unis à tous les niveaux, ce qui signifie qu'il y aura toujours des gens pour faire confiance à cette monnaie, qui ne sera jamais une monnaie de singe). Et puis quand on voit par exemple que l'euro ne s'est jamais imposé à toute l'UE...Enfin, il faut dire que cette inflation serait peut être voulue par les Etats (comme tu le dis c'est un impôt déguisé)...
    • Melnibonéen
      C'est vrai que ces 3 propositions se rejoignent. Surtout si on considère, quand on y réfléchit, que l'inflation est en réalité un impôt qui ne dit pas son nom pour payer une dette publique et qui est payé directement et sans aucun intermédiaire par l'épargne des gens et la trésorerie des entreprises.De plus, mais je m'éloigne du sujet, une inflation incontrôlée serait un prétexte idéal pour créer une monnaie mondiale qui apparaitrait comme une solution miracle pour enrayer cette inflation.
    • Helretik
      Evite de mêler les gilets jaunes à tes petits disputes sur Allociné
    Voir les commentaires
    Back to Top