Notez des films
Mon AlloCiné
    Mort de Jean-Loup Dabadie, fidèle scénariste d'Yves Robert et de Claude Sautet
    Par Julia Fernandez — 24 mai 2020 à 16:55
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Auteur, académicien, journaliste mais aussi parolier de chanteurs populaires, Jean-Loup Dabadie, homme de lettres aux mille vies, est décédé ce dimanche 24 mai à l'âge de 81 ans.

    DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

    Salué par son agent Bertand de Labbey comme "un artiste complet" qui "avait réussi dans tous les arts", Jean-Loup Dabadie est mort ce 24 mai à l'âge de 81 ans, a-t-il annoncé à l'AFP.

    Après avoir publié son premier roman à 19 ans (Les Yeux secs en 1957) et commencé une carrière de journaliste d'art et d'auteur de sketches pour l'humoriste Guy Bedos, Jean-Loup Dabadie amorce en 1962 une carrière dans le cinéma en écrivant le sketch Ella, réalisé par Jacques Poitrenaud pour le film Les Parisiennes.

    Sa carrière cinématographique de dialoguiste/scénariste commence à partir de 1970 et de sa rencontre avec Claude Sautet, pour le film Les Choses de la vie qui remporte le prix Louis-Delluc de cette même année. C'est le début d'une longue amitié qui conduira les deux hommes à collaborer assidument ensemble : Max et les Ferrailleurs (1971), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul et les autres (1974), Une histoire simple (1978) et Garçon ! (1983).

    Jean-Loup Dabadie entretient par ailleurs d'autres amitiés avec de grands réalisateurs français de cette époque, avec lesquels il travaille régulièrement :  Yves Robert (Un éléphant, ça trompe énormément - 1976,  Nous irons tous au paradis - 1977), Philippe de Broca (Chère Louise - 1972) ou  Claude Pinoteau (Le Silencieux - 1973) avec qui il remporte le prix Louis-Delluc pour le film La Gifle en 1974, ou encore François Truffaut avec Une Belle fille comme moi en 1972.

    En parallèle de ses activités cinématographiques, Jean-Loup Dabadie signe plusieurs pièces de théâtre (La Famille écarlate en 1967, Le Vision voyageur en 1969, Madame Marguerite en 1974) et écrit de nombreux textes pour la chanson et collabore avec les plus grands noms de la scène française : Serge Reggiani,  Michel Polnareff,  Claude FrancoisBarbara,  Jacques Dutronc...

    Elu à l'Académie française en 2018, Jean-Loup Dabadie permet à l'institution de renouer avec le cinéma, qui n'était plus représenté depuis l'élection de René Clair en 1960 et sa disparition en 1981. Parmi ses derniers projets, Jean-Loup Dabadie achevait l'adaptation d'un roman de Georges Simenon pour le cinéma, Les Volets Verts, dans lequel Gérard Depardieu devait tenir le rôle principal. 

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • shimizu
      Dabadie était un grand scénariste et un bon parolier. Mais l'Académie française n'est plus vraiment une référence aujourd'hui pour un homme de lettres. On y croise un peu tout et n'importe quoi, de bons écrivains et d'autres dont on se demande ce qu'ils font, quelques inconnus. Les plus grands écrivains français n'en font plus partie. Quant à l'âge moyen de leur élection, c'est 66 ans, c'est quasiment l'âge de la retraite en France. C'est vieux.
    • AquaDog
      Je parlais de l'âge moyen de leurs élections en fait et la surprise que Dabadie l'ait été si tardivement alors que le siège qui lui convenait était vacant depuis plus de 10 ans. Que l'âge moyen de celles et ceux en place soit élevé est un fait connu mais la plupart sont élus dans leurs soixantaines ce qui est pas un âge canonique non plus. Je reviens à ma question de départ en détaillant un peu plus: Dabadie avait-il décliné l'offre auparavant avant d'accepter ou lui avait-on réellement proposé le siège tardivement et si oui pourquoi ? Il avait vraiment le profil requis et on le savait depuis longtemps, il a pas été reconnu homme de lettre que depuis sa disparition.
    • shimizu
      Enfin la moyenne d'âge des académiciens c'est pas loin de 80 ans quand même. Ils sont âgés, faut pas se mentir. Le plus jeune a 63 ans. Il y en a 6 ou 7 qui ont dans les 60 ans, les autres sont plus vieux. 5 ou 6 ont plus de 90 ans, un a plus de 100 ans (René de Obaldia)!
    • AquaDog
      Vision biaisée en fait. Ils y meurt vieux et on entend parler d'eux qu'à ce moment là le plus souvent. Quelques uns sont effectivement élus déjà vieux, à plus de 72/75 ans disons mais c'est globalement rare. Peu importe en fait. Le fond de ma pensée était que Dabadie avait pris la place à l'Académie Française d'une personne morte 11 ans auparavant (Moinot) alors qu'on lui reconnaissait déjà ses qualités et qu'il avait plus beaucoup d’activités, qu'il avait donc le profil parfait pour le dire simplement.
    • DirtyHarry80
      Y a rarement des jeunes à l'académie. Dommage
    • AquaDog
      Elu à l'Académie française en 2018 pourquoi si tardivement ?
    • ouadou
      un immense auteur. Un des plus grands scénaristes, un parolier génial
    • Might Guy
      RIP. Je savais pour un éléphant et tous au paradis, les sketchs de bedos, les paroles de chansons. Mais pas les oeuvres plus dramatiques. Le cinéma français lui doit énormément, en somme.Les américains trouvaient son nom très drôle (Jean-Loup Da Baddy).
    • clement B.
      L'élégance même encore un Grand qui s'en va.Donc La diffusion ce soir sur Arte des Choses de la vie en hommage à Michel Piccoli devient ainsi un double hommage puisque Dabadie en a écrit le scénario et les dialogues.
    Voir les commentaires
    Back to Top