Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Bronzés font du ski sur TF1 : pourquoi la troupe du Splendid ne voulait-elle pas faire ce film ?
    Par Vincent Formica — 4 juin 2020 à 19:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Malgré le succès du premier opus, la bande du Splendid a été réticente à rempiler pour cette suite devenue culte. Explications.

    Les Bronzés font du ski Bande-annonce VF
    Après le succès des Bronzés en 1978 avec 2,3 millions d'entrées en salles, la troupe du Splendid voit sa popularité grimper en flèche. Thierry Lhermitte, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Marie-Anne Chazel, Josiane Balasko et Michel Blanc deviennent les nouveaux visages de la scène comique française. Avec leur humour décalé et absurde, ils ont su séduire le public français, ce qui n'était pas chose aisée à une époque dominée par Louis de Funès et Gérard Oury.
    LE SPLENDID RÉTICENT
    Le succès de la petite bande au cinéma donne des idées au producteur Yves Rousset-Rouard, qui va tout faire pour lancer une suite dans la foulée du premier volet : Les Bronzés font du ski. Rousset-Rouard, oncle maternel de Christian Clavier, a notamment lancé la troupe dans le grand bain sur grand écran en achetant l'idée du film C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule à Jugnot, Clavier et Lhermitte.
    Le producteur ne souhaite pas perdre de temps et parier sur la grandissante notoriété de la bande du Splendid. Cependant, les membres de la troupe ne sont pas vraiment en joie à l'idée de rempiler. Ils se montrent réticents. Michel Blanc en particulier ne veut absolument pas remettre le couvert. Pour l'acteur, faire une suite des Bronzés serait "vulgaire". Finalement, devant l'enthousiasme et l'insistance d'Yves Rousset-Rouard, le Splendid finit par céder. Ils acceptent de tourner Les Bronzés font du ski.
    Les Bronzés font du ski
    Les Bronzés font du ski
    1h 30min
    De Patrice Leconte
    Avec Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Dominique Lavanant
    Spectateurs
    4,0
    Noter ce film
    MICHEL BLANC SE DÉSOLIDARISE
    Toutefois, Michel Blanc n'en démord pas, l'idée ne lui plaît pas. Pour ne pas briser la cohésion de la troupe, il accepte malgré tout de signer pour reprendre son rôle de Jean-Claude Dusse. Il y pose une condition : ne pas participer à l'écriture du scénario, préférant laisser ce travail à ses camarades et se concentrer sur son jeu d'acteur, épaulé par le réalisateur Patrice Leconte.
    "À partir du moment où je n'étais pas co-auteur, j'ai estimé que je n'avais pas à discuter avec mes camarades de la manière de jouer mon texte, mais avec le metteur en scène puisque je ne devenais qu'un simple exécutant. Et les autres l'ont pris comme si je la jouais perso. Ils se demandaient si je n'essayais pas de tirer la couverture à moi, alors que j'allais voir directement Patrice Leconte pour avoir son avis. Il y a eu une ambiance relativement de chiottes entre nous. On s'est même engueulés une fois Thierry Lhermitte et moi. Il a été très froid, mais il n'y a pas eu de fâcherie. On a malgré tout fait le film jusqu'au bout", confie Michel Blanc.
    Pour le reste de l'équipe, l'écriture des Bronzés font du ski se fait sans grand enthousiasme. Ils ne mettent un grand coeur à l'ouvrage, allant même jusqu'à recycler un gag de leur pièce Le Père Noël est une ordure, celui de la dégustation d'une liqueur imbuvable (malgré tout devenu culte). "L'idée d'une suite nous emballait moyen", révèle Gérard Jugnot. "On a peut-être légèrement pris nos personnages en grippe, on y a mis moins de tendresse, comme si on voulait s'en débarrasser. De fait, le film est plus cruel. Cela dit, avec le recul, c'est aussi sa force comique", ajoute le comédien.
    Finalement, Les Bronzés font du ski fonctionnera moins bien que le premier opus, attirant 1,5 million de spectateurs en salles. Il faudra attendre plus de 25 ans avant que la troupe du Splendid se réunisse à nouveau au grand complet dans Les Bronzés 3 : Amis pour la vie. Un retour gagnant qui explosera le box-office avec 10,3 millions d'entrées.
    Sources : Michel Blanc sur un malentendu d'Alexandre Raveleau, Hors Collection.
    Le Père Noël est une ordure Splendid de Christophe Narbonne et Sophie Benamon, Première Classics n10, janvier - mars 2020.
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Les Bronzés : les erreurs et faux raccords de la trilogie
    • Ibiza, Les Bronzés, L'Effrontée... 10 films français qui vous emmènent en vacances
    • Les Bronzés : 40 ans après, le village vacances du film situé en Côte d'Ivoire est à l'abandon
    Commentaires
    • DirtyHarry80
      Comment sans enthousiasme réussir à faire une suite plus réussie que l original
    • Might Guy
      Meilleure que la suivante également.
    • Mathan-Ancalimon
      Cette suite a eu moins de succès que le premier mais est largement meilleure.
    • mollet83
      Alors on a décidé de faire une suite...
    Voir les commentaires
    Back to Top