Notez des films
Mon AlloCiné
    Scarface avec Al Pacino (Netflix) : la genèse d'un remake plus culte que l'original
    Par Léa Bodin — 30 juin 2020 à 09:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Scarface", film de gangster de Brian De Palma avec Al Pacino, débarque aujourd'hui sur Netflix. L'occasion de revenir sur la genèse de ce remake du chef-d'oeuvre de Howard Hawks, devenu plus culte encore que l'original.

    Universal Pictures

    En décembre 1983, les spectateurs américains découvrent Scarface, de Brian De Palma. Le film raconte l'ascension et la chute de Tony Montana, un petit malfrat cubain de Floride devenu baron de la drogue magistralement interprété par Al PacinoEcrit par Oliver Stone, Scarface est le remake du film du même nom réalisé en 1932 par Howard Hawks, inspiré de la vie d'Al Capone. Son arrivée, aujourd'hui, sur Netflix, est l'occasion de revenir sur l'histoire de ce remake considéré à présent comme un chef-d'oeuvre, au même titre que son modèle. 

    Tout commence avec Al Pacino. Au début des années 1980, après avoir été stupéfait par le Scarface de Howard Hawks, qu'il voit sur le tard, le comédien contacte son ami le producteur Martin Bregman. Ils commencent, avec Sidney Lumet, qui a dirigé Pacino dans Serpico et Un après-midi de chien, à développer le projet. 

    C'est Lumet qui, le premier, suggère de transposer l'histoire du Chicago des années 1920 au Miami des années 1980 avec des personnages cubains. Toutefois, le réalisateur ne s'entend pas avec Martin Bregman et les deux hommes n'ont pas la même vision du films, qu'ils ne veulent pas amener dans la même direction. Il est donc écarté du projet : Oliver Stone est recruté pour écrire le scénario et Brian De Palma, conquis par le pitch, choisit d'abandonner la réalisation de Flashdance pour rejoindre l'aventure.

    Scarface
    Scarface
    2h 45min
    De Brian De Palma
    Avec Al Pacino, Michelle Pfeiffer, Steven Bauer, Robert Loggia, Mary Elizabeth Mastrantonio
    Presse
    3,9
    Spectateurs
    4,3
    Noter ce film

    Stone trouve l'idée de Lumet de moderniser Scarface en plaçant l'intrigue à Miami brillante : Tony Camonte devient donc Tony Montana et il troque le trafic d'alcool pendant la Prohibition pour le trafic de drogue au début des 80s. A cette époque, le futur réalisateur de Platoon lutte lui-même contre une forte dépendance à la cocaïne. Après avoir passé beaucoup de temps en Floride afin de s'imprégner de l'atmosphère des lieux et de rencontrer flics et voyoux pour nourrir son scénario, il a décidé de s'exiler en Europe pour se sevrer et finir d'écrire en étant sobre. 

    Le tournage démarre en novembre 1982 et se passe en grande partie à Los Angeles. Des rues entières et des bâtiments de la ville sont réaménagés pour donner l'illusion de la Floride. Quelques scènes ont tout de même été filmées à Miami, notamment au 728, Ocean Drive pour la scène de la tronçonneuse. La séquence finale de la fusillade, quant à elle, a été tournée en studio. Steven Spielberg, en visite sur le plateau, a d'ailleurs participé à sa réalisation.

    Malgré quelques démêlées avec la commission de classification, le film, mis en musique par Giorgio Moroder, est finalement classé R et sort en salle un peu avant Noël 1983. S'il est décrié par la critique, qui trouve sa violence gratuite, il recontre un joli succès en salle. Aujourd'hui, le Scarface de De Palma est devenu encore plus culte que l'original et appartient pleinement à la pop culture et Tony Montana est désormais un gangster emblématique de l'histoire du cinéma. 

    La bande-annonce de Scarface :

    Scarface Bande-annonce (2) VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Al Pacino a 80 ans : 5 choses à savoir sur la star du Parrain et de Scarface
    • Scarface sur Paris Première : le bras de fer de Brian De Palma avec la censure
    Commentaires
    • ServalReturns
      Tout à fait !
    • spielbergismygod
      J'ai aussi tendance à faire la promotion de l'Impasse, et à le préférer, mais finalement, les deux se soutiennent l'un l'autre je trouve. Indépendamment, deux chefs d’œuvres. Ensemble, ils forment un diptyque fascinant.
    • palatine chénat
      je préfère carlitos way
    • Plaza13
      rien de surprenant en fait : c'est l'histoire d'un étranger qui prend son pays d’accueil pour un terrain de jeu.Un caïd en devenir qui se sert du système, des autorités corrompues pour arriver a ses fins.Rien que la scène de la douane est un modèle du genre sur c'est quoi le laxisme et comment en profiter.ce film est prophétique sur beaucoup de plan...en tout cas il m'a fait cet effet à l'époque.
    • Plaza13
      film visionnaire vu 4 fois en salle à son époque.
    • mollet83
      J’ai toujours était ébahi (au delà du film en lui même que j’aime plutôt bien) de l’adoration par les rats de trottoirs de ce personnage.
    • ServalReturns
      Carlito's Way est encore meilleur à vrai dire, mais oui, Scarface est top.
    • Cinédreamer69
      c'est prévu
    • palatine chénat
      oups, je pensais qu'ils allaient remaker le remake.
    • spielbergismygod
      Film qui transpire le cinéma par tous les pores... Une merveille, violente, punk, outrancière, un film pantagruélique, à l'image de l'interprétation inclassable d'Al Pacino.
    • H. Stamper
      Chef d'oeuvre
    Voir les commentaires
    Back to Top