Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Professionnel sur France 3 : pourquoi une autre fin avec Belmondo a-t-elle été tournée ?
    Par Caroline Langlois — 13 juil. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A l'occasion de la diffusion du Professionnel sur France 3, retour sur les coulisses du tournage du polar avec Jean-Paul Belmondo. Et en particulier de sa fin, dont l'issue n'était pas au goût du producteur.

    Capture d'écran

    Dans Le professionnelJean-Paul Belmondo incarne un agent des services secrets chargé d'exécuter le président de la Malagawi. Un contre-ordre tombe, la cible est devenue un ami de l'Etat. Pour l'empêcher de nuire, Beaumont est incarcéré, mais ne tarde pas à s'évader, décidé à mener à bien l'opération malgré l'opposition de sa hiérarchie. S'ensuit une poursuite haletante qui prend aux tripes pendant 1h45, jusqu'à un final en apothéose qui voit le héros... mourir. Un choix anodin aujourd'hui, mais audacieux à l'époque.

    Le professionnel Bande-annonce VF

    En effet, le film de Georges Lautner est l'un des rares, avec Borsalino et L'Héritier, dans lequel un personnage interprété par Belmondo meurt. Et pour cause, le metteur en scène a dû faire face à l'hostilité du producteur de Gaumont Alain Poiré et de Gérard Lebovici, directeur de l'agence artistique Artmédia, pour imposer cette fin, inédite dans la carrière de Bébel. "Si Belmondo meurt à la fin, vous perdez 250 000 entrées sur Paris" aurait menacé Alain Poiré au sortir d'une projection privée. Face à ces réticences, un autre dénouement plus heureux a été tourné en réserve.

    Dans le livre Ça tourne mal !, le journaliste Philippe Lombard revient sur les coulisses de cette histoire : "Le scénario prévoyait qu'il s'en sorte. Sourire aux lèvres, démarche décontractée, l'agent secret Joss Beaumont saluait tout le monde et s'envolait dans les airs." Une scène qui n'était pas du goût du principal intéressé : "Nous avons pensé que si nous le laissions partir en hélicoptère, après tout ce suspense, nous tombions un peu dans la convention" explique Jean-Paul Belmondo.

    Résultat : une fin renversante, sublimée par le Chi Mai d'Ennio Morricone. "Sur la séquence de fin, je suis resté sans voix devant l'impact de Chi Mai. [...] La mélodie amplifiait un climat déchirant. L'importance de la musique sur cette séquence est considérable." raconte Lautner dans Le Professionnel, la mort dans la peau de Philippe Lombard. En bout de course, le film a engrangé 5 millions d'entrées en France et deux millions de disques vendus pour la bande originale.

    Le professionnel
    Le professionnel
    Sortie le 21 octobre 1981 | 1h 45min
    De Georges Lautner
    Avec Jean-Paul Belmondo, Jean Desailly, Robert Hossein, Cyrielle Clair, Marie-Christine Descouard
    Spectateurs
    3,7
    Noter ce film

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • hocinebouharoun
      Dans le milieu du cinéma, les décisions prises sur la manière de conclure un film montrent bien les influences du business sur l’art et le fragile équilibre entre ces deux aspects.Dans le cas du Professionnel, la fin retenue rend le film plus mémorable, plus émouvant.La musique d’Ennio Morricone sert très bien le film et sa fin en particulier.Si la fin alternative avait été retenue, Le Professionnel aurait été un énième film d’action à la Bébel.Les fins heureuses sont plus faciles à faire et généralement plus commerciales.Nous avons besoin de fins heureuses, même si elles ne sont pas toujours logiques par rapport à ce qui a précédé. Ça fait partie de la magie du cinéma.Cela dit, les fins tristes sont souvent plus audacieuses et plus mémorables.Quant aux acteurs ayant une image héroïque, les faire mourir à l’écran est toujours délicat, même aujourd’hui.À Hollywood, tuer le héros principal signifie pas de suites possibles.On est assez habitué de voir mourir Alain Delon, DiCaprio ou Al Pacino mais combien de fois a-t-on vu Harrison Ford, Sylvester Stallone ou Clint Eastwood mourir à l’écran ?Le fait de jouer des rôles inhabituels ou à contre-emploi permet à ces acteurs de se montrer sous un autre jour et de réaliser de belles performances d’acteur. Ils prouvent aussi qu’ils savent ne pas se prendre au sérieux. Jean-Paul Belmondo a fait le bon choix pour la fin du Professionnel.
    • Arnooz
      A la fin du film, j'aime bien le tir en rafales à 100 mètres, groupés dans le cuir à Bébel lol avec le pilote d'hélicoptère juste derrière !
    Voir les commentaires
    Back to Top