Notez des films
Mon AlloCiné
    Disney, l'histoire du studio culte : la création chaotique du parc [EPISODE 3]
    Par Corentin Palanchini — 4 août 2020 à 18:36
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Découvrez notre saga de l'été sur l'histoire du studio Disney, de sa création à la mort de Walt Disney. Cette semaine, pour ce troisième épisode, retour sur la création du premier parc d'attractions, partie intégrante de l'empire de Mickey.

    Disney
    Les années 50 du studio Disney

    Pour comprendre le financement du parc Disney, il faut comprendre comment le studio s'est remis à flots. La semaine passée, nous avions terminé sur la sortie de Cendrillon, qui est enfin le succès d'animation que Walt* attendait, notamment grâce à la réouverture du marché européen après la Seconde Guerre mondiale. Si Alice au pays des merveilles (1951) est peut-être trop baroque pour trouver son public et que Peter Pan (1953) marche moyennement, c'est un triomphe en 1955 pour La Belle et le Clochard, digne successeur des recettes colossales de Blanche-Neige, dont nous avions déjà parlé.

    En parallèle, maintenant qu'il a un studio et qu'il est un peu plus en fonds, Walt tente de produire des longs métrages "live", sans y ajouter de scènes d'animation comme dans Mélodie du Sud ou Danny, le petit mouton noir. Le premier d'entre eux est L'Île au trésor, film de pirates adapté de Robert Louis Stevenson et sorti en 1950. Fidèle à son credo, la firme propose du divertissement familial avec un mélange d'aventures et de dépaysement, et c'est ainsi que sortent à cette période Robin des bois et ses joyeux compagnons, La Rose et l'épéeEchec au roi ou Vingt Mille Lieues sous les mers.

    Les revenus sont d'autant plus importants pour Walt et son frère Roy que leur partenariat avec la RKO tombe à l'eau. La faute à un désaccord entre Walt et Howard Hughes (PDG de la RKO) à propos de la sortie des documentaires True-Life Adventures, l'ancêtre des Disneynature. Résultat : Walt et Roy se retrouvent sans distributeur et créent Buena Vista Film Distribution, qui leur permet de sortir eux-mêmes leurs films "live" dès 1953 et leurs dessins animés à partir de 1956. L'avantage étant que désormais, les bénéfices ne rentrent plus que dans leurs poches.

    Walt Disney Pictures
    Robert Newton dans "L'Île au trésor", premier film "live" Disney (1950)
    Une idée folle

    C'est en 1952 que Walt crée une nouvelle société baptisée "WED Enterprises, Inc", destinée à concrétiser l'idée qui lui trotte dans la tête : celle d'ouvrir un parc d'attractions familial basé sur l'univers Disney. C'est au sein de cette entité que des architectes, des directeurs artistiques et des créatifs venus de son studio d'animation, développent ce projet de parc "Disneyland". L'équipe travaille pendant de nombreuses années à conceptualiser et à concrétiser les idées de Walt, qui sait ce qu'il veut.

    Le producteur choisit de situer le parc à Anaheim, un endroit difficile d'accès mais proche de Los Angeles. A l'époque, les finances du studio sont correctes sans plus et tout l'argent passe dans la préparation du parc, ce qui crée des tensions entre les deux frères Disney : Roy le comptable s'opposant à Walt le créatif. Ils doivent trouver des fonds supplémentaires et convaincre les investisseurs que le projet est réalisable si l'on y met les moyens. C'est alors qu'avec son sens inné du marketing, Walt vend à la chaîne ABC une émission intitulée Disneyland et connue en France comme Le Monde merveilleux de Disney.

    Cette dernière présente d'épisode en épisode les coulisses de l'univers Disney, de la création de Donald à celle de La Belle et le Clochard et diffuse des classiques Disney remontés pour durer un peu moins d'une heure et souvent agrémentés d'une introduction par Walt lui-même. Dans le pilote du Monde merveilleux de Disney, diffusé le 27 octobre 1954, le créateur de Mickey consacre ses 40 minutes d'antenne à décrire son projet de parc aux téléspectateurs et à en donner l'état d'avancement.

     

    Ces 40 minutes s'avèreront décisives puisque Walt y raconte déjà que le parc sera divisé en quatre parties : Fantasyland (consacrée aux personnages Disney), Aventureland, Tomorrowland (centrée sur les nouvelles technologies) et Frontierland (dédiée à l'univers des pionniers et notamment à Davy Crockett, dont le film doit sortir l'année suivante). A revoir ce pilote aujourd'hui, on comprend que Walt veut que Disneyland soit "un lieu de connaissance et de bonheur" mais que si l'entreprise marche, il pourrait devenir l'une des plus grandes fortunes du cinéma.

    Lorsqu'on rentre dans le détail du parc, on pressent que Walt n'est pas complètement sûr de lui puisque le projet initial prévoit, en plus des quatre "mondes" précités, des lieux plus classiques comme un cirque avec chapiteau et un monde miniature, preuve d'une volonté de contenter et d'attirer le plus de gens possible.

    Le rêve, puis la cruelle réalité

    Walt a imposé que le parc soit construit en une année. Les constructeurs mettent les bouchées doubles pour tenir leur délai et le béton comme le goudron sont posés au dernier moment. Walt a dépensé près de la moitié des fonds du studio dans ce projet, a emprunté de l'argent, vendu sa maison, et il est pleinement conscient du risque de tout perdre si le parc n'aboutit pas ou que le succès n'est pas au rendez-vous. Lorsque Disneyland ouvre, le budget initialement fixé à 6 millions de dollars a triplé.

    Disney / ABC
    Extrait du pilote du "Monde merveilleux de Disney"

    Le dimanche 17 juillet 1955, Disneyland ouvre ses portes à la presse. Mais la foule est deux fois supérieure aux attentes à cause de fausses invitations, et le parc se retrouve vite en surrégime. Le goudron récemment posé fond sous la chaleur et les talons des dames s'y enfoncent, en restant parfois coincés. L'attente devient insupportable, et des rapports font état d'enfants obligés d'uriner sur le parking en attendant de pouvoir entrer. Dans les trois restaurants installés, nourriture et boissons commencent à manquer.

    Concernant l'aspect technique, certaines attractions ne sont pas terminées, se cassent, et les fontaines à eau ne sont pas prêtes à être activées. Dans Fantasyland, les tasses d'Alice se fendillent et il y a des fuites de gaz. Quant au bateau à aubes Mark Twain de Frontierland, il coule sous le poids des visiteurs.

    Par ailleurs, le monde de Tomorrowland n'est pas du tout prêt et ne devait pas ouvrir en même temps que le reste du parc, mais Walt continuait à le promouvoir dans Le monde merveilleux de Disney et n'a pas pu se résoudre à le garder fermé pour l'inauguration. Les peintres ont beau lui donner des coups de pinceaux jusqu'au moment de l'ouverture des portes, le public est déçu. Et la liste des problèmes est encore longue.

    Comme si cela ne suffisait pas, l'inauguration est retransmise à travers les Etats-Unis via une émission spéciale diffusée sur ABC (qui cache tous les couacs précités) : 

     

    Après ce lancement, surnommé le "dimanche noir", le grand public peut dès le lendemain accéder à Disneyland. les réparations se font au fur et à mesure, et après deux mois seulement d'activité, le parc peut se vanter d'avoir attiré un million de visiteurs. Dix ans après, il en aura accueilli 50. Un véritable succès.

    Cependant, Variety rappelle que les conditions de travail du parc ne sont pas idéales et que les coûts sont réduits au maximum. Ainsi, à l'époque, ses 500 employés  sont multitâches (ils doivent pouvoir passer d'une attraction à l'autre selon les besoins) et beaucoup sont sous-payés. Le salaire minimum est de 75 cents de l'heure et les employés les mieux payés sont les ferreurs de chevaux, avec 2,82 dollars de l'heure. Durant la première année d'existence de Disneyland, une personne y dépense en moyenne 2,37 dollars par visite.

    Dans le prochain épisode...

    En 1960, Walt cherche à améliorer le parc et fait ajouter le Matterhorn Bobsleds et un train monorail. La croisière Jungle Cruise évolue, avec des animaux animatroniques dès 1964. Des humains animatroniques sont bientôt tentés, avec succès, de même que It's A Small World et sa chanson entêtante hommage à tous les pays... et le producteur ne s'arrête pas là ! Il a des projets toujours plus ambitieux, comme bâtir une "ville du futur" qu'il installerait en Floride, en parallèle des films live et d'animation novateurs devant assurer des recettes solides et d'un studio à faire tourner... Y parviendra-t-il ? L'empire Disney va-t-il connaître un nouveau revers ? Rendez-vous la semaine prochaine !

    Et dans les épisodes précédents :

    Complétez cet article avec 5 choses méconnues à propos de Walt Disney :

    Give Me Five - Walt Disney

     

    * pour des raisons de compréhension, il sera question de "Walt" lorsque nous parlons de la personne de Walt Disney et de "Disney" lorsqu'il s'agit de la firme dans son ensemble.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Disney, l'histoire du studio culte : le succès de Blanche-Neige et les premiers échecs [EPISODE 2]
    • Disney, l'histoire du studio culte : avant Mickey, il y avait Oswald [EPISODE 1]
    Commentaires
    • chips493
      Un court instant, j'ai cru que la photo d'article était Howard Stark dans Iron Man 2. Le fait est que sa scène était justement un gros clin d’œil à Walt Disney et sa ville du futur.
    Voir les commentaires
    Back to Top