Notez des films
Mon AlloCiné
    Indiana Jones 4 sur M6 : soucoupes volantes, fourmis atomiques... comment aurait pu s'appeler Le Royaume du Crâne de Cristal ?
    Par CL — 16 sept. 2020 à 20:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Divergences de points de vue, emplois du temps surchargés, succession de scénaristes... A l'occasion de la diffusion ce soir sur M6 de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, retour sur la genèse compliquée du 4ème volet de la saga culte.

    Nul n'ignore la réputation que se traîne Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal depuis son arrivée dans les salles en 2008. Conspué par les fans de la saga, descendu par la critique et même renié par Shia LaBeouf, ce 4ème volet sorti près de 20 ans après la trilogie d'origine a connu une triste trajectoire. Il faut dire que le projet avait plutôt mal démarré, ce qui aurait dû mettre la puce aux oreilles de George Lucas et Steven Spielberg...

    La volonté de poursuivre les aventures d'Indy après La Dernière Croisade est annoncée dès 1994, soit 5 ans seulement après la sortie du troisième chapitre. A ce moment là, Lucas et Spielberg ignorent qu'ils viennent de se lancer dans un development hell (une expression désignant les productions au développement chaotique) de 10 ans. Car emplois du temps surchargés obligent, le projet est sans cesse repoussé et les divergences de points de vue des deux cinéastes entraînent de nombreux remaniements du scénario.

    Paramount Pictures
    George Lucas et Steven Spielberg sur le tournage d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal

    Si bien que pas moins de 8 auteurs se succèdent à la réécriture du script, parmi lesquels M. Night ShyamalanFrank Darabont (Les Evadés) ou encore David Koepp (collaborateur fidèle de Spielberg depuis Jurassic Park). Un enchaînement qui explique certainement la perte progressive de l'esprit, de la continuité et de l'énergie de la trilogie originale, défauts particulièrement condamnés par le public et la presse. A moins que les extraterrestres y soient pour quelque chose ?

    Dès les prémices du projet, George Lucas donne une toute nouvelle teinte à la saga et ce malgré les réticences de Harrison Ford et Steven Spielberg : "Un jour, je suis allé voir Harrison et Steven et je leur ai annoncé que j'avais une grande idée : Indiana Jones et l'Attaque des Soucoupes Volantes. Alors que les trois premiers films avaient été réalisés dans l'esprit des serials des années 1930, j'ai expliqué que celui-ci serait dans le style des films de science-fiction de série B des années 1950" a-t-il raconté lors d'une conférence de presse.

    Les idées fusent pour inclure des éléments fantastiques dans l'histoire qui plairaient au comédien et au réalisateur et la société de production Lucasfilm, Ltd. dépose six titres éventuels, tous figurant sur le listing des titres enregistrés par la MPAA (Motion Pictures Association of America) : Indiana Jones et la Cité des Dieux, Indiana Jones et le Destructeur de MondesIndiana Jones et le Quatrième Angle de la TerreIndiana Jones et la Cité d'Or PerdueIndiana Jones et la Quête du Pacte et, bien sûr, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. Dans son ouvrage "Harrison Ford, l'acteur qui ne voulait pas être une star", Alexis Orsini évoque même un Indiana Jones et les martiens et un Indiana Jones et les fourmis atomiques...

    C'est finalement en 2006 que le papa de Star Wars valide la version définitive du scénario, qui rassemble pêle-mêle des idées de tous ces scripts. Confiant, il promet même un "film sympa", "le meilleur de la saga". La suite, on la connaît. Malgré tout, l'équipe décide de remettre le couvert après l'acquisition de Lucasfilm par Disney. Steven Spielberg et Harrison Ford signent pour un 5ème volet en octobre 2015 mais la production connaît également quelques tracas. La date de sortie est repoussée à plusieurs reprises et le réalisateur historique quitte le navire en février 2020, cédant sa place à James Mangold (Logan, Le Mans 66). Dans la foulée le tournage est impacté par la crise du Coronavirus qui a mis l'industrie du cinéma à l'arrêt pendant plusieurs mois. La malédiction se poursuivrait-elle ?

    Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
    Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
    Sortie le 21 mai 2008 | 2h 03min
    De Steven Spielberg
    Avec Harrison Ford, Cate Blanchett, Karen Allen, Shia LaBeouf, Ray Winstone
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,1
    Streaming

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Blasi B
      t'es coriace ou tu l'es pas :)
    • Blasi B
      je me souviens pas exactement de la baston contre le spetnaz, juste qu'il ce fait bouffer par les fourmis...pour le reste... question de ressentit je suppose, moi j'ai adoré, et l'image d'indy devant le champignon est gravé en moi comme une des images fortes de la saga...
    • Housecoat
      On connaît le contexte exact de cette recherche ? Car autant je peux concevoir qu'un frigo puisse résister à une explosion nucléaire, autant j'ai des doutes quant à la survie de celui qui se cache dedans quand le frigo en question subit de tels chocs à l'atterrissage.Si l'on accepte le canot mais pas le frigo c'est pour un souci de représentation.Si on accepte le canot, c'est parce que même si on se doute qu'il n'atterrit pas d'une chute de 30 000 pieds, on le voit atterrir, on ressent que le choc n'est pas énorme et on voit que le canot est bien réel. La suspension consentie d'incrédulité fonctionne.Le frigo résiste à une explosion nucléaire, il subit d'énormes chocs après être expédié à des centaines de mètres, Indy en sort aussitôt sans cut, et par-dessus le marché, le frigo est en CGI. C'est beaucoup plus difficile d'y croire en sachant que cela met en exergue quelque chose de fatal dans toute narration, mettre en évidence le fait que le héros ne peut/ne doit pas mourir sous peine de tout conclure.Par ailleurs, tout le monde se préoccupe de l'invraisemblance de la scène mais pas du fait qu'elle ne sert absolument à rien dans l'intrigue. On aurait pu immédiatement passer de la scène du réacteur à la capture d'Indy par les agents du gouvernement que l'histoire serait exactement la même.Indy battait les bruts par coup de bol. Mais le Spetsnaz, Indy l'a réellement mis K.O avant qu'il se fasse dévorer par les fourmis. Et pourtant il est censé être moins athlétique qu'auparavant.
    • Housecoat
      Un film qui soit juste un film d'aventure, ça n'existe pas. Ou alors c'est un film bien médiocre.Pour le premier je vais simplifier car la première fois que j'ai dû l'expliquer, j'ai fait un véritable pavé.Les Aventuriers de l'Arche perdu repose entièrement sur l'opposition ente Indy et Belloq (méchant sous-coté dans la filmo de Spielberg), à savoir leur deux visions de l'archéologie, l'un sur la quête de connaissance et l'autre sur la prospérité (c'est d'ailleurs la seule chose qui les différencie). A la fin du film, Belloq outrepasse son rôle d'archéologue en tentant de s'imposer dans l'Histoire en ouvrant l'Arche à travers une cérémonie consacrée, résultat, lui et nazis finissent littéralement effacés. Là où Indy a gagné suffisamment en maturité au fil de son aventure (et de sa relation avec Marion) pour rester humble et fermer les yeux, accepter de passer à travers l'Histoire (ce qui apporte une touche assez méta dans le sens où Indy n'a réellement servi à rien dans le film). Et à la fin, Indy retrouve l'ingratitude de son métier en voyant l'Arche mis au rebut (mais à la fin, il gagne ce que lui et Belloq convoitaient: Marion). Les Aventuriers de l'Arche est un objet filmique bien plus singulier qu'un simple film d'aventure quand on l'analyse de plus près, c'est entre-autre un film où tous ses éléments ont une empreinte réelle sur le déroulé des événements. C'est un film qui élève l'archéologie comme véritable vecteur d'avancée, où comment l'Histoire doit être défendue, c'est la valeur principale du personnage et c'est ce qui en a fait un des héros les plus populaires jamais présentés.Je n'ai jamais fait suffisamment attention au Temple Maudit pour y trouver une réflexion aussi riche mais on y trouve des enjeux et des caractéristiques auquel il s'y tient. La servitude, le dogme extrémiste et l'esclavagisme sont des éléments qui sont directement en conflit avec la chasse au trésor qu'Indy mène pour sauver un peuple.La Dernière Croisade passe son temps à élever la chasse au trésor des deux Jones comme la reprise d'une longue quête ancestrale pour la lumière divine. D'un château jusqu'au désert en passant par une terre païenne, c'est une course contre le mal absolu qui est menée comme une véritable croisade chevaleresque où Jones père et fils apprennent chacun à croire en quelque chose. Pour le reste, j'ai déjà développé plus bas en commentaire.Alors qu'avec le 4, je ne saurais même pas dire ce qui relie thématiquement tout ce qu'on voit. La solitude de Jones rapidement évoquée au début n'a aucun rapport avec le fait de courir après des archéologues inter-dimensionnels. Qu'est-ce que ça apporte qu'Indy se marie à la fin avec la love-interest du premier film si rien n'est exploré sur ce qu'elle a représentée à ce moment-là ?Le fait de prendre des Soviétiques comme antagonistes n'apporte rien non plus, ils n'ont aucune spécificités en tant que tel si ce n'est le fait qu'ils étaient les ennemis de l'Amérique à une époque chronologiquement compatible avec le vieillissement d'Harrison Ford (si encore il avait pris des nazis, on aurait crié à la répétition mais ça aurait fait sens puisque ce sont les ennemis du savoir que Jones a pour habitude de défendre), ni même que leur leader soit douée de sens occultes.Mettre une scène de bombe atomique n'apporte rien de plus puisque la Guerre Froide et l'arme nucléaire ne sont, de toute évidence, pas le sujet non plus (dans ce cas-là, ce qui aurait été utile serait que l'enjeu du film soit une super arme, mais à la place c'est le savoir absolu qu'ils cherchent. Quel intérêt ?).Tu vois où je veux en venir ? Il y a plusieurs idées mais aucune qui se mélange de façon homogène avec une autre pour donner une direction claire à l'ensemble. C'est le résultat d'un enfer de développement où les auteurs se sont contentés de reprendre toutes les idées évoquées par une dizaine de scénaristes avec différentes visions sans les relier les unes aux autres.
    • cyril b.
      dans ces autre films il a 30 40 ans pas plus de 60^^ rien a voire donc...
    • seiyar
      Je l'ai revu récemment et à part les 20 premières minutes c'est toujours aussi mauvais, il n 'y a aucune alchimie entre les personnages ni le souffle épique comme dans les 3 précédents films.
    • Blasi B
      par curiosité, quel est le sujet des 3 autres films? moi j'y vois des films d'aventure.... j'ai l'impression que je peux dire la même chose sur les autres films... quête de connaissance? seconde guerre mondial? situation familial d'indi? quête amoureuse? etc??
    • Blasi B
      bah écoute, il semblerais que le frigo, ce soit carrément possible en fait :) y'a des scientifique qui on réussis à prouver que ça aurait été possible (première on fait un article dessus y'a pas longtemps)et je vois franchement pas comment on peut trouver cette scène abuser, mais pas celle ou il survit a une chute d'avion en bateau gonflable :)pour le spetnaze, indy c'est toujours taper contre des énormes brut dans ses autres films, et gagnais systématiquement par un coup de bol... comme dans le 4.
    • Blasi B
      pareil, et je me bidonne toujours dans la scène des sable mouvant ou on lui balance un serpent pour l'en sortir et qu'il pousse de petit cris apeuré :) et y'a quelque moment que j'adore type la baston contre les pigmés ou il souffle dans la sarbacane du mec et la course poursuite sur la moto avec mutt, échos parfait et très drôle de sa course poursuite du 3 avec son père :)franchement j'adore ce film :) j'y ai retrouvé mon indy , en un peu plus vieux et plus ronchon, mais indy quand même
    • Blasi B
      pierre indienne qui chauffe d'un coup avec un sorcier qui enlève des cœurs à mains nu laissant sa victime vivante le temps qu'elle crame, arche d'alliance qui fait fondre les mecs qui l'ouvre, graal qui guérit toute les blessures, ok... mais extra terrestre? la c'est abusé :)
    • Blasi B
      ça dépend quel fan, moi j'adore cet opus, alors oui c'est peut être pas le meilleur, mais en même temps je l'ai pas découvert gamin, donc peut être que j'ai perdue de cette innocence nécessaire à l'appréciation total d'un film d'aventure (j'ai toujours adoré la scène du deux ou indy saute de l'avion avec demi lune et willie dans un bateau gonflable et survive :) a la chute de l'avion, d'une falaise et d'une cascade)je pense qu'il sera un jour réhabilité, et je suis persuadé que quand je montrerais les 4 d'un coup à mon gosse , il les aimeras tous sans distinction.Lucas à quand même bon dos hein, dès qu'un truc va pas c'est de sa faute, mais personnellement j'ai surtout pas aimé la réal de spielberg qui mettais de la CGI partout! sans parler de la phase complètement naze de shia qui ce transforme en tarzan le temps d'une scène (avec carrément le crie de tarzan quoi, d'un ridicule)... si c'est Lucas qui a imposé ces deux choses, alors la oui c'est de sa faute.Pour finir, un Indiana Jones sans Lucas j'étais déjà pas chaud, mais alors sans Lucas ET Spielberg, ça sent vraiment mauvais... peut être l'occasion d’arrêter... (ceci étant dit, je préfère encore un 5eme opus avec juste Ford de l'équipe original qu'un reboot, si on a vraiment pas d'autre choix que de ce manger un 5eme film)
    • solaris-33
      Je ne comprends pas ce genre de raisonnement sur ce film. Moi, au contraire j ai trouvé que les aliens s'inscrivaient justement parfaitement dans l'univers de Indiana Jones car avec l'affaire Roswell, ca colle très bien à l'époque!!
    • Fenrir .
      Désolé de te décevoir si t'es croyant, mais il n'y a AUCUNE preuve de l'existence de l'Arche et du Graal -_-En revanche, on est mathématiquement sûr et certains que les extra-terrestres existent dans l'Univers.Par conséquent, ce 4e film est, de très très loin, le plus crédible et le plus réaliste de la saga.Les Cités d'Or, les plaques de Nazca et les crânes de cristal ont toujours eu des théories extraterrestres, comme les pyramides. C'est un mythe, comme les autres.Ils ont donc toute leur place dans la saga et c'est incontestable. Ils font partis des mythes et légendes racontés dans ce genre de film.
    • Abdul Alhazred
      La religion et la science-fiction c'est un peu la même chose en soit, donc cette dernière peut très bien avoir sa place dans un Indiana Jones.L'ache et le Graal ont existé!? Partage tes sources stp...
    • Bacta142.
      Je vois ce que tu veux dire dans le côté un peu lisse et classique, notamment sur ses derniers films comme Cheval de guerre, Le Pont des espions ou Pentagon Papers. Ce n'est pas très rentre-dedans, mais je trouve justement que ses films des années 2000 étaient moins lisses et plus violents ou viscéraux. Après j'aime bien le cinéma classique à l'ancienne, c'est le seul qui en fait encore donc je ne m'en plains pas.
    • mekah
      Oui, ce ne sont pas des films tout public, du moins à la base, mais ils sont tournés de manière à être appréciés par le grand public. Après, comme je l'ai dit, c'est peut-être uniquement quelque chose de personnel. Je ne saurais même pas réellement expliciter ce qui me gène chez Spielberg mais il y a quelque chose qui fait que je n'adhère pas. C'est indéfinissable. J'aurais tendance à parler d'un certain classicisme ou d'une vision très américano-hollywoodienne mais on pourrait encore me trouver des arguments pour me donner tort. C'est ça aussi qui est magique au cinéma, c'est avant tout une question de sensibilité et de sensations.
    • Bacta142.
      Des films comme Schindler, le Soldat Ryan, Minority Report ou La Guerre des mondes n'étaient pas tout public. Je trouve qu'il est devenu plus intéressant dans les films historiques ou de SF matures depuis les années 90.
    • mekah
      C'est pas une question de maturité. Je pense que, comme beaucoup de réalisateurs, il était plus investi sur ses premiers films. Maintenant, il tourne peut-être trop vite et ne soigne pas autant son cinéma. Ou juste c'est moi qui ai pris en grippe son style et sa façon de faire. J'ai un peu le même problème avec les derniers Clint Eastwood et avec les films de Robert Zemeckis (moins avec son dernier). Une tendance à faire du tout public un peu lisse et moralisateur qui reste toujours dans les clous et qui ne correspond pas à l'expérience surprenante que j'attends du cinéma. Concernant Spielberg, je trouve que ces plus grands films sont les premiers Indy, les Dents de la mer et Rencontres du 3è type. J'aime beaucoup Duel et Sugarland express aussi.
    • Bacta142.
      C'est pourtant à partir des années 90 qu'il a commencé à faire des films plus exigeants/matures et moins légers/familiaux. Mais du coup, c'est vrai qu'il s'est peut-être moins impliqué en terme de scénar sur ses productions familiales.
    • mekah
      Oui, ça j'ai plutôt bien aimé de retrouver Marion Ravenwood, la seule Indygirl vraiment charismatique. Même si, là encore, leur relation aurait mérité d'être plus approfondie et expliquée.
    Voir les commentaires
    Back to Top