Notez des films
Mon AlloCiné
    Grand Hôtel sur TF1 : que vaut la série événement avec Carole Bouquet, Solène Hébert, et Victor Meutelet ?
    Par Jérémie Dunand (@JejeSeries) — 3 sept. 2020 à 09:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    TF1 lance ce soir "Grand Hôtel", sa saga de rentrée emmenée notamment par Carole Bouquet, Solène Hébert, Victor Meutelet, Anny Duperey, et Maxence Danet-Fauvel. Ce soap haut de gamme, adapté de la série espagnole éponyme, mérite-t-il le détour ?

    François LEFEBVRE / CAPA / TF1
    De quoi ça parle ?

    Anthony Costa, 25 ans, se fait embaucher comme serveur au Grand Hôtel, palace historique de la Côte d’Azur, pour tenter de comprendre ce qui est arrivé à sa sœur Amélie, femme de chambre ayant mystérieusement disparu il y a quelques mois. Mais il n'imaginait pas tomber amoureux de Margaux Vasseur, la fille des propriétaires de l'hôtel, sur le point de se marier avec Sam, le directeur de l’établissement. Une rencontre qui va chambouler sa vie, alors même que de nombreux secrets enfouis depuis longtemps sous tout ce luxe s'apprêtent à refaire surface...

    Tous les jeudis à 21h05 sur TF1 à partir du 3 septembre. 7 épisodes vus sur 8.

    À quoi ça ressemble ?
    Grand Hôtel (2020) - saison 1 Bande-annonce VF

     

    C'est avec qui ?

    Pour incarner Agnès Vasseur, femme de pouvoir qui règne depuis toujours sur le Grand Hôtel, TF1 a fait appel à Carole Bouquet, qui retrouve ainsi la chaîne trois ans après le succès de La Mante. Les trois enfants du clan Vasseur, Magaux, Sophie, et Xavier, sont incarnés respectivement par Solène Hébert (Demain nous appartient), Marie Kremer (Un Village français), et Alain-Fabien Delon, qui décroche son premier rôle régulier dans une série. Et Victor Meutelet, la révélation des Innocents et du Bazar de la charité, prête quant à lui lui ses traits à Anthony Costa, jeune homme en quête de vérité qui va peu à peu fouiller dans les sombres secrets de l'établissement et pourrait bien, par la même occasion, ravir le coeur de Margaux à Sam, l'actuel directeur de l'hôtel interprété par Virgile Bramly (Validé), que l'héritière des Vasseur doit épouser très prochainement.

    À leurs côtés, Bruno SoloGwendoline Hamon (Cassandre), Maxence Danet-Fauvel (Skam France), Hippolyte GirardotHéloïse Martin (Tamara), Sara Martins (Meurtres au paradis, Réunions), ou encore Anny Duperey complètent la distribution cinq étoiles de ce soap haut de gamme réalisé par Yann Samuell (Jeux d'enfants, Jamais sans toi Louna) et Jérémy Minui (Trop jeune pour moi), qui se sont partagés la réalisation des 8 épisodes de la première saison.

    François LEFEBVRE / CAPA / TF1
    Ça vaut le coup d'oeil ?

    Les grandes sagas familiales auraient-elles à nouveau le vent en poupe sur le petit écran ? Très populaires dans les années 1990 et 2000, où elles faisaient chaque été les beaux jours de TF1 et de France 2 (on se souvient tous des Coeurs brûlés, de Terre Indigo, de Dolmen, d'Un été de canicule, ou du Miroir de l'eau, pour ne citer qu'elles), elles ont peu à peu disparu des radars dès 2007, après l'échec de Mystère, descendue par la critique de l'époque. Pour finalement faire un retour surprise ces dernières années sous la forme de séries événement comme La Vengeance aux yeux clairs, Noces rouges, ou Le Temps est assassin, diffusée il y a tout juste un an sur la Une. Avec un succès certain, qui prouve que l'envie du public de renouer avec ce genre si emblématique de la télévision française était bel et bien là. Mais aussi avec un classicisme que l'on ne pouvait que déplorer, tant ces trois sagas semblaient sortir tout droit d'une époque où les séries au format 52 minutes étaient quasi inexistantes. Alors, pour lancer sa saison télévisuelle 2020-2021, TF1 a décider de miser sur Grand Hôtel. Une saga tout ce qu'il y a de plus "soapesque" qui, si elle n'évite pas toujours les clichés et reste un remake de plus, a au moins le mérite de dépoussiérer le genre avec panache.

    Habituée aux adaptations très fidèles à l'original (dans leurs saisons inaugurales tout du moins dans le cas de Sam ou des Bracelets rouges), TF1 a ici fait le choix d'un remake moderne en s'attaquant à la série espagnole Gran Hotel, sorte de Downton Abbey ibérique ayant connu trois saisons entre 2011 et 2013, et qui a été diffusée en France sur les chaînes du groupe M6. Exit donc les costumes d'époque et les rapports entre maîtres et valets de la version espagnole, inhérents à l'année 1905 durant laquelle se déroule l'intrigue de base, et place à un palace luxueux de la Côte d'Azur, de nos jours. Avec à la clé une réelle modernité dans les dialogues qui étonne presque, pas mal d'humour aussi (ce qui n'a jamais été le fort des sagas estivales françaises), une réalisation musclée, et une bande-originale entraînante et enivrante, qui va de "Creep" de Radiohead à "Human" de Rag'n'Bone Man, en passant par "Can't Hold Us" de Macklemore et Ryan Lewis. Sans oublier des rebondissements à la pelle qui, entre secrets de famille, meurtres, et manipulations, évoquent autant les sagas chères à notre coeur que les soaps américains culte d'hier et d'aujourd'hui tels que DallasDynastie (et son remake made in CW/Netflix), Melrose Place, Revenge, ou Gossip Girl. Bref, il y en a pour tous les goûts et on ne boude pas son plaisir devant cet enchaînement de twists et de révélations souvent improbables qui tiennent efficacement en haleine. Et n'est-ce pas, après tout, tout la marque d'un soap réussi ?

    François LEFEBVRE / CAPA / TF1

    Évidemment, Grand Hôtel, écrite par Aurélie Belko et Sébastien Le Délézir, n'est pas follement originale dans les axes narratifs qu'elle déploie, qui peuvent parfois sonner clichés. À l'image de ses personnages "un brin" archétypaux. Mais ce genre de soap totalement assumé et décomplexé étant si rare à la télévision française, on prend forcément un plaisir fou à se délecter des manigances d'Agnès Vasseur et de sa fille Sophie, des excès de Xavier, le fils toxico, des différents meurtres qui secouent l'hôtel, ou encore de l'histoire d'amour interdite entre Margaux et Anthony. Qui devrait réchauffer les soirées des téléspectateurs de TF1. Rien ne nous est épargné, pas même la fausse grossesse, et, comme on dit, c'est ça qu'est bon. La vraie force de la série réside d'ailleurs dans son casting haut de gamme, qui s'en sort globalement très bien. On retient tout spécialement les prestations de Carole Bouquet, qui semble s'amuser dans la peau de cette matriarche sans coeur, horrible avec ses propres enfants, de Solène Hébert et de Victor Meutelet, qui confirment qu'ils sont des talents à suivre de près, d'Alain-Fabien Delon, étonnant et assez magnétique. Et surtout de Maxence Danet-Fauvel, très drôle dans la peau de Will, le fils du concierge et de la gouvernante générale de l'hôtel, qui fait souffler une vraie bouffée d'air frais sur la série et surprend encore, après une partition renversante dans Skam France. Sans oublier Anny Duperey (Une Famille formidable), géniale en belle-mère acerbe de Marie Kremer, qui illumine les quelques scènes dans lesquelles elle apparaît grâce à des punch-lines complètement soap.

    Arrivé au terme du 7ème épisode (le final n'ayant pas encore été envoyé à la presse), on regrette seulement que la lutte des classes et l'opposition sociale au coeur de la série originale ait été en grande partie gommée et que que l'enquête policière prenne autant de place, au détriment peut-être de la vie de l'hôtel. Et ce même si Sara Martins nous régale en flic pas très fan de la famille Vasseur. La série connaît également quelques petits problèmes de rythme à mi-parcours (autour des épisodes 5 et 6), mais l'ensemble est si addictif qu'on a qu'une hâte : dévorer le 8ème et dernier épisode et découvrir le fin mot de cette folle histoire. En espérant qu'une saison 2 verra le jour en cas de succès. Car malgré ses quelques imperfections, Grand Hôtel est sans aucun doute le grand soap de prime-time que l'on attendait en France depuis déjà pas mal d'années. Qui ne plaira pas à tout le monde mais qui ravira les amateurs du genre.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Lakota5
      Raté...mais je ne suis peut-être pas une ménagère...
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Du soap moyen à la TF1, c'est du déjà vu aussi bien au niveau de la réalisation que des enjeux mais ça fera plaisir à la ménagère de 50 ans qui y trouvera son compte :)
    Voir les commentaires
    Back to Top