Notez des films
Mon AlloCiné
    Pentagon Papers sur France 2 : quel scandale politique a inspiré le film de Steven Spielberg ?
    Par Chaïma Tounsi-Chaïbdraa — 13 sept. 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Pentagon Papers, diffusé ce soir sur France 2, raconte l’histoire vraie de deux journaux qui ont rendue publique la véritable implication des Etats-Unis dans la Guerre du Vietnam.

    En 2018, Spielberg réunissait à l’écran une équipe de choc composée de Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson ou encore Bob Odenkirk, pour relater les coulisses des révélations faites par le Washington Post et le New York Times dans les années 70 au sujet de l'implication détaillée des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. C’est ce que l’on a appelé les “Papiers du Pentagone” ou les “Pentagon Papers”.

    Robert McNamara, alors au poste de secrétaire à la Défense, demande en 1967 à des officiers et experts militaires de rédiger un document sur leur stratégie durant la guerre du VietNam, qui a débuté en 1955. On y apprend notamment que les Etats-Unis ont menti sur leur implication, en s’engageant bien plus tôt dans les combats et en lançant des actions offensives, avec notamment des bombardements. II faut aussi rappeler qu’à cette époque, le public était réfractaire à l’idée que leur pays se lance dans un nouveau conflit. Kennedy, Johnson, Nixon… En tout, quatre gouvernements successifs ont menti aux citoyens sur la guerre du Vietnam, pendant plus de vingt ans. 

    Pentagon Papers
    Pentagon Papers
    Sortie le 24 janvier 2018 | 1h 57min
    De Steven Spielberg
    Avec Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson, Bob Odenkirk, Tracy Letts
    Presse
    4,2
    Spectateurs
    3,9
    louer ou acheter

    L’affaire racontée par Spielberg

    Pentagon Papers est raconté du point de vue de la rédactrice en chef Kat Graham (Meryl Streep) et de ses journalistes du Post. Car le film ne raconte pas seulement les coulisses de cette enquête, mais aussi la course aux scoops et la rivalité qui opposait à l’époque le Washington Post et le New York Times. Car c’est bien le journal new-yorkais qui a mis la main en premier sur ces documents sensibles - via le lanceur d’alerte Daniel Ellsberg (un ancien Marine et consultant militaire) - enterrant au fil des semaines le Post. 

    Mais c’était sans compter sur Ben Bagdikian, l’un des éditeurs du Post. Lorsque ce dernier est contacté par une source anonyme au sujet d’une affaire hautement sensible qui concerne le gouvernement (la guerre du Vietnam donc), Graham et son équipe sont face à un mur : ils peuvent eux aussi lancer une série d’articles sur le sujet et relancer leur journal - malgré les conséquences qui en suivront - ou ne rien faire. Il faut dire que le document est dense (7000 pages), que le temps est compté pour sortir l’information rapidement et que la moindre erreur peut mener à la fin du journal...

    Le film de Spielberg met en lumière cette affaire à travers le regard médiatique en expliquant comment le Post et le New York Times se sont lancés dans une bataille pour défendre leur droit de publier la vérité. 

    Universal Pictures International France

    Une bataille judiciaire au nom de la liberté 

    L’affaire des Papiers du Pentagone a eu plusieurs répercussions. Et pas seulement politiques. Côté médias, il y a eu un avant et un après. Lorsque le gouvernement comprend qu’il y a eu une fuite, il saisit la justice pour empêcher la publication de l’intégralité du document. Après une rude bataille judiciaire, la Cour suprême des États-Unis se prononce en faveur du Times et du Post. La censure fédérale est levée, et les médias - quels qu’ils soient - peuvent désormais révéler les manigances du gouvernement. Les journaux, ainsi que la Justice (bien que la Cour soit divisée sur le sujet), se sont en effet basés sur le premier Amendement américain, concernant la liberté d’expression et liberté de la presse. Elle autorise à dévoiler des informations (aussi sensibles soient-elles) permettant au public de comprendre la politique du gouvernement. Une annonce qui tombe à point nommé puisque le scandale du Watergate éclatera quelques années plus tard (que relatera le film Les Hommes du Président avec Dustin Hoffman et Robert Redford).

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Pentagon Papers : qui était Kay Graham, l'éditrice du Washington Post jouée par Meryl Streep ?
    • Pentagon Papers, Les Hommes du Président... 3 films sur les lanceurs d'alerte des seventies
    Commentaires
    • Blasi B
      La censure fédérale est levée, et les médias - quels qu’ils soient - peuvent désormais révéler les manigances du gouvernementquelqu'un qui s'y connais peut me dire quel est la différence entre cet affaire et celle d'assange ou de snowden?Elle autorise à dévoiler des informations (aussi sensibles soient-elles) permettant au public de comprendre la politique du gouvernement on était exactement dans ce cas la non? ou alors la nuance que snowden est un militaire et non un journaliste et assange pas un américain est importante? c'est juste la dessus qu'ils ont réussis à les briser?
    • patrick branco
      Peut-on également parler d'Assange incarcéré, menacé d'extradition et de 175 ans de prison pour avoir diffusé des documents classifiés (c'est à dire la vérité nue) sur des crimes de guerre 60 ans après les Pentagon Papers ?
    Voir les commentaires
    Back to Top