Forum Jean-François Tarnowski



Rechercher dans les forums :

(version beta)
 

Tous les Forums


 

Retour au Forum Stars & célébrités



Sujet :

Hommage à Jean-François Tarnowski

A propos de :

Jean-François Tarnowski


Auteur

Message

.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 4589 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 26/04/2005 à 19:16

Hommage à Jean-François Tarnowski



salut,

J'ai appris aujourd'hui la mort récente de Jean-François Tarnowski. La plupart d'entre vous ne le connaissent pas, mais s'il y a des anciens élèves de l'ESRA ou des anciens lecteurs de Starfix, Positif (70's) ou la revue du Cinéma, le nom leur dira quelque chose.
Tarnowski dit "tarno" a enseigné la mise en scène pendant 25 ans, notamment à l'ESRA. Un prof de cinéma ? Et alors, me direz-vous, il y en a plein en fac, c'est pas çà qui manque. Sauf que celui-ci n'était pas comme les autres. C'était le meilleur. Il fascinait ses élèves. Vous en connaissez beaucoup des profs capables de provoquer une standing ovation à la fin d'un cours ?
Il avait vraiment réfléchi à ce qu'était la mise en scène : le cinéma n'était pas pour lui un os à ronger comme c'est le cas beaucoup de vieilles carnes qui enseignent en fac ou à la FEMIS, dispensant un enseignement bourré de références, très bien pour faire chauffer les lunettes et se trouver plus intelligent que tout le monde, mais guère efficace si l'on veut tourner un film. L'enseignement de Tarno était pratique : il nous apprenait l'art du découpage en analysant plan par plan les films qu'il aimait. Et ce qui était fort, c'est que les films qu'il aimait, c'était aussi ceux qu'on aimait. Un cours de Tarno, et on avait l'impression de rentrer dans l'esprit de Spielberg, Ridley Scott, Carpenter, Hitchcock ou Friedkin, quelques-uns de ses cinéastes favoris. Avec lui, on apprenait que la grande mise en scène avancait masqué : ce n'étais pas celle qui multipliait les effets et les mouvements de caméra les plus compliqués et tellement tape à l'oeil que même le plus benêt des critiques de télérama pouvait s'enorgueuillir de l'avoir repéré. L'art de le mise en scène, c'était l'art du découpage, de la solution raccord la plus subtile, que le spectateur ne remarquerait pas, mais qu'il ressentirait.
Et c'était ce qu'on adorait dans ses cours : remonter le fil de nos émotions et comprendre pourquoi en ayant vu une scène on avait ressenti telle et telle émotion.
Ce prof n'a pas fait la carrière qu'il méritait : aux USA, il aurait enseigné dans les plus prestigieuses universités. En France, où copains et coquins font la loi, la FEMIS n'a pas voulu de lui. Il aurait trop mis en péril les autres profs, qui savaient ne pas faire le poids. Ils gardaient un souvenir cuisant des articles incendiaires que Tarno avait publié dans les années 70, où il s'en était pris aux Narbonni, Douchet, Metz, Bonitzer, et autres de la bande des cahiers du cinéma venus squatter les postes d'enseignement de la Femis : Tarno, avec ironie, s'étonnait qu'"on puisse aller aussi loin dans des chemins qui ne mènent nulle part", fustigeant notamment l'approche sémiologique et autre gri gri universitaire.
Tarno n'enseignait plus à l'Esra depuis quelques années. En fait, depuis peu de temps après la sortie de Nid de Guêpes, dont il avait écrit le scénario avec Florent Siri, un de ses anciens élèves. Tarno était malade depuis, comme si passer de l'autre coté et faire un film avait réveillé des démons interieurs. Habitant près de chez lui, je le croisais souvent et nous bavardions. Je voyais bien qu'il était malade. j'ai dîné il ya un an avec lui, et je ne l'ai plus jamais recroisé.
C'est curieux, car ce déclin, cette disparition progressive s'est faite à mesure que de plus en plus de ses élèves parvenaient à faire des films et, hommage rarement rendu à un prof, se revendiquaient de son enseignement : Siri, bien sur, Richet... et toute une génération montante...
Un prof culte, assurément, ou en passe de le devenir...
Son enseignement, essentiellement oral, car il n'a que (relativement) peu publié, mériterait un jour d'etre compilé et publié par ses anciens élèves. Il avait tellement de choses à dire...
Mais plus probablement, son enseignement perdurera dans les films de ses anciens élèves et dans l'exigence qu'il leur a transmis. Car à un moment ou un autre de la réalisation de leur film, cette question leur effleurera l'esprit :"qu'en aurait pensé Tarno ?"

Salabreuil





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4451 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/09/2005 à 15:28

 - En réponse à salabreuil (Voir le message du 26/04/2005 à 19:16)


Putain, merde, fait chier...
Tarno est mort !
Je ne te connais pas Salabreuil, mais j'ai eu le privilège d'avoir Tarno comme prof de 85 à 88 et tu as raison, c'était un GRAND GRAND bonhomme.
Souvent incompris, parfois incompréhensible, il a osé théorisé non pas "un" cinéma, mais le LE cinéma.
Je n'ai pas continué bien longtemps la réa. ni même l'écriture de films après l'ESRA, mais j'ai compris grâce à lui que le qualificatif "intellectuel" (qu'il n'aurait probablement pas aimé qu'on lui applique) n'était pas forcément une insulte.
Tarno était un penseur comme on en croise peu dans une vie, un type dont bien souvent on se rappelle les paroles, la lucidité exigeante.
Avec lui la cinéphilie n'était pas une compilation ridicule: trois mois sur Citizen Kane ou 10 heures sur le prologue de "Délivrance", c'était long, c'était raide, mais on finissait par comprendre que "l'analyse de traitement de mise en scène" (l'intitulé de son cour) ça n'était pas du j'aime / j'aime pas sans rien derrière.
Ce type a bossé comme un malade pour le bénéfice d'une poignée d'étudiant qui s'en tappaient bien souvent... Il a fini par scénarisé un film... tant mieux...
Quand tu dis qu'il en est mort, je veux bien te croire... chez lui, le cinéma était grandeur et douleur.
Si quelqu'un, quelque part, songe à collationner ses cours et à en faire quelque chose, qu'il n'hésite pas, j'aiderais dans la mesure de mes moyens (je crois qu'il existe des cassettes audio d'une partie de son cour à l'ESRA).
Tarno avait terminé les trois ans de cours qu'il nous a tenu par cette phrase "Good luck survivors"...
Nous lui devons hommage.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4540 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 10/02/2006 à 16:13




Je viens de découvrir sa mort…
Quelques mois après… Triste nouvelle.
Je l'ai eu comme prof à la fac et c'était mon directeur de maîtrise.
J'aimais ses cours, sa folie, et il tranchait vraiment avec les profs et autres penseurs de type cahier du cinéma et autre… par son ouverture d'esprit quant aux films de genre, et aux réalisateurs pas encore considéré comme des génies par beaucoup (Spielberg et Indiana Jones, Ridley Scott & Alien…)…
Ses cours ne n'apprenait pas simplement la mise en scène mais quelque chose de plus grand encore… le rapport de la mise en scène avec le propos du réalisateur et comment utiliser la forme pour faire passer le fond, toucher l'insconscient, provoquer des émotions et faire passer des idées…
Mais là aussi… pas seulement…

Bref une grosse perte…
Et oui compiler ses cours et en faire un recueil serait quelque chose de formidable.
Thierry Bouteiller





Statut : Allocinéen
Membre depuis 6106 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 06/03/2006 à 20:25

 - En réponse à martymcfly016 (Voir le message du 10/02/2006 à 16:14)


J'essaye comme je peux d'entretenir la mémoire de ce grand homme.

J'ai suivi de nombreux cours de mise en scène avec d'autres professeurs mais aucun n'est aussi fort que lui. Jean-François Tarnowski était vraiment génial.

Pourquoi n'a t-il pas pu publier ses travaux ?
Parce que ce sont les Michel Marie et autres vieux bricards collaborant aux Cahiers du Cinéma qui maîtrisent l'édition...

Même s'il n'a pas laissé de recueil, il restera assurément dans la mémoire, pour toujours, de milliers d'étudiants.

J'espère tout de même que ses enseignements seront un jour publiés..





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4739 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 06/03/2006 à 21:11


Je ne le connaissais pas..et vous etes ses anciens éléves...et ben!



Sometimes you can't make it on your own.
http://kart-ben-best.skyblog.com
http://dakimaho.tchatcheblog.com




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4589 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 27/04/2006 à 11:08

 - En réponse à Nemo (Voir le message du 06/03/2006 à 20:26)


Pour ceux que cela interesse, une entrée Tarno a été mise sur Wiképédia.
Et voici un lien très interessant avec le site d'un de ses anciens élèves - CHristophe Lambert, écrivain aujourd'hui et proche de Tarno, et qui a mis sur son site un long interview - probablement le seul - de Tarno. C'est passionnant, et pas seulement pour les anciens élèves à qui cela rappelera de bons souvenirs.... Il permet de se faire une idée de la personnalité du bonhomme, et de la haute idée qu'il avait du cinéma et de son enseignement. Il relate notamment son combat contre certaines approches universitaires, notamment celle de Christian Metz et de la sémiologie, dont il explique la stérilité pour quiconque veut faire du cinéma et apprendre ce qu'est vériatblement l'art de la mise en scène cinématographique. Ce combat qui remonte au début des 70's est toujours d'actualité aujourd'hui, car l'approche sémiologique continue de sévir, tant il vrai que les générations enseignant à l'université se font souvent sur le mode de la poule qui fait un oeuf qui fait une poule qui fait un oeuf...

http://www.noosfere.org/heberg/auteurstf1/sommaire.asp?site=10





Statut : Allocinéen
Membre depuis 5029 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 27/04/2006 à 18:52


"Pourquoi n'a t-il pas pu publier ses travaux ?
Parce que ce sont les Michel Marie et autres vieux bricards collaborant aux Cahiers du Cinéma qui maîtrisent l'édition..."

N'importe quoi!
Les cahiers du cinema qui maîtrisent l'edition ahahahahaha





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4589 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 10/05/2006 à 20:32

 - En réponse à Spirou123 (Voir le message du 27/04/2006 à 18:53)


Citation :
N'importe quoi!
Les cahiers du cinema qui maîtrisent l'edition ahahahahaha



Non, ils ne maîtrisent pas l'édition. Mais ils ont un énorme pouvoir au sein de l'université et donc dans le milieu des éditions universitaires. Or les publications d'ordre théorique et analytique sur le cinéma sont publiés souvent dans des éditions ou des collections dirigés par des universitaires, proches des Cahiers... sans compter que les Cahiers publient énormément eux-mêmes...

Donc ce n'est pas n'importe quoi.

En 1976, Tarno a publié un article crucial dans Positif où défendant une théorie se basant sur la pratique du cinéma et sa spécificité artisitique (la mise en scène, cad le découpage), il a descendu en flamme Christian Metz et la sémiologie. il y explique que la sémiologie et la linguistique ne sont pas des outils appropriés pour comprendre et analyser le cinéma et que dans cette approche, le cinéma n'est qu'un pretexte. Pour Tarno, la théorie devait être pratique, et certainement pas se contenter d'être juste un énoncé. Dans cet articel, il a attaqué un certain nombre de critiques et d'universitaires ralliés aux idées de Metz.
L'article a fait beaucoup de bruit et a provoqué un tollé. Un certain nombre de ces critiques et enseignants (parmi lesquels Alain Bergala, Simsolo, et... Michel Marie!) sont allés jusqu'à rédiger une pétition contre Tarno ! Quand on y songe, cela en dit long sur la façon dont s'exerce le pouvoir intellectuel en France. Cette pétition était d'un ridicule achevé. Néanmoins, ces gens avaient du pouvoir, et Tarno n'a pas pu avoir le poste d'enseignant qu'il devait avoir en remplacement de Jean Mitry. Il s'est mis à dos un certain nombre de gens, et n' jamais pu enseigner à l'iDhec ou à la Femis, où il aurait dû être.
Nul doute que si son enseignement avait été dispensé, le cinéma français de ces 25 dernières années auraient été très différent...
Tous ces gens ont senti la menace, ils s'en sont protégé... Donc oui, l'université, l'enseignement qui y est dispensé, les publications, tout cela a beaucoup à voir avec des relations de pouvoirs et d'influence, hélas.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4280 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/09/2006 à 14:48


Message à tous ceux qui ont apprécié le travail de Jean-François Tarnowski, un site Web vient de naître, consacré à sa vie et son oeuvre :

http://jftarno.free.fr

Faites-le savoir !





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4010 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 26/11/2006 à 09:26


bonjours,

Ancien élève de l'ESRA je serais trés trés interessé par des copies de ses cours...Je pense que créer une "base des donnéeé Tarno, cad ses publications, des compte rendus de cours serait une trés bonne chose.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4010 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 26/11/2006 à 09:39


"Quand un vrais génis apparait en se bas monde, on peut le reconnaitre a se signe que tout les imbéciles sont ligués contre lui"... Cela pourrait être une bonne citation pour un livre sur Tarno?? Quand pensez-vous ?
Lui qui craignait que quelqu'un lui pique toute ses idées et en fasse un bouquin... Cela me plairait énormément de rassembler des extrait de cours, ses publications...




kowalski5


Statut : Allocinéen
Membre depuis 4025 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/12/2006 à 13:53


jean françois for ever !!!!!
pourquoi ses cours ne sont perpetués dans les ecoles de cine ?
comptez vous (christophe lambert) sortir des bouquins avec ses analyses mortelles ?
ce type analysait le cinema comme une science, il nous a egalement initié aux mythes, à la psychanalyse. très très grand prof. on ne l'oubliera jamais.

XXXX





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4483 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/01/2007 à 18:16


Hello à toutes celles et tous ceux qui arrivent içi.

JFT nous a quitté il y a un peu plus d'un an et demi.
Je suis aussi de ses anciens élèves à le considérer comme le meilleur professeur que j'ai eu. Il était radical et extrême. Je l'ai d'abord craint, puis détesté, puis j'ai vite compris que ce type avait du génie.
C'était à mon avis un timide et un être bien plus subtil que ce qu'il ne laissait paraître. Son intelligence, fulgurante et incisive, s'exprimait avec concision et extrême justesse. Le cinéma, tel qu'il le révélait prenait alors tout son sens. Et je me sentais à la fin de ses cours émerveillé et déçu: comme si le "truc" de magie qu'est le cinéma m'était révélé et n'allait plus fonctionner. Je me rappelle surtout sa grande colère, reflet d'une frustration, de n'être pas à sa place, d'un manque de reconnaissance peut-être. Et qui s'exprimait verbalement et dans la gestuelle le faisant souvent passer pour un fou.
Ce type était des intransigeants, des incorruptibles.
Il faudrait publier ces écrits et cours. Ou pas.
En effet, ces secrets sont précieux et peut-être qu'ils se méritent.
J'ai un enregistrement audio d'un de ses cours sur Apocalypse Now. Edifiant. Mais le son sans l'image ne lui fait pas honneur.
J'ai d'abord cru à un suicide (c'est ce que j'ai entendu dire) et cela m'a mis très en colère: il n'avait pas le droit de priver les étudiants de son savoir. Mais la maladie semble être la cause de son décès et peu importe, le résultat est le même.

Je sais qu'il aurait adoré tous les hommages et les honneurs qu'il reçoit içi. Même s'il ne l'aurait jamais avoué.
Je lui dédicacerai sans aucun doute mon premier film.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 4690 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/04/2007 à 15:36

 - En réponse à mikymikepower (Voir le message du 11/01/2007 à 18:16)


J'ai été élève à l'ESRA de 1994 à 1997, aux heures sombres où l'ESRA connut une période difficile.. en fan absolu de Lucas, Ridley Scott et Spielberg, j'ai bu ses cours comme si j'allais à la messe...
Il a corrigé mon mémoire sur le film Poltergeist, mémoire que j'ai voulu un hommage aux films de fantômes et de maisons hantées, et qu'il avait trouvé génial au point de m'avoir mis une note incroyable. quoique impressionnant au début et peu avisé à donner aisément son amitié aux jeunes élèves que nous étions à l'époque, j'ai trouvé génial qu'il se soit créé par la suite entre nous une sensibilité artistique commune intense au point qu'il y avait des fois où j'aurais voulu le consulter sur nombre de projets sur lesquels je travaillais... après être sorti de l'ESRA.
j'ai découvert de façon fortuite qu'il était mort récemment et j'ai encore du mal à croire que ce soit vrai!
Il y a bien des fois où j'aurais voulu savoir ce qu'il avait pensé des nouveaux Star Wars, si ses théories psychianalytiques fonctionnaient aussi bien pour lui dans ceux là que dans les premiers.
j'aurais voulu savoir ce qu'il aurait pensé de films comme Sunshine, Alien Resurrection, A.I, La Guerre des Mondes (Spielberg), Matrix et Avalon (Oshii) de sagas comme Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux...
Rien ne m'en consolera jamais, tant que beaucoup de questions resteront sans réponse, que beaucoup de discussions et d'échanges artistiques et professionnelles ou analytiques n'auront plus jamais lieu.
Jean-François Tarnowski, le professeur principal de l'ESRA , comme beaucoup le considérait, est mort trop tôt.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 6106 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/05/2007 à 21:18

 - En réponse à angelo7mick (Voir le message du 17/04/2007 à 15:37)


j'ai bu ses cours comme si j'allais à la messe

Oui, c'est exactement ça.
Ah la la, quelle époque...
Quand je lis les bêtises de Laurent Jullier avec son Analyse de séquences (Gladiator en couverture et traitement en trois phrases) je te jure... La section cinéma en faculté ne peut que conduire au chômage.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 6106 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/05/2007 à 21:24

 - En réponse à Nemo (Voir le message du 16/05/2007 à 21:18)


Je précise qu'on ne fait pas la promotion de l'ESRA sur ce forum ; nous entretenons seulement la mémoire d'un professeur génial qui était le pilier de cette école privée...
Vous pouvez consulter sa page à cette adresse :

http://jftarno.free.fr/index.html






Statut : Allocinéen
Membre depuis 4978 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/08/2009 à 16:04

 - En réponse à Nemo (Voir le message du 16/05/2007 à 21:18)


Tu peux ne pas être d'accord avec Laurent Jullier, mais de là à être si offensif, je te trouve dur, quand même.
Laurent Jullier a encadré mes études à Paris 3. Il m'a beaucoup aidé à trouver ma vocation. Aujourd'hui, je suis loin d'être au chomage ! Et à travers mon parcours professionnel, je lui dois beaucoup. Mais je pense bien que, toi-même, tu sais que tu exagères un peu en qualifiant son enseignement de "bêtises". On ne peut tout de même pas douter de la culture évidente dont il sait faire preuve.





Statut : Allocinéen
Membre depuis 3777 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 24/04/2012 à 00:32


Je viens d'apprendre la mort de J.F Tarnowski. C'est Pierre Berthomieu qui me l'a apprise ce soir. Apprendre la mort de son professeur plus de 7 ans après est étonnant, mais cela reste un choc pour moi.
Si je fais du cinéma aujourd'hui c'est aussi grâce à lui.
Frédéric Zamochnikoff




Avant de poster : lisez la Charte !



 

Retour au Forum Stars & célébrités


 

Tous les Forums