Forum Général



Rechercher dans les forums :

(version beta)
 

Tous les Forums


 

Retour au Forum Général



Sujet :

L'Arbre de Vie de Terrence Malick : tentative d'approche du cinéma de T. Malick et vos premières critiques du film


Auteur

Message

.

Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:27

 - En réponse à bivano (Voir le message du 07/05/2011 à 12:36)

L'Arbre de Vie de Terrence Malick : tentative d'approche du cinéma de T. Malick et vos premières critiques du film



Plus qu'une semaine

Qui compte le voir en avant première, Lundi prochain ?



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Club 300 AlloCiné
Membre depuis 4944 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:28

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:27)


Pas moi et je t'emmerde.



She gently reminded me that all must die.
"'Tis enough," she said, "that you, our child, should live. "



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:29

 - En réponse à Kraham (Voir le message du 09/05/2011 à 22:28)


Pardon, j'avais pas vu que t'étais dans le coin quand j'ai upper le topic

Moi c'était pour Avatar, je l'attendais depuis tant de temps, et je suis aller le voir presque 4 jours après sa sortie



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Fredho


Statut : Allocinéen
Membre depuis 4270 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:30

 - En réponse à Kraham (Voir le message du 09/05/2011 à 22:28)


t'as du recevoir le mail club 300



I'm too old for this shit !



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:34

 - En réponse à Fredho (Voir le message du 09/05/2011 à 22:30)


moi non



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Club 300 AlloCiné
Membre depuis 4944 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:34

 - En réponse à Fredho (Voir le message du 09/05/2011 à 22:30)


Oh putain je viens de le voir !
Ils veulent tous ma mort ou quoi ?!
Cela dit je m'en fous de l'invit', j'ai ma carte Pass.
Mais quand même quoi...
Je dois être le top 5 des terriens qui attendent ce film depuis le plus longtemps, et je serai le dernier à le voir !

Vous me gavez, j'me casse.



She gently reminded me that all must die.
"'Tis enough," she said, "that you, our child, should live. "




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:34

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:27)


j'ai réservé mon ticket pour lundi 20h00



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:35

 - En réponse à inlo (Voir le message du 09/05/2011 à 22:35)


NIARK NIARK NIARK, je le verrais à 19h

Faut reserver ?



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Fredho


Statut : Allocinéen
Membre depuis 4270 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:36

 - En réponse à Kraham (Voir le message du 09/05/2011 à 22:34)




file réviser au lieu de te faire du mal



I'm too old for this shit !




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:36

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:35)


pas forcément

Au moins je l'ai



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:37

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:35)


OH MON DIEU
J'ai pas pensé une seule seconde de reserver...
Et si... et si... y avait plus de places



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:37

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:37)


Olalalalala, demain j'y vais d'un saut !



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:38

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:38)


j'ai réservé par internet , ton ciné n'a pas de site



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:43

 - En réponse à inlo (Voir le message du 09/05/2011 à 22:39)


J'ai trouvé que leur adresse mail, j'attends leur réponse
Sinon j'y serais allé, mais je suis en pyjama.



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:48


Sinon, pour l'anecdote, Tree of Life est également un tableau de Gustav Klimt.





Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:53

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:48)


et un morceau de Yodelice

http://www.youtube.com/watch?v=ZPus9bIvjvI



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 09/05/2011 à 22:53

 - En réponse à inlo (Voir le message du 09/05/2011 à 22:53)


aussi



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 10/05/2011 à 20:03

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 09/05/2011 à 22:54)


Brad Pitt parle du film :


Citation :
"Avec Terrence, les thèmes sont divers mais toujours intimement liés. Quand la nature crée, l'homme détruit. Et quand l'homme détruit, un autre tente quand même de se construire. C'est aussi un film sur la tragédie et la violence de la mort. The Tree of Life évoque l'infiniment grand et l'infiniment petit, la splendeur suprême et la petite déviance. Quand Terrence offre dans le film sa "version", si je puis dire, de la création de l'univers, c'est sûrement aussi pour mieux illustrer l'inclinaison humaine pour l'autodestruction. Il y a, dans la majesté de la nature, toutes les racines du drame qui est en train de se nouer dans cette famille."

"C'est un film que Terrence a toujours voulu faire. Il y travaille depuis trente ans. (...) Lorsque j'ai lu le scénario, la réflexion philosophique et ésotérique sur la création m'a vraiment marqué. Ce n'est pas tant qu'il s'agissait d'une suite de scènes, mais il s'agissait d'un texte réfléchi et global. Dans le scénario donc, Terrence évoquait très précisèment la notion du micro et du macro. Lorsque vous regardez dans un microscope, vous pouvez voir des cellules. Et lorsque vous regardez dans un télescope, vous voyez finalement exactement la même chose. Cela ouvre des champs à l'infini. Comment est-ce possible ? Et qu'est-ce que cela nous dit ?"


Studio Cine-Live.



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:39

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 10/05/2011 à 20:04)


Plus de détails :
Comment définiriez-vous The Tree of Life, ce qui, pour une fois, n’est pas une question facile!

Brad Pitt: Et ce ne sera pas une réponse toute faite! Pour moi, les adultes que nous sommes sont la conséquence directe des enfants que nous étions. Dans ce sens, The Tree of Life suit le parcours de trois frères qui évoluent entre une mère aimante, qui représente la bonté la plus pure, et un père qui, lui, est un humain avec ses failles. Mon personnage est un homme oppressé par sa vie, qui ramène sa rancune chez lui, quitte à devenir violent par moments. C’est la première opposition du film.

Et ce n’est pas la seule...

Avec Terrence, en effet, les thèmes sont divers mais toujours intimement liés. Quand la nature crée, l’homme détruit. Et quand l’homme détruit, un autre tente quand même de se construire. C’est aussi un film sur la tragédie et la violence de la mort. The Tree of Life évoque l’infiniment grand et l’infiniment petit, la splendeur suprême et la petite déviance. Quand Terrence offre dans le film sa «version», si je puis dire, de la création de l’univers, c’est sûrement aussi pour mieux illustrer l’inclinaison humaine pour l’autodestruction. Il y a, dans la majesté de la nature, toutes les racines du drame qui est en train de se nouer dans cette famille.



► «Pour Terrence Malick, l’être humain est tellement faillible qu’il ne peut que vivre en tentant de se protéger des autres»



C’est aussi un film sur la religion, la foi et la croyance en un au-delà…

La religion est un autre sujet du film, que Malick situe d’ailleurs dans le sud des États-Unis, dans des terres qui sont encore très ferventes. La religion est aussi un combat permanent entre les règles établies et la liberté de choix.

Il y a deux scènes, dans le film, où votre personnage de père prend toute sa profondeur: celle où il quémande un câlin à son fils et l’autre où il explose lors du déjeuner.

Oui, tout à fait. Il a cette attitude étrange de donner l’ordre à son fils de l’embrasser et de le prendre dans ses bras. C’est un moment où j’ai essayé de montrer à quel point il est fragile. Il sait que ses fils préfèrent leur mère, il est jaloux de leur liberté alors qu’il est, lui, enchaîné à son travail. Mais, en même temps, il essaie d’aimer sans savoir vraiment comment faire. La scène du déjeuner où il explose de fureur montre, en revanche, ses limites, sa rancœur envers sa propre famille, ce qui est pour moi un sentiment terrible. Il semble irrémédiablement fermé de l’intérieur, incapable d’être heureux ou même malheureux par le deuil qui va le toucher directement.

Comment Terrence Malick vous a-t-il dirigé pour ce rôle?

Nous en avons parlé longuement. Il s’agissait de se plonger dans un personnage difficile mais aussi une époque pleine de rebondissements. Il nous a donné à lire un poème, «Nature et grâce», qui, je crois, l’a beaucoup inspiré pour The Tree of Life. Pour lui, l’être humain est tellement faillible qu’il ne peut que vivre en tentant de se protéger des autres. Tous les personnages du film sont dans cette logique, de la mère qui souffre des rapports qu’elle a avec son mari jusqu’aux enfants qui volent ou cassent une vitre pour affirmer leur présence et tester leur personnalité. Le film évoque aussi la société américaine, notamment les années 50, et l’essor économique qui a plongé notre société dans une certaine dureté.

Pour ma part, je considère The Tree of Life comme le 2001: l’odyssée de l’espace de Terrence Malick. Et vous?

Peut-être, oui... Vous savez, c’est un film qu’il a toujours voulu faire, il y travaille depuis plus de trente ans. D’après ce que je sais, le projet est passé par de nombreux stades, plusieurs acteurs... Je crois qu’il y a des dizaines et des dizaines de versions différentes du scénario.

Il y a des similitudes avec 2001... dans l’interrogation sur le commencement de la vie et, plus généralement, sur le sens de la vie...

C’est vrai. Il y a ces références incessantes à l’infiniment grand et l’infiniment petit, cette réflexion philosophique et ésotérique sur la création. Cela m’a vraiment marqué lorsque j’ai lu le scénario. Les scripts de Terrence sont extrêmement riches et détaillés. Ce n’est pas tant une suite de scènes mais un texte réfléchi et global. Dans le scénario, donc, Terrence évoquait très précisément la notion du micro et du macro. Lorsque vous regardez dans un microscope, vous pouvez voir des cellules. Et lorsque vous regardez dans un télescope, vous voyez finalement exactement la même chose. Cela ouvre des champs à l’infini. Comment est-ce possible? Et qu’est- ce que cela nous dit?

Je crois comprendre votre intérêt pour le film en tant qu’acteur. Mais pourquoi vous y être également investi comme coproducteur?

Je ne vais pas vous faire le coup du producteur totalement désintéressé par les questions financières... même si je dois encore faire quelques progrès en la matière! Mon but est tout simplement d’aider des films à pouvoir se faire. Cette influence que l’on peut avoir, même si c’est une goutte d’eau dans un océan, est très gratifiante.

Au sein de Plan B, votre société de production, vous avez aidé des films comme Un cœur invaincu, de Michael Winterbottom, Les infiltrés, de Martin Scorsese, ou Kick-Ass, de Matthew Vaughn. Il est quand même étonnant qu’une superstar hollywoodienne comme vous devienne un producteur parmi les plus indépendants de la place, sur des films qui ne sont pas vraiment mainstream...

Ce sont des coups de cœur. Je ne vois pas comment j’aurais pu ne pas aider Un cœur invaincu à se faire. C’est tellement fort et sensible. Je suis là pour aider, pour clarifier les zones d’ombre, pour nettoyer le terrain et faire que tout se passe bien. Pour moi, un producteur doit laisser le metteur en scène se concentrer uniquement sur son art.



► «Les acteurs qui prennent des risques, les metteurs en scène qui trouvent de nouvelles choses, voilà ce qui m’attire au cinéma»



Et pourquoi ces choix assez opposés?

Parce qu’il doit y avoir de la place pour tout le monde. Pour un cinéma dur comme celui de Winterbottom, pour un cinéma distrayant mais irrévérencieux avec Kick-Ass (même si Matthew Vaughn, qui est aussi producteur, n’avait pas vraiment besoin d’aide). Pour Les infiltrés, en revanche, nous avons été à l’origine du projet, nous avons acheté les droits de remake. Puis, une fois que Martin Scorsese est entré dans la ronde, nous nous sommes retirés car le projet pouvait voler de ses propres ailes.

Plutôt que de passer en revue votre filmographie, je préfère vous soumettre quelques noms de réalisateurs et quelques films pour tenter de comprendre ce qui vous motive dans vos choix de carrière... On commence avec Guy Ritchie (Snatch).

J’essaie toujours de découvrir des univers. C’est ce qui m’enrichit. Et le sien m’avait vraiment attiré. Le cinéma de Guy ne ressemble à aucun autre. Je pense que je suis assez futé pour préférer travailler avec des metteurs en scène qui le sont beaucoup plus que moi... C’est peut-être là que réside ma différence.

Steven Soderbergh (la saga des Ocean)?

C’est la même chose. Tous ces gens ont développé leur propre langage de cinéma. Soderbergh est un type qui n’a de cesse de repousser ses limites, d’aller explorer des terrains qu’il ne connaît pas.

Quentin Tarantino (Inglourious Basterds)?

Ah! Je dis souvent que Tarantino est un dieu, que son plateau est un paradis. Et que tous les hérétiques y sont interdits d’accès! Y a-t-il quelqu’un de plus original que lui, de plus singulier? Il nourrit ses films de sa propre personnalité, de sa propre folie.

Vous aimeriez retravailler avec lui? Scalper encore quelques nazis?
J’adorerais! Je ne devrais peut-être pas vous le dire mais il a une idée hilarante pour une éventuelle suite d’Inglourious Basterds. C’est complètement dingue! C’est une sorte de buddy movie mais je n’en dirai pas plus. Je ne sais même pas s’il le fera un jour!

Et évidemment David Fincher (Seven, Fight Club, L’étrange histoire de Benjamin Button)?

C’est sûrement celui dont je suis le plus proche. Nous avons plus ou moins été révélés au même moment, nous avons suivi des parcours similaires, nous avons grandi ensemble. C’est un réalisateur à part, obsédé par la précision, les détails. Et c’est un esprit parmi les plus inventifs. Nous sommes vraiment proches et notre amitié ne se dément pas. À l’inverse, on peut s’étonner de ne pas retrouver dans cette liste des gens comme Steven Spielberg ou Tim Burton, ce qui serait logique. Pour quoi cela ne s’est jamais fait? C’est vrai, mais c’est juste parce que les choses ne se sont pas faites... Pour cela, il faut être dans le même état d’esprit. Et puis, après, il y a, dans nos carrières, des questions toutes bêtes de logistique, d’emploi du temps. Mais j’aimerais beaucoup travailler un jour avec eux. Ce sont deux réalisateurs que je respecte et qui sont des amis.

Dans le même ordre d’idée, choisissons quelques films que vous avez faits. Tout d’abord L’armée des 12 singes, de Terry Gilliam... C’est pour moi l’un de vos meilleurs rôles.

Je me souviens qu’à ce moment ce film était un challenge personnel, je voulais savoir si je pouvais aller au bout de ce personnage un peu dérangé. Terry m’a beaucoup aidé pour ce rôle. J’étais arrivé à un point dans ma carrière où je ne voulais plus être catalogué, même si, malheureusement, je le suis encore aujourd’hui! J’ai fait ce film en réaction à ce que je vivais à l’époque. Et surtout, je voulais tenter des expériences différentes au cinéma.

Babel, d’Alejandro Gonzáles Iñárritu?

Là encore, comment dire non à un tel metteur en scène? J’aime les réalisateurs qui ont leur propre univers, même si cela doit être radical. Babel est un film tellement complexe... Mais ce qui m’a attiré à la lecture du scénario, c’est que le film trouvait sa force dans cette myriade d’histoires qui s’entrechoquent.



► «Je pense que je suis assez futé pour préférer travailler avec des metteurs en scène qui le sont beaucoup plus que moi. C’est peut-être là que réside ma différence»



Ennemis rapprochés, d’Alan J. Pakula, qui n’est en revanche pas forcément un bon souvenir...

Effectivement, ce n’est pas un bon souvenir. Le film a été dur à faire et c’était un moment inconfortable pour moi. Je tentais, pour la première fois, un personnage étranger [un Irlandais de l’IRA, NDLR], j’ai dû apprendre à parler avec un accent et puis le film avait un contenu politique intéressant. Mais le tournage s’est mal passé, il y a eu de l’incompréhension de part et d’autre et j’ai perdu mes repères. J’ai appris, de cette expérience, à quel point le système hollywoodien pouvait corrompre un beau projet.

À l’inverse, quand vous acceptez Mr. & Mrs. Smith, c’est juste pour le fun?

J’aime les films distrayants et, tout simplement, le scénario m’a fait énormément rire. Ce couple qui n’a de cesse de vouloir se supprimer était une bonne idée et j’ai pensé que cela pouvait donner un bon film. Et puis bien sûr, désormais, c’est mon film préféré (rires)!

Je ne vois pas pourquoi (rires)! Quel cinéma préférez-vous en tant que spectateur?

Même si plus j’avance, plus je connais les trucs et les astuces du cinéma, je veux qu’un film me surprenne. Les acteurs qui prennent des risques, les metteurs en scène qui trouvent de nouvelles choses, voilà ce qui m’attire au cinéma. Quand je pense à There Will Be Blood, j’ai été fasciné par l’histoire de cet homme qui ne vit que par la haine. Je ne sais pas quelles étaient vraiment les intentions de Paul Thomas Anderson mais je trouve que c’est une merveille. C’est toujours la même chose, j’aime les gens qui repoussent les limites... Mais bon, vous allez finir par me faire passer pour un intello alors que j’aime toute sorte de films!

Mais en vous écoutant parler de cinéma, j’ai l’impression de voir un gosse dans un magasin de bonbons!

C’est vrai. Je suis fasciné par les metteurs en scène. Et les acteurs. Et les directeurs photo. J’adore tout ce côté créatif du cinéma. J’ai toujours été comme ça. Vous pourrez faire ce que vous voulez, mais si un film de Stanley Kubrick est projeté quelque part, j’y cours, toute affaire cessante! Parfois, je regarde même des films moyens ou ratés pour espérer y trouver quelque chose!

C’est aussi pour cela que vous aimez faire des voix dans les films d’animation. Bientôt dans Happy Feet 2?

On a fait les voix il y a un an déjà avec Matt Damon, et c’était un pur plaisir. Déjà, vous n’avez pas besoin d’être maquillé! Et puis c’est un exercice où l’on apprend beaucoup tout en étant en totale liberté. Surtout avec quelqu’un comme George Miller qui est quand même un grand monsieur.

Vous avez tourné avec Jean-Jacques Annaud dans Sept ans au Tibet. Il y a d’autres réalisateurs européens qui vous intéressent?

Le problème est qu’en tant que père de famille je ne vois plus trop autre chose que des films d’animation pour enfants! On essaie, de temps en temps, de découvrir des choses. D’ailleurs, j’ai vu Le ruban blanc, de Michael Haneke, qui m’a retourné. Ce film m’a poursuivi longtemps, et encore aujourd’hui...

Finalement, êtes-vous fier de votre parcours dans le cinéma?

Oh que oui! Je pense qu’en devenant père de famille, je suis en train d’évoluer dans mes choix. J’ai sûrement accepté certains rôles que je n’aurais pas dû accepter. Et la notion de qualité, de point de vue, est désormais vraiment mon moteur. Mais je suis heureux d’avoir vécu de telles expériences, de David Fincher à Terrence Malick qui ont un point de vue tellement brillant et original sur le cinéma. Cela change des effets spéciaux à outrance! Mais franchement, je me considère comme très chanceux et ce serait vraiment déplacé de me plaindre, vous ne trouvez pas?



Ce Brad Pitt, quel homme de bon gout



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:49

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 00:40)


ce soir ouverture du festival



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:56

 - En réponse à inlo (Voir le message du 11/05/2011 à 00:49)


Merci de me le rappeller... J'aurai du y être



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:58

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 00:57)


tu peux encore prendre le train



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:59

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 00:40)


super , merci pour l'interview



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 00:59

 - En réponse à inlo (Voir le message du 11/05/2011 à 00:58)


Et je dors dans la rue, c'est ça

Ce sera partie remise pour l'année prochaine sinon



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:00

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 00:59)


J'aurais du un peu mieux la mettre en forme, ça fait fouillis et ça donne pas envie de la lire, mais pour ceux qui la liront, elle se révélera passionnante !



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:05

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:01)


T'inquiète, je lis tout ce qui me tombe sous la dent quand ça concerne le cinéma de Malick Dommage (ou pas) qu'il communique aussi peu d'ailleurs. Le personnage est fascinant par son mystère autant que son talent de cinéaste mais j'avoue que j'aime tellement ses films, que j'aimerais bien le voir plus évoquer ce qu'il cherche à mettre dedans



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:06

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:05)


Mais bon par contre je ne la lirai pas aujourd'hui, j'ai peur des spoiler



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:10

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:07)


Y a pas de gros spoilers, Brad Pitt fait une retro de sa carrière, et c'est assez passionnant !



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:14

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:11)


Même des petits spoilers je préfère pas ( J'ai déjà lu trop de choses sur le film ) mais je garde le lien au chaud
Je préfère conserver la magie intacte, mon attente pour ce film est énorme ( je crois que la dernière fois que j'attendais un film autant c'était en 2004 avant la sortie du retour du roi de Jackson, c'est dire ! )

pour plein de films je lis souvent des spoilers à l'avance mais là, c'est différent !



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:19

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:15)


Et ben dis donc. Moi chaque année il y a une grosse attente, ou deux.

En 2009, c'était Avatar, en 2010 The Ghost Writer et surtout Enter The Void, et là Tree of Life et Tintin



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:23

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:20)


Avatar moi toute la promo avait réussi à créer aussi une certaine attente ( moins que d'autres ) car j'adorais le cinéma de Cameron AVANT Avatar ;
Mais Avatar m'a laissé un peu de marbre.

Tintin ouais bof hâte de le voir quand même car c'est par jackson / spielberg je crois ? mais bon ça s'arrête là, comme prochains films de jackson j'attend Bilbo le hobbit partie 1 et 2 surtout ( fin 2012, c'est long .. )



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:23

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:20)


et Melancholia aussi, comment ai-je pu l'oublier



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:29

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:20)


Mais les plus grands films sont souvent ceux qu'on attend pas
Je me souviens d'une de mes dernières grosses baffes au cinéma, le labyrinthe de Pan ( un peu plus j'allais le rater car j'ai attendu pour le voir )

Le nouveau monde ( de Malick ) j'avais raté sa sortie ; je ne connaissais aucun film du cinéaste ; j'ai tout découvert par la suite en DVD - c'est une critique de Fullstorm sur mon forum qui m'a titillé, si je n'avais pas lu cette critique à l'époque, je crois que je n'aurais pas eu le réflexe d'acheter le DVD , et je n'aurais pas connu ce cinéaste qui est aujourd'hui mon préféré.
J'ai aussi un peu peur de Tree of life car en général quand j'attend trop un film, je suis souvent déçu ( d'ailleurs j'évoquais le retour du roi : je l'adore mais il m'avait déçu j'attendais encore mieux )

Mais bon là c'est Malick, j'ai du mal à imaginer ce cinéaste se ratant

plus qu'une semaine



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:31

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:30)


et aussi le prochain Polanski qui sort cette année !

Oui, exactement, c'est souvent les films que l'on attends le plus qui nous déçoivent. D'ailleurs, en 2009, mes deux grosses surprises ; Antichrist et Slumdog Millionaire, j'en avais entendu parler surement une semaine avant que je les vois. Ils sont tous les deux dans mon top 24 maintenant !



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:33

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:32)


slumdog millionnaire je le possède mais je l'ai toujours pas vu

L'autre m'a laissé une impression bizarre , un peu malsaine



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:34

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:33)


D'ailleurs, Antichrist, je l'avais vu au Festival de Cannes, en 2009, que de bons souvenirs



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 3281 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 01:38

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 01:34)


ah oui ?
Je me souviens il avait provoqué une grosse polémique
Pour moi la polémique n'a pas lieu d'être ; Il est certes très osé, choquant, mais d'un point de vue cinéphile, pour moi il se démarque de beaucoup d'autres.
Mais bon c'est pas ma tasse de thé ; vraiment sombre pour moi



Mon forum sur Saint Seiya, les univers de Tolkien, les mangas, le cinéma et d'autres choses : http://ailes-immortelles.venez.fr/



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:12

 - En réponse à ph0enlx (Voir le message du 11/05/2011 à 01:38)


Et oui...

De nouvelles images du film sont disponibles sur sa fiche-film Allo : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-132244/photos/








Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:22

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 19:13)


Je remet l'interview de Brad Pitt en la rendant plus lisible ; j'ai spoilé les passages lorsqu'il parle du film, même s'il n'y a aucune grosse révélation. En revanche, j'ai laissé en clair la rétrospective sur sa carrière, très intéressante

- Spoiler : Comment définiriez-vous The Tree of Life, ce qui, pour une fois, n’est pas une question facile!

Brad Pitt: Et ce ne sera pas une réponse toute faite! Pour moi, les adultes que nous sommes sont la conséquence directe des enfants que nous étions. Dans ce sens, The Tree of Life suit le parcours de trois frères qui évoluent entre une mère aimante, qui représente la bonté la plus pure, et un père qui, lui, est un humain avec ses failles. Mon personnage est un homme oppressé par sa vie, qui ramène sa rancune chez lui, quitte à devenir violent par moments. C’est la première opposition du film.

Et ce n’est pas la seule...

Avec Terrence, en effet, les thèmes sont divers mais toujours intimement liés. Quand la nature crée, l’homme détruit. Et quand l’homme détruit, un autre tente quand même de se construire. C’est aussi un film sur la tragédie et la violence de la mort. The Tree of Life évoque l’infiniment grand et l’infiniment petit, la splendeur suprême et la petite déviance. Quand Terrence offre dans le film sa «version», si je puis dire, de la création de l’univers, c’est sûrement aussi pour mieux illustrer l’inclinaison humaine pour l’autodestruction. Il y a, dans la majesté de la nature, toutes les racines du drame qui est en train de se nouer dans cette famille.



«Pour Terrence Malick, l’être humain est tellement faillible qu’il ne peut que vivre en tentant de se protéger des autres»



C’est aussi un film sur la religion, la foi et la croyance en un au-delà…

La religion est un autre sujet du film, que Malick situe d’ailleurs dans le sud des États-Unis, dans des terres qui sont encore très ferventes. La religion est aussi un combat permanent entre les règles établies et la liberté de choix.

Il y a deux scènes, dans le film, où votre personnage de père prend toute sa profondeur: celle où il quémande un câlin à son fils et l’autre où il explose lors du déjeuner.

Oui, tout à fait. Il a cette attitude étrange de donner l’ordre à son fils de l’embrasser et de le prendre dans ses bras. C’est un moment où j’ai essayé de montrer à quel point il est fragile. Il sait que ses fils préfèrent leur mère, il est jaloux de leur liberté alors qu’il est, lui, enchaîné à son travail. Mais, en même temps, il essaie d’aimer sans savoir vraiment comment faire. La scène du déjeuner où il explose de fureur montre, en revanche, ses limites, sa rancœur envers sa propre famille, ce qui est pour moi un sentiment terrible. Il semble irrémédiablement fermé de l’intérieur, incapable d’être heureux ou même malheureux par le deuil qui va le toucher directement.

Comment Terrence Malick vous a-t-il dirigé pour ce rôle?

Nous en avons parlé longuement. Il s’agissait de se plonger dans un personnage difficile mais aussi une époque pleine de rebondissements. Il nous a donné à lire un poème, «Nature et grâce», qui, je crois, l’a beaucoup inspiré pour The Tree of Life. Pour lui, l’être humain est tellement faillible qu’il ne peut que vivre en tentant de se protéger des autres. Tous les personnages du film sont dans cette logique, de la mère qui souffre des rapports qu’elle a avec son mari jusqu’aux enfants qui volent ou cassent une vitre pour affirmer leur présence et tester leur personnalité. Le film évoque aussi la société américaine, notamment les années 50, et l’essor économique qui a plongé notre société dans une certaine dureté.

Pour ma part, je considère The Tree of Life comme le 2001: l’odyssée de l’espace de Terrence Malick. Et vous?

Peut-être, oui... Vous savez, c’est un film qu’il a toujours voulu faire, il y travaille depuis plus de trente ans. D’après ce que je sais, le projet est passé par de nombreux stades, plusieurs acteurs... Je crois qu’il y a des dizaines et des dizaines de versions différentes du scénario.

Il y a des similitudes avec 2001... dans l’interrogation sur le commencement de la vie et, plus généralement, sur le sens de la vie...

C’est vrai. Il y a ces références incessantes à l’infiniment grand et l’infiniment petit, cette réflexion philosophique et ésotérique sur la création. Cela m’a vraiment marqué lorsque j’ai lu le scénario. Les scripts de Terrence sont extrêmement riches et détaillés. Ce n’est pas tant une suite de scènes mais un texte réfléchi et global. Dans le scénario, donc, Terrence évoquait très précisément la notion du micro et du macro. Lorsque vous regardez dans un microscope, vous pouvez voir des cellules. Et lorsque vous regardez dans un télescope, vous voyez finalement exactement la même chose. Cela ouvre des champs à l’infini. Comment est-ce possible? Et qu’est- ce que cela nous dit?  - 


Je crois comprendre votre intérêt pour le film en tant qu’acteur. Mais pourquoi vous y être également investi comme coproducteur?

Je ne vais pas vous faire le coup du producteur totalement désintéressé par les questions financières... même si je dois encore faire quelques progrès en la matière! Mon but est tout simplement d’aider des films à pouvoir se faire. Cette influence que l’on peut avoir, même si c’est une goutte d’eau dans un océan, est très gratifiante.

Au sein de Plan B, votre société de production, vous avez aidé des films comme Un cœur invaincu, de Michael Winterbottom, Les infiltrés, de Martin Scorsese, ou Kick-Ass, de Matthew Vaughn. Il est quand même étonnant qu’une superstar hollywoodienne comme vous devienne un producteur parmi les plus indépendants de la place, sur des films qui ne sont pas vraiment mainstream...

Ce sont des coups de cœur. Je ne vois pas comment j’aurais pu ne pas aider Un cœur invaincu à se faire. C’est tellement fort et sensible. Je suis là pour aider, pour clarifier les zones d’ombre, pour nettoyer le terrain et faire que tout se passe bien. Pour moi, un producteur doit laisser le metteur en scène se concentrer uniquement sur son art.



«Les acteurs qui prennent des risques, les metteurs en scène qui trouvent de nouvelles choses, voilà ce qui m’attire au cinéma»



Et pourquoi ces choix assez opposés?

Parce qu’il doit y avoir de la place pour tout le monde. Pour un cinéma dur comme celui de Winterbottom, pour un cinéma distrayant mais irrévérencieux avec Kick-Ass (même si Matthew Vaughn, qui est aussi producteur, n’avait pas vraiment besoin d’aide). Pour Les infiltrés, en revanche, nous avons été à l’origine du projet, nous avons acheté les droits de remake. Puis, une fois que Martin Scorsese est entré dans la ronde, nous nous sommes retirés car le projet pouvait voler de ses propres ailes.

Plutôt que de passer en revue votre filmographie, je préfère vous soumettre quelques noms de réalisateurs et quelques films pour tenter de comprendre ce qui vous motive dans vos choix de carrière... On commence avec Guy Ritchie (Snatch).

J’essaie toujours de découvrir des univers. C’est ce qui m’enrichit. Et le sien m’avait vraiment attiré. Le cinéma de Guy ne ressemble à aucun autre. Je pense que je suis assez futé pour préférer travailler avec des metteurs en scène qui le sont beaucoup plus que moi... C’est peut-être là que réside ma différence.

Steven Soderbergh (la saga des Ocean)?

C’est la même chose. Tous ces gens ont développé leur propre langage de cinéma. Soderbergh est un type qui n’a de cesse de repousser ses limites, d’aller explorer des terrains qu’il ne connaît pas.

Quentin Tarantino (Inglourious Basterds)?

Ah! Je dis souvent que Tarantino est un dieu, que son plateau est un paradis. Et que tous les hérétiques y sont interdits d’accès! Y a-t-il quelqu’un de plus original que lui, de plus singulier? Il nourrit ses films de sa propre personnalité, de sa propre folie.

Vous aimeriez retravailler avec lui? Scalper encore quelques nazis?

J’adorerais! Je ne devrais peut-être pas vous le dire mais il a une idée hilarante pour une éventuelle suite d’Inglourious Basterds. C’est complètement dingue! C’est une sorte de buddy movie mais je n’en dirai pas plus. Je ne sais même pas s’il le fera un jour!

Et évidemment David Fincher (Seven, Fight Club, L’étrange histoire de Benjamin Button)?

C’est sûrement celui dont je suis le plus proche. Nous avons plus ou moins été révélés au même moment, nous avons suivi des parcours similaires, nous avons grandi ensemble. C’est un réalisateur à part, obsédé par la précision, les détails. Et c’est un esprit parmi les plus inventifs. Nous sommes vraiment proches et notre amitié ne se dément pas. À l’inverse, on peut s’étonner de ne pas retrouver dans cette liste des gens comme Steven Spielberg ou Tim Burton, ce qui serait logique. Pour quoi cela ne s’est jamais fait? C’est vrai, mais c’est juste parce que les choses ne se sont pas faites... Pour cela, il faut être dans le même état d’esprit. Et puis, après, il y a, dans nos carrières, des questions toutes bêtes de logistique, d’emploi du temps. Mais j’aimerais beaucoup travailler un jour avec eux. Ce sont deux réalisateurs que je respecte et qui sont des amis.

Dans le même ordre d’idée, choisissons quelques films que vous avez faits. Tout d’abord L’armée des 12 singes, de Terry Gilliam... C’est pour moi l’un de vos meilleurs rôles.

Je me souviens qu’à ce moment ce film était un challenge personnel, je voulais savoir si je pouvais aller au bout de ce personnage un peu dérangé. Terry m’a beaucoup aidé pour ce rôle. J’étais arrivé à un point dans ma carrière où je ne voulais plus être catalogué, même si, malheureusement, je le suis encore aujourd’hui! J’ai fait ce film en réaction à ce que je vivais à l’époque. Et surtout, je voulais tenter des expériences différentes au cinéma.

Babel, d’Alejandro Gonzáles Iñárritu?

Là encore, comment dire non à un tel metteur en scène? J’aime les réalisateurs qui ont leur propre univers, même si cela doit être radical. Babel est un film tellement complexe... Mais ce qui m’a attiré à la lecture du scénario, c’est que le film trouvait sa force dans cette myriade d’histoires qui s’entrechoquent.



«Je pense que je suis assez futé pour préférer travailler avec des metteurs en scène qui le sont beaucoup plus que moi. C’est peut-être là que réside ma différence»



Ennemis rapprochés, d’Alan J. Pakula, qui n’est en revanche pas forcément un bon souvenir...

Effectivement, ce n’est pas un bon souvenir. Le film a été dur à faire et c’était un moment inconfortable pour moi. Je tentais, pour la première fois, un personnage étranger [un Irlandais de l’IRA, NDLR], j’ai dû apprendre à parler avec un accent et puis le film avait un contenu politique intéressant. Mais le tournage s’est mal passé, il y a eu de l’incompréhension de part et d’autre et j’ai perdu mes repères. J’ai appris, de cette expérience, à quel point le système hollywoodien pouvait corrompre un beau projet.

À l’inverse, quand vous acceptez Mr. & Mrs. Smith, c’est juste pour le fun?

J’aime les films distrayants et, tout simplement, le scénario m’a fait énormément rire. Ce couple qui n’a de cesse de vouloir se supprimer était une bonne idée et j’ai pensé que cela pouvait donner un bon film. Et puis bien sûr, désormais, c’est mon film préféré (rires)!

Je ne vois pas pourquoi (rires)! Quel cinéma préférez-vous en tant que spectateur?

Même si plus j’avance, plus je connais les trucs et les astuces du cinéma, je veux qu’un film me surprenne. Les acteurs qui prennent des risques, les metteurs en scène qui trouvent de nouvelles choses, voilà ce qui m’attire au cinéma. Quand je pense à There Will Be Blood, j’ai été fasciné par l’histoire de cet homme qui ne vit que par la haine. Je ne sais pas quelles étaient vraiment les intentions de Paul Thomas Anderson mais je trouve que c’est une merveille. C’est toujours la même chose, j’aime les gens qui repoussent les limites... Mais bon, vous allez finir par me faire passer pour un intello alors que j’aime toute sorte de films!

Mais en vous écoutant parler de cinéma, j’ai l’impression de voir un gosse dans un magasin de bonbons!

C’est vrai. Je suis fasciné par les metteurs en scène. Et les acteurs. Et les directeurs photo. J’adore tout ce côté créatif du cinéma. J’ai toujours été comme ça. Vous pourrez faire ce que vous voulez, mais si un film de Stanley Kubrick est projeté quelque part, j’y cours, toute affaire cessante! Parfois, je regarde même des films moyens ou ratés pour espérer y trouver quelque chose!

C’est aussi pour cela que vous aimez faire des voix dans les films d’animation. Bientôt dans Happy Feet 2?

On a fait les voix il y a un an déjà avec Matt Damon, et c’était un pur plaisir. Déjà, vous n’avez pas besoin d’être maquillé! Et puis c’est un exercice où l’on apprend beaucoup tout en étant en totale liberté. Surtout avec quelqu’un comme George Miller qui est quand même un grand monsieur.

Vous avez tourné avec Jean-Jacques Annaud dans Sept ans au Tibet. Il y a d’autres réalisateurs européens qui vous intéressent?

Le problème est qu’en tant que père de famille je ne vois plus trop autre chose que des films d’animation pour enfants! On essaie, de temps en temps, de découvrir des choses. D’ailleurs, j’ai vu Le ruban blanc, de Michael Haneke, qui m’a retourné. Ce film m’a poursuivi longtemps, et encore aujourd’hui...

Finalement, êtes-vous fier de votre parcours dans le cinéma?

Oh que oui! Je pense qu’en devenant père de famille, je suis en train d’évoluer dans mes choix. J’ai sûrement accepté certains rôles que je n’aurais pas dû accepter. Et la notion de qualité, de point de vue, est désormais vraiment mon moteur. Mais je suis heureux d’avoir vécu de telles expériences, de David Fincher à Terrence Malick qui ont un point de vue tellement brillant et original sur le cinéma. Cela change des effets spéciaux à outrance! Mais franchement, je me considère comme très chanceux et ce serait vraiment déplacé de me plaindre, vous ne trouvez pas?



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4242 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:24

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 19:23)


Je l'avais déjà lu, mais c'est plus clair



Profil http://qr.net/inlo Pronos L1 http://qr.net/BQ8 Pronos LdC http://qr.net/BQ3 Top Films 2011 http://qr.net/2011




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4148 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:27

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 19:23)


toi tu vas écrire une biographie si ça continue!!!



My eyes are filled with your hidden desire and I cannot cry...So I make you suffer for a long time



Mr-Bishop


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3166 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:34


Un peu de musique !

http://youtu.be/4mlVcJdJtQQ




Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:37

 - En réponse à littema (Voir le message du 11/05/2011 à 19:27)


Oh, tu me flatte



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:41

 - En réponse à Mr-Bishop (Voir le message du 11/05/2011 à 19:35)


Sublime, merci !



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 19:58

 - En réponse à inlo (Voir le message du 11/05/2011 à 19:24)


Ca y est, j'ai mon ticket pour l'avant première de Lundi.
Je vais y aller 3h à l'avance



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 20:12

 - En réponse à un visiteur (Voir le message du à )


Il a joué dans plein de chefs d'oeuvre



Enfin moi je dis ça, je dis rien...




Statut : Allocinéen
Membre depuis 4148 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 20:15

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 19:58)


crevard!



My eyes are filled with your hidden desire and I cannot cry...So I make you suffer for a long time



Mr-Bishop


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3166 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 20:15

 - En réponse à Ame-Stram-Gram (Voir le message du 11/05/2011 à 20:12)


T'as fini de parler tout seul ?

Je disais donc : merci pour l'interview

Et j'ai aussi ma place pour l'AVP




Ame-Stram-Gram


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3891 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 20:16

 - En réponse à Mr-Bishop (Voir le message du 11/05/2011 à 20:15)


Ben, le post de Nero a disparu Je répondais à son message...



Enfin moi je dis ça, je dis rien...



un visiteur


Statut : Allocinéen
Membre depuis 3414 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 11/05/2011 à 20:17

 - En réponse à un visiteur (Voir le message du 11/05/2011 à 20:12)


(Je suppose que la réponse était pour moi vu que Allociné me boycotte )
Oui c'est vrai genre Seven, Fight club, Snatch (ce sont mes préférés perso, j'ai des goûts étranges )



« Vas-y reste sérieux p**** »



Avant de poster : lisez la Charte !



 

Retour au Forum Général


 

Tous les Forums