Forum Films & débats



Rechercher dans les forums :

(version beta)
 

Tous les Forums


 

Retour au Forum Films & débats



Sujet :

Critique > La vie d'Adèle

A propos de :

La Vie d'Adèle


Auteur

Message

.

Statut : Club 300 AlloCiné
Membre depuis 4035 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 23/05/2013 à 20:59

Critique > La vie d'Adèle






Vu en projection à Cannes, voici ma critique de l'uppercut de la quinzaine. Chef d'oeuvre !

--- Ce message a été censuré parce qu'il ne correspondait pas à la Charte AlloCiné. ---



~~ http://www.cineshow.fr ~~


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 1464 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 27/09/2013 à 01:10

 - En réponse à Mathieu Crucq (Voir le message du 23/05/2013 à 20:59)


La vérité sur le film:

http://lecinemadughetto.wordpress. com/2013/09/26/la-vie-dadele-2013/



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 02/10/2013 à 00:39


Films à la fois magnifique, grotesque et épuisant, voilà comment qualifier le film.

Les deux actrices principales livrent des performances superbes, et tout particulièrement Adèle Exarchopoulos, venue d'un peu nulle part, mais incroyablement crédible et expressive. Je dirai que les deux actrices détiennent définitivement le seul intérêt du film qui est, sur le reste, une sacré misère.

Visuellement, les cadrages sont épuisants. Les zoom en focales fixes sont fatigants, inutiles et particulièrement mal venu quand le réalisateur a pour idée de donner un effet de caméra tremblante. (Mes yeux ont pleurer pour les 10 premières minutes). J'ai failli hurler de joie à chaque plan large : une bouffée d'air frais pour mes yeux.
ATTENTION : Je n'ai rien contre les gros plans, mais à condition qu'ils soient court et pertinents. Filmer en trés gros plan un dialogue, je n'ai malheureusement pas compris l'intérêt.

Enfin, pour le reste, ce sont définitivement les scènes de sexe qui remportent la palme du grotesque. Très nombreuses, la première scène lesbienne s'est avérée INTERMINABLE (10 minutes ?).
Le pire, c'est qu'en plus d'être interminable, elle ose se prétendre comme un climax du film... sauf que c'est tout sauf un climax. Quand par-dessus le marché les positions viennent combler le manque de rythme de ces scènes (sans mauvais jeu de mot), le reste de la salle tout comme moi en sommes venus à nous demander si ce film n'est pas une vaste blague et qu'une caméra cachée filme nos réactions hilares.
Bref ! Les scènes de sexe ont définitivement plombé le film qui, sur le plan narratif est extrêmement bien découpé.
Le thème est même magnifique... mais le sexe le fait presque complètement passer à la trappe.

Et les scènes de dialogue pseudo-intellectuelles entre homosexuelles sont à classer dans les cases du risible.

Donc dans l'ensemble, trés décevant pour une palme d'or. Les actrices ne déméritent pas (il n'y a qu'elles qui méritent la palme avec le scénariste qui a écrit les personnages) mais alors le réalisateur est à baffer.
Une arrogance palpable dans chaque cadrage, Kechiche semble persuadé de bousculer les mœurs comme jamais avec de l'explicite... malheureusement pour lui, le porno l'a déjà fait et en moins grotesque.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Modérateur
Membre depuis 3387 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 02/10/2013 à 00:52

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 02/10/2013 à 00:39)


Je ne vois pas en quoi c'est grotesque d'avoir réussi à filmer et capter chaque soubresaut d'émotion ressenti dans une passion amoureuse destructrice.

C'est la grande force du film, c'est pour ça qu'il est aussi beau.



Top 5 2013 : La Vie d'Adèle, Cloud Atlas, Mud - Sur les rives du Mississippi, Inside Llewyn Davis, Snowpiercer.

“You’re the smartest guy I ever met, and you’re too stupid to see... he made up his mind 10 minutes ago.”


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 02/10/2013 à 14:09

 - En réponse à DelSpooner (Voir le message du 02/10/2013 à 00:53)


Je n'aime pas la manière dont s'est fait, c'est tout.
Dans Two Lovers, Gray arrive parfaitement à filmer la même chose (passion amoureuse destructrice) tout en gardant une technique de cadrage trés fixe et agréable à admirer.

Kechiche s'imagine qu'en faisant un plan digne d'un portrait photographié avec un effet de tremblote pour faire un pseudo réalisme va sembler agréable ou beau : j'ai trouvé ça écœurant pour les mirettes (la scène du repas familial au début du film m'a fait pleurer).

10 minutes de scène de cul sans dialogue, sans avancée d'intrigue, sans enjeu et mal rythmé, ça n'a malheureusement pas de sens, surtout quand il n'y a rien d'érotique (puisque l'érotisme suggère).
Montrer la passion via les acteurs et les scènes de dialogue (la rencontre dans le bar et la rupture) est la force du film, je le reconnais (d'ailleurs ce n'est pas ce que je critique), mais via des scènes de cul inutiles qui durent au moins 25 minutes cumulées, je ne vois décidément pas l'intérêt.

"réussir" n'est qu'une question de point de vu, petit scarabée.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3076 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 12/10/2013 à 16:12

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 02/10/2013 à 14:09)


Oui comme tu le dis tout cela est très "subjectif".
Parce que moi je la trouve sublime et bouleversante sa mise en scène, tout comme dans ses autres films.
On a rarement au cinéma l'impression d'être autant en empathie avec un personnage. Le film est passé très vite, j'aurais pu rester des heures avec Adèle.
Tu admets la qualité du jeu des comédiennes ... tu reconnais donc le talent de directeur d'acteur de Kechiche, largement démontrée dans ses films précédents.
Tu veux récompenser le scénariste, ça tombe bien c'est Kechiche !



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 1253 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 12/10/2013 à 20:06


c'est un tres grand film , meme s'il est long. le realisateur a pu sublimer la jeune adele mais on se doute que derriere ca a du etre tendu. beau passage, bel intensité. faudrai qu'(il apprenne a faire des plans large des fois.

par contre- Spoiler : pourquoi est ce a adele de quitter la maison qu'elle partage avec emma lors de la rupture? elles ont du prendre le bail a deux et pas emma toute seule. parce que bon la virer en pleine nuit avec ses bagage , emma aurai tout aussi bien pu partir rejoindre ses amis et laisse adele seul chez elle.  - 



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 12/10/2013 à 22:08

 - En réponse à heejin (Voir le message du 12/10/2013 à 16:13)



Citation :
Tu admets la qualité du jeu des comédiennes ... tu reconnais donc le talent de directeur d'acteur de Kechiche, largement démontrée dans ses films précédents.

Pas vraiment en fait . (je sais je suis chiant).
La Graine et le Mulet et L'esquive m'ont horrifié sur ce plan en réalité.
J'avais dis que la Vie d'Adèle était agressant pour le yeux, ben les deux films précédents de Kechiche me le sont pour les oreilles. Dialogues innomables et acteurs/actrices aboyants comme des roquets avec une diction déplorable...

Pour moi Kechiche est le précurseur d'un cinéma insupportable sur la forme (la où Haneke est insupportable sur le fond, c'est pour ça qu'il est si bon).
La Vie d'Adèle est selon moi son meilleur film pour la bonne et simple raison qu'il recrute enfin des acteurs principaux talentueux dont le scénario les dessert un minimum.

Pour moi c'est un réalisateur surestimé, qui ne fait que réussir certaines scènes (dont celle de la rencontre entre Adèle et Emma dans le bar... extraordinaire) pour en foirer de monumentales juste après (les scènes pornos).
Le scénario est pas mal, mais il ne divise pas non plus par zéro (François Ozon en est pour moi le fleuront du cinéma français).

Donc non. Toute proportion gardée, je noterai très sévèrement Kechiche pour l'ensemble de sa carrière (Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos sont les seule rares perles de sa filmo pour moi)



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 732 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 13/10/2013 à 21:04


Très bien, j'ai adoré les scenes de cul.

Plus sérieusement, c'est vraiment un film brillant, la beauté culminant dans des moments de grace inouie. Un peu long sur la fin.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 4005 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/10/2013 à 01:57


Je n'ai pas encore vu "la vie d'Adèle", mais d'après ce que vous dites, ça me fait encore plus regretter que le jury de Cannes ait choisi d'inverser le verdict qui était pressenti :
-palme d'or du meilleur film pour "le Passé" d'Ashgar Farahdi (où on a vraiment une belle oeuvre collective, avec une Bérénice Béjo très bonne, mais à l'égal du reste du casting, et surtout pas de fausse note dans le scénario et la mise en scène du réalisateur iranien)
-palme d'or de la meilleure interprétation féminine pour le duo Adéle Exacherpopoulos-Léa Seydoux (récompensant ainsi les deux actrices, et donc indirectement la direction d'acteurs de Kechiche)



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 732 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/10/2013 à 12:31

 - En réponse à SamuelOTook (Voir le message du 14/10/2013 à 01:57)


On s'en fout. Le film méritait la palme.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/10/2013 à 12:57

 - En réponse à Bionman (Voir le message du 14/10/2013 à 12:32)


Tous les films méritent la palme dans ce cas, et donc, logiquement, tous les films ne la méritent pas.

La vie d'adèle ne mérite certainement pas la palme d'or... à mes yeux (qui sont les miens et non ceux de Spielberg et des lobby gays qui entouraient l'actualité à l'époque de la cérémonie).

Effectivement, la Vie d'Adèle aurait du recevoir la palme d'interprétation féminine (que personne jusqu'à présent n'a remis en question jusqu'à présent) plutôt que la palme d'or qui récompense un film trés loin d'être parfait à mes yeux et proprement arrogant dans sa forme.
Aors au moins, la récompense lui permet de ne pas passer innaperçu au box office.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3076 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/10/2013 à 22:38

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 14/10/2013 à 12:58)


Revoilà le coup du lobby gay ! Sachant que la palme a été attribué par un jury internationnal totalement déconnecté de l'actualité française c très drôle.
A l'inverse, les lesbiennes reprochent au film de ne pas donner une image fidèle d el'amour saphique, comme si seul un homo pouvait filmer un couple homo ...
Ang Lee et Wong Kar Wai ont bien prouvé le contraire !

Sinon, sur les films de Cannes que j'ai pu voir il mérite largement la palme.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 14/10/2013 à 23:27

 - En réponse à heejin (Voir le message du 14/10/2013 à 22:39)


Il est vrai que Daniel Auteuil est connu pour vivre dans une caverne.
La loi ayant été promulguée le 17 mai (soit un jour après le coup d’envoi du festival de Cannes 2013) accompagné du coup médiatique que la loi et les manifs contre celle-ci, tu VOUDRAIS me faire croire qu'aucun des bougres n'avait idée de l'actualité français à cette époque ?
J'espère que tu ne m'en voudras pas de ne pas te croire une seule seconde. D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que le Festival de Cannes récompense un film en raccord avec l'actualité.
2003 : Elephant de Van Sant, 4 ans après Columbine (qui avait fait énormément de bruit) et 1 ans après Bowling For Columbine... crois-moi que l'Amérique se sentait concernée.
2004 : Farenheit 9/11... ai-je besoin de vraiment justifier en quoi le documentaire a reçu la palme ? (le premier documentaire récompensé par ce prix depuis... 1956 qui avait vu Le Monde du Silence récompensé)

Cannes influencé par l'actualité ? Je ne vois rien de très dérangeant à cela. C'est un art populaire dont les artisants se plaisent à s'inscire dans l'air du temps. Ça arrive.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2730 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/10/2013 à 00:02


Palme d'or ou prix d'interprétation féminine, polémique ou pas, j'avoue ne pas y avoir pensé lorsque j'ai vu le film cet après-midi. J'en suis sortie bouleversée, captivée, épuisée, ravie.

J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce film. Il faut que je m'en remette, que je prenne du recul mais franchement, c'est une magnifique histoire d'amour, avec ce qu'il faut de sexualité, de sensualité, de tendresse et de souffrances pour être crédible d'un bout à l'autre. Je ne dirais pas qu'il est parfait (impossible !), mais les trois derniers quart d'heure sont terrassants.

Et bon sang Adèle quoi, Adèle... Bouleversante, sublime !!! Bref, un grand film incontournable !



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/10/2013 à 12:57


Citation :
Revoilà le coup du lobby gay ! Sachant que la palme a été attribué par un jury internationnal totalement déconnecté de l'actualité française c très drôle.
Roooh c'est mignon tout plein ce commentaire. La controverse sur le mariage pour tous a été largement médiatisée à l'étranger et même sans cela, on parle de personnes cultivées, certaines avec des contacts forts avec la France (Spielberg, Waltz) et qui ont passé plusieurs semaines dans notre pays: pour passer à côté de l'actualité il fallait vraiment qu'ils sortent d'une caverne! Sans aller jusqu'à accuser le "lobby gay", cette palme d'or était incontestablement un acte militant, on peut faire le naïf mais là faut pas pousser! Sans dire pour autant que La vie d'Adèle ne méritait pas ce prix.

A ce propos, je comprends les reproches de Zefurin contre le film, la façon de filmer est assez extrême, en gros il y a un parti-pris pour chaque scène (en général, gros plan sur le visage et c'est parti pour 10mn) et très peu d'effort de cadrage, au point où le moindre plan un peu mobile détonne. D'une certaine manière c'est l'antithèse de l'art de l'image, par lequel se définit souvent le cinéma, auquel Kechiche substitue un art de la mise en scène de l'intimité, une recherche du naturel, de la vérité sur le visage. Un but qui justifie dès lors ses cadrages au plus près.

Quant aux scènes de cul, Zefurin exagérait, il n'y a "que" 14mn, dont 7 pour la principale, j'ai chronométré. Ca a largement desservi le film selon moi en lui donnant un côté racoleur au possible, plusieurs personnes ont même fini par en rire, moi compris quand - Spoiler : les filles se claquent les fesses  - , ça m'a donné l'impression de régresser jusqu'au collège quand on gloussait bêtement aux cours sur la reproduction humaine. Ce qui m'agace c'est surtout la démission, désormais habituelle, de la nomenclature qui limite l'interdiction à -12 ans.

A part cet excès le film est une réussite, les intentions de Kechiche passent avec une force indéniable. J'aurais tout de même préféré voir les actrices récompensées plutôt que lui car Adèle Exarchopulos est assez incroyable.



.

Statut : Modérateur
Membre depuis 3537 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/10/2013 à 13:10


C'est l'expression "lobby gay" qui posait problème. Cela sous entendait qu'il y avait une pression de cette communauté afin de récompenser le film.
Mais Zefurin s'est rattrapé par la suite...
"Acte militant" ou "suivre l'actualité", c'est mieux.



Mon blog sur le cinoche:

http://jericho29.overblog.com/


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/10/2013 à 19:23

 - En réponse à MisterM (Voir le message du 15/10/2013 à 12:57)


Autant pour moi pour le "lobby gay". J'aurais dû dire que "l'actualité s'est encore immiscée dans l'opinion d'un jury artistique." Ca aurait moins détonné.

Et autant pour moi aussi pour les 14 minutes... c'est dire à quel point le temps m'a paru interminable, tout autant que l'écoulement de cette goutte de sueur le long de mon front le moment venu.

Citation :
plusieurs personnes ont même fini par en rire, moi compris quand - Spoiler : les filles se claquent les fesses -

Un grand souvenir de cinéma pour moi aussi. Ca m'a permis d'exploser littéralement des fous rires que je retenaient avec peine dupuis 5 minutes.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2730 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/10/2013 à 22:58


Franchement, nous n'avez retenu que ces scènes de sexe ou quoi ? C'est une histoire d'amour les mecs, qui dit histoire d'amour dit sexualité, et quand on sait que Kechiche est un cinéaste de l'extrême à sa façon, il lui fallait aller au bout du bout dans ces scènes comme dans - Spoiler : celles de la rupture et des retrouvailles dans le café.  - 

Elles vous font réagir ces scènes aujourd'hui, elles vous ont pas laissé indifférents, même dans le mauvais sens. N'est-ce pas l'essentiel ? Il en fait peut-être trop, mais au moins il prend des risques, énormes, avec ce genre de scènes quand on sait la bienséance et la bondieuserie ambiantes ! Et c'est une femme par ailleurs très pudique qui l'écrit.

Perso, plus que ces scènes que pour ma part, j'ai trouvé à la fois incroyablement osées et sensuelles, ce sont les scènes d'émotion, déchirantes qui m'ont donné les larmes aux yeux et la chair de poule que je retiens.

Quant à Adèle, elle m'a touchée dès ses premières scènes, dès sa rupture avec son petit copain très mignon, et m'a émue aux larmes par la suite. Elle est incroyable, et je ne crois que, malgré ses méthodes, on ne peut que remercier Kechiche pour avoir mis au monde une telle actrice grâce à son flair, à son talent et la nature de sa comédienne, et grâce à ce personnage fascinant et bouleversant !

Petite question au passage : de telles scènes de sexe vous auraient-t-elle autant marqués (ou gênés jusqu'au rire) si elles n'avaient pas été saphiques ? Think about it !



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 00:50

 - En réponse à Frizzygirl (Voir le message du 15/10/2013 à 22:59)


Mais je n'ai jamais dis le contraire. Je n'ai jamais dis du mal du travail d'acteur qui est impeccable (l'une des meilleures perf d'interprétation française depuis... 5x2 de François Ozon je dirais...

Mais l'ennui pour moi, c'est que c'est le seul intérêt du film de Kechiche. Ce n'est pas l'histoire (trés banale dans son écriture) mais l'incroyable présence des actrices qui jouent avec un vérité qui détonne.
Et c'est d'autant plus incroyable que ce soit Kechiche qui arrive à gérer cet aspect là (ses acteurs et ses dialogues m'ayant toujours dégoûtés jusque là).

Mais le reste, les cadrages, le découpage et le cul. Désolé d'en parler mais c'est tout de même sur ça que le film se différencie du reste du cinéma d'auteur qui se veut... disons... très intellectuel.
Kechiche a voulu jouer avec le feu, pour moi c'est râté sur cet aspect là. J'y peux rien. C'est moi. Mes yeux et mon cerveau plaident coupable de penser que j'ai déjà vu des films pornos ou érotiques qui racontent la même histoire mais en 1h30 - Spoiler : Ce que je peux être con des fois  - 

Mais Exarchopoulos et Seydoux sont superbes : pour moi ce sont elles qui méritaient la palme... celle de l'interprétation féminine (car comme toi, certaines scène m'ont tiré 2-3 larmes, comme celle où la fille chiale quand ses élèves sont partis).
Kechiche ? Un réalisateur de films d'auteur auxquels je n'accroche décidément pas.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 836 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 09:10


je suis étonné qu'avec des scènes de sexe aussi crues le film ne soit seulement interdit aux mons de 12 ans



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2730 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 11:38

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 16/10/2013 à 00:50)


Mes yeux et mon cerveau plaident coupable de penser que j'ai déjà vu des films pornos ou érotiques qui racontent la même histoire mais en 1h30

Y'a pas de honte à ça, mais la très grande différence est que La Vie d'Adèle n'atteint pas, loin de là, la vulgarité et la superficialité du cinéma porno, ou la platitude des films érotiques, du moins l'image que je peux en avoir pour le peu que j'en connaisse. Je doute que ces films racontent l'amour comme ici. C'est, la plupart du temps, des dialogues à pleurer de rire (ou pleurer tout court) et du sexe, du sexe, du sexe, sans autre forme de procès et sans profondeur (sans jeu de mots graveleux, hein ?! ). Si ces scènes fonctionnent malgré tout, c'est parce que les regards, le coup de foudre et le premier baiser qui les ont précédées ajoutent une certaine intensité.

Et je suis désolée si j'ai été directe et froide, mais tu ne peux pas dire que les cadrages et le découpage sont nuls. Il n'y a rien d'oppressant dans le fait de filmer le visage de ses actrices en gros plan ou en plan rapproché leurs corps nus. C'est viscéral sans être plan plan, et c'était le meilleur moyen pour palper, toucher au plus près leurs émotions et les faire ressentir.

Ce n'est pas l'histoire (trés banale dans son écriture)

Je ne suis pas d'accord. Déjà, si l'écriture était si déplorable ou banale comme tu dis, les actrices auraient peut être juste été bonnes, mais l'authenticité et la simplicité de l'histoire et de l'écriture (qui montrera toute sa richesse, j'en suis sûre, au bout de plusieurs visions) contribuent à les rendre exceptionnelles, au-delà de leurs talents intrinsèques.

Depuis quand une histoire d'amour est foncièrement banale ? Peut-être que je t'ai mal compris et que tu n'es pas si catégorique dans le fond, mais tu sais, c'est très dur de réussir une histoire d'amour au cinéma aujourd'hui, sans être taxé de racoleur, de preneur d'otages des émotions ou, que sais-je encore, de type qui se contente de raconter le "déjà vu 1000 fois".

Je ne suis pas fan de Kechiche, et je n'ai pas, par exemple, pas été époustouflée par L'Esquive que je ne trouve pas si authentique que cela et, pour le coup, trop conscient de son propre scénario. Mais dans le cas présent, je dois dire que la force des personnages et le courage du cinéaste - en plus de celui de ses interprètes - m'ont conquise.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 18:28

 - En réponse à Frizzygirl (Voir le message du 15/10/2013 à 22:59)


Zefurin et JBOX : Je ne critiquais pas l'expression "lobby gay" (il existe après tout) mais, on est d'accord, il est peu crédible que cela ait motivé la décision du jury.

Pour les 14mn de sexe, c'était du troisième degré pour dire que c'était justement énorme dans un film et que, même si tes 25mn étaient exagérées, le fond n'en restait pas moins pertinent.

Citation :
Franchement, nous n'avez retenu que ces scènes de sexe ou quoi ?

On dirait plutôt que c'est toi qui n'a retenu que ça dans nos commentaires. C'est une des rares choses que j'ai trouvé ratées/inutiles dans ce film, normal que je l'évoque (on parle plus facilement de ce qu'on n'a pas aimé après tout).
Il est normal qu'un film traitant d'une relation amoureuse montre des scènes de sexe (ce n'est pas obligatoire pour autant) mais quand il s'attarde autant dessus sans que cela n'apporte rien à l'histoire il est aussi normal de critiquer! Si c'était un film sur le sexe, je ne dis pas, mais ce n'est pas du tout le cas! Je prendrais en contre-exemple Brokeback Mountain où elles sont suggérées plutôt que montrées et, à l'inverse, Jeune et jolie, qui en a beaucoup, mais qui sont aussi essentielles à l'histoire.

Citation :
de telles scènes de sexe vous auraient-t-elle autant marqués (ou gênés jusqu'au rire) si elles n'avaient pas été saphiques ?

J'admets tout à fait avoir ri par gêne dans ce cas précis et ce n'est pas bon signe pour le film justement... Mais que ce soit clair : oui, j'aurais été tout aussi agacé si on m'avait imposé 7mn non-stop de cul inutile dans un film hétéro sur l'amour.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 18:29

 - En réponse à phantasmo (Voir le message du 16/10/2013 à 09:10)


Tu n'es pas le seul rassure-toi. C'est même carrément scandaleux je trouve.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 19:31

 - En réponse à Frizzygirl (Voir le message du 16/10/2013 à 11:38)


Citation :
Y'a pas de honte à ça, mais la très grande différence est que La Vie d'Adèle n'atteint pas, loin de là, la vulgarité et la superficialité du cinéma porno, ou la platitude des films érotiques, du moins l'image que je peux en avoir pour le peu que j'en connaisse.

Ben en fait, justement, j'aurais tendance à promouvoir le cinéma érotique (dont le principe de suggestion et l'idée de la sensualité est 10x plus ambitieux que ne l'est le cinéma porno, ou une scène de cul à la Kechiche).
Evidemment, ce n'est que mon point de vue suggestif sur ce domaine du cinéma.
Two Lovers, Basic Instinct, Sexe, Mensonge et Vidéo... ça touche dans l'érotisme de TRES haute qualité. Là où la richesse des cadrages, des jeux de lumières et de la simulation des acteurs et des actrices pour "faire vrai" peux toucher véritablement les prémices du chef d’œuvre.


Citation :
Et je suis désolée si j'ai été directe et froide, mais tu ne peux pas dire que les cadrages et le découpage sont nuls.

Mais j'ai trouvé ça inregardable (si ce mot existe) ! La focale fixe avec la tremblote m'a donné envie de gerber ! Comme je le dis, mes yeux et mon cerveau plaident coupable, mais des plans séquences sur des spaghettis qui son mâchouillés par une nana qui laisse échapper des gouttes de bolognaise dégouliner le long de ses lèvres (celles du haut hein ?! )... le tout avec une tramblotte pas possible sur gros plan macro avec quasiment aucune profondeur de champ, avec Kechiche qui de façon arrogante te dis "Vas-y ! Tu la sens cette émotion ?!" ... moi j'ai vraiment failli vomir (littéralement).

C'est agressif à l’œil, c'est d'une arrogance à faire passer Delon pour un modeste bougre... et c'est utilisé à outrances dans des scènes où l'intensité dramatique est inexistante (attention, y a des scènes où c'est bien utilisés, dés lors que Kechiche filme des actrices étendue sur l'herbe).

Voilà pourquoi je trouve les cadrages nuls : ils m'ont fait fermer les yeux à plusieurs moments.

Citation :
Depuis quand une histoire d'amour est foncièrement banale ?

Combien de films sortis au cinéma depuis le début d'année NE COMPORTENT PAS de romances ? Compare ce nombre aux autres films qui en comportent. Tu verras ainsi à quel point filmer ou raconter une histoire d'amour est l'un des trucs les plus banals du genre.
Après tu peux jouer avec le genre pour rendre la romance originale (faire un début de relation marrante, faire une conclusion complètement inattendue...) mais raconter le sentiment amoureux... mec... c'est le sujet de prédilection de tous les arts, quasiment.

Et faire une histoire banale n'est pas si réducteur. C'est au contraire l'opportunité pour les acteurs d'avoir la liberté de diviser par 0.
Bladerunner et Alien ont un scénario des plus banal... et pourtant ces films sont des apothéoses sur les autres aspects du film.

C'est d'ailleurs ça qui m'épate : c'est que Kechiche a, pour une fois, formidablement réussi à diriger ses actrices en leur offrant des dialogues bien digérés (la scène du bar... superbe)... et quand l'histoire est simple, c'est d'autant plus aisé.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2730 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 23:51

 - En réponse à MisterM (Voir le message du 16/10/2013 à 18:28)


On dirait plutôt que c'est toi qui n'a retenu que ça dans nos commentaires.

ha, bon, bah autant pour moi, c'est juste que vous en avez pas mal parlé c'est tout, et ce n'était pas personnel, hein ?! J'en ai juste marre d'en entendre parler ! Le film dure trois heures quand même, 14 minutes sur 3 heures c'est fort peu. C'est aussi ce que je voulais dire !

Jeune et jolie, qui en a beaucoup, mais qui sont aussi essentielles à l'histoire. Ouiii, elles sont très bien, mais Ozon est un maître dans la matière . et voilà, maintenant c'est moi qui parle que de cul !

J'admets tout à fait avoir ri par gêne dans ce cas précis et ce n'est pas bon signe pour le film justement... Mais que ce soit clair : oui, j'aurais été tout aussi agacé si on m'avait imposé 7mn non-stop de cul inutile dans un film hétéro sur l'amour. Ok, je comprends !



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2730 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/10/2013 à 23:59

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 16/10/2013 à 19:31)


le cinéma érotique (dont le principe de suggestion et l'idée de la sensualité est 10x plus ambitieux que ne l'est le cinéma porno

Je suis d'accord avec ça, mais c'est bien le seul intérêt de film dits érotiques (ceux interdits aux moins de 16 ans qui sortent jamais en salles et passent tard sur la TNT quoi) !

Two Lovers, Basic Instinct, Sexe, Mensonge et Vidéo... ça touche dans l'érotisme de TRES haute qualité. Oh que oui !

Combien de films sortis au cinéma depuis le début d'année NE COMPORTENT PAS de romances ? Compare ce nombre aux autres films qui en comportent. Tu verras ainsi à quel point filmer ou raconter une histoire d'amour est l'un des trucs les plus banals du genre.
Après tu peux jouer avec le genre pour rendre la romance originale (faire un début de relation marrante, faire une conclusion complètement inattendue...) mais raconter le sentiment amoureux... mec... c'est le sujet de prédilection de tous les arts, quasiment.

Et faire une histoire banale n'est pas si réducteur. C'est au contraire l'opportunité pour les acteurs d'avoir la liberté de diviser par 0.
Bladerunner et Alien ont un scénario des plus banal... et pourtant ces films sont des apothéoses sur les autres aspects du film.

C'est d'ailleurs ça qui m'épate : c'est que Kechiche a, pour une fois, formidablement réussi à diriger ses actrices en leur offrant des dialogues bien digérés (la scène du bar... superbe)... et quand l'histoire est simple, c'est d'autant plus aisé.


Oui, je suis d'accord avec toi du coup, et j'ai trop vite jugé ton opinion !

Sur les cadrages, je serais beaucoup plus mesurée que toi, mais je comprends ce que tu veux dire !



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 836 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 06:25


il est marrant d'ailleurs- Spoiler : qu'au debut du film (Adèle n'a que 16 ou 17 ans) elle semble livrée a elle meme sans aucune autorité parentaleen plus les parents d'Adèle ont été vite oubliés(jaurais aimé voir leur reaction quand ils ont appris l'homosexualité de leur fille)  - 



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 1253 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 17:49

 - En réponse à phantasmo (Voir le message du 17/10/2013 à 06:26)


- Spoiler : ca c'est dans les scene coupé par kechiche. l'actrice l'explique dans une interwiew. ca se passait juste apres leur premiere scene d'amour et emma descendait manger un truc , nue , dans la cuisine, or elle est tomber sur la mere d'adele qui a compris de suite edt ya eu une enorme engeulade dans la chambre d'adele avec les parents et les deux amante nue.  - 



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 836 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 21:27

 - En réponse à allain92 (Voir le message du 17/10/2013 à 17:50)


donc il a coupé une dcène cruciale ce nul



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 645 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 22:12

 - En réponse à phantasmo (Voir le message du 17/10/2013 à 21:27)


Avec 750 heures de rush, il a du en jeter des morceaux oui



Anciennement ThiefSoul

" Ni dieu ni maître... même nageur !"
Jean Yanne


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 340 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 22:15

 - En réponse à allain92 (Voir le message du 12/10/2013 à 20:06)


a priori c la maison d'emma! elle lui dit "casses toi de chez moi"..je pensen que c'est adele qui emmenage chez elle



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 836 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 17/10/2013 à 22:22

 - En réponse à Alizée M. (Voir le message du 17/10/2013 à 22:15)


c'est ce que je pense aussi- Spoiler : vu que Adèle vivait chez ses parents  - 



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 4005 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 10/11/2013 à 15:07


Ca y est ! Je l'ai enfin vu !
Je confirme mon pressentiment : il aurait été plus logique que ce soit "le passé" qui ait la palme d'or du film, et "La vie d'Adèle" la palme d'or de l'interprétation féminine.
Mais, en tout cas, ce sont deux films que j'ai bien appréciés. Ils ont en commun une mise en scène focaliséé sur le réalisme, et un scénario bien travaillé à partir du triturage des relations entres personnages. Mais, la comparaison s'arrête là. Ashgar Farhadi est plus dans la maîtrise : cadrages classiques, et scénario basé sur la précision de l'enchaînement des situations. Adbelatif Kechiche est, lui, plus, dans le choix audacieux et discutable : cadrages serrés sur les visages, scènes étirées et ellipses.

La Vie d'Adèle, donc, j'ai bien aimé. J'aurais donc plutôt tendance à défendre ce film, même si finalement ses détracteurs peuvent taper juste dans leur critique sur pratiquement chacune des scènes présentes dans le film (ou au contraire non présentes), car, comme je l'ai dit plus haut, elles résultent de choix. Les scènes longues du film sont souvent truffées de visions ou de dialogues banals, mais ça contribue à l'immersion réaliste (en tout cas, ça m'a suffisamment immergé, moi). Moi aussi, j'ai attendu certaines scènes citées plus haut, pour me repérer dans la progression (chronologique, mais surtout scénaristique de l'histoire), mais je me suis rendu compte que Kechiche avait décidé de faire l'ellipse sur tel ou tel point. Du moment que ca n'empêche pas d'avoir de l'empathie pour ce que vit et ressent Adèle. Ainsi, les personnages secondaires sont développés que tant qu'ils servent à l'évolution psychologique d'Adèle. Une fois qu'on a compris comment Adèle évolue, voire va évoluer, les personnages secondaires disparaissent, sans que le réalisateur ne leur consacre une scène d'au-revoir (il en est ainsi notamment du groupe d'amies pimbêches du lycée, du bon ami Valentin, du collégue instititeur barbichu danseur de salsa, et même les parents, voire même Emma à un moment).
Bref, on peut parler de chaque scènes (y compris les scènes de sexe )



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2457 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 15/12/2013 à 11:33


J'ai tenté de me forcer à voir jusqu'au bout cette "contemplation béate" des affres de la vie quotidienne. Heureusement que mon téléphone était là pour me tenir compagnie entre deux expositions longues sur des moments essentiels de la vie de tous les jours ... comme manger des pâtes ou renifler/lécher l'arrière train de sa meuf pendant dix minutes.

Non mais vraiment il est grand temps que le cinéma français fasse sa purge et SURTOUT que l’État (notre argent !) stoppe le financement de certains artiste autoproclamé s'estimant géniaux car ils filment des conneries. ça leur rapporte de l'argent avec lequel ils peuvent venir étaler leurs atermoiements à deux balles sur la place publique (voir feuilleton sur les méthodes du réal) mais ça prive de vrais réalisateurs avec des vraies idées d'un financement. Le prochain Kubrick français pourra aller se faire foutre, on a KECHICHE ! La contemplation de la vie de tous les jours, avec le bruit de fond qui va avec, ça n'est pas du cinéma au sens stricto sensus de l'art. C'est juste du mimétisme bête et inutile mais on s'en fiche c'est tellement bien filmé ... LOL (j'ai jamais vu un cadrage aussi ennuyant, classique sans dimensions, sans âme).

Mais à filmer en gros plan et en boucle un poisson rouge dans son bocal, il reste peu vraisemblable de voir surgir Moby Dick. Du coup, on peut légitimement être vite saisi d'un doute, lequel a le temps de prendre corps au regard de la durée de la punition : 2h50 ! A ce rythme, même une heure et demie serait de trop.
Ne pourrait-on pas aussi soupçonner, dans cette obsession macroscopique à zoomer sur tout et surtout rien, un subterfuge venant masquer le vide immense autour d'Emma et Adèle, le vide autour du scénario pseudo intimiste crypto vacuitaire ? Quoi qu'il en soit, si on nous les prétend passionnées, les deux jeunes femmes ne sortent pourtant vaguement de leur torpeur que dès lors qu'elles s'ébattent. C'est un film pornographique dont l'argument de vente est le débat autour du mariage pour tous (thème sociétal inintéréssant qui aura parasité l'année 2013).

Alors peut être que ça va ravir les bobo socialo intégristes en mal de ce genre de film "engagé" (mot valise qui désigne un film ayant : du coeur, de la considération, des sentiments pour une cause minoritaire etc) pour la cause, en attendant on observera le gouffre entre les critiques dithyrambiques et les entrées en salle voire même les notes de spectateurs.

Encore un film encensé plus que la moyenne pour un résultat médiocre. D'un extrême à l'autre quoi...
J'oserai même ce bon mot, en écho au financement public du film :
"Le réalisateur kechiche ne sait pas d'ou il est parti. Il ne sait pas ce qu'il fait et quand il arrive quelque part, il ne sait pas ou il est. Et tout ça avec l'argent des autres !"
Vive le socialisme culturel (ils vont réussir à me faire voter à droite avec leur matraquage bobo dont la goutte déborde l'océan).

BREF ! Pourquoi ne pas prendre exemple sur les Etats-unis qui arrivent à être plus mesurés dans leurs façons de concevoir le CINEMA avec un C majuscule, pour un public vraiment averti et large.
Ce truc pour bobo n'a rien d'un film, mais juste d'une excuse vaguement culturelle pour aller voir un porno et en parler en société.

En attendant j'irais mettre mes 10 euros dans une place pour voir un film qui aborde des sujets plus essentiels que le nombril des catégories bobo sus-citées. Au moins pour Gravity/Inside Lewwey Davis/12 years a slave, on sort un peu des sentiers battus



"T'aime les omelettes ? Tiens je te casse les oeufs !"


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 4005 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 00:50

 - En réponse à M3TT3WS F4RR4LL (Voir le message du 15/12/2013 à 11:33)


J'ai l'impression que tu critiques autant ce qui tourne autour du film (ou tout du moins ce que tu crois qui tourne autour du film) que le film en lui-même.
Je reconnais qu il y a des choix de narration (scènes étirées et ellipses) qui peuvent agacer. Mais, globalement, j'ai bien aimé. Je n'ai pas vu les 2h50 passer. Y a quand même des scènes qui sont très fortes une fois qu'on est immergé dans le film : - Spoiler : l'apparition de la fille aux cheveux bleus dans le bar, la rupture, la discussion entre ex dans le café  - .
Et, puis la musique est pas mal, elle trotte dans la tête.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 11:41

 - En réponse à SamuelOTook (Voir le message du 16/12/2013 à 00:50)


Citation :
J'ai l'impression que tu critiques autant ce qui tourne autour du film (ou tout du moins ce que tu crois qui tourne autour du film) que le film en lui-même.

C'est aussi mon sentiment. Et puis se plaindre de l'existence même du film parce qu'on ne l'a pas aimé, c'est supposé que personne ne peut y trouver un intérêt. Or, je trouve que la démarche de Kechiche, bien qu'excessive, se rapproche grandement de son but de toucher à l'émotion brute, pour peu qu'on accepte de se laisser porter.

Quoi qu'il en soit je préfère voir de l'argent public dans ce film que dans la dernière comédie beauf à 3 millions d'entrées sur une bande de copains échangistes qui passent leur temps à se plaindre de leurs problèmes de prostate et de ménopause.



.

Statut : Modérateur
Membre depuis 3537 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 12:30

 - En réponse à MisterM (Voir le message du 16/12/2013 à 11:41)


C'est pas beau le procès d'intention que vous lui faites.


Citation :
Quoi qu'il en soit je préfère voir de l'argent public dans ce film que dans la dernière comédie beauf à 3 millions d'entrées sur une bande de copains échangistes qui passent leur temps à se plaindre de leurs problèmes de prostate et de ménopause.



Pour ma part, c'est bonnet blanc et blanc bonnet !
Je dirai même que les films du style La vie d'Adèle (film d'auteur chiant et moche) c'est pire qu'une comédie beauf. Et que ce n'est pas du tout incompatible avec l'histoire de copains échangistes qui passent leur temps à se plaindre de leurs problèmes de prostate et de ménopause.
Bien au contraire, on voit surtout ça dans des drames typiquement français.



Mon blog sur le cinoche:

http://jericho29.overblog.com/


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2457 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 13:24


Si vous lisez bien, je critique autant le film en lui-même (d'une pauvreté intellectuelle abyssale alors que le réalisateur semble placer son film comme un écrin du cinéma d'auteur ... (sic), et je critique aussi le phénomène autour du film, d'ou je tire ma conclusion du battage médiatique autour du film.

En bref il y a quelque chose de pourri au royaume du cinéma français. Trop de films, pas assez de perles (pourtant dans les années 90 c'était florrissant, il y avait de grands succès comme Tanguy, le Diner de cons, les visiteurs etc), que des navets lourdement subventionnés.

Il conviendra de faire le ménage dans ce milieu de pique-assiette pour valoriser les vrais talents qui sont noyés dans la médiocrité générale.

Plus personnellement je trouve que l'actrice principale ne dégage rien de transcedant. Elle s'exprime comme une racaille (vu en interview : la même), ne semble pas jouer au naturel un autre rôle que le sien. Léa Seydoux égale à elle-même : moyenne voire bof-bof.
Je prefère Sarah Forrestier à titre de comparaison.

Je ne comprends toujours pas que la palme d'or soit revennue à ce film plutot qu'a celui avec Bérénice Béjo...



"T'aime les omelettes ? Tiens je te casse les oeufs !"


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 13:53

 - En réponse à Jericho_Cain (Voir le message du 16/12/2013 à 12:31)


Citation :
ce n'est pas du tout incompatible avec l'histoire de copains échangistes qui passent leur temps à se plaindre de leurs problèmes de prostate et de ménopause.

Alors là... je ne vois vraiment pas comment tu peux dire ça. Enfin si peut-être, dans les deux cas on raconte la vie de gens "ordinaires". Mais Adèle n'est pas un film choral sur des Parisiens de 40 ans bien installés dans la vie, obsédés par leurs fantasmes et qui s'emmerdent en vacances. C'est l'histoire d'une personne qui se cherche, l'éclosion des sentiments, la passion amoureuse etc. Thèmes assez classiques mais qui qui n'ont rien à voir avec ce cinéma "beauf". Le tout avec une forme qui, à défaut de plaire à tous, a la qualité indéniable d'être originale. Comparer ça au tout-venant du cinéma français, ce serait un peu comme dire "Jeune et jolie = Le coeur des hommes 3".

Après je veux bien faire mon mea culpa sur le procès d'intention, il est clair que c'est bien le film que M3TT3WS n'a pas aimé, bien qu'il mélangeait un peu tout à côté.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 13:56

 - En réponse à M3TT3WS F4RR4LL (Voir le message du 16/12/2013 à 13:25)


Bah, chui aussi négatif sur ce film, mais pas aussi avancé que toi. Je trouve que les deux actrices jouent trés vraie et tout en profondeur (à ne pas prendre hors du contexte, bande de petits galopins) et je suppute qu'elles auraient mieux fait de gagner la palme d'interprétation féminine.


Citation :
Je ne comprends toujours pas que la palme d'or soit revennue à ce film plutot qu'a celui avec Bérénice Béjo...

Je penche pour plusieurs raisons :
- C'est un "film de lèvres" (équivalent féminin du "film de boulle") qui ne dispose de quasimment aucune censure... -12 ans pour ça, des internautes s'en sont choqué bien avant que je ne le fasse.
- C'est Kechiche qui réalise. On dira ce qu'on voudra, mais je pense qu'avoir un grand nom ça compte dans tous les domaines quand il s'agit de compétition.
- L'homosexualité montrée à l'écran s'encre dans un contexte politique français parfaitement synchrone. Beaucoup diront que je suis mauvaise langue (pas de blagues salaces s'il vous plait ) mais je pense que la politique se mêle bien plus souvent au jury du festival de Cannes qu'on ne voudrait nous le faire croire.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:04

 - En réponse à M3TT3WS F4RR4LL (Voir le message du 16/12/2013 à 13:25)


Pour moi, entre autres spectateurs, Kechiche est un "vrai talent". Dommage pour toi si tu n'y vois aucun intérêt, mais je suis content que ce genre d'auteur puisse faire ses films et qu'on l'y aide (surtout que c'est pas comme s'il en profitait, ses films doivent coûter peanuts), s'il y a du ménage à faire c'est ailleurs. Même si j'aimerais entendre quelques producteurs lui dire "coupe un peu plus!", il faudrait lui imposer Weinstein en producteur.

Sinon je trouve significatif que tu prennes les années 90 comme "époque florissante du cinéma français" en ne citant que trois comédies (très bonnes d'ailleurs), pas étonnant que tu détestes Adèle à ce point.

Citation :
Elle s'exprime comme une racaille

Je ne sais pas d'où tu sors ça. Pourtant j'ai passé mes études dans un lycée privé catholique et ça ne m'a pas choqué une seconde. Ah mais j'étais en banlieue, c'est peut-être pour ça.

Au moins on est d'accord que Le passé méritait davantage la palme.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:08

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 16/12/2013 à 13:56)


Citation :
et tout en profondeur (à ne pas prendre hors du contexte, bande de petits galopins)

Y a pourtant un quart d'heure de film qui incite à te prendre à la lettre. - Spoiler : J'adore ton idée : "film de lèvres", à marquer!  - 



.

Statut : Modérateur
Membre depuis 3537 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:23

 - En réponse à MisterM (Voir le message du 16/12/2013 à 13:53)



Citation :
Alors là... je ne vois vraiment pas comment tu peux dire ça.


Je parlais en général, je visais pas forcément La vie d'Adèle.
Les états d'âmes et les histoires de cul des bobos parisiens, ou des paysans issus de la province filmés sans talent, ce n'est pas ce qui manque dans un genre dit "sérieux". C'est même là dedans qu'on y trouve les plus belles purges.

Citation :

Comparer ça au tout-venant du cinéma français, ce serait un peu comme dire "Jeune et jolie = Le coeur des hommes 3".


Par pitié, ne me tend pas la perche, le cinoche de François Ozon je déteste copieusement !



Mon blog sur le cinoche:

http://jericho29.overblog.com/


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2883 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:37

 - En réponse à Jericho_Cain (Voir le message du 16/12/2013 à 12:31)



Citation :
Je dirai même que les films du style La vie d'Adèle (film d'auteur chiant et moche) c'est pire qu'une comédie beauf.

T'es vraiment sérieux ?
Je te laisse le temps de justifier le fond de ma pensée avant que ma bonne conscience de spectateur intolérant n'explose de colère après un tel jugement de valeur dont les conséquences pourraient être désastreuses pour l'intellect humain en général.



- Vous n'avez rien vu d'anormal ? Rien à signaler ?
- Ben... depuis un bout de temps je ressens comme une démangeaison entre les doigts de pieds... une mycose ou des champignons j'sais pas..."


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:46

 - En réponse à Jericho_Cain (Voir le message du 16/12/2013 à 14:23)


Citation :
Par pitié, ne me tend pas la perche, le cinoche de François Ozon je déteste copieusement !

T'es vraiment irrécupérable alors!



.

Statut : Modérateur
Membre depuis 3537 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:55

 - En réponse à Zefurin (Voir le message du 16/12/2013 à 14:38)


Vu que certains films arrivent à avoir un succès critique + succès publique + récompenses à Cannes et aux Césars.
Oui, c'est fondamentalement pire et ça donne raison à ceux qui financent à gogo des oeuvres, qui singent encore et toujours ce vieux cadavre que reprèsente la nouvelle vague.

Alors qu'une comédie beauf, au mieux elle marche bien au box office et c'est tout...



Mon blog sur le cinoche:

http://jericho29.overblog.com/


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 2457 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 14:57

 - En réponse à MisterM (Voir le message du 16/12/2013 à 14:05)


Et oui je soutiendrai que Adèle machin (l'actrice/le rôle : même prénom ) s'exprime et évolue comme une semi-racaille de banlieue avec ses "vas-y, wesh c'té trop b1en, j'ai kiffé ma race devant ce film etc..."

Je vous rappelle que j'ai son âge (la vingtaine depuis peu) et j'ai pas eu besoin d'avoir fait un lycée catholique pour regretter cette évolution tribale du langage chez les "djeunes" en particulier ceux montrés dans ce "film", Dans un film d'auteur qui plus est ... peut être que ce côté représentatif aurait pu être soigné un peu plus. Ici on est dans le cliché permanent.

J'habite à Lille et la quasi totalité des scènes filmées la bas m'ont permis de reconnaitre les rues en particulier celle de mon ancien lycée (j'ai même du passer mon bac dans le lycée d'adèle si ma mémoire est correcte). Alors je pense dire que la dimension Kaïra montrée par Kechiche est largement exagérée voire même étroite et empreinte de pariasianisme bobo.
C'est un des nombreux point noir du film


Citation :
Sinon je trouve significatif que tu prennes les années 90 comme "époque florissante du cinéma français" en ne citant que trois comédies (très bonnes d'ailleurs), pas étonnant que tu détestes Adèle à ce point.


Bah quoi, le cinéma français des années 90 c'est un peu comme l'âge d'o.. euh argent hollywoodien des années 70
Au moins on avait pas droit à la représentation permanente de la police de la pensée de gauche pour nous dire quoi soutenir, voir ou même supporter. Le cinéma était plus modeste, et si j'ose dire PLUS HUMAIN.
On est passé d'un cinéma bon enfant, de qualité, audacieux et à un cinéma tête-à-claques, servit par les mêmes grands clercs du milieu Parisien, sur les mêmes thèmes nombrilistes.

Le cinéma français n'est plus une fresque sociale, ou alors plus tellement, noyé sous les films que je critique ci dessus.



"T'aime les omelettes ? Tiens je te casse les oeufs !"


.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 15:44

 - En réponse à M3TT3WS F4RR4LL (Voir le message du 16/12/2013 à 14:57)


Peut-être est-ce parce qu'elle vit et évolue dans une banlieue ? Vu la façon de travailler de Kechiche, c'est certainement d'Exarchopoulos que vient cette façon de parler, on est à la limite du délit de sale gueule (ou plutôt d'accent ). En plus les seuls moments où elle parle vraiment de la sorte sont ceux où elle est sous pression (engueulade au lycée, rupture).
Après, que tu n'aies pas aimé ce détail du personnage parce que ça se passe à Lille (personnellement je ne m'en suis rendu compte qu'aux crédits, pour moi ça aurait pu se passer n'importe où en France) je peux comprendre. Mais ce n'est certainement pas un défaut du film car ça sous-entendrait qu'on ne devrait pas montrer un personnage qui parle "comme une caïra" quand il s'énerve.

Citation :
On est passé d'un cinéma bon enfant, de qualité, audacieux et à un cinéma tête-à-claques, servit par les mêmes grands clercs du milieu Parisien, sur les mêmes thèmes nombrilistes.

Il y avait tout autant de films "tête à claques" à cette époque qu'aujourd'hui, et les films "bon enfant" on croule dessous, rien que cette année : Casse-tête chinois, Boule et Bill, Les profs, 100% cachemire etc. Après c'est sûr qu'un Visiteur, ça ne se fait pas tous les ans! Y a quand même eu au moins deux excellentes comédies récemment, Les garçons et Guillaume et 9 mois fermes.



.

Statut : Allocinéen
Membre depuis 3785 jours
Envoyer un Message Privé
 

Posté le 16/12/2013 à 15:50

 - En réponse à Jericho_Cain (Voir le message du 16/12/2013 à 14:56)


Citation :
c'est fondamentalement pire

Définit "pire".
D'un côté on a les comédies/drames lourdingues (selon certains) qui se reproduisent automatiquement du fait de leur succès, de l'autre les films d'auteur prétentieux (selon certains) qui n'existeraient pas du tout sans soutien public ou prix "masturbintellobobos" (toujours selon certains). Pour moi ça signifie l'accès à une alternative au film grand public et ça me semble être une bonne chose, d'autant plus quand ce sont des films qui divisent (signe de parti-pris et donc de créativité).

Après je n'ai peut-être pas du tout compris en quoi ces films sont "pires" selon toi.




Avant de poster : lisez la Charte !



 

Retour au Forum Films & débats


 

Tous les Forums