Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Cannes 2016 : le doublé de Ken Loach, l'émotion Xavier Dolan... Que retenir du palmarès ?
Par Maximilien Pierrette — 23 mai 2016 à 00:30
facebook Tweet

Clap de fin pour Cannes ! La 69ème édition du festival s'est achevée sur la seconde Palme d'Or remportée par Ken Loach, avec une cérémonie où Xavier Dolan et la réalisatrice de "Divines" se sont illustrés.

Palme d'Or
1. Palme d'Or +
Lire la suite

Avec 7 films primés sur les 21 en lice, le jury de George Miller a tranché... et fait parler. Dans la foulée de la Palme d'honneur remise à un Jean-Pierre Léaud ému, et qui nous rappelait qu'il était "né à Cannes" grâce aux 400 coups, le réalisateur de Mad Max : Fury Road a dévoilé le palmarès de cette 69ème édition. Et sacré un habitué.

Le doublé de Ken Loach

Festival de... Ken ! Le cinéaste anglais a en effet remporté la deuxième Palme d'Or de sa carrière, 10 ans après celle remise par Wong Kar-Wai au Vent se lève. Passé en début de Compétition, il intègre le club très fermé des doubles palmés. Pas mal pour celui qui était censé avoir pris sa retraite après Jimmy's Hall, mais qui en était sorti pour tourner ce que Thierry Frémaux décrit comme son "nouveau dernier film". En attendant le prochain ?

Ancré dans l'actualité, grâce aux problématique sociales qu'il soulève, et très bien interprété, Moi, Daniel Blake n'avait pas soulevé un enthousiasme délirant, et davantage plu à la presse française qu'au reste du monde. Mais le jury de George Miller s'est visiblement rangé du côté des journalistes hexagonaux, et on peut maintenant se demander si Ken Loach prendra sa vraie retraite sur cette victoire, ou si cette dernière sera synonyme de nouveau départ.

Moi, Daniel Blake - EXTRAIT VOST "L'expulsion"

L'émotion Xavier Dolan

Deux ans après le raz-de-marée généré par Mommy, Prix du Jury du Festival de Cannes 2014, les premiers retours ont fait craindre une volée de bois vert pour le réalisateur québecois, pour sa deuxième participation à la Compétition. Mais non. Car s'il a clairement divisé et déchaîné les passions, Juste la fin du monde a fait mieux que son prédécesseur, en s'adjugeant le Grand Prix. Et en devenant le premier long métrage avec Marion Cotillard à repartir de la Croisette avec un trophée, les précédents (de The Immigrant à Macbeth, en passant par Deux jours, une nuit) ayant tous fait chou blanc.

Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence

Emu aux larmes il y a deux ans, le jeune prodige l'était encore plus au moment de venir chercher son Grand Prix et a multiplié les remerciements, aussi bien envers Cannes et son délégué général Thierry Frémaux, que sa muse Anne Dorval. Absente de son nouveau long métrage, c'est pourtant elle qui lui avait fait découvrir la pièce que Dolan adapte ici : "J’espère tellement ne pas avoir déçu Jean-Luc Lagarce", a déclaré le cinéaste sur scène, en invoquant la mémoire de l'auteur décédé en 1995.

Comme en 2014, où l'on aurait pu croire qu'il venait de remporter une Palme d'Or, Xavier Dolan a ensuite passé la vitesse supérieure dans son discours, en faisant monter le curseur émotionnel d'un bon cran : "Tout ce qu’on fait dans la vie, on le fait pour être aimé, pour être accepté", a-t-il déclaré devant le public du Grand Théatre Lumière. "Plus je grandis, plus je réalise qu’il est difficile d’être compris. Votre confiance me montre qu’il faut parler de soi. Même si l’émotion voyage parfois mal, elle arrive toujours à destination. La bataille continue, je ferai des films toute ma vie. Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence."

Les grands absents

Si l'on a longtemps cru que Juste la fin du monde allait être absent du palmarès, d'autres longs métrages semblaient promis à un prix... qui leur a finalement échappé. Paradoxe cannois, quand tu nous tiens. Car si les absences de Rester vertical, Ma loute ou The Last Face étaient attendues, Mademoiselle et Toni Erdmann faisaient figure de favori. Une Palme leur aurait d'ailleurs permis de rattraper l'injustice de 2004, quand Old Boy avait été devancé par Fahrenheit 9/11, ou de sacrer la première réalisatrice depuis Jane Campion en 1993.

On notera aussi que Pedro Almodovar, chouchou de la presse française avec Julieta, en salles depuis le 18 mai, est une fois de plus reparti bredouille, alors que son beau mélo pouvait au moins prétendre à un Prix de la Mise en Scène, ou offrir une récompense à la belle Adriana Ugarte, révélation de son nouveau film. Lequel est le troisième d'affilée à faire chou blanc sur la Croisette, après Etreinte brisées et La Piel que Habito. De là dire que le cinéaste espagnol est maudit...

Rossy de Palma lui prédisait pourtant la Palme :

Du côté des frères Dardenne, il faudra aussi repasser pour être les premiers à décrocher une troisième Palme d'Or : La Fille inconnue, dans lequel ils dirigeaient Adèle Haenel, a été l'une des grosses déceptions de ce 69ème Festival de Cannes, et son absence au palmarès est plus logique que celle de Deux jours, une nuit, en 2014.

Le vent de folie de Divines

Mention Spéciale SACD à la Quinzaine des Réalisateurs, où il a fait beaucoup de bruit, Divines a fait souffler un vent de folie sur la scène du Grand Théâtre Lumière, lorsque le long métrage a remporté la Caméra d'Or remise au meilleur premier film, toutes catégories confondues. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la réalisatrice Houda Benyamina n'a pas été tétanisée par l'émotion, puisque son (long) discours a été des plus énergiques.

Cannes est à nous, les femmes !

"T'as du clito !", a en effet crié la cinéaste à l'encontre d'Edouard Waintrop, sélectionneur de la Quinzaine, en référence à l'une des répliques les plus marquantes de Divines. Alors que beaucoup ont, comme chaque année, pointé du doigt la faible représentation des réalisatrices dans les diverses sections, Houda Benyamina a fait parte de son envie de voir les choses changer en criant : "Cannes est à nous, les femmes !"

Non contente d'avoir fait le spectacle, la réalisatrice du film, qui n'a pas encore de date de sortie dans nos salles, nous a aussi offert l'autre phrase de la soirée : "On a pas le droit d’être fatiguées quand on fait du cinéma, parce qu’on fait le métier de l’amour."

L'énergique équipe de "Divines" à notre micro :

Cannes 2016 : le palmarès complet

Voir le diaporama
Diaporama
Cannes 2016 - Le Palmarès : une 2e Palme pour Ken Loach
10 photos
facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Diaporamas recommandés
Zombi Child, La Horde, Goal of The Dead... 8 films de zombies français à dévorer
NEWS - Culture ciné
samedi 15 juin 2019
Zombi Child, La Horde, Goal of The Dead... 8 films de zombies français à dévorer
Chucky VS Toy Story 4 : la poupée maléfique s'en prend aux jouets Pixar dans une série d'affiches décalées
NEWS - Vu sur le web
samedi 15 juin 2019
Chucky VS Toy Story 4 : la poupée maléfique s'en prend aux jouets Pixar dans une série d'affiches décalées
La Reine des neiges 2, la suite de Shining, Jean Dujardin chez Polanski... Les photos ciné de la semaine
NEWS - Vu sur le web
samedi 15 juin 2019
La Reine des neiges 2, la suite de Shining, Jean Dujardin chez Polanski... Les photos ciné de la semaine
Men in Black : 11 stars qui sont des aliens selon les films
NEWS - Culture ciné
vendredi 14 juin 2019
Men in Black : 11 stars qui sont des aliens selon les films
Voir tous les diaporamas ciné
Top Bandes-annonces
Beaux-parents Bande-annonce VF
Tolkien Bande-annonce VO
Rojo Bande-annonce VO
Late Night Bande-annonce VO
Child's Play : La poupée du mal Bande-annonce VO
Le Daim Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Back to Top