Notez des films
Mon AlloCiné
    "Noire n'est pas mon métier" : 16 actrices le poing levé sur les marches de Cannes
    Par Brigitte Baronnet — 27 mai 2018 à 10:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    C'était l'une des images fortes du Festival de Cannes qui s'est achevé le week-end dernier : la montée des marches d'un collectif d'actrices noires, à l'origine d'un livre qui vient de sortir "Noire n'est pas mon métier". Présentation.

    Les actrices de "Noire n'est pas mon métier" à Cannes
    3. Les actrices de "Noire n'est pas mon métier" à Cannes +

    Nadege Beausson-Diagne, Mata Gabin, Maïmouna Gueye, Eye Haïdara, Rachel Khan, Aïssa Maïga, Sara Martins, Marie-Philomène NGA, Sabine Pakora, Firmine Richard, Sonia Rolland, Magaajyia Silberfeld,  Shirley Souagnon, Assa Sylla, Karidja Touré et France Zobda.

    Elles sont 16. 16 actrices à témoigner sur les stéréotypes, le racisme et sur la question de la diversité. Pour donner le coup d'envoi médiatique de ce livre qui vient de sortir, Noire n'est pas mon métier, édité au Seuil, elles étaient présentes à Cannes pour monter les marches et rencontrer les professionnels et la presse pour présenter leur collectif.

    Le point de départ de ce mouvement remonte à début 2018, indique la comédienne Aïssa Maïga. "J’ai proposé aux comédiennes d’écrire ce livre fin janvier. J’étais en discussions pour un autre projet avec une journaliste qui s’appelle Charlotte Rotman. Elle est journaliste mais elle est aussi éditrice du livre. C’est allé très vite. On s’est mis en ordre de marche. Il a fallu réunir les comédiennes et puis se donner un cap, une direction. On avait un mois pour boucler tous les textes."

    Nous sommes toutes issues de cette diversité, et pour certaines, nous n’avons pas eu de modèles

    "Nous avons un objectif commun, poursuit Aïssa Maïga. Nous sommes toutes issues de cette diversité, et pour certaines, nous n’avons pas eu de modèles. Nous avions envie de parler à la France, de dire que nous sommes là, que nous existons, et que nous avons besoin d’être aussi des modèles, certains modèles dont nous avons manqué. Nous avions aussi envie d’être des modèles pour les jeunes, pour la jeunesse qui vient, de parler aussi au cinéma français, à la télévision française, au théâtre français, pour dire que nous pouvons incarner des rôles, tout simplement. Pas simplement des rôles de noires, mais des rôles de comédienne, d’actrice. Parler aussi à des décideurs, des gens d’élite, qui peut être ne nous voient pas, ou ne nous ont pas vus. C’était une parole commune pour raconter des témoignages. Manifester notre envie de dire à la République française que nous sommes là."

    Nous avions envie d’apporter cette valeur symbolique très forte sur le tapis rouge 

    "Le livre est sorti le 3 mai à dessein. La maison d’édition voulait que ce livre sorte dans un grand rendez-vous du cinéma. Il était trop tard pour les César, et donc le Festival de Cannes s’est imposé. On s’est mises en ordre de marche pour être présente sur le tapis rouge pour apporter ces valeurs devant la presse française et étrangère, et devant tous les spectateurs qui regardent la cérémonie. Et pour rappeler qu’avant tout, avant d’être des co-auteures sur ce projet, nous sommes des actrices. Nous avions envie d’apporter cette valeur symbolique très forte sur le tapis rouge."

    "Je suis actrice, mais je me suis mise de l’autre côté du miroir, confie France Zobda. Je suis productrice aujourd’hui, depuis 10 ans. Parce que justement cette non-représentativité a fait qu’il fallait, à un moment donné, des gens qui soient dans l’ombre pour nous mettre dans la lumière. Je me suis mise en un peu retrait pour permettre justement la visibilité dans les films de toutes ces actrices qui sont là, mais il y en a encore plein d’autres. Nous ne sommes pas seules, et je pense que nous avons toutes le même objectif."   

    Autour d'Aïssa Maïga, plusieurs actrices du collectif ont témoigné à l'occasion de cette conférence de presse donnée à l'occasion du Festival de Cannes.

    "Nous avons l’espoir d’un changement, lance Firmine Richard. Je suis la doyenne de cette génération de femmes qui veulent faire du cinéma. C’est vrai que quand j’ai fait Romuald et Juliette, j’ai certainement donné l’envie à beaucoup de jeunes de faire du cinéma, d’autant qu’il y avait des enfants dans ce film. Le résultat est tel que celles qui sont là maintenant et ont pu faire un film se rendent compte que ce n’est pas si évident. Je me devais effectivement de prendre la parole pour leur dire : il faut continuer ! Et faire savoir que nous avons envie de donner des repères à ces jeunes qui arrivent. Nous avons envie de leur raconter des belles histoires. Je considère que j’ai de la chance (…) Je me devais de dire qu’il faut s’accrocher, que ce n’est pas simple. Dire que nous sommes là, que nous voulons prendre part entière, et que les jeunes aient des exemples, aient encore envie de rêver."

    "Je suis heureuse de faire mon métier, mais je pense qu’il y a des charnières qui ne sont plus envisageables aujourd’hui, affirme Sonia Rolland. Donc c’est un rendez-vous avec le métier, dans son ensemble, les hommes, les femmes, les acteurs, les journalistes. On aimerait que le cinéma nous intègre telles que nous sommes aujourd’hui, et pas dans des images d’Epinal. Ce n’est pas un monde élitiste blanc, et nous la caution diversité. Nous faisons partie de la France, nous avons envie d’être intégrées dans cette France que nous aimons."

    Précisons qu'outre la publication du livre Noire n'est pas mon métier par ces 16 actrices, un collectif a été créé, intitulié Diaspora. Ce collectif qui est en train de se mettre en place parallèlement à la sortie du livre a notamment pris part à une marche organisée la semaine dernière contre le racisme et l'esclavage.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • 15 conseils lectures ciné-séries pour l'été !
    • Cannes 2018 : le discours engagé de Cate Blanchett sur les marches du palais
    • Cannes 2018 : 82 femmes... et Vincent Cassel montent les marches
    Commentaires
    • C?venole30
      Autre film culte avec un grand rôle de ... femme de ménage pour une très grande actrice, Annie Girardot : elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas mais elle cause. Il ne faut pas se fier à la modestie du personnage incarné, ce peut être un excellent rôle !
    • MacArno
      Tout à fait d'accord avec toi, il y a plein de films où le talent est présent. Autre exemple : Whoopi Goldberg dans la couleur pourpre
    • C?venole30
      Il n'y a rien d'humiliant à jouer un rôle de femme de ménage. De très grandes actrices ont interprété des rôles extraordinaires de femmes toutes simples (pour l'exemple, Jeanne Moreau a joué une femme de chambre dans Le journal d'une femme de chambre). C'est le talent qui fait la différence.
    • Awshit
      La victimisation et la pleurniche c'est pourtant très lucratif
    • KRMA V.
      Et surtout de culture cinématographique les gens ont trop tendance à mélanger politique et cinema, et apres forcement ça devient difficile de créer des oeuvres universelles.
    • MacArno
      Le film 12 ans d'esclavage est un film parlant des noirs et de l'esclavage... Ce film est très bon et je pense qu'il met en avant la couleur et la différence alors noire est pas ton métier mais peu représenter ce que tu es vraiment et aussi tes ancêtres.... Respecte ta couleur, tes origines, tes valeurs. Jouer une femme de ménage ne te plait pas ? Ne le fais pas.Il y a tant de films et d'histoires qui peuvent mettre en valeur les noirs , comme le majordome , ce n'est pas juste un noir au service d'un blanc...Tout est une question de choix et pas d'obligation.
    • zarathou
      On peut aussi inventer un rôle, comme Tarantino l'a fait dans Pulp Fiction pour Samuel L. Jackson (un rôle que tu as souligné plus bas et qui est sans background stéréotypé d'un point de vue social) ou Jamie Foxx dans Collateral (un rôle avec background social stéréotypé mais qui ne fait pas dans la victimisation et ne subit pas le récit). Seulement ça c'est aux États-Unis et c'est une histoire d'hommes.
    • zarathou
      Faut bien manger Barbo69, t'as bien fait des jobines pas sexy pour après espérer passer à autre chose lol. Ça sert à rien de pousser le cynisme trop loin à chaque fois.
    • Hispida
      Quels films ou quels rôles par exemple? les stéréotypes viennent de quelque part... Quand on fait un rôle on fait un rôle crédible, par exemple si je devais faire un tueur en série au ciné je prendrait surement un blanc étant donné que bien 80 ou 90% sont blancs selon les statistiques, pour les jeunes des cités ben c'est pareil, aucun racisme juste réaliste, a voir si la réalité est raciste
    • Hispida
      Et? c'est exactement pareil, elles ont tout autant réussit si elles sont la donc crier à la stigmatisation etc ça me fait rire, c'est fini les années 50, regarde les artistes vu dans les médias, la racisme systémique n'est plus!
    • Barbo69
      Elles estiment mériter mieux mais il ne faut pas oublier non plus que c'est elles qui ont choisie ce rôle de noir dans le cinéma. Personne ne les a forcer.
    • C?venole30
      Tous ceux qui ne trouvent pas de rôle leur plaisant et correspondant à leur profil dans les films pourraient faire les mêmes revendications. Et, au fait, pourquoi les hommes (noirs) eux n'ont-ils pas manifesté en levant le poing ? Est-ce un problème uniquement féminin ?
    • C?venole30
      Je parle de Weinstein, un homme accusé de viol pour l'instant. Et je pense que le Festival de Cannes perd beaucoup de son prestige en laissant des gens venir y cracher publiquement leur haine et régler leurs comptes, que ce soit justifié ou non d'ailleurs (et pour l'instant ce ne l'est pas). Sauf erreur, même dans un tribunal on ne fait pas cela. (on y témoigne sans haine, au tribunal et on n'écoute pas que l'accusation ) ... Cette manifestation devient plus politique que cinématographique, l'ambiance y est de moins en moins 'festive comme il se devrait dans un festival et tout cela n'a plus grand chose à voir avec un vrai festival de cinéma..A ce rythme là il va intéresser de moins en moins de monde. Je crois bien que le festival de Cannes est sur le déclin.
    • Christopher K.
      Tu te sens mieux? Ta triste vie est toujours la même...
    • Christopher K.
      Tu parles de Weinstein le violeur? Celui qui harcelait les femmes? C'est vrai qu'il doit être traité avec plus d’égard et de courtoisie. Après tout ce n'est pas ta mère qu'il a violé.
    • Christopher K.
      Alors toi tu mérites la palme d'or de la bêtise . Ta stupidité est consternante. Il s'agit d'actrice FRANÇAISE; qui parlent du cinéma FRANÇAIS.
    • Christopher K.
      Une belle brochette d'imbéciles, d'incultes et/ou de fascistes dans l'espace commentaire.Comment être stupide et borné au point de ne pas comprendre le message , elles estiment mériter mieux que des rôles stéréotypés; plus de Fatoumata la femme de ménage ou de Fati la réfugiée. Utilisez votre cerveaux .
    • Hispida
      Je pense que ce qu'elle veulent dire c'et que leur rôle est de souvent joué une personne noire dont la couleur est importante pour l'histoire comme dans le femmes de l'ombre ou 12 years a slave, évidemment qu'une personne noire jouera forcement quelqu'un de noir mais il ne devrait pa être résumé ça, et elles ont raisons mais c'est déjà le cas désolé comme Domino par exemple dernièrement, en aucun cas il n'est fait mention de sa couleur, au-delà de ça elle à été choisi parce que noir.
    • JWH !
      - Pas simplement des rôles de noires, mais des rôles de comédienne, d’actrice.Bah oui mais bon, vu votre couleur, il n'y a pas d'autres possibilités ! Enfin si mais pas énormes quoi.Quand un blanc se grime en noir il y a polémique, alors si un noir se grime en blanc pour ne pas avoir un rôle de noir, ça donne quoi ?Et après ça parle de quota pour justement pouvoir insérer les minorité au Cinéma... voire un quota pour équilibré entre réalisateurs et réalisatrices.Discours totalement incohérent ! Et hypocrite, comme cette Marche des 82 femmes a Cannes. Sans le scandale, personne n'aurait eu cette idée.
    • Hispida
      De pire en pire... pas simplement des rôles de noires ça veut dire quoi ça? Samuel L Jackson joue t'il un noir dans pulp fiction ou l'est-il simplement, Idris Elba dans la tour sombre, Gamora dans le MCU etc? Tous les rôles dans Black Panther ne leurs conviennent pas alors vu qu'ils y sont parce que noires (le film à pourtant bien été reçu). Quand un acteur blanc joue un rôle (n'importe) joue il rôle de blanc?? Et puis à un moment donné faut arrêter, les nanas en questions sont des stars de Hollywood payés je ne sais combien, parades dans les grandes soirées mondaines, payés à mettre des robes et des bijoux hors de prix, elles ont eu la chance de faire un metier de rêve que certaines blanches que vous pestez n'ont pas eu l'occaz d'avoir et ça se plaint encore et toujours, leur réussite est quand même un indice montrant que ça se passe plutôt pas mal...
    Voir les commentaires
    Back to Top