Mon AlloCiné
    Sundance 2019 : cette année, les réalisatrices sont en majorité !
    Par Gauthier Jurgensen (@GauthJurgensen) — 29 nov. 2018 à 19:02
    facebook Tweet

    Succédant à Trevor Groth à la tête de la programmation du Festival du Film Indépendant de Sundance, Kim Yutani a misé sur la parité et n’a délaissé aucune communauté dans sa sélection 2019.

    Shia LaBeouf dans Honey Boy
    1. Shia LaBeouf dans Honey Boy +
    Sélectionné en compétition dans la sélection américaine, il joue son propre père dans un biopic qui lui est consacré par la réalisatrice Alma Har'el.
    Lire la suite
    La diversité semble avoir été le maître mot, cette année, lors de la composition des différentes sélections du prochain Festival Américain du Film Indépendant de Sundance. Selon les chiffres annoncés par Variety : 53% des réalisateurs sélectionnés sont des femmes et les différentes communautés ethniques ou sexuelles seront représentées aussi bien devant que derrière la caméra.

    La liste complète des films en compétition US :

    • Before You Know It de Hannah Pearl Utt avec Hannah Pearl Utt, Jen Tullock, Judith Light
    • Big Time Adolescence de Jason Orley avec Pete Davidson, Griffin Gluck, Jon Cryer
    • Brittany Runs A Marathon de Paul Downs Colaizzo avec Jillian Bell, Michaela Watkins, Utkarsh Ambudkar
    • Clemency de Chinonye Chukwu avec Alfre Woodard, Aldis Hodge, Richard Schiff
    • The Farewell de Lulu Wang avec Awkwafina, Tzi Ma, Diana Lin
    • Hala de Minhal Baig avec Geraldine Viswanathan, Jack Kilmer, Gabriel Luna
    • Honey Boy de Alma Har’el avec Shia LaBeouf, Lucas Hedges, Noah Jupe
    • Imaginary Order de Debra Eisenstadt avec Wendi McLendon-Covey, Christine Woods, Max Burkholder
    • The Last Black Man in San Francisco de Joe Talbot avec Jimmie Fails, Jonathan Majors, Rob Morgan
    • Luce de Julius Onah avec Naomi Watts, Octavia Spencer, Tim Roth
    • Ms. Purple de Justin Chon avec Tiffany Chu, Teddy Lee, Octavio Pizano
    • Native Son de Rashid Johnson avec Ashton Sanders, Margaret Qualley, Nick Robinson
    • Share de Pippa Bianco avec Rhianne Barreto, Charlie Plummer, Poorna Jagannathan
    • The Sound of Silence de Michael Tyburski avec Peter Sarsgaard, Rashida Jones, Tony Revolori
    • Them That Follow de Britt Poulton et Dan Madison Savage avec Olivia Colman, Kaitlyn Dever, Alice Englert
    • To The Stars de Martha Stephens avec Kara Hayward, Liana Liberato, Jordana Spiro

    Cette année, la France sera représentée en sélection "Premieres" par le premier long métrage de la comédienne et cinéaste Laure de Clermont-Tonnerre qui dévoilera The Mustang, avec Matthias SchoenaertsConnie Britton et Bruce DernAissa Maiga sera aussi au générique de The Boy Who Harnessed the Wind, première réalisation de l’acteur Chiwetel Ejiofor.

    En tout, 112 films de fiction et documentaires venus du monde entier seront à découvrir dans les différentes sélections ouvertes à tous types de films (y compris l’horreur et l’épouvante avec la catégorie "Midnight").

    >>> Retrouvez la sélection complète sur le site officiel
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • ScaarAlexanderTrox
      Dans quel monde je vis ? Euh. La réalité. Que je ne confonds pas avec mon entourage, contrairement à ce que tu sembles faire. Mais vivre dans son monde, c'est super-pratique, pour tomber dans le panneau d'une idéologie qui t'offre une grille de lecture du monde clé en main, et te déconseille de te renseigner un peu sur les faits. En clamant quelque chose d'aussi ridicule que il n'y a pas de différences entre l'homme et la femme, façon à toi de dire que le genre est une construction sociale (et que tu vis moyennement ta bisexualité ? :D), tu adhères, cher ami, à la fameuse idéologie du gender. Désolé. Allez, je vais être sympa et te donner quelques pistes. Tu en fais ce que tu veux, après. - Premièrement, un peu de bon sens. Comment la femme, dont le corps se rappelle à elle tous les matins, dont le corps accueille la vie, pourrait-elle être semblable à l’homme ? Sur tous les plans ? Juste une question. - Et une deuxième, elle aussi de bon sens, tiens : si les différences H/F sont le résultat de ce que la société veut nous vendre, comme tu dis, comment se fait-il que nombre de ces différences se retrouvent d'un bout à l'autre du monde, dans des environnements culturels distincts ? C'est quoi ta société magique au singulier, au juste, du coup ? - La réalité, c'est que réduire les différences H/F ne sont qu’affaire de culture et non de nature ne fait aucun sens : cela ne peut qu’être les deux, et avancer que l'ingénierie sociale un rôle plus important que la génétique ne se base sur aucune étude sérieuse. Le consensus scientifique des cinquante dernières années est qu'il y a des différences biologiques fondamentales entre hommes et femmes. La quantité d’œstrogènes et de testostérone est un facteur déterminant… parmi d’autres. - Il y a un cerveau masculin, et il y a un cerveau féminin : ils opèrent différemment, ils ne se développent pas de la même façon en divers endroits, ils ont différents niveaux de neurotransmetteurs, ils répondent différemment aux stimulis. Une quantité d'études incontestées et consultables en ligne montre depuis des décennies qu’un bébé garçon et un bébé fille, placés dans le même environnement, ne réagiront pas de la même manière à un même stimuli : le garçon s’arrêtera plus longtemps sur les objets mécaniques que la fille, et la fille s’arrêtera plus longtemps sur les visages que le garçon. D’où la présence massive d’hommes dans l’ingénierie, la chimie, et tout ce qui est tech, et de femmes dans la biologie, et tout ce qui est social. Et cette différence se retrouve chez les primates : le mâle chimpanzé se tournera plus vers l’objet, et la femelle vers le bébé chimpanzé. Gobent-ils, eux aussi, ce que leur vend ta vilaine société ? - En parlant de société et de secteurs d'activités, dans les pays scandinaves, qui se sont le plus développés dans le sens de l'égalité H/F (donc pas vraiment réacs), les différences entre les deux sexes se sont maximisées – ce fait ayant été établi par des études scientifiques effectuées dans les pays concernés, et confirmé par une variété d'études indépendantes. 85% du personnel infirmier sont des femmes, et 85-90% des ingénieurs sont des hommes. Cela ne veut dire qu’UNE chose : que les intérêts divergent d’un sexe à l’autre. Ce qui tombe sous le sens, mais bon. - Les hommes sont naturellement plus agressifs et les femmes plus émotives : c’est un fait (et le truc qui est génial, c'est que tu dois être à fond dans #metoo, qui, au final, ne fait qu'exagérer les différences entre les sexes, mais c'est pas grave). Les recherches sur les effets de la testostérone sur l’humeur, le degré de confiance en soi, l’esprit de compétitivité, et naturellement la force physique, sont établies scientifiquement. Vois les effets de la testostérone prénatale sur le cerveau en développement : même avant la naissance, cette exposition fait la différence entre la façon dont les êtres de sexe masculin pensent et les êtres de sexe féminin pensent. Avancer l’inverse revient à penser qu’un fœtus peut être influencé par les conventions hétéro-normatives de ta vilaine société patriarcale. L’environnement joue un rôle évident dans l’élaboration de notre identité, mais EN RIEN il ne prévaut sur la biologie (désolé pour ce déterminisme). Tu as un problème avec la biologie ? Les filles crient plus facilement que les garçons : tu veux corriger ça sous prétexte d'inégalité ? Qui viendrait d'où, du fait qu'on leur apprend à crier sans raison dès la plus tendre enfance ? - Pour finir, ce qui m'ennuie, avec ton laïus, c'est qu'il crache sur quelque chose de magnifique, qui est la dichotomie H/F, celle qui fait la complémentarité du couple, et nie les réalités, again. Par exemple, l’homme a de tout temps été celui qui protégeait et pourvoyait, la femme étant trop occupée à enfanter, fait qui a conditionné sa vie jusqu'à l'apparition de la pilule (ça fait long), et a fait d'elle ce qu'elle est. Des centaines de milliers d’années d’expérience de cette complémentarité ne pouvaient QUE faire de l’homme un être plus puissant physiquement et prompt à l'action (puisque c'est lui qui allait chasser = plus grandes capacités cognitives, et plus grande tendance à la prédation), et de la femme un être forcément plus modéré, conciliant, et... ben, maternel. Mot qui ne comporte aucune connotation négative et n'a rien de réducteur, contrairement à ce qu'avancent les fangirls de Simone de Beauvoir. Nier cette réalité au nom d’idéaux radicaux fondés sur une vision dangereusement constructionniste et égalitariste du monde, que tu n'as de toute évidence pas pris le temps d'élaborer, n'est pas une bonne idée. En d'autres termes : faut se réveiller, un peu.
    • Hunnam29
      Bah ouais c'est bien connu, côté aspiration la femme elle passe l'aspi et puis c'est tout. J'te jure quoi, tu vis dans quel monde pour dire que les femmes et les hommes n'aspirent pas aux mêmes choses ? Mise à part ce que la société veut nous vendre depuis beaucoup d'années, il n'y a pas de différence entre les deux. Je ne sais pas quel est ton entourage, mais personnellement je suis entouré de femmes qui sont dans absolument tous les domaines (éducation nationale, ingénierie, bâtiment, architecture, librairie, médecine, recherche...). C'est vraiment des idées fausses et old school de croire le contraire.
    • Hunnam29
      Non mais on ne demande pas, dans 20 films sélectionnés d'avoir pile poil 10 réalisés par un homme, et 10 réalisés par une femme. L'égalité c'est pas pile se trouver au milieu. Au sens propre oui, mais c'est jamais le cas pour rien, c'est purement utopique ça. Et c'est justement quand tu vises du 50/50 que tu risques de forcer la chose politiquement parlant, et non artistiquement parlant. Faut que ça puisse naturellement être parfois majoritaire d'un côté comme de l'autre, tout en ayant pour but l'aspect artistique. Faut pas qu'un parti soit boudé, c'est ça l'égalité. Du 40/60%, personne ne dirait rien. Quand c'était historiquement, du 5/95%, il y avait comme un petit hic, non ? Comme je le disais plus haut, si artistiquement la sélection est ce qu'elle est, on s'en fout royalement du genre de la personne derrière la caméra. Effectivement après, il y a toujours le risque que ce soit purement politique et que ça nuise à la sélection... On verra bien ce que donneront les films de Sundance cette année. En tout cas la terre est peuplée de gens très talentueux, femmes ou hommes :) donc j'ai envie de croire qu'on aura quelques films de Sundance qui sortiront du lot comme chaque année. Et faut bien comprendre aussi qu'IL Y A plus de femmes qui vont réaliser maintenant, étant donné qu'on va leur ouvrir plus les portes du métier. Qui dit plus nombreuses sur le marché du film, dit forcément plus nombreuses aux festivals également. Sauf si elles font toutes des films pourris, mais ce ne sera pas le cas, il n'y a pas de raison que ce le soit.
    • singeou7
      Il y a une notion de symétrie dans la parité. Être en majorité est suffisant pour dire qu'il n'y a pas la parité ici.
    • singeou7
      L'égalité n'est pas la parité.
    • ScaarAlexanderTrox
      Avez-vous des données concrètes sur le pourcentage de femmes désirant devenir réalisatrices par rapport à celui d'hommes désirant devenir réalisateurs ? Je demande ça parce que les femmes et les hommes n'aspirent pas aux mêmes choses, donc c'est un élément à prendre en compte.
    • ScaarAlexanderTrox
      Qu'une phrase de constat ? Depuis quand la politique n'est-elle qu'une phrase ? ^^ L'idéologie contamine la politique depuis plus de deux siècles, et la massification de l'information a donné un coup d'accélérateur à ce phénomène. Tant que le festival de Sundance reste fidèle à lui-même ?. Impossible, puisqu'il est contaminé... Je l'ai dit dans mon précédent commentaire : la discrimination positive n'a rien à voir avec l'égalité (dans le sens de l'équité, de ce qui est juste). Vous croyez vraiment qu'en privilégiant toutes les communautés (sic à cette affirmation à l'emporte-pièce) au nom du politiquement correct, c'est-à-dire en donnant autant, voire plus d'importance à l'identité de l'auteur d'une oeuvre qu'à l'oeuvre-même, ça ne va pas avoir d'effet sur la qualité de l'ensemble ? On voit déjà les effets désastreux de la discrimination positive dans les universités, dont l'essence est méritocratique. Donc, effectivement, ce n'est en théorie PAS le cœur du sujet... le cœur du sujet, c'est le cinéma... mais l'idéologie a changé ça.Pour ce qui est de se sentir discriminé, effectivement, en ne voyant pas plus loin que le bout de son nez, on peut trouver ça exagéré. Mais en prenant un peu de hauteur, et en prenant en compte les idées politiques, on peut distinguer sans mal la tendance progressiste qui s'impose à tous les échelons de notre société. Et puis... je croyais que le féminisme était pour l'égalité ? Bref...
    • MickDenfer
      et ça va améliorer la qualité des films ? :p
    • Stringer B
      Bien parlé; on entend les mêmes discours de pseudo-humanistes lorsqu'une réalisatrice est engagée sur un Marvel ou un DC... Les pauvres chéris qui soi-disant veulent la justice et l'égalité_ mais qui ne disent rien du fait que 3/4 des films du MCU sont réalisés par des yes men blancs incompétents et sans aucun CV_ et qui crient à la discrimination positive dés qu'UNE femme est engagée. Mon Dieu, ces crieuses féministes vont nous prendre notre travail... Le ridicule est abyssal...
    • Hunnam29
      Oui c'est politique, mais c'est qu'une phrase de constat, non ? Faut arrêter de monter sur vos grand lauriers pour si peu les gars. Comme je l'ai dit plus haut, tant que le festival de Sundance reste fidèle à lui-même, et que les choix sont aussi (et surtout) artistiques, on s'en fout. Réalisateurs, réalisatrices... C'est de l'art surtout qu'il s'agit, c'est là qu'est le cœur du sujet. Et on va pas commencer à se sentir discrimés parce qu'en tant qu'hommes on est minoritaire à un petit festival de ciné, ce serait le monde à l'envers et ce serait totalement ridicule. En tout cas si certains se sentent discriminés pour si peu, ça fait peur...
    • ScaarAlexanderTrox
      Pourquoi ? Parce que politique. Rien de ce qui se passe, dans ce genre de cas, n'est fortuit. Et qui dit politique dit rarement juste. La discrimination positive n'a rien à voir avec l'égalité.
    • Hunnam29
      On sait bien pourquoi on le mentionne... Toi aussi je pense. Pendant longtemps les réalisatrices étaient peu nombreuses, les femmes n'avaient pas trop leur place à Hollywood derrière la caméra. Là, elles sont nombreuses à un festoche, c'est d'actualité en plus, donc on le cite c'est tout. J'vois pas pourquoi tout le monde grogne pour si peu ici.
    • Magnetic_Rose
      cette année, les réalisatrices sont en majorité ! et donc ?
    • Hunnam29
      On ne devrait même pas se poser la question de qui est majoritaire. Si les films sélectionnés sont vraiment sélectionnés artistiquement, et qu'il se trouve que ce sont majoritairement des réalisatrices, ben très bien. Tant que Sundance continue de nous faire découvrir des petites pépites du cinéma indépendant.
    • Oli X
      et toujours pas de parité cis/trans on a encore des progres à faire !
    • ServalReturns
      cette année, les réalisatrices sont en majorité ! : Waw, super ! C'est donc ça, l'égalité femmes-hommes ? Il faut que l'on se réjouisse, là, du coup ?
    • ServalReturns
      Toutes les communautés chouineuses *
    • TylerDurden17
      Et donc les hommes doivent se plaindre ? Ça se passe comment ?
    • Pelege A.
      Ou est l'égalité Homme femme ???
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Diaporamas recommandés
    Court métrage Jurassic World : tous les dinosaures de Battle at Big Rock !
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 16 septembre 2019
    Court métrage Jurassic World : tous les dinosaures de Battle at Big Rock !
    Deauville 2019 : Kristen Stewart, les lauréats et Catherine Deneuve sur le tapis rouge de clôture du festival
    NEWS - Festivals
    dimanche 15 septembre 2019
    Deauville 2019 : Kristen Stewart, les lauréats et Catherine Deneuve sur le tapis rouge de clôture du festival
    24 acteurs pour The Suicide Squad : découvrez le casting complet de James Gunn
    NEWS - Tournages
    samedi 14 septembre 2019
    24 acteurs pour The Suicide Squad : découvrez le casting complet de James Gunn
    Eva Green dans Proxima, Terminator : Dark Fate, Midway avec Nick Jonas... Les photos ciné de la semaine !
    NEWS - Vu sur le web
    samedi 14 septembre 2019
    Eva Green dans Proxima, Terminator : Dark Fate, Midway avec Nick Jonas... Les photos ciné de la semaine !
    Voir tous les diaporamas ciné
    Top Bandes-annonces
    Domino - La Guerre silencieuse Bande-annonce VO
    Ad Astra Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Portrait de la jeune fille en feu Bande-annonce VF
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    El Otro Cristobal Bande-annonce VO
    Trois jours et une vie Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Back to Top