Mon AlloCiné
    100 films culte des années 90 : Michel & Michel et la Rédac' AlloCiné présentent Génération Vidéoclub ! vol. 2
    Par La Rédaction d'AlloCiné — 17 oct. 2019 à 11:00
    facebook Tweet

    Le 24 octobre, la Rédac' AlloCiné publie "Génération Vidéoclub ! 90's", lettre d'amour au cinéma des années 90 et aux années VHS à travers 100 films incontournables de la décennie 1990-1999.

    Back to the 90's - Génération Vidéoclub !
    1. Back to the 90's - Génération Vidéoclub ! +
    Précommandes sur :
    • Amazon
    • Fnac.com
    • Cultura
    Lire la suite

    Jurassic Park, Titanic, Le Roi Lion, La Cité de la Peur, Pulp Fiction, Fight Club, Toy Story, Matrix, Casino, Léon, Un jour sans fin, Pretty Woman, Ghost in the Shell... Vous avez dit culte ?

    Le 24 octobre, Michel & Michel et la Rédac' AlloCiné publient Génération Vidéoclub ! 90's, deuxième volume de notre collection rétro-cinéma dédié à la décennie 1990-1999.

    Plus riche, plus ludique, plus pop, le livre met à l'honneur 100 films des années 90, avec en bonus les meilleurs faux raccords de la période et un invité lui aussi biberonné au cinéma nineties, l'incontournable JB de la chaîne Tales From The Click.

    AlloCiné

    Génération Vidéoclub ! 90's sort dans le réseau de distribution physique ce 24 octobre, avec une couverture qui ne manquera pas de ravir les nostalgiques des années VHS . Le livre est également disponible en ligne.

    Pour vous faire une idée de l'esprit de cet ouvrage-passion et vous donner envie de pousser la porte du vidéoclub d'AlloCiné, voici notre édito / note d'intention. La suite... est à lire sur papier :)

    AlloCiné

    EDITO


    "Par définition, la suite n’est jamais qu’un sous-produit"
    . Au risque de contredire Randy Meeks, le cinégeek de Scream 2, notre approche est toute autre avec cet ouvrage, que nous souhaitons inscrire comme un digne petit frère de Génération Vidéoclub ! Back to the 80’s. Avec l’ambition de vous offrir une expérience aussi ludique et nostalgique que le premier volume de notre collection. Et même, pourquoi pas, une petite pincée de "Bigger, Badder, Stronger", vieil adage des studios américains pour toute sequel digne de ce nom. Plus de films, plus d’infos, plus de plaisir, pour célébrer comme il se doit la décennie cinéma 1990-1999.

    Cette décennie, justement, c’est celle de l’apogée du vidéoclub. Ces temples du cinéma fleurissent sur le territoire national et se répartissent entre boutiques indépendantes et magasins franchisés sous des enseignes à la Vidéo Futur. Comme dans toute économie, l’artisanat devient industrie et le dénicheur et passeur de raretés laisse peu à peu sa place à un gérant / loueur / conseiller en dernières nouveautés. Le cinéphile lui, côtoie désormais deux nouvelles espèces de spectateurs : le cinéphage, avide de nouvelles images ; et le grand public, qui découvre un nouvel espace bienvenu pour réduire la chronologie des médias entre la salle et Canal Plus.

    Le vidéoclub vit aussi une métamorphose dans ses propres murs. La caverne du 7 e Art laisse sa place à des rayonnages inspirés de la grande distribution. Les nouveautés sont placardées en têtes de gondoles, souvent en plusieurs exemplaires. L’émergence des premiers PC autorise la réservation de sa future soirée vidéo. Et des distributeurs automatiques placés à l’extérieur des vidéoclubs assurent la location et la restitution des films 24h/24, avec des réductions sur les créneaux courts permettant au cinéphage de "bouffer de la péloche" à petit prix… et un accès au catalogue X autorisant la location de quelques bandes coquines en toute discrétion.

    Au-delà du vidéoclub et de son public, les films changent eux aussi. Si le cinéma des années 80 était finalement assez simple à caractériser, avec ses stéréotypes, son approche graphique et sa patte smoke & neon, la production des années 90 est plus difficile à cerner. La décennie est celle d’un cinéma de transition, qui emmène un Hollywood artisanal américano-américain vers un néo-Hollywood mondialisé en pleine révolution numérique. A l’image du triomphe planétaire du Titanic de James Cameron.

    Entre 1990 et 1999, les high-concept movies fleurissent ("Le bus explose s’il passe en dessous de 50 miles à l’heure" "Un serial killer tue selon les sept péchés capitaux" "Un spectateur est emmené au cœur du film d’action dont il est fan"). Le cinéma est de plus en plus autoréférencé, grâce à des Quentin Tarantino, Kevin Smith, Robert Rodriguez ou Wes Craven. Les héros musclés des eighties sont (déjà) à bout de souffle et sont remplacés par des acteurs plus subtils et moins surhommes. Les images de synthèse remplacent peu à peu la stop-motion, les matte-paintings et autres maquettes, élargissant les possibilités et les ambitions des cinéastes, et relançant des sagas qu’on pensait terminées. Le DVD ouvre au public les coulisses de tournage à travers des bonus alors très prisés. Les studios américains accueillent des John Woo, des Luc Besson ou des Jean-Pierre Jeunet alors qu’une génération de cinéastes made in France, emmenée par Mathieu Kassovitz et Jan Kounen, injectent leur culture US dans la cinématographie nationale…

    C’est ainsi un tout nouveau cinéma qui s’offre aux ados des années 90 que nous fûmes, alors affranchis de la tutelle parentale pour louer un film : du visionnage en famille sur la télévision familiale, on est passé à un visionnage seul ou entre potes sur le magnétoscope ou le lecteur de la chambre. Un film culte chasse l’autre, et La Cité de la Peur, Wayne’s World, Le Péril Jeune, Trainspotting, Usual Suspects, Fight Club ou Pulp Fiction se disputent les faveurs des un(e)s et des autres lors de discussions passionnées au collège, au lycée ou à la fac. Les nouveaux raconteurs d’histoires se nomment alors David Fincher, Tim Burton, Baz Luhrmann, Danny Boyle, Peter Jackson, Joel et Ethan Coen, Kathryn Bigelow, Spike Lee, Sam Raimi ou David Lynch. Et un service d’informations cinéma baptisé AlloCiné voit le jour…

    C’est cette décennie, ce "temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître", que nous vous invitons à (re)découvrir ici. Bonne lecture et bons (re)visionnages !

    • Génération Vidéoclub ! 90's
    • par Michel & Michel et la Rédac' AlloCiné
    • Edité par Webedia Books
    • 24,90€ / 244 pages
    • Disponible le 24 octobre 2019
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Legion666
      C'est clair que si on veut du gore ou de l'horreur pure on est déçu. Depuis ta location au vidéoclub tu l'a revu? Moi au début je ne le trouvais pas terrible non plus, mais je l'ai revu bien plus tard et c'est l'ambiance du film qui fait tout! Après tu as aussi le droit de ne pas aimer.
    • US Marshal
      Très bonne idée ! Après le tome 1 sur les années 1980 sorti l'an dernier, ils ne pouvaient pas faire autrement que de sortir... la suite !!! ;-)
    • Benjamin D.
      Tellement d'accord avec toi Plaza13, j'ai vraiment du mal avec cette nouvelle génération de zombies narcissiques scotchés en permanence sur leur téléphone portable; j'ai pourtant que 32 ans. Bref, content d'avoir connu cette décennie.
    • Plaza13
      si il t'as plu, tant mieux pour toi...
    • Legion666
      Et zou dans mon panier amazon en espérant me régaler autant que pour le premier.
    • Legion666
      D'accord avec toi sauf pour Candyman qui n'est pas foireux! ;)
    • Plaza13
      ce temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître:A cette époque la sortie vidéo-club était (presque) aussi importante que la sortie ciné car on y allait pour 5mn et on y restait des fois presque 1h..... lolPour le prix d'une place ciné, on pouvait louer 1 voir 2 films a mater entre potes et chacun voulait voir son film...Donc négociation, faire confiance à la bonne (ou mauvaise foi) du gérant : Vas y ! celui là c'est de la bombe ! y disait a chaque nouveauté...puis discussion avec les clients ou chacun racontait la sienne....genre Last action hero m'a vraiment déçu, je préfère total recall ou j'ai jamais vu le parrain, lequel vous me conseillez ? Ben le 3 c'est le dernier ! lol !Pour finir, au moment de payer, le gérant qui nous dit si vous vous prenez un 3eme, je le fais a - 50%.. Bug et renégociation, rediscussion avec les clients et à la fin, on prenait un film d'horreur foireux candyman, une comédie débile hot shots et un film d'action avec Van Damme universal soldier...Arrivé a 19h30, parti a 20h15....Toute une époque !A l'heure du tout ! tout de suite ! chez soi, tout seul, sans bouger, c'est un choc générationnel pour les milléniums quand on leur explique que même ça, ça prenait du temps.....et surtout, ça faisait rencontrer de vrais gens !
    • L'indien zarbi a moitié a poil
      Sympa la présentation .
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Diaporamas recommandés
    Star Wars 9 : toutes les affiches personnages de L'Ascension de Skywalker
    NEWS - Vu sur le web
    mercredi 20 novembre 2019
    Star Wars 9 : toutes les affiches personnages de L'Ascension de Skywalker
    Star Wars : les trois trilogies en couverture du magazine Entertainment Weekly
    NEWS - Vu sur le web
    mardi 19 novembre 2019
    Star Wars : les trois trilogies en couverture du magazine Entertainment Weekly
    Black Widow, Sonic, Bob l'éponge 3, Black Adam... Les photos ciné de la semaine !
    NEWS - Vu sur le web
    samedi 16 novembre 2019
    Black Widow, Sonic, Bob l'éponge 3, Black Adam... Les photos ciné de la semaine !
    10 super-héros d'un jour, de Bruce tout puissant à The Mask
    NEWS - Culture ciné
    vendredi 15 novembre 2019
    10 super-héros d'un jour, de Bruce tout puissant à The Mask
    Voir tous les diaporamas ciné
    Top Bandes-annonces
    Cats Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Milos Forman 4 œuvres de jeunesse Bande-annonce VO
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Bande-annonce VF
    Rendez-vous Chez Les Malawas Bande-annonce VF
    La Dernière Vie de Simon EXTRAIT "Secrets"
    La Famille Addams Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Back to Top