Mon AlloCiné
Gossip Girl : 10 ans après, pourquoi il n'est pas trop tard pour (re)découvrir la série !
Par Jérémie Dunand — 24 août 2017 à 19:06
facebook Tweet G+Google

Blake Lively, révélée au grand public grâce au rôle de Serena dans "Gossip Girl", fête ses 30 ans ce vendredi 25 août. L'occasion de faire un petit retour en arrière et de s'intéresser à cette série loin d'être parfaite, mais hautement addictive.

Gossip Girl (2007-2012)
1. Gossip Girl (2007-2012) +
Ed Westwick (Chuck), Leighton Meester (Blair), Blake Lively (Serena), et Chace Crawford (Nate).

Tout savoir sur Gossip Girl.
Lire la suite

En près de 20 ans de carrière (elle apparaît pour la première fois à l'écran en 1998, à 11 ans, dans Sandman, réalisé par son père Ernie Lively), Blake Lively s'est illustrée, avec plus ou moins de succès, dans une quinzaine de films, de 4 filles et un jean à Instinct de survie, en passant par The Town et Adaline. Mais la comédienne américaine, qui fête ce 25 août ses 30 ans, reste encore principalement connue à travers le monde pour la série Gossip Girl, qui a fait d'elle une star auprès des ados en 2007, et dans laquelle elle a tenu le rôle de l'héroïne, Serena van der Woodsen, durant 6 saisons.

Une série qui, disons-le tout de suite, est à des années-lumière du nouveau souffle qualitatif que semblent connaître actuellement les séries ados, avec des pépites telles que 13 Reasons Why ou la plus confidentielle Skam, mais qui devrait sans aucun doute plaire à tous ceux qui se sont passionnés ou se passionnent toujours pour les aventures des héros de Pretty Little Liars, Les Frères Scott, ou Riverdale...

Parce que c'est un soap complètement addictif !

Développée par Josh Schwartz et Stephanie Savage (Newport Beach) à partir des romans de Cecily von Ziegesar, Gossip Girl était au départ vue par ses créateurs comme s'inscrivant dans la lignée des séries qui avaient fait la gloire de la chaîne The WB à la fin des années 90 (Dawson, Buffy, Felicity). Les séries que Josh Schwartz regardait lorsqu'il était à l'université. Et au final, on a davantage eu droit à un Newport Beach à New York, dépourvu de l'humour et du second degré qui avait fait tout le sel des aventures de Seth Cohen et de Ryan Atwood. Mais tant pis. Parce qu'en dépit de son manque d'originalité, Gossip Girl est rapidement parvenue à s'imposer comme une série ado ultra addictive, et donc efficace, à grands coups de twists et de OMG moments hérités des soaps les plus cultes (Melrose Place, Beverly Hills, Dynastie, ...).

Blair qui perd sa virginité avec Chuck à l'arrière d'une limousine et finit par s'éprendre du vénéneux bad boy, Serena qui révèle qu'elle a tué quelqu'un, Dan qui couche avec l'un de ses professeurs, Chuck qui "troque" Blair contre un hôtel (oui oui, vraiment), la révélation de l'existence du frère caché d'une des héroïnes, ou encore le retour d'un personnage décédé depuis 3 saisons, rien, ou presque, ne nous a été épargné au fil des 121 épisodes de la série. Et c'est tant mieux ! Car au fond, au-delà des personnages, ce sont sont aussi ces coups de théâtre à répétition et ces moments soapesques qui ont rendu toute une génération de téléspectateurs accro. Un aspect de Gossip Girl sur lequel la chaîne The CW a d'ailleurs immédiatement misé en basant la promotion de la série à son lancement sur des taglines (tirées de critiques presse) telles que "Every parent's nightmare" ("Le cauchemar de tous les parents"), "Very bad for you" ("Très mauvaise pour vous"), "OMFG" ("Oh my fucking God"), ou encore "Borderline pornography" ("À la limite de la pornographie").

Warner Bros. Television

Une campagne promotionnelle qui tentait de faire passer Gossip Girl pour une série trash et transgressive (ce qu'elle n'était pas vraiment, voire pas du tout), mais qui soulevait tout de même l'une des qualités essentielles de la série : si vous vous attendiez à être divertis par une série ado différente de ce qu'on avait pu voir jusqu'à présent, car plus sexy et plus "scandaleuse" dans ses intrigues et dans une partie de son propos (la série dressant le portrait d'adolescents souvent à la limite du méprisable - et conscients de leur méchanceté), vous alliez être servis ! Le charme et l'authenticité d'un Dawson ou d'une Angela, 15 ans n'étaient peut-être pas au rendez-vous, mais l'ennui non plus (la plupart du temps en tout cas). Et c'est déjà pas mal !

Parce que Blair Waldorf fera date dans l'histoire des séries ados

Le premier épisode de Gossip Girl, comme le roman dont il est l'adaptation, débute par le retour de Serena à New York, après des mois soi-disant passés en pension. Un retour qui ne tarde pas à éveiller l'intérêt de la blogueuse Gossip Girl, lance la série, et impose, qu'on le veuille ou non, Serena en héroïne de l'histoire. Oui, sauf que... Rapidement, la belle blonde s'est fait voler la vedette par Blair Waldorf, sa meilleure amie, parfois meilleure ennemie aussi, campée par Leighton Meester. La faute, entre autres, à des intrigues de moins en moins intéressantes et à un comportement souvent à la limite du supportable de la part de Serena, ainsi qu'à un jeu approximatif de la part de Blake Lively (qui s'est rattrapée depuis, heureusement). Mais pas que. Non, Blair avait tout simplement ce petit quelque chose en plus. À tel point qu'aujourd'hui, pour beaucoup, Blair est et restera la vraie héroïne de Gossip Girl.

Grâce à sa répartie, à son sarcasme, à sa mesquinerie, et à sa tendance à être prête à tous les stratagèmes pour parvenir à ses fins, Blair a fait fondre les fans de la série. Que ce soit en faisant la loi au lycée et en imposant son statut de "Queen B" sur les marches du MET auprès de ses minions, à travers son histoire d'amour compliquée mais non moins épique avec Chuck (Ed Westwick), dans ses jeux de pouvoir avec Georgina, Serena, ou encore Jenny, ou grâce à son adorable relation avec Dorota, sa génialissime gouvernante, Blair a toujours été au-dessus du lot (bien qu'en comparaison de personnages aussi fades que Nate, Rufus, ou Serena, ce ne soit pas très compliqué) et s'est toujours révélée être le personnage le mieux écrit de la série.

Près de 10 ans après le lancement de Gossip Girl aux États-Unis, on retient les "catchphrases" mythques Blair, telles que "Damn that mother Chucker", "I'm really happy for you, I'm going to go vomit now" ("Je suis très heureuse pour vous, mais maintenant je vais aller vomir"), ou encore son "Haven't you heard ? I'm the crazy bitch around here" ("Tu n'es pas au courant ? C'est moi la garce cinglée du coin"), lancé à Georgina Sparks (Michelle Trachtenberg). Sa relation avec Chuck évidemment, connue désormais comme "Chair" auprès des "shippers", qui a tenu tout le monde en haleine durant 6 saisons. Son amitié grandissante avec Dan, née de l'alchimie étonnante entre Meester et Penn Badgley. Et évidement son lien quasi "de sang" avec Serena, qui malgré peut-être davantage de bas que de hauts, a fini par triompher de tout. "We're sisters, you're my family. What is you, is me. There's nothing that you could ever say to make me let go" ("Nous sommes des soeurs, tu es ma famille. Ce qui te concerne me concerne. Il n'y a rien que tu puisses dire qui me force à t'abandonner un jour"). Voilà qui est dit. Et pourquoi on aime tant Blair Waldorf.

Parce que si la fin est une catastrophe, les premières saisons sont (très) réussies

Évidemment, si l'on regarde en arrière et que l'on s'intéresse à chaque saison et à chaque arcs narratifs, impossible de vendre Gossip Girl comme une grande série, ni même comme une bonne série réussie sur la durée. Car il faut bien reconnaître que les saisons 5 et 6, les deux dernières, sont globalement assez catastrophiques. Tout juste peut-on sauver l'intrigue qui, en saison 5, voit Blair hésiter entre plusieurs prétendants dont nous tairons ici le nom, ou encore le final de la série (l'épisode 10 de la saison 6), "New York, I Love You XOXO", qui a eu la lourde tâche de répondre à la grande question : qui est vraiment Gossip Girl ? Une révélation qui s'est révélée bien décevante et qui montre simplement que les scénaristes n'avaient rien prévu et ne savaient vraiment pas où ils allaient.

Warner Bros. Television

En sachant tout cela, pourquoi donc s'infliger un visionnage de Gossip Girl nous direz-vous ? Eh bien tout simplement car les premières saisons, elles, sont d'un tout autre niveau. Le premier épisode reste aujourd'hui l'un des meilleurs pilotes de séries ados des 15 dernières années (avec ceux de Newport Beach, Veronica Mars, et Riverdale) et les saisons 1 et 2 apportent, à elles seules, leur lot d'intrigues et de personnages marquants, comme l'arrivée de Vanessa (Jessica Szohr) et surtout de Georgina en cours de saison 1, la mort d'un des proches de Chuck en saison 2, et évidemment les débuts de deux couples phares de la série : "Chair" (Chuck et Blair) et "Derena" (Dan et Serena), qui n'auront aucun mal à vous passionner tout au long des saisons suivantes.

Ajoutez à cela une vision glamour de New York, des fêtes qui se terminent toujours en catastrophe (telle la Kips on the Lips party), et une bande-son au top, supervisée par Alexandra Patsavas (avec des titres marquants tels que Signs de Bloc Party ou Believe de The Bravery), et vous obtenez un cocktail réussi, du moins au début. Et si la saison 3, qui marque le passage des héros à l'université, est une petite déception (comme dans beaucoup de séries au départ centrées sur des lycéens), la saison 4 parvient à remonter le niveau, grâce notamment à l'arc narratif centré sur Serena et Juliet, l'un des meilleurs personnages secondaires de la série, incarné par Katie Cassidy (Laurel dans Arrow). Notre conseil est donc simple : savourez les quatre premières saisons puis passez directement au series finale, afin de connaître la résolution de l'histoire. Si Pretty Little Liars, Vampire Diaries et Riverdale sont votre tasse de thé, vous ne devriez pas le regretter.

De Gossip Girl à Instinct de survie, focus sur la carrière de Blake Lively, qui fête ses 30 ans ce 25 août 2017 :

Voir le diaporama
Diaporama
Blake Lively : de "Gossip Girl" à "Instinct de survie", enfin prête à crever l'écran ?
16 photos
facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Diaporamas recommandés
Vikings saison 5B : Ivar est roi de Kattegat sur l'affiche
NEWS - Tournages
mercredi 17 octobre 2018
Vikings saison 5B : Ivar est roi de Kattegat sur l'affiche
Riverdale : les premières images de l'épisode flash-back
NEWS - Séries à la TV
mardi 16 octobre 2018
Riverdale : les premières images de l'épisode flash-back
Super-héros et comics : toutes les séries en développement
NEWS - Tops | Flops
lundi 15 octobre 2018
Super-héros et comics : toutes les séries en développement
Élite : Quel est votre couple préféré ? Votez ! [SONDAGE]
NEWS - Séries à la TV
lundi 15 octobre 2018
Élite : Quel est votre couple préféré ? Votez ! [SONDAGE]
Voir tous les diaporamas séries
News séries TV
The Haunting of Hill House : une saison 2 est-elle possible ?
NEWS - Séries à la TV
mercredi 17 octobre 2018
The Haunting of Hill House : une saison 2 est-elle possible ?
Vikings saison 5B : Ivar est roi de Kattegat sur l'affiche
NEWS - Tournages
mercredi 17 octobre 2018
Vikings saison 5B : Ivar est roi de Kattegat sur l'affiche
Un prophète : une série est en développement
NEWS - Tournages
mercredi 17 octobre 2018
Un prophète : une série est en développement
The Predator : la chasse reprend dans la première bande-annonce
NEWS - Vu sur le web
jeudi 10 mai 2018
The Predator : la chasse reprend dans la première bande-annonce
Sponsorisé
Dernières news séries
Back to Top