« Fortune Faded » - Du feu à volonté !
lundi 21 mai 2012 - 11h55

Il y a des idées de mise en scène tellement brillantes qu’elles méritent à elles seules un petit film. Utiliser un plan séquence pour voyager à la fois dans l’espace et dans le temps au sein d’une image immobile est un défi impossible. Pour tout le monde? Presque…

Alexander Heringer s’est imposé deux contraintes fortes pour tourner son court métrage. La première est de filmer tout son scénario en un (faux) plan-séquence, tout de même ponctué d’un autre, court et final. La seconde, plus improbable encore, est de faire voyager sa caméra au sein d’un plan fixe. Est-ce possible de raconter une histoire ainsi ? Il faut croire que oui, puisque Fortune Faded parvient sans peine à faire comprendre au spectateur, en flashback, l’enchaînement d’évènements malheureux qui ont conduit à l’incendie d’une maison, le soir de Noël.

Bien sûr, une telle prouesse relève de l’exercice de style plus que de l’innovation. Alexander Heringer en a conscience, et au lieu de faire le virtuose avec son dispositif, il réalise un film bref, très bref, d’à peine plus de trois minutes. Simple, efficace, clair et majestueux, Fortune Faded est petite perle.

Gauthier Jurgensen

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

avec

Toute l'actualité
  • 23-10-2014

    Ebola en France : déjà 480 signalements mais aucun cas avéré

  • 23-10-2014

    Intempéries : la justice oblige l'Etat et Montpellier à héberger des Roms

  • 23-10-2014

    Tel-Aviv : suicide de Thierry Leyne, l'associé de Dominique Strauss-Kahn

  • 23-10-2014

    Fusillades à Ottawa : la mère du tueur est en «colère» contre son fils

  • 23-10-2014

    Mort de Margerie : les pilotes ont «vu» le chasse-neige, sans penser à une «menace»

Toute l'actualité sur www.leparisien.fr