Notez des films
Mon AlloCiné
    Resident Evil 3 Remake : frayeurs jouissives, ou (t)erreur totale ?
    Par Aymeric Lallée & Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 8 avr. 2020 à 19:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Fort du succès planétaire du remake de Resident Evil 2 sorti en 2019, Capcom remet le couvert cette année sur Xbox One, PC et PS4 avec RE 3, originellement appelé Némésis en 2000. Alors, frayeurs jouissives, encore une fois, ou (t)erreur totale ?

    Capcom Company

    S’il y a bien une série de jeux vidéo à laquelle nous avons cru de prime abord lors de son adaptation au cinéma, c’est bien celle de Capcom, Resident Evil. Mais si l'exploitation de la cultissime franchise vidéoludique reste à ce jour l'une des plus lucratives en ce qui concerne les adaptations de licences vidéoludiques au cinéma, on est pas non plus totalement obligé de souscrire, loin s'en faut, à cette proposition artistique. Du coté de Capcom, les coups de canifs de ces adaptations dans le matériau de base n'ont pas franchement affolé l'éditeur, préférant se concentrer sur ce qu'il sait faire de mieux : des jeux.

    Le 3 avril, l'éditeur sortait ainsi de sa besace Resident Evil 3 remake. Avec son moteur graphique hérité de RE 7, mais encore peaufiné par rapport au remake de Resident Evil 2 sorti en janvier 2019, cet opus est une démonstration technique et une pure merveille visuelle qui profite, en plus, d’effet spéciaux améliorés pour plusieurs séquences souvent impressionnantes. Un régal pour les fans d’action, mais qu’en est-il de ceux qui apprécient les ambiances plus pesantes ?

    Nemesis mon amour

    Si le scénario de ce RE3 conserve l’essentiel du titre d’origine, l’arrivée du Nemesis nous plonge finalement dans une course poursuite qui ne laisse que peu de place à l’ambiance stressante et bien plus lente de RE 2. C’est un choix qui plaira à certains et moins à d’autres. Pour autant, le plaisir est au rendez-vous, mais vraiment différemment. Avec un début d’aventure au mileu d’une ville de Raccoon City merveilleusement délabrée, innondée de zombies, les trois premières heures sont réellement savoureuses pour les fans de la franchise. Mais avec seulement six heures trente de jeu pour compléter l’aventure en mode normal (en poussant un peu et prenant son temps, rajoutez une heure au compteur), il faut bien avouer que la fin du périple est plus une fuite en avant. Un autre style donc pour cet opus qui profite, notamment, d’un gameplay un peu différent, mais qui a largement fait ses preuves pendant nos parties.

    Capcom


    Oubliez le couteau ou les grenades pour éviter une morsure, dans Resident Evil 3 tout contact avec un zombie se soldera inévitablement par un gourmand câlin. Un constat étrange au début qui se révèle rapidement compensé par l’apparition d’un nouveau talent, l’esquive. Jill Valentine, héroïne de ce volet, est désormais capable de faire une roulade qui, si elle est exécutée au bon moment, lui donne même le temps de se retourner pour tirer, au ralenti, dans la tête de ses ennemis. Une technique carrément jouissive une fois maitrisée qui autorise, par ailleurs, de faire tomber temporaiement le Nemesis pour lui soutirer des objets qui facilitent grandement votre voyage. Merci les S.T.A.R.S, toujours aussi efficaces donc !

    La trahison originelle ?

    Oui, cette aventure de Jill Valentine est toujours aussi bonne et oui, vous pouvez jouer un autre personnage comme dans celle d’origine. La trame est bien la même et les scènes clés sont, pour la plupart, présentes. Pour la plupart car, vous l’aurez compris, il en manquent certaines. Adieu le beffroi, véritable mine à énigmes qui ralentissait un peu la fuite effrénée dans l’opus d’origine. Clairement, ça fait mal, d’autant que, du coup, les puzzles traditionnels sont quasiment inexistants de ce volet. Là encore, c’est un choix pour se concentrer sur l’action, mais qui coûte cher en termes de durée de vie. Le laps de temps, très court, entre RE 2 remake et cet opus pourrait l’expliquer, mais certains fans ne le pardonneront pas. Et c’est sans doute pour cela que Capcom a ajouté à ce RE3 un mode multijoueurs, Resistance.

    Resident Evil à plusieurs en mode «survivors», ça fait toujours rêver. Et pourtant, peu de titres ayant le même objectif sont parvenus à convaincre. Sans décevoir, mais sans forcément briller non plus, ce Resident Evil Resistance, livré avec RE 3 remake, est amusant et pourra sans doute plaire à certains. Avec son gameplay asymétrique, quatre survivants d’un côté et un mastermind, prêt à tout pour les anéantir de l’autre, s’affrontent… En plaçant des pièges, des zombies et autres monstruosités, le cerveau de l’affaire tente d’abattre ses proies, toutes capables de prouesses propres à leur rôle : tank pour encaisser les dégâts, soigneur, spécialiste des dommages, hacker, etc. Une bonne idée sur le papier qui souffre malheureusement d’un gameplay assez imprécis et de problèmes de collisions (surtout du côté des survivants) agaçants. Pour autant, avouons que nous avons plus qu’apprécié d’incarner le mastermind avec son gameplay stratégique. Pour un peu, ca rappellerait presque les souvenirs émus du jeu culte Dungeon Keeper, créé par Peter Molyneux et sorti en 1997.

    Ré-interprétation du titre original qui démarre 24h avant RE2 et se termine 24h après, ce Resident Evil 3 remake tient in fine partiellement ses promesses de par son gameplay, son rythme haletant et ses scènes spectaculaires, largement alimentées par les rencontres parfois tendues à craquer / stressantes avec le Nemesis. Si l'ajout de Resident Evil Resistance est appréciable, la durée de vie assez courte de l’aventure principale, ainsi que la mise de côté regrettable de passages du jeu de 1999 tempèrent notre enthousiasme, même si le jeu devrait logiquement séduire sans mal les amateurs de jeux d’action horrifiques. On attend / espère désormais un remake de Resident Evil : Code Veronica, la future série Resident Evil en cours de développement du coté de Netflix, et l'annonce d'un Resident Evil 8, qui pourrait être effective, aux dires des rumeurs, en 2021.

    NB : Notez que le dernier mode de difficulté, disponible après avoir terminé une fois l’aventure, offre le même scénario avec pas mal d’éléments aléatoires, dont des ennemis placés différemment. De quoi avoir de belles frayeurs si vous retournez à Raccon City avec Jill. A bon entendeur…

    Ci-dessous, la bande-annonce du jeu...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Resident Evil 3 : le 2 mais en mieux ?
    • Resident Evil 2 : l'horreur fait peau neuve
    • Resident Evil VII : un retour réussi aux racines du Survival Horror
    Commentaires
    • Madozam
      mais y a pas un remake du premier RE ??
    • Seb
      Dans l'original à chaque rencontre avec Nemesis tu pouvais choisir de le tuer pour qu'il ne revienne plus avant un moment , là il faut soit le fuir soit lui faire un nombre précis de dégâts jusqu'à déclencher la cinématique de fuite ^^
    • LaMoule R
      pour avoir rejouer a l'original, le côté scripté était déjà de mise.après, avec les nouveautées technologiques, on aurait en effet apprécié une plus grande liberté de déplacement pour Némésis. De même qu'un Racoon City plus ouvert.
    • Seb
      Prix excessif pour un remake aussi court , même si la refonte est complète et appréciable. Beaucoup trop d’événements scriptés laissant un faux-semblant de liberté mais étant en fait des QTE déguisés, la liberté de mouvement était parfois plus grande dans l'originale , là encore dans un but d'augmenter le côté action au détriment du côté survie . Je vote pour que le prochain soit Code Véronica :)
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Actualités des court-métrages
    Cinéma en salles : quels films voir le 22 juin et pendant l'été ?
    NEWS - Sorties Ciné
    jeudi 28 mai 2020
    Cinéma en salles : quels films voir le 22 juin et pendant l'été ?
    Attentat du Bataclan : un court métrage pour ne pas oublier le 13 novembre 2015
    NEWS - Courts-métrages
    jeudi 14 novembre 2019
    Attentat du Bataclan : un court métrage pour ne pas oublier le 13 novembre 2015
    La Grande Aventure Lego : un court-métrage pour célébrer Noël
    NEWS - Courts-métrages
    mardi 11 décembre 2018
    La Grande Aventure Lego : un court-métrage pour célébrer Noël
    Un court métrage inédit d'Apichatpong Weerasethakul, Palme d'or avec Oncle Boonme
    NEWS - Vidéos de courts-métrages
    dimanche 7 octobre 2018
    Un court métrage inédit d'Apichatpong Weerasethakul, Palme d'or avec Oncle Boonme
    Dernières news court-métrages
    Back to Top