Notez des films
Mon AlloCiné
    Ubisoft Forward : Assassin's Creed Valhallah, Far Cry 6... L'éditeur dévoile son line-up
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 13 juil. 2020 à 00:10
    FBwhatsapp facebook Tweet

    L'éditeur a dévoilé ce dimanche soir dans sa conférence online "Ubisoft Forward" le line-up de ses titres à venir, parmi lesquels le très attendu Assassin's Creed : Valhallah, et Far Cry 6, dont le méchant est incarné par Giancarlo Esposito.

    Ubisoft

    Evenement pré-enregistré et diffusé ce dimanche soir, Ubisoft Forward était la conférence de remplacement / substitution à celle que l'éditeur tenait traditionnellement durant le salon de l'E3 chaque année. Un event qui intervient 24h à peine après les démissions en cascade chez l'éditeur, pris dans la tourmente de multiples révélations d'agressions et de harcèlements sexuels au sein de ses studios.

    Far Cry 6

    La rumeur enflait, puis les leaks sont devenus massifs au point de devenir un secret de polichinelle. Giancarlo Esposito, l'acteur bien connu des fans de la cultissime série Breaking Bad et Better Call Saul pour incarner le baron de la drogue Gustavo Fring, joue bien le méchant du prochain volet de la franchise Far Cry 6, qui sera disponible le 18 février 2021. En l'occurence un certain Anton Castillo, tyran local de l'île de Yara dans les Caraïbes, qu'il vous incombera de renverser. Après les paysages montagneux de la région fictive de Kyrat en Himalaya de Far Cry 4, et un comté fictif situé dans le Montana dans Far Cry 5, retour à l'insularité d'un Far Cry 3, en bien plus grand; l'île ayant été calquée sur le modèle de Cuba.

    Tant qu'on y est, voici la cinématique d'introduction / générique d'ouverture du jeu. Elle a été réalisé par Patrick Clair, qui a signé notamment ceux des séries Westworld et True Detective.

    Assassin's Creed : Valhallah

    L'éditeur s'est évidemment très longuement attardé sur son titre Assassin's Creed : Valhallah, qui est attendu pour le 17 novembre prochain.

    Assassin’s Creed Valhalla invitera les joueurs à incarner Eivor (incarné dans sa version masculine par l'acteur danois Magnus Bruun, qui joue dans la série The Last Kingdom), un féroce guerrier Viking nourri dès le plus jeune âge par des contes de batailles et de gloire. Au cœur des Âges Sombres, et chassé de la Norvège par des guerres sans fin, son clan traversera la mer du Nord glaciale vers les terres de l’Angleterre. Les Vikings devront alors faire face à la résistance des Saxons et notamment à celle du roi Aelfred de Wessex. Au cours de cette aventure brutale, les alliances politiques, les combat menés et les choix de dialogue pourront influencer le reste du récit. En bon Viking, il sera possible de mener des raids sur certains villages, bâtir une colonie, et développer votre influence au sein d'un vaste open world. Tout comme Assassin's Creed : Odyssey, il sera également possible d'incarner une femme.

    La vidéo ci-dessous dévoile un extrait du gameplay du jeu; mais elle est nettement plus courte que la séquence montrée durant cet Ubisoft Forward.

    Watch_Dogs Legion

    Se déroulant dans une ville de Londres post Brexit aux airs de V pour Vendetta, Watch_Dogs Legion occupait aussi une bonne place de l'event vidéo de l'éditeur. On commence avec un court métrage signé par le réalisateur Alberto Mielgo, primé aux Emmy Awards, répondant au nom de Tipping Point.

    Dans un futur proche, Londres est donc sur le point de s’effondrer : la population est opprimée par un état de surveillance total, des milices privées prennent le contrôle des rues et les plus faibles deviennent la proie du crime organisé. Le destin de la ville est entre les mains des joueurs ; leur mission sera de bâtir la Résistance pour lutter contre toutes les formes d’oppression et sauver Londres.

    La grande nouveauté est que contrairement aux deux précédents volets de la licence, les joueurs pourront recruter et incarner n'importe quel personnage du jeu. Chaque personnage de l’open world est unique avec une histoire, une personnalité et des compétences propres. Grand-mère ex Agent du MI5 ou boxeur, hacker ou champion de Street Race, star montante du football ou influenceur sur les réseaux sociaux, le joueur pourra choisir suivant ses envies les visages qu’il souhaite donner à la Résistance.

    Chaque personnage possède des caractéristiques uniques de gameplay, en accord avec son profil. Une fois que les personnages auront rejoint l’équipe, les joueurs pourront choisir leur classe, les faire monter en niveau et déverrouiller de nouvelles aptitudes et améliorations. Les joueurs pourront aussi bien changer de personnage et affronter les différents défis du jeu avec une approche personnalisée en utilisant le hacking et les drones, l’infiltration, ou encore via des combats au corps-à-corps, mortels ou non.

    Voici le dernier aperçu du  gameplay du jeu, dévoilé lors de la conférence. Watch_Dogs Legion est attendu le 29 octobre prochain. L'éditeur va donc jouer serré avec son Assassin's Creed  : Valhallah, qui sort moins de trois semaines plus tard...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Ghost of Tsushima, un jeu développé avec le soutien de la fondation Akira Kurosawa
    • Giancarlo Esposito (Breaking Bad) dans le prochain jeu Far Cry 6 ?
    • Assassin's Creed : Valhalla, première bande-annonce !
    Commentaires
    • Agent Doggett
      oui effectivement, sur ce point je suis assez d'accord.
    • Rastan
      Effectivement,on ne parle pas de la même chose.Je te parle scénario et contexte (ce qui etait l'essence d'Assassin's Creed).Et toi tu parle gameplay.Gameplay qui ,en passant, se résumait (en effet) jusqu'à Origins a spamer le bouton Parade/Contre-attaque.Que tes opposant soient deux,dix ou quarante.Après,ça,c'est une affaire de gout.Ce que je disais.C'est que jusqu'au 3.On était plongé au coeur de la guerre secrète.On suivait les indices laissés par les précurseur pour trouver les reliques.On était baigné dans ce contexte de machinations et de complots dans un monde où la magie,la technologie et le Divin effaçait peu a peu la réalité telle que nous la connaissons.Ca donnait une impression d'équilibre fragile ou chaque choix,chaque actions,des deux factions pouvait faire basculer le monde entier et précipiter sa chute.Ca donnait un destin unique a chaque personnage.Depuis Conway.Ce contexte unique et propre a Assassin's Creed est devenu anecdotique.Ca n'en fait pas de mauvais jeux pour autant.J'ai adoré Black Flag et Unity.Mais au final,c'est devenu un bête jeu d'aventure historique.A ce niveau là,excepté le gameplay.Origins et Odissey sont dans la continuité initié par le 3.
    • Agent Doggett
      Je crois que nous n'avons pas du tout jouer au même jeu, c'est uniquement depuis Origins que l'action a été privilégié au détriment de l'inflitration. Unity bien après AC III est surement l'épisode où l'infiltration est poussé à son paroxysme. Dans AC III que j'ai adoré, Connors est bien plus rapide, plus fort mais on est très loin d'une comparaison avec Origins, Odyssey et pire Valhalla.
    • Cuderoy
      Le clip de Patrick Clair est sublime, encore une fois.
    Voir les commentaires
    Back to Top