Notez des films
Mon AlloCiné
    Nowhere
    note moyenne
    3,2
    567 notes dont 70 critiques
    répartition des 70 critiques par note
    17 critiques
    14 critiques
    11 critiques
    12 critiques
    5 critiques
    11 critiques
    Votre avis sur Nowhere ?

    70 critiques spectateurs

    MathiasH
    MathiasH

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 682 critiques

    2,5
    Publiée le 19 août 2019
    Un film sous très forte influence Bret Easton Ellis avec cette façon très datée d’associer la génération MTV à un nihilisme morbide. On y suit un héros désabusé, romantique et bisexuel évoluant dans un milieu adolescent californien surréaliste et apocalyptique, entre sado-masochisme, conversations superficielles et ultra-violence. Avec en plus un côté complètement barré propre à une partie du cinéma d’Araki qui n’est pas celle que je préfère. J’ai trouvé la réalisation très maladroite malgré le joli travail de stylisation des décors et de la lumière, et l’ensemble assez vain, . Côté casting, c’est un vrai fourre-tout 90’s et 00’s où l’on croise Ryan Philippe, Mena Suvari, Heather Graham, Christina Applegate, Shannen Doherty, Rose McGowan, Denise Richards, Kathleen Robertson et même Chiara Mastroianni. Une sorte de version très trash d’American Graffiti.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    2,5
    Publiée le 16 octobre 2010
    Assez déçu par ce Gregg Araki, et d'ailleurs je ne sais pas vraiment quoi en dire. C'est pas très intéressant, c'est assez peu subtil. J'ai du mal à savoir ce que Gregg Araki a voulu nous montrer. Il filme des jeunes paumés et perdus, ok, mais on a l'impression que face à ça il n'arrive pas à apporter quelque chose de plus, le scénario est un peu résumé rapidement, il n'arrive pas à transcender le tout, pour vraiment proposer quelque chose d'original et d'atypique. Car s'il a voulu faire une fresque sur une jeunesse en perte de repère et perdue, alors c'est moyennement réussi à mon avis.
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 371 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    4,0
    Publiée le 9 avril 2019
    Après Totally Fucked Up et The Doom Generation, ce dernier opus de la « Trilogie de l'Apocalypse Adolescente » comme l'aime la citer le réalisateur Gregg Araki, nous propulse dans un tourbillon de folie à ne pas mettre devant tous les yeux. Toujours aussi irrévérencieux, déroutant mais aussi poétique et minutieux, le réalisateur indépendant décide avec son sixième film d'aller encore plus loin dans ses thématiques et son style visuel. Le long-métrage raconte ainsi plusieurs histoires qui s'entrechoquent, plusieurs destinées qui vont s'achever dans les jours à venir : un jeune hétéro désillusionné se rend compte de sa vie merdique et qu'il est peut-être bisexuel, une fille se fait violer par une ex-star de la TV qu'elle croyait romantique, un couple refoulant la mort s'adonne aux plaisirs sexuels les plus dingues, des extra-terrestres enlèvent des adolescents... Nowhere flirte avec tous les genres et nous fracasse les pupilles. Additionnant les scènes choc, parvenant à instaurer une ambiance aussi glauque que flashy, dirigeant ses jeunes acteurs avec confiance et fermeté, Araki dépeint une nouvelle fois la jeunesse perdue d'une Amérique volage, nourrie à la télévision et à l'adrénaline, incapable de se situer dans une époque sans limites qui file aussi vite que le vent. Usant de son génie créatif et d'une totale liberté d'expression, Gregg Araki continue de nous exposer son talent à travers un teen-movie sous acides cinglant et démesuré.
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    0,5
    Publiée le 24 janvier 2009
    Une comédie dramatique trash sur la décadence de la jeunesse américaine. On aime ou on déteste ce genre de film.
    Cohle.
    Cohle.

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 1 012 critiques

    5,0
    Publiée le 13 mars 2011
    Araki mélange les genres avec grande réussite et réussi parfaitement ce Nowhere, film étrangement emportant sur la dérive de la jeunesse américaine (classe populaire), et montre avec grand brio toute la tristesse émergente de celle-ci.
    so13
    so13

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 632 critiques

    0,5
    Publiée le 13 septembre 2011
    Toujours la même rengaine avec Araki des films sans queue ni tête, sans aucun scénario, rempli de clichés, parlant toujours de la même chose. Alors oui il a son style propre mais encore faut-il que ce soit intéressant!
    Raphaël P.
    Raphaël P.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 126 critiques

    4,5
    Publiée le 25 octobre 2014
    La trilogie de l'apocalypse prend fin, avec ce superbe dernier opus, Nowhere. Un James Duval toujours juste, un film toujours aussi flippant, choquant et décalé.. Un nouveau bon coup pour Gregg Araki.
    WinslowLeach666
    WinslowLeach666

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 359 critiques

    5,0
    Publiée le 21 novembre 2008
    Un poil moins bon que The Doom Generation, Nowhere reste quand même une oeuvre à part. C'est totalement déjanté (du Araki quoi) ça part dans tous les sens mais c'est jouissif.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 2525 abonnés Lire ses 10 394 critiques

    3,5
    Publiée le 3 octobre 2017
    Après "The Doom Generation" qui constituait le deuxième volet de la trilogie de l'apocalypse adolescente, Gregg Araki continue son exploration de la jeunesse dorèe californienne avec son sens innè de l'esthètisme trash! En ado hantè par la fin du monde, James Duval est inoubliable! Un comèdien qui aime jouer de façon drôle et naïve les personnages à la sexualitè ambiguë, le double d'Araki en quelque sorte où tous les possibles sont possibles! A noter la prèsence de Chiara Mastroianni et de la sublime Kathleen Robertson (elle y joue le personnage de Claire dans la sèrie "Beverly Hills 90210"). Un trip formellement beau qui clôt cette trilogie dèglinguèe de l'apocalypse adolescente vue à travers la lorgnette du plus branchè des cinèastes indèpendants...
    GodMonsters
    GodMonsters

    Suivre son activité 764 abonnés Lire ses 2 645 critiques

    3,0
    Publiée le 25 octobre 2011
    'Nowhere' est un film assez trash, et bien encré dans son époque. Après je n'ai pas adoré, le sujet est vu et revu (on pense beaucoup à Doom Generation) et il y a quelques scènes agaçantes et "lourdes" à visionner. Mais c'est quand même très bien mis en scène, et j'adhère au casting. Dans l'ensemble, c'est fun !
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 671 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    5,0
    Publiée le 13 septembre 2011
    Gregg Araki est sûrement le meilleur cinéaste à dépeindre aussi bien les dérives de la jeunesse américaine qui sous une apparence "cool" cache des fêlures et du désespoir. Dans une lignée que Bret Easton Ellis ne renierait pas (on y trouve d'ailleurs plusieurs références), "Nowhere" est un film déjanté servi par des acteurs en super forme, survolté par une bande-son rythmée et mis en scène d'une manière admirablement fluide. A la fois fun et dérangeant.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 331 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    2,0
    Publiée le 17 décembre 2011
    Après un second visionnage, je me demande ce que m'a apporté ce film... Du plaisir ? Un peu, certainement : les couleurs sont plaisantes, le montage épileptique à de quoi tenir le spectateur éveillé, les dialogues sont cools. De la finesse ? Sûrement pas ! Gregg Araki nous balance ce qu'il y a de pire en matière de poncifs teenage : sexe, drogue, violence et Marilyn Manson sont au rendez-vous du nulle part, juste pour le fun et rien d'autre. Aucune nuances, donc. Des questions ? Ah oui, c'est sûr : " regardez notre pauvre jeunesse livrée à elle-même, sans aucun repères, qui ne peut trouver le bonheur que dans l'évasion sexuelle, barbare, psychédélique et métalleuse. En fait, c'est pour montrer que le monde réel est insupportable et qu'il ne vaut rien ". Si ça ce n'est pas du pur nihilisme de supérette, je pars en cure de désintox', c'est promis. Non vraiment, ça se regarde comme un sitcom insignifiant mais pas besoin d'aller plus loin, surtout si c'est pour nous sortir de la philosophie à deux francs six sous ! Grrr...
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 245 abonnés Lire ses 1 063 critiques

    3,0
    Publiée le 1 mai 2014
    Conte moderne et kitsch sur la jeunesse californienne, "Nowhere" est un véritable OVNI sorti en 1997 avec un casting très fourni composé d'ex-futures stars de l'époque (James Duval, Christina Applegate, Heather Graham, Ryan Phillippe, Mena Suvari ...) et à la réalisation Gregg Araki qui signe là son sixième film. Je suis assez mitigé concernant ce long métrage, l'atmosphère est intéressante tout comme l'esthétisme, de même que les qualités en terme de mise en scène, mais le scénario est vraiment très perché et parfois un peu trop déroutant en ce qui concerne l'élaboration des thématiques ((homo)sexualité, perte de repères, fatalisme ...), de plus certains personnages sont un peu trop caricaturaux. L'univers est vraiment particulier, il m'a un peu fait penser à "Tueurs Nés" à certains moments par son côté psychédélique, personnellement j'ai plutôt accroché, la bande son est variée et de qualité (Blur, Radiohead, Massive Attack, Chemical Brothers ...). La séquence finale est par contre vraiment déconcertante, je n'ai pas tout à fait assimilé cette allégorie avec les extraterrestres et la métamorphose, sans doute liée à une sorte de volonté de fuite cosmique, mais ça reste plutôt confus et trop barré. "Nowhere" est vraiment un film très spécial, une sorte d'expérience excentrique plutôt sympathique mais qui laisse un arrière goût étrange une fois le générique acté, il reste cependant à découvrir pour les cinéphiles aventureux.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 980 critiques

    3,5
    Publiée le 20 mars 2020
    A l'instar d'un Larry Clark dont il partage de nombreux points communs, Gregg Araki filme une jeunesse désabusée se réfugiant dans le sexe, la drogue et l'alcool. Il y ajoute une dimension fantastique qui donne un caractère complètement déjanté à "Nowhere". Pas sûr d'avoir tout pigé mais le résultat est plutôt jouissif malgré un début un peu long et laborieux.
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    3,5
    Publiée le 1 février 2014
    Nowhere aborde presque tout les thèmes de la jeunes Américaine paumé, paumé dans absolument tout, le sexe, la drogue, la violence, la société, le futur, la paranoïa, la folie, les maladies ... Puis dans tout ça il y a aussi des drames, viol, suicide, coeur brisé et overdose ... Gregg Araki connait ces thèmes et ce sont souvent les même dans ses films, ici il décide de nous emporter avec un jeune durant une journée assez banal . Sauf que ce jeune pense que la fin du monde est proche, du moins la sienne, et il voit une sorte de gros lézard . Cette folle journée nous emmène autour de ses amis, des amis de ses amis, de leurs frères et soeur . Tout les personnages sont tarés, barrés loufoques et excentriques avec des looks haut en couleur So 90"S et ceci m’amène au point négatif du film => C'est laid ! J'ai trouvé ce film visuellement hideux, entre les couleurs qui pétillent, les éclairages et les décors cradingue j'ai trouvé ça moche mais d'un coté cette laideur n'est pas là pour rien, elle est là pour amplifier la laideur de cette jeunesse perdue . Ce film est implanté dans l'univers de Bret Easton Ellis ( d'ailleurs la photo de son livre Les lois de l'attraction provient d'une scène de ce film ) . Tout fait penser a du Ellis, entre ces personnages poussifs et décalés, la violence et le trash ou encore dans le sexe sans limite . " Hey ça te dirait de mettre ton cul sur mon visage et de lâcher un bon gros pet bien gras ? " Gregg Araki donne une vision spécial de la jeunesse de L.A, une jeunesse qui n'est rien et qui essaye de devenir quelques chose en faisant absolument tout, une jeunesse désespéré, seul et triste .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top